Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. Aux sources de la pratique sportive

Table ronde : "Premières impressions sur le film"

Pierre Préziosi, Nicole Darrigrand, Pierre Villepreux, Jean-Paul Schneider, Pierre Préziosi, Michel Helly, Robert Denel, Eric Firoud et Ernest Gibert

Texte intégral

Docteur Pierre PRÉZIOSI

1J'ai été intéressé par le mode d’entrée de la pratique sportive qui est très souvent soit l’aspect emblématique ; soit l’imitation parentale ; soit souvent l’influence du professeur d'éducation physique qui peut être un modèle d'identification. Ce qui m'a étonné, c'est qu'aucun des enfants interrogés n'en avaient parlé. Mais la spécialisation d'une pratique peut être risquée. On devrait offrir aux enfants toute une panoplie de pratiques jusqu’à l'âge de douze ans. Seulement, ensuite il pourrait se spécialiser.

Nicole DARRIGRAND

2Le sentiment que j'ai retiré en priorité, c'est l'évolution formidable entre les gamins de mon époque et ceux de maintenant : dans leurs pratiques, dans les moyens qu'on donne à leurs pratiques, dans les facteurs déterminants à leur entrée dans le sport, dans la pédagogie et leur connaissance du sport. Ces enfants savent parler, acceptent l'échange. On n'aurait pas su le faire à leur âge.

3J'ai été frappée que la vraie connaissance du sport, ils l'avaient par la télévision (sur la triche, le dopage...). Un regret : que leur éducation leur vienne de la télévision. Ce n'est même plus l'école.

4Avant, on rentrait dans le sport, par la famille ou par l'école. Comme le Docteur Préziosi, j'ai été étonnée que les enfants n'aient jamais parlé de leur professeur d'E.P.S.

5Je pense qu'il n’y a pas de valeurs du sport. On trouve des gens dans le sport qui font que, de ce moyen, on tire l'essentiel pour le bien des jeunes, des femmes, des hommes et des êtres humains en général. Je rejoins Nelson Paillou quand il dit : "le sport au service des hommes et non pas des hommes au service du sport".

6Ces enfants m'ont paru très raisonnables. Il aurait fallu sans doute rester plus longtemps pour qu'ils deviennent provocateurs. En attendant, ils nous ont asséné quelques vérités, y compris que les valeurs ne représentent rien pour eux.

Pierre VILLEPREUX

7La notion de plaisir est souvent évoquée par les enfants. Leur liberté est un peu en cause dans le choix de l'action. Si ça leur plaît, ils continuent. Si ça ne leur plaît pas, ils arrêtent. Le plaisir est essentiel.

8Les motivations qui poussent les enfants à pratiquer une activité, c'est le milieu. Mais quand les enfants adhèrent à une pratique pour faire plaisir à la personne qui les a amenés à cette pratique, il ne s'agit plus de plaisir personnel. Le plaisir est aussi lié aux progrès qu'il peut faire.

9En tant qu'enseignant, j'ai essayé d'aménager mon enseignement de manière à ce que ces deux notions soient tout le temps présentes. A partir du moment où les objectifs ne sont que des objectifs de résultat et non plus éducatifs, il y a un décalage qui peut être nuisible à l'enfant.

Docteur Pierre PRÉZIOSI

10Le discours à caractère humaniste sur le sport est un vecteur à ne pas oublier. Je voudrais vous citer une phrase d'Albert Camus : "Ce que je sais de plus sûr sur la morale et sur les hommes, c'est dans un stade que je l'ai appris et c'est au sport que je le dois". Cette phrase est riche de tout l'humanisme du sport et nous met aussi à l'abri de toutes les dérives qui, hélas, apparaissent dans la bouche des enfants dès que la compétition commence à un niveau intensif. Il suffit de les entendre parler du dopage.

11Ne leur envoyons pas des images négatives comme le fait la télévision. C'est dans cette période, de sept à douze ans, qu'il faut leur inculquer cet amour de l'activité en elle-même et non pas forcément de la compétition. Malheureusement certaines disciplines exigent de commencer très jeunes pour réussir avec son lot de sélection, ce qui peut être dommageable.

Jean-Paul SCHNEIDER

12Je crois en effet qu'une chose a frappé dans ce que l'on a pu voir tout à l'heure, ce sont les effets contradictoires d'une part, appelons cela, d'un sens moral qui est présent et qui s'affirme dans le discours des enfants. Précédemment, j'évoquais une phrase prononcée par l'un deux "j'ai gagné, j’ai triché, c'est comme si j’avais perdu", puis de l'autre côté, la valorisation de la victoire : "quand on perd, on a honte", a dit un autre enfant.

13Je voudrais vous poser la question à vous qui, beaucoup plus que je ne le suis, avez trempé dans le milieu, qui vous êtes occupés de l'éducation des jeunes, de leur formation sportive. Quelle réponse voyez-vous à cette apparente contradiction et surtout quel point d'équilibre imaginez-vous au niveau des structures de l'organisation de l'enseignement qui permettent de concilier les deux, c'est-à-dire à la fois, cette valorisation de la victoire, et de l’autre côté, l'entretien de ce sens moral ? Il y a évidemment la solution évoquée tout à l'heure, il y a deux milieux : la cour, dans laquelle on peut tricher, le stade où il faut être sérieux. Mais je ne suis pas sûr que ce soit la solution pédagogique possible.

Pierre VILLEPREUX

14Il faut légitimer la production. On peut perdre et avoir bien joué. Cela aussi s'apprend.

Nicole DARRIGRAND

15La pression que font subir les parents sur les enfants est dangereuse.

16Les gamins n'ont pas parlé d'argent. Le sport est une affaire commerciale et la règle no 1, c'est la victoire. Quand Ronaldo a été blessé, Nike a exigé qu'il paraisse à l'écran. Cette obligation de victoire est incontournable. Parler alors d'éthique et de conciliation entre la morale et la victoire à tout prix est de plus en plus difficile. Seule l'éducation et la force de l'éducation peut empêcher ces dérives.

Jean-Paul SCHNEIDER

17En effet, dans ce que vous avez dit, il y a une chose que je retiendrai et sur laquelle peut-être il faut faire une petite parenthèse. L'USE est organisée conjointement par l'UNCU et l'USJSF. Malheureusement, Jacques Marchand ne peut pas être des nôtres actuellement, mais d'une certaine façon, vos propos, directement ou indirectement, peuvent l'interpeller, c'est-à-dire que lorsque vous évoquez l'impuissance de l'école, qui est quand même relative, vous dites qu’elle est en partie due à l’extraordinaire pouvoir pris notamment par les médias. Il est évident que ces enfants ont acquis une espèce de culture, et notamment tout ce qui concerne le dopage et qui inquiète le Dr Préziosi. A juste titre. Mais ils n'entendent parler que de cela. Et à force d'en entendre parler, ils se mettent à en parler eux-mêmes. Encore heureux s'ils ne font qu'en parler.

18Par conséquent, il y a là une responsabilisation des médias qu’il faut remettre à l'ordre du jour régulièrement jusqu'à ce qu'enfin elle s'impose. Je me souviens, lors d'une USE précédente, avoir entendu un journaliste, qui avait d'ailleurs du tempérament, proclamer "nous informons, nous ne formons pas". Ce n'est plus possible, désormais et je crois qu’il faut que tout le monde en prenne conscience. Cela dit, pour poursuivre le débat, je voudrais reprendre quelques-unes des phrases que l'on a entendues tout à l'heure et vous demander aux uns et autres de rebondir sur l'une ou l'autre de ces phrases.

19J'en ai retenu deux. Je garde la deuxième pour tout à l'heure. Voici la première : "le sport donne un sens à la vie". Dr Préziosi....

Docteur Pierre PRÉZIOSI

20Le sport n'est pas que le seul sens à la vie. Ce qui me surprend, c'est que quand c'est le cas, le grand champion s'arrête.

21Le sport est-il vraiment porteur d'un certain nombre de valeurs morales dans la vie en société ? Oui, mais ce n'est pas l'apanage du sport. Il y en a d’autres aussi.

Pierre VILLEPREUX

22Le sport est un excellent moyen d'éducation mais comme d'autres activités aussi. C'est une évidence. Pour conserver ce moyen, dans une bonne cohérence, le pratiquant ne doit pas avoir trop de contraintes Le haut niveau, c'est l'entraînement donc la répétition, ce qui explique que certains champions arrêtent complètement. D'un autre côté, ces champions trouvent toujours une activité autre dans laquelle ils s'impliquent, en fonction de leur âge.

Nicole DARRIGRAND

23Il existe une inégalité flagrante entre deux enfants issus de deux milieux sociaux différents dès qu'il s'agit de peinture, de musique. En revanche, en sport, cette différence n'existe pas ou moins.

24Savoir placer le sommet de sa réussite tient également de l'éducation.

25Le corps est un élément à mettre au crédit de notre évolution de civilisation. On reconnaît sa place désormais. Il faut donner aux enfants une culture générale du sport plutôt qu'une spécialisation.

Jean-Paul SCHNEIDER

26Je voudrais vous proposer une autre phrase, nous finirons là-dessus, c'est une phrase que Nelson aurait beaucoup aimé. Un des enfants a dit : "le sport fait bouger le monde". Comment voyez-vous l'avenir du sport, et surtout la possibilité pour le sport de faire bouger le monde ?

Pierre VILLEPREUX

27L'activité sportive fait partie intégrante d'une nation, des nations, donc de tout individu. Vers où va-t-on ? Vers toujours plus d'élitisme ? Vers des compétitions les plus spectaculaires possibles ? Ce qui pose le problème de la gestion entre l'économie et le sport. Pourra-t-on conserver la dimension humaniste dont on parle depuis trois jours et cette attirance vers le spectacle, le beau avec des avantages financiers pour ceux qui le pratiquent ?

28Il faut essayer de préserver au maximum toutes les valeurs qui sont présentes, dans tous les sports d'une manière générale. Comment ? On ne peut freiner l'évolution, ce qu'il faut, c'est la maîtriser et la contrôler.

Docteur Pierre PREZIOSI

29"Faire bouger le monde" : l'effet mobilisateur peut être intéressant. Oui, si c'est inciter plusieurs enfants à pratiquer différents sports. Comme je l'ai déjà dit précédemment, il ne faut pas spécialiser les enfants jusqu'à douze ans. Seulement après, ils choisiront en fonction de leur personnalité. Puis, ils pourront prolonger avec le sport loisir qui possède des vertus sur le plan physiologique et aussi sur le plan de la personnalité (dépassement de soi, convivialité...). Le plus valorisant dans le sport c'est sa continuité. Ceux qui ont été athlètes et qui ne font plus rien aujourd'hui sont les plus en danger biologiquement parlant.

Nicole DARRIGRAND

30On ne peut pas inverser la tendance : l'économie, les médias... il y a une autre dérive qui peut s'accentuer. L'universalisme dans le sport, fidèle à la parole coubertinienne, peut provoquer l'effet inverse en développant un nationalisme et un chauvinisme exacerbés. La leçon que nous ont donnée les gosses c’est quand ils disent "j'aime bien une bonne action" et non pas "j'aime l’équipe de France".

31Il faut expliquer aux athlètes de haut niveau qu'ils ont une responsabilité vis-à-vis de ceux qui les suivent. J'attends que les jeunes champions fassent avancer la cause du sport.

Jean-Paul SCHNEIDER

32Faisons un point d'étape. La chose essentielle qui a été définie ici c'est que l'important dans la pratique du sport et l'enseignement du sport auprès des enfants devait être la valorisation du progrès, beaucoup plus que la valorisation de la victoire. Cela est fondamental et Pierre Villepreux a rappelé à quel point cette valorisation du progrès pouvait être génératrice du plaisir du sport chez un certain nombre d'enfants.

33La deuxième chose qui a été dégagée et qui me paraît également essentielle, c’est que dans cette pédagogie du sport, il est important de limiter au maximum les contraintes et en particulier les contraintes pesant sur les choix. Ce qui a été rappelé par l'un d'entre nous : l’école fournit précisément à certains égards, un lieu de liberté du choix, rôle que la famille ne joue pas nécessairement, bien au contraire, comme l'ont rappelé plusieurs enfants. D'un autre côté, ce qui me semble avoir été dit et répété avec force, c'est qu’il ne faut pas penser la formation sportive des enfants (jusqu'à l'âge de la puberté pratiquement : 14, 15 et 16 ans) en fonction du haut niveau, et de la penser en fonction de l'enfant en le replaçant au centre des préoccupations et non pas dans la pyramide élitiste qui est traditionnellement celle qui peut guider un certain nombre de formateurs.

34D'autre part, et j'avoue que je n’irai pas tout à fait dans ce sens là, Pierre Villepreux m'a paru bien pessimiste. Il disait que l'évolution était inévitable, que l'on allait de toute façon vers de plus en plus de "clinquant". C'est possible, mais je pense qu'il est de notre devoir de ne pas le croire. C'est peut-être utopique, mais je voudrais rappeler une parole d'Einstein que Nelson avait l'habitude de citer "c'est utopique, donc nécessaire".

35Cela dit je voudrais, pour terminer, rappeler une parole d'enfant, elle est très intéressée : "quoique vous pensiez de l'arbitre, ce n'est pas la peine de le frapper".

Michel HELLY

36Le véritable danger pour l'enfant, c'est l'adulte, c'est ce que j'ai entendu hier. Certes, mais que fait-on pour combattre cela car le vrai problème, c'est la formation des dirigeants et des éducateurs. Non pas la formation technique mais la formation humaniste, une formation de tolérance dans laquelle on a encore à faire. Il faut insister et faire passer ce message dans nos clubs suite à cette USE.

Jean-Paul SCHNEIDER

37Tu as tout à fait raison de le rappeler. L’USE est un lieu de propositions. Oui. Là où nous avons peut-être une coulpe à battre. Il ne suffit pas de proposer, il faudrait également appliquer. Posons-nous la question : dans quelle mesure, lorsque nous rentrons chez nous, essayons-nous concrètement de faire passer nos propositions ? Je ne dis pas qu'il faille tout changer, mais je ne suis pas sûr que toujours ce qui est élaboré ici au niveau théorique passe pratiquement dans les clubs. Sur ce point-là nous avons des efforts à faire.

Robert DENEL

38A-t-on besoin des mômes qui ne veulent pas de la performance ? Qui élimine-t-on en s'occupant de la performance ? Mon inquiétude c'est de savoir si l'on a bien géré les jeunes dont on s'occupe. C'est à ce prix que l'on n'aura pas besoin de s'attaquer aux valeurs du sport. Seul le sport est attaqué, la culture jamais.

Eric FIROUD

39Les clubs universitaires ont des centres de loisirs, utilisons-les ! Ce n’est pas avec deux heures de sport par semaine à l'école que les choses vont changer ! Pourquoi ne pas mettre en place les idées que nous développons à l'USE dans nos centres de loisirs ?

Jean-Paul SCHNEIDER

40Je voudrais attirer l'attention sur un risque. Il faut arrêter d'opposer l'école au reste. En effet, l'école n'a pas toujours les moyens de répondre à ce que l'on attend d'elle. D'un autre côté, pourquoi ne pas l'aider et essayer de faire des démarches complémentaires d'une part à l'école et d'autre part hors de l’école, dans le milieu associatif.

Ernest GIBERT

41Les propos qui viennent d'être tenus sont généreux, positifs, en grande partie contradictoires, je parle des dernières interventions. Cela montre bien la difficulté du sujet et je voudrais rappeler le danger, évoqué tout à l'heure, qu'il y a de penser que les adultes ont des vérités sur tout.

42Ce qui m'a frappé — chacun a vu ce qu'il avait envie de voir dans le film de ce matin — c'est que les enfants, bien sûr, parfois, répondaient par des stéréotypes. Mais jamais ils ne faisaient porter la responsabilité de quelque sujet que ce soit sur quelqu’un d'autre. D'autre part, chacun exprimait une opinion sans affirmer, à une ou deux exceptions près, que c'était la seule possible. J'aimerais qu'au moins, au niveau de l'Union Nationale des Clubs Universitaires, nous ne participions pas au sectarisme et à la langue de bois qui sont les deux caractéristiques actuelles du fonctionnement du monde du sport. Nous n’avons de leçon à donner à personne. Nous ne ferons rien, seuls, qui soit intéressant. Sans doute, nous devons tirer les leçons de débats comme ce matin pour essayer d'en appliquer les enseignements dans chacun de nos clubs. Mais les clubs universitaires ne sont pas un champ expérimental qui présente une valeur particulière. Le sport universitaire veut d'ailleurs s'y situer avec l'ensemble du mouvement sportif, c'est-à-dire le système sportif dans sa totalité.

43Je crois qu'il faut intervenir d’une autre façon. Poursuivons l'action que nous avons engagée avec d'autres. Rappelez-vous ce que nous avons fait avec les Assises Nationales du Sport, cela a été une remarquable réussite, puis comme un soufflé, elles sont retombées. Mais il faut continuer à travailler au sein du CNOSF et bien davantage dans chacune des fédérations, non pas pour imposer nos idées mais pour essayer de faire en sorte que, les thèmes centraux qui ont été abordés, soient aussi pris en compte, puis nous verrons quelle est l'opinion des autres.

44Ensuite, il faut de manière continue reprendre, sur le terrain, les enseignements de débat comme celui-là. Il ne faut pas être sectaire, et penser que c'est par principe que les enseignants détiennent la vérité. Si un enseignant détenait la vérité, cela finirait par se savoir, que ce soit à l'école, au collège ou au lycée, et même à l'Université. Si nous étions capables d'enseigner avec efficacité, on en verrait les résultats depuis longtemps. Nous ne devons pas culpabiliser mais arrêtons de croire que chacun possède la bonne méthode, et que c'est seulement parce qu'il n'a pas les moyens qu'il ne peut pas réussir. Ne vous méprenez pas sur ce que je viens de dire. Mon travail actuel consiste à aller crier pour obtenir des moyens tous les matins, je ne prétends pas que nous fonctionnons dans les conditions les plus favorables, mais cessons d’avoir une vue étroite.

45J'ai dit avec d'autres toute l’estime, toute l'affection que nous avions pour Nelson Paillou. Il était généreux, il avait des idées et il a commis, comme tous les responsables, des erreurs. J'ai aussi beaucoup d'estime pour Henri Sérandour, mais je ne crois pas que le mode de fonctionnement actuel du système dirigeant, à la fois au niveau du CNOSF et à celui de chacune des fédérations quelles qu'elles soient, soit garant de la meilleure efficacité. C'est un système de pouvoir où l'on prend du gras et des décorations, où l'on est de plus en plus coupé de la réalité, où l'on ment, sans doute encore plus qu'ailleurs, simplement pour garder ses privilèges. Il ne s'agit pas de dénoncer cela, il s'agit de trouver d'autres méthodes persuasives pour l'influencer de l'intérieur. Si nous n'y arrivions pas, il faudrait avoir le courage d'en tirer les leçons, j'espère que nous n'aurons pas à le faire.

46Pour conclure, il ne faut pas opposer le sport tel qu'il a été autrefois. On peut faire dire tout ce que l'on veut de Pierre de Coubertin, ce qu'il a écrit, ce que l'on croit en comprendre. Comme il a écrit plus de 3 000 articles, on arrive à peu près à trouver tout ce que l'on souhaite et toutes les contradictions que l'on souhaite faire apparaître. Il ne faut pas se fier au sport tel qu'il était vu au xixe siècle, à la fin du xixe siècle, au début du xxe, à ce qu'il est aujourd’hui, à ce qu'il sera dans 20 ans. Cela n'a de sens que si l'on s'inscrit dans un schéma évolutif, et c'est bien ce qui a été dit ce matin : ce qui fait l'un des intérêts du sport, c'est qu’il permet, comme sans doute d'autres disciplines, à l'enfant, à l'adulte, à l'athlète, quel que soit son niveau, de progresser, soit seul, soit dans un ensemble plus large.

47C'est ainsi qu'il convient de voir les choses. Pour assurer cette progression, il faut mettre en commun des moyens. Je ne crois pas que les clubs universitaires gagneraient quoique ce soit à s'isoler du reste du monde en s'enfermant dans un espace expérimental. Ce n'est qu'en continuant à travailler au sein d'un système, dont nous connaissons les insuffisances et où nous avons notre part de responsabilité, que nous arriverons les uns avec les autres à faire en sorte que le sport corresponde à l'idée que nous essayons de nous en faire.

48Je conclurai sur la question des valeurs. Il y a sûrement des valeurs dans le sport comme il y en a dans bien d'autres domaines, on peut s'amuser à les énumérer. Mais vous avez vu que c'est une question étrangère aux enfants. Cela ne veut pas dire qu'elle n'a pas de sens pour eux, qu'ils n'en ont pas une approche conceptuelle. Ils viennent chercher, par principe, non pas des valeurs mais un certain nombre de choses concrètes. C'est l'assemblage de ce "concret" qui fait que le sport est une activité susceptible d’être un facteur de développement, de rencontre et d'épanouissement de l'Homme. Cela ne lui donne pas une supériorité sur les autres activités sociales, mais c'est cela qu’il faut peut-être essayer de cultiver de nouveau, en partant des enfants, et non en partant de cette prétention d'adulte qui consiste à imposer notre vision, à ceux qui sont derrière nous, du moins dans les tranches d'âge, parce que nous ne faisons que reproduire sur eux nos propres frustrations.

49Je ne voulais pas qu’il y ait d'ambiguïté sur la position des clubs universitaires. Nous n'entendons pas dénoncer ce qui existe, nous n'entendons pas rester au niveau de généralités intelligentes, généreuses, nous essaierons d'expérimenter sur le terrain, le nôtre certes, ce qui a été dit sur le sujet ce matin. Cela n'a de sens que si nous pouvons faire partager cet intérêt à l'ensemble de la communauté, c'est-à-dire à l'ensemble du CNOSF et aux fédérations, en tenant compte du profil actuel des dirigeants.

Nelson PAILLOU "Les trois enjeux : l'enjeu éducatif1, l'enjeu politique, l'enjeu économique"

  • 1 Nelson Paillou (sous la direction), Les trois enjeux du sport Français, Paris, Dalloz, 1985. Voir (...)

50(...) Dans l'acte pédagogique du dirigeant sportif, l'athlète est bien considéré comme « sujet » et non comme « objet ». L'important, pour lui, est de « servir » le sportif et non de « s'en servir » et ce, quel que soit le niveau de la pratique sportive.

51Au nom de cette conception philosophique du sport, le mouvement sportif veut défendre et impulser, avec la même conviction, le sport pour tous, le sport scolaire et universitaire, le sport dans le monde du travail, le sport de masse, ou le sport de haut niveau, et les protéger au même titre des menaces de perversion qui les guettent.

52En ce sens, le mouvement sportif s'inscrit bien dans une conception humaniste du sport.

53Le désintéressement du militant du sport est, à bien des égards, le meilleur garant de la qualité de sa démarche, et impose la permanence de son rôle.

54Mais, parce que fier de ses conceptions, le mouvement sportif ne doit pas rester isolé dans sa tour d'ivoire, enfermé dans ses convictions.

55On peut continuer à croire aux vertus des valeurs traditionnelles et en même temps s'investir dans des notions prospectives.

  • 1 In Propos actuels sur l'éducation par J. Ardoino. Paris, Gauthier-Villars, 1965, p. 54. Collection (...)

56Il doit être attentif à l'observation chère à Jacques Ardoino qui remarque que : « L'humanisme de nos humanités est en passe de devenir une langue morte que l'on enseigne, que l'on respecte, comme le latin et le grec anciens, mais sans jamais plus les parler"1

57Ce serait un crime de faire de l'humanisme une langue morte...

58Il faudra le parler dans le vécu quotidien du xxie siècle...

  • 2 B. Berger, cité par Louis Armand et Michel Drancourt : Plaidoyer pour l'Avenir, Paris, Calmann-Lév (...)

59Pour cela, le mouvement sportif a le devoir d'évoluer, moins dans ses objectifs, que dans ses mentalités et dans ses structures. Comme le dit B. Berger : « Ce que nous devons apprendre, ce n'est pas à changer une fois, c'est à nous transformer sans cesse pour être toujours adaptés »2

60Son désintéressement ne le dispense pas du devoir impérieux de parfaire continuellement sa formation. La formation continue ne concerne pas uniquement les « permanents », fonctionnaires du mouvement ; elle s'adresse, avec la même priorité, aux élus. Le bénévolat, sous prétexte qu'il est acte volontaire, n'excuse pas les carences.

61Le désintéressement en lui-même ne saurait donner la compétence... Or, seule cette dernière confère la crédibilité.

62Le mouvement sportif, jaloux de son indépendance, ne veut être ni le « savoir-faire », ni la « courroie de transmission » des autres pouvoirs. Sa meilleure façon de renforcer ses acquis en la matière, ou de parer à des manifestations impérialistes, c'est de prouver ses capacités opérationnelles. Il doit trouver en lui-même, une grande partie des solutions qui lui permettront d'annihiler les danger qui pourraient le menacer. (...)

Des « Jeux de l'Avenir »... Pourquoi faire ? par Nelson PAILLOU Président du Comité National Olympique et Sportif Français2

  • 2 CNOSF Infos, 20 janvier 1983, p. 1-2 (extrait p. 1-2).

63Le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) s'est donné la mission prioritaire de contribuer à rendre ce pays réellement sportif. Pour cela, il se doit d'intervenir à tous les niveaux, du sport de masse au Sport de très haute compétition, en passant bien entendu par le sport scolaire, le sport universitaire et le sport dans le monde du travail, sans pour autant s'immiscer dans le rôle revenant aux Fédérations dirigeantes.

64Dans le monde sportif, comme dans bien d'autres malheureusement, il n'y a pas de panacée. C'est tout une politique qu'il convient de mettre en place.

65Il nous a semblé que c'est en faveur des Jeunes qu'il fallait imaginer la première opération de très grand envergure...

66De là est née l'idée des « JEUX DE L'AVENIR ».

67Afin d'éviter de mettre en place une opération de pure propagande sans lendemains, du type « poudre aux yeux », il convenait de fixer des Objectifs précis aux « Jeux de l'Avenir ».

68Bien sûr, il s'agira, en premier lieu, de sensibiliser l'opinion publique sur l'importance qu'il convient d'attacher au développement du sport en général et plus particulièrement du sport chez les jeunes.

69Rassembler plus d'un million de jeunes, de la phase locale aux finales nationales, est en soi particulièrement probant pour montrer l'intérêt que les jeunes apportent à la compétition pour peu qu'elle soit de qualité, c'est-à-dire Éducative.

70Il s'agira de prouver parallèlement qu'il n'y a pas antinomie entre la pratique dite de masse et celle de haut-niveau ou de performance.

71Le nombre impressionnant de pratiquants à cette compétition lui permettra indiscutablement de relever du « sport de masse ». Cela n'empêchera en aucune manière la mise en place d'une compétition « réglementaire » et « rigoureuse » permettant à 6 000 jeunes, qui se seront qualifiés au cours des phases départementales et régionales, de participer au Grand Rassemblement terminal réservé au finales.

72L'appellation « Jeux de l'Avenir » n'est d'ailleurs pas gratuite. « L'Avenir » proposé aux jeunes qui auront 13, 14 et 15 ans en 1983, c'est, entre autres, l'ambition de participer aux Jeux olympiques de 1992 dont la France revendique l'organisation. Ces jeunes n'auront-ils pas, à cette époque, 22, 23 et 24 ans, âges où ils pourront être opérationnels au plan international ?

73Mais les ambitions d'une telle entreprise ne s'arrêtent pas là.

74On regrette souvent que le passage des activités sportives pratiquées à l'école, à celles offertes par les clubs, ne se fasse pas harmonieusement.

75On regrette aussi, en dépit des progrès réalisés dans ce domaine, que l'école constitue un milieu fermé, ou, en tout cas, insuffisamment ouvert à la Vie.

76Tous les jeunes qui participeront aux « Jeux de l'Avenir » seront encore scolarisés. Mais, dans les communes où l'association sportive du collège ne pratique pas un sport inscrit au programme, le« club civil » local pourra s'engager.

77Il a donc été envisagé une compétition à 2 filières : une consacrée aux associations sportives d'établissements et l'autre ouverte aux clubs ainsi qu'aux sections sport-études.

78Des places seront réservées en finale bien entendu à chacune de ces filières.

79Sans doute, l'Union Nationale du Sport Scolaire (UNSS), parce qu’elle représente plus de 80 % du sport scolaire, en raison de sa compétence et de l'expérience irremplaçable qu'elle a acquise en organisant de très grandes compétitions (notamment les Jeux de Saint Médard) est-elle toute indiquée pour se voir confier le rôle de « maître d'œuvre » de l'opération. Mais la collaboration des dirigeants des ligues, des comités, et des Fédérations sera très largement sollicitée.

80Ainsi, les enseignants d'éducation physique et sportive et les dirigeants de clubs pourront-ils être associés dans une « action commune ». Comment imaginer une « passerelle » plus naturelle entre le sport scolaire et le sport civil, comment souhaiter une coopération plus étroite entre l'École, où les jeunes reçoivent une formation initiale solide, et les clubs, structure de base d'accueil du mouvement sportif où les jeunes pourront poursuivre leurs activités, s'ils ont décidé de se réaliser au travers du Sport ?

81Si les « Jeux de l'Avenir » sont appelés à constituer une motivation supplémentaire très importante pour le sport scolaire, ils sont aussi de nature à intéresser vivement les Fédérations sportives qui n'ont pas l'habitude de mettre sur pied des épreuves nationales dans des catégories d'âge en dessous de 16 ans.

82Comment ne pas insister enfin, sur la phase finale envisagée à fontainebleau et qui permettra à 6 000 jeunes de vivre l'expérience olympique.

83Pour la première fois de leur vie, durant 4 jours, dans un immense village de toile, vivront ensemble des jeunes de toutes les académies et pratiquant 8 disciplines sportives différentes : athlétisme, gymnastique, natation, basket-ball, football, handball, rugby et volley-ball.

84Une animation de qualité (sons et lumières, théâtre de nature, concerts...) prouvera, si besoin était, que Sport et Culture sont indissociables.

85Ajoutons que les majestueux parcs du Château de fontainebleau offriront un cadre idéal pour les cérémonies officielles d'ouverture et de clôture des Jeux.

86Et puis, et surtout, la notion de « fête », dont on peut déplorer qu'elle tende parfois à être oubliée dans notre pays, doit être revalorisée à cette grand occasion.

87Tout en ayant l'ambition de leur permettre d'atteindre, avec sérieux et rigueur, des objectifs sportifs, tout en favorisant l’occasion d'associer les enseignants et les dirigeants sportifs dans l'Action, tout en leur conférant la vocation de jeter des passerelles entre le sport scolaire et le sport civil, les « jeux de l'avenir », dans un environnement culturel de qualité, doivent être d'abord une grande fête joyeuse à l'intention de la jeunesse sportive de notre pays. (...).

Notes

1 In Propos actuels sur l'éducation par J. Ardoino. Paris, Gauthier-Villars, 1965, p. 54. Collection "Hommes et Organisation".

2 B. Berger, cité par Louis Armand et Michel Drancourt : Plaidoyer pour l'Avenir, Paris, Calmann-Lévy, 1961.

Notes de fin

1 Nelson Paillou (sous la direction), Les trois enjeux du sport Français, Paris, Dalloz, 1985. Voir "conclusion", pp. 76-77.

2 CNOSF Infos, 20 janvier 1983, p. 1-2 (extrait p. 1-2).

Auteurs

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540