Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. Réalité de l'humanisme sportif ?

Présentation par Robert Denel

Robert Denel

Texte intégral

Animateur : Robert DENEL,
Professeur agrégé à l'Université de Lille II
Secrétaire Général de l'UNCU

1Daniel Chaussier devait intervenir ce matin sur le thème. Il nous avait promis sa participation mais de graves ennuis familiaux l'en ont empêché. Il a tenu à nous transmettre un texte qui a été mis à votre disposition à l'entrée de cette salle, qui s'intitule : "Une relecture des Olympiques d'Henri de Montherlant ou l'humanisme des stades". Quelqu'un parmi vous pourra peut-être nous en faire un petit commentaire. Je ne me sens pas le droit en son absence, ni de commenter son texte, je m'en sentirais bien incapable, ni d'en faire une synthèse. Peut être pourrait-on, si cela inspire quelques réflexions à certains d'entre vous, évoquer cette communication au moment où nous échangerons avec la salle.

2Nous avions également invité Jacques Glassmann en raison des problèmes qui sont apparus après sa dénonciation de tricherie. Il a vécu des moments très pénibles et puis s'est retrouvé au chômage. Pendant très longtemps, il n'a pas trouvé de travail. Rejeté de partout ou plutôt ignoré. Il a trouvé au mois de juillet un boulot au RC Strasbourg. Je l'ai eu jeudi au téléphone, et il m'a dit : « je vous avais promis de venir, mais vu les circonstances..." Je crois qu'on peut l'excuser. Il est extrêmement marqué par ce qui lui est arrivé et son témoignage nous aurait été précieux.

3À la table, il y a des gens que vous connaissez bien. Jean-Paul Callède, nul n'est parfait, est un Béciste de toujours. Il a été secrétaire général remplaçant Yves Chateaureynaud, au côté d'un nouveau Président, Michel Lenguin.

4Jean-Paul est chargé de recherche au CNRS. Il travaille à la Maison des Sciences de l'Homme. Vous connaissez tous ses articles et nous apprécions aussi cette extraordinaire disponibilité qu'on lui connaît. Il faut le remercier pour tout ça. Aujourd'hui encore, il est parmi nous. Je voudrais une fois de plus le remercier au nom de vous tous.

5À mes côtés, il y a aussi Martine Reneaud, qui est également de la région. Martine est Maître de conférences en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives à Bordeaux et responsable du laboratoire Vie Sportive Locale. Ancienne élève de l'Ecole Normale Supérieure d'Education Physique et Sportive, titulaire du DEA Collectivités locales de l'Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux, elle a occupé la charge de Directrice-adjointe de la Faculté des Sciences du Sport de Bordeaux de 1991 à 1997. Elle va traiter un aspect particulièrement important : Le sport de haut niveau est-il devenu hors du niveau des clubs ? Et si oui, s'agit-il de considérer que les principes de l'humanisme sportif sont dépassés par les exigences du haut niveau ?

6Enfin, une autre jeune femme est parmi nous : Catherine Moyon De Baecque. Catherine, vous la connaissez, vous savez pourquoi on l'a invité. Le thème d'aujourd'hui portant sur : "l’humanisme au quotidien", — en d'autres termes, est-ce que les dirigeants mettent en application les principes qu'ils ont tendance à louer, à mettre en exergue ? —, n'éclaire pas nécessairement le comportement des dirigeants. Ce n'est pas toujours le cas, c'est parfois difficile pour eux... Dans le témoignage de Catherine, beaucoup ici ont dû lire son livre, on en trouve une cruelle illustration. On ne lui a pas demandé de venir à cette Université Sportive d'Eté pour nous raconter tout ce qui lui est arrivé. En revanche, elle nous montrera la difficulté qu'il peut y avoir pour des institutions — même l'Etat en l'occurrence, puisque cela a été le cas — à prendre en considération l'être humain avant toute autre priorité : des médailles aux Jeux, des résultats, des sélections... Je savais que Catherine avait eu un problème avec un Ministre, enfin une Ministre. Je ne savais plus si c'était Frédérique Bredin ou Michèle Alliot-Marie. Et puis, l'autre jour, je les ai présentées l'une à l'autre, mais j'ai senti comme un froid parce qu’effectivement dans le livre, Catherine avait relaté quelques faits qui montraient à l'évidence que des femmes, même si elles sont Ministres, n'avaient pas nécessairement rempli les conditions d'un humanisme parfait. Voilà pourquoi nous avons sollicité le témoignage de Catherine Moyon De Baecque.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540