Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. Aux sources de la pratique sportive

Adolescence et activités sportives, présentation par Michel Lenguin

Michel Lenguin

Texte intégral

Présentation : Michel LENGUIN

1Il est apparu utile aux organisateurs de l'USE de proposer les principaux résultats d’une enquête empirique réalisée en 1996-97 par Hélène Prahecq, doctorante en psychologie et sociétaire du Bordeaux-E.C.

2Le sport est généralement considéré comme un vecteur de socialisation des jeunes et de structuration des groupes d'adolescents. Bon nombre de discours insistent sur l'intégration sociale des jeunes par les A.P.S.. Le sport scolaire, la pratique sportive en club et la prévention par le sport sont des domaines privilégiés pour ce genre d’analyse.

3En fait, les sciences de l'homme et de la société abordent rarement les A.P.S. sous cet angle et diverses "affirmations" méritent démonstration et vérification. Le registre de la connaissance peut être assimilé à celui de la conviction...

ACTIVITÉS SPORTIVES ORGANISÉES ET VARIATIONS DE L'ESTIME DE SOI CHEZ LES ADOLESCENTS

Hélène PRAHECQ
Doctorante en psychologie, Université de Bordeaux II

4Il s'agit ici d'approfondir la question des relations entre le développement identitaire de l'adolescent et une pratique sportive organisée.

5Bien souvent le sport est envisagé comme un vecteur de socialisation et de structuration des groupes d'adolescents et les A.P.S. sont présentées comme favorisant l’intégration sociale des jeunes.

6Cependant, ces affirmations ne reposent que rarement sur des démonstrations empiriques et demandent à être vérifiées. C'est ce que ce travail tente de mettre en œuvre. Pour cela, deux aspects sont importants à considérer :

  • d'une part, quelques-uns des effets connus de la pratique sportive sur le développement psychologique ;
  • d'autre part, l'enjeu que peut représenter le développement d'une estime de soi positive pour l'adolescent.

7• Concernant les apports des pratiques sportives sur des composantes psychologiques, certains méritent notre attention. On retiendra par exemple les deux éléments suivants :

8Dans le domaine du soi émotionnel tout d'abord, l'hypothèse d'un effet cathartique du sport a souvent été formulée. Les études expérimentales à ce sujet (Durand) ne sont pas en mesure de mettre en évidence un tel effet de façon globale mais permettent de l'envisager dans certaines situations spécifiques (par exemple selon la discipline pratiquée ou selon le résultat de la compétition).

9On sait que l'estime de soi va avoir au niveau émotionnel des conséquences importantes sur la pratique sportive et on peut commencer à s'interroger sur la relation inverse, c'est-à-dire se demander si la pratique sportive peut influer sur le niveau d'estime de soi.

10Le soi social concerne d'une part les représentations des interactions avec autrui et d'autre part le sentiment d'être reconnu socialement. L'appartenance à un groupe sportif permet à l'adolescent de répondre à son besoin d'affiliation. Elle induit un certain nombre d'interactions avec le groupe de pairs qui sont essentielles dans la mesure où elles offrent à l'adolescent un prototype des relations qu'adulte il réalisera sur le plan social.

11Ce sont là des éléments de l'évolution psychologique de l'adolescent qui sont favorisés par la pratique sportive.

12• Le second aspect important à considérer dans notre cadre théorique est celui de l'estime de soi positive envisagée comme un enjeu pour l'adolescent dans la mesure où elle favorise l'intégration sociale dans le monde des adultes.

13En effet, toutes les conceptions théoriques admettent que s'estimer soi-même est un besoin fondamental. L'identité positive est généralement considérée comme signe de santé mentale et va favoriser l'adaptation et l'acceptation sociale. Perron pense à ce sujet qu'il est certainement vital, nécessaire pour survivre, d'avoir une bonne opinion de soi.

14La valorisation de soi est donc essentielle au devenir de l'individu et plus particulièrement en ce qui concerne l'adolescent dont la caractéristique est justement d'être "en devenir".

15Considérant alors que l'estime de soi positive peut être le but à atteindre pour surmonter les conflits particuliers de la période adolescente nous nous interrogeons maintenant sur la possibilité d'un lien entre la pratique sportive et l'évolution de l'estime de soi vers une positivité.

16L'objectif de cette recherche est alors de montrer si certaines pratiques sportives sont liées à des processus de valorisation de soi chez les adolescents et par là même montrer si le sport favorise l'intégration sociale.

17Notre travail a porté sur des groupes d'adolescents âgés de 15 à 17 ans auxquels il a été proposé une échelle d'estime de soi permettant d'obtenir des scores d'autant plus élevés que le sujet a une image positive de lui-même dans les domaines du soi social, du soi émotionnel, du soi physique, du soi projectif et du soi scolaire.

18Pour son approche sectorielle de l'estime de soi, l'Echelle Toulousaine d'Estime de Soi (E.T.E.S.) a été préférée à d'autres outils plus traditionnels. Cette échelle est constituée de 60 items socialement valorisés ou dévalorisés auxquels les adolescents doivent répondre par oui ou par non selon qu’ils correspondent à leur façon habituelle de penser ou de réagir.

19Il s'agit donc de l'évaluation du sujet par lui-même qui permet d'obtenir un indice de la conception de soi du sujet.

20Les 60 items renvoient à 5 dimensions :

  • le contrôle émotionnel (soi émotionnel)
  • la considération d'autrui à son égard (soi social)
  • la compétence scolaire (soi scolaire)
  • les capacités et l'apparence physique (soi physique)
  • les anticipations de soi dans le futur (soi projectif)

21Pour chacune de ces 5 dimensions, 12 items sont proposés dont 6 sont socialement valorisants et 6 socialement dévalorisants.

22Les items se rapportant au soi émotionnel renvoient à la représentation du contrôle des émotions et de la maîtrise de l'impulsivité. Cette maîtrise étant entendue comme facilitant la planification et l'organisation de l'action.

23Le soi social est appréhendé grâce à la représentation des interactions avec autrui et du sentiment d'être ou non reconnu socialement.

24Le soi scolaire se réfère à la perception par le sujet de ses compétences dans le cadre scolaire.

25Les représentations de l'apparence corporelle et des aptitudes physiques, si importantes à l'adolescence, sont évaluées dans la sous-échelle soi physique.

26Le soi projectif renvoie aux items permettant d'évaluer comment l’adolescent voit son insertion dans le monde des adultes, dans l'avenir.

27Pour chaque dimension, si le sujet répond "oui" aux 6 items valorisants et "non" aux 6 items dévalorisants, il obtient le score de 12 ; à l'inverse, son score est de 0. En répondant à l'ensemble du questionnaire, il obtient donc cinq scores entre 0 et 12, correspondant aux cinq dimensions testées et un score global entre 0 et 60 correspondant au soi global révélé par l'ensemble des 60 items.

28Pour le dépouillement, les 60 réponses sont reportées dans une grille permettant de repérer les différents scores. L'analyse se fera par rapport aux scores ainsi obtenus.

29L'épreuve est administrée collectivement, dans les salles de cours. La consigne, imprimée sur le document, est également lue par l'expérimentateur. Cela permet à chaque sujet de s'approprier à son rythme la consigne suivante :

30"Dans les pages qui suivent, vous trouverez une série d'affirmations. Vous lirez attentivement chacune de ces affirmations. Quand une phrase vous semblera exprimer votre façon habituelle de penser ou de réagir, vous répondrer en entourant la réponse 'oui'. Quand une phrase n'exprimera pas votre façon habituelle de penser ou de réagir, vous répondrez en entourant la réponse 'non'. Efforcez-vous de répondre à toutes les phrases."

31Il est de plus demandé aux élèves de répondre le plus spontanément possible à tous les items, dans leur ordre de présentation.

32Les scores d'estime de soi de plus de 300 jeunes de classes de secondes ont été recueillis. Parmi eux, plusieurs groupes ont été constitués grâce à un questionnaire d'enquête.

33Dans un premier temps, l'analyse de variance a porté sur la comparaison de pratiquants de sports collectifs (60 sujets), de sports individuels (66 sujets) et des jeunes ne pratiquant aucune activité (55 sujets). Ces trois groupes sont représentés par des filles et des garçons.

34Dans un second temps, les footballeurs (20 sujets) et les tennismen (20 sujets) ont été considérés plus spécifiquement et comparés à un groupe de jeunes ne pratiquant aucune activité (20 sujets). Ces trois groupes ne sont composés que de garçons.

35Tous les sportifs sélectionnés pour cette recherche pratiquent leur activité en club depuis au moins deux ans et participent à des compétitions. Les non-sportifs sont sans activité depuis au moins deux ans.

36Abordons maintenant les résultats que ces deux phases de recherche ont permis d'obtenir.

37Nous avons pu, grâce à cette procédure, mettre à jour deux ensembles de résultats qui nous intéressent particulièrement. Les premiers concernent le soi social, les seconds portent sur le soi physique et le soi émotionnel.

38• Au niveau du soi social, si on compare les deux groupes de sportifs au groupe de non-sportifs, il apparaît une différence significative (p=.002) allant dans le sens d'une plus grande valorisation de soi pour les sportifs.

39L'analyse opposant footballeurs et tennismen aux non-sportifs révèle la même différence (p=.027).

40Pour approfondir ces données on compare alors deux à deux les groupes entre eux. La comparaison d'un des groupes sportifs avec le groupe non-sportif est significative dans tous les cas excepté lors de la comparaison des tennismen avec les non-sportifs (sport collectif/non-sport p=.004 ; sport individuel/non-sport p=.015 ; football/non-sport p=.019 ; tennis/non-sportp=.137).

41Ceci nous montre que la pratique investie d'une activité sportive semble liée à une opinion sur soi favorable sur le plan social qu'on ne retrouve pas quand cette pratique n'existe pas. La participation à des groupes dans le cadre des activités sportives en club favoriserait donc le développement du sentiment d'être reconnu socialement dont on sait l'importance pour l'adolescent en quête de son identité.

42Comme nous le supposions, l'activité sportive permettrait à l'adolescent de répondre à son besoin d'affiliation et faciliterait le développement de relations amicales, particulièrement importantes entre 13 et 17 ans.

43Par conséquent, du point de vue social, la pratique sportive permettrait une initiation à la prise de rôle dans un cadre sécurisant et contribuerait par là même au développement de l'identité de l'adolescent en lui permettant une reconnaissance sociale.

44Cette dernière remarque est cependant à pondérer du fait du résultat de la comparaison des tennismen aux non-sportifs qui, nous l'avons dit, n'est pas significative. Gallwey a indiqué que le tennis mettait en jeu l'identité de la personne toute entière et plus particulièrement l'image de soi. De ce fait, il est possible que cette mise en jeu à une période où l'adolescent est en quête de son identité soit perçue comme menaçante au point d'amoindrir la reconnaissance sociale visée par le jeune joueur de tennis.

45Ainsi on pourrait comprendre qu'en tant qu'activité sportive, le tennis, au même titre que le football, favorise le sentiment d'être reconnu socialement mais que du fait de l'incertitude quant aux résultats des rencontres, ce développement en deviendrait lui même incertain.

46On comprend aisément que l'estime de soi social mettant en avant les représentations des interactions avec autrui, soit plus positive dans les activités développant les relations d'équipe, comme le football, que dans une activité individuelle, le tennis. Les sports collectifs, en effet, en favorisant les relations avec autrui, répondent aux besoins de coopération amicale et de sécurité (Chappuis et Thomas) et contribuent au développement d'un sentiment de fierté.

47Cela tend donc à confirmer l'hypothèse selon laquelle la rencontre avec un groupe de pairs lors des activités sportives favorise la construction de l'identité sexuelle dans la mesure où ce groupe sert de relais d'identification et de gratification narcissique (Marcelli et Braconnier).

48Cela rejoint également notre second ensemble de résultats qui concernent le soi physique et le soi émotionnel.

49• Au niveau du soi physique, la comparaison des sportifs aux non-sportifs indique une valorisation plus importante des jeunes sportifs de 16 ans (p=.002). La comparaison au même âge des footballeurs et des tennismen aux non-sportifs va dans le même sens et est également significative (p=.007).

50Les comparaisons des groupes deux à deux sont significatives pour chaque groupe sportif face aux non-sportifs mais ne le sont pas si on compare les sportifs entre eux (sport collectif/non-sport p=.001 ; sport individuel/non-sport p=.023 ; football/non-sport p=.024 ; tennis/non-sport p=.017 ; (...) ; sport collectif/sport individuel p=.174 ; football/tennis p=.497).

51Les résultats que nous venons de mentionner quant au soi physique sont intéressants car ils tendent à montrer que si la pratique sportive peut avoir sur le développement moteur de l'adolescent des effets positifs, il est possible que cette pratique ait également un impact sur le regard que porte l'adolescent sur ses transformations physiques.

52Or, on sait que les mutations que doit subir l'adolescent sont particulièrement déstabilisantes et nos résultats confirment donc l'idée avancée par Kestemberg proposant que les activités physiques favoriseraient une certaine réassurance narcissique en donnant à l'adolescent accès à une image satisfaisante de lui-même.

53A cette période délicate où l'on sait l’importance des questionnements ayant pour objet le corps et l'identité sexuelle, le sport permettrait une reconstruction de l'image corporelle et offrirait une solution au désir de plaire en donnant au jeune l'illusion d'être pour une part maître des changements qu'il doit subir.

54On peut également voir les activités sportives, dans leur exigence de dépassement de soi, comme une défense contre les pulsions qui envahissent l'adolescent. En effet, si on considère l'activité sportive en termes de mécanisme de défense du moi, ainsi que le propose A. Freud, on comprend les contraintes physiques que s'impose l'adolescent, et que lui impose le club, comme des moyens de refouler les pulsions tant au niveau du corps que de la pensée.

55Cette valorisation sur le plan physique est à mettre en relation avec la valorisation sur le plan émotionnel qui a également été trouvée dans nos résultats lors de la comparaison des footballeurs et tennismen de 16 ans aux non-sportifs (p=.033) et des footballeurs aux non-sportifs (p=.032).

56Cela rejoint l'idée selon laquelle le sport contribuerait à la reconstitution de l'image du corps et à la construction de l'identité sexuelle grâce à une stabilité émotionnelle plus importante et à une prise de rôle valorisée. Cependant, la différence observée pour le football n'existe pas quand on compare les sports collectifs, les sports individuels ou le tennis aux non-sportifs.

57Cela nous amène donc à proposer que le football se distinguerait de l'ensemble des sports collectifs, nos données indiquant que sa pratique est en lien avec une représentation positive du contrôle des émotions et de la maîtrise de l'impulsivité. Cela rejoint ce que nous dit Thill du footballeur professionnel qu'il présente comme peu porté à méditer et à s'observer soi-même et plus tolérant aux frustrations. Nos jeunes sportifs seraient en cela ressemblants aux joueurs professionnels.

58En tant que sport, le tennis favoriserait ce type de valorisation au niveau émotionnel (puisque pour football et tennis/non-sport p=.033). Cependant, en tant qu'activité spécifique, le tennis ne se différencie pas du groupe des non-sportifs (p=.091). On retrouve ici ce que l'on a dit du tennis concernant le soi social.

59En fait, ce qui est joué sur un court de tennis et qui demande des qualités d'adaptabilité particulières est important au point de limiter les "apports" sur le plan émotionnel que peut entraîner cette pratique sportive. On se rappelle en effet que le tennis, plus peut-être qu'une autre activité est générateur d'anxiété car il répond à des besoins de compensation, de revanche et pour une grande part au désir de faire plaisir.

60• Nos résultats tendent à montrer qu'il existe bien un lien entre la pratique investie d'une activité sportive, organisée au sein d'un club, et la valorisation de certains aspects de soi par l'adolescent.

61La question que l'on doit se poser est de savoir si cette pratique est à l'origine d'une meilleure estime de soi ou si elle en est la cause. En effet, peut-être que les sujets se valorisant le plus auraient davantage tendance à pratiquer des activités sportives. Cependant, on sait que la pratique sportive occupe une place importante dans la vie d'une grande majorité d'adolescents. Or une des caractéristiques de l'adolescence est justement d'être une période critique du développement liée à des mécanismes de dévalorisation. Ces deux aspects sont donc proportionnellement incompatibles.

62Il faut cependant ajouter à cela que les sujets que nous avons testés ont fortement investi l'activité sportive (pratique régulière au moins bi-hebdomadaire, depuis au moins deux ans, avec participation à des compétitions). Nos sujets se différencient donc peut-être en cela des autres adolescents sportifs et la question revient alors à se demander si les sujets se valorisant le plus sont ceux qui vont investir plus particulièrement les activités sportives.

63Il semble cependant plus cohérent de penser une relation à double sens entre le développement d'une valorisation de soi et l'investissement d'un domaine sportif, investissement alors compréhensible en termes de stratégies identitaires. Ces stratégies (TAP) jouent sur les conflits internes et externes du sujet, et lui permettent ainsi une reformulation de soi pour aboutir à la conviction d'une identité propre.

64Tout ceci nous amène à conclure que la place prépondérante qu'occupe le sport dans la vie de l'adolescent mérite qu'on s'y intéresse davantage d’un point de vue psychologique. Cela permettrait d'optimiser, grâce à une meilleure connaissance des mécanismes en jeu, les bénéfices que peut retirer l'adolescent de sa pratique sportive, tant au niveau de l’accès à l'autonomie qu'au niveau de l'aspiration à l'insertion dans le monde des adultes. Ceci ne pouvant se faire que par le biais d'une représentation positive de soi.

65Bien que cette recherche porte essentiellement sur des données masculines, il convient en fait de ne pas négliger, ni pour les adolescents, ni pour les adolescentes, ces espaces de développement que représentent les loisirs sportifs et de considérer qu'il est nécessaire de sensibiliser davantage les responsables d'activités sportives sur la place qu'ils occupent dans la vie des jeunes, enfants ou adolescents.

66Quel que soit le sens de la relation entre la pratique sportive et le développement d'une estime de soi positive, nous croyons que les apports de la psychologie sont appréciables dans ce cadre. Ainsi, certains inconvénients que l'on sait liés à la pratique sportive, comme les exigences physiques ou même morales, ou bien les frustrations occasionnées par les échecs, pourraient être mieux gérés dans l'intérêt de l'adolescent.

67Pour cela, il nous paraît intéressant de poursuivre ces recherches en nous penchant sur une autre catégorie d'adolescents sportifs, les jeunes qui se préparent au plus haut niveau et pour lesquels la pratique sportive occupe l'essentiel de la vie quotidienne. On pourrait voir si, dans ce cadre particulier, il est toujours possible de parler d"'apports" de la pratique sportive sur l'évolution de l'estime de soi vers une positivité favorisant l'intégration adulte et quelles en sont les limites.

68Les activités sportives étant de plus en plus variées et investies par les jeunes, il importe donc que la pratique psychologique et la psychologie du sport suivent cette évolution en étendant leurs champs d'interventions.

Bibliographie

Bibliographie

CHAPPUIS R., THOMAS R., L’équipe sportive, Paris, P.U.F., 1988.

DURAND M., L'enfant et le sport, Paris, PU.F., 1987.

FREUD A., Le Moi et les mécanismes de défense, Paris, P.U.F., 1973.

GALLWEY T., Tennis et psychisme, comment progresser par la concentration, Paris, Lafond, 1977.

KESTEMBERG E., L'identité et l'identification chez les adolescents, la psychiatrie de l'enfant, 1962, 5, 2, pp. 441-522.

MALEWSKA-PEYRE H., TAP P., La socialisation de l'enfance à l'adolescence, Paris, P.U.F., 1991.

MARCELLI D., BRACONNIER A., Psychopathologie de l'adolescent, Masson, deuxième édition, 1988.

PERRON R., Genèse de la personne, Paris, P.U.F., 1985.

THILL E., Sport et personnalité, J.-P. Delage, éditions universitaires, 1975.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540