Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. Aux sources de la pratique sportive

La parole aux enfants par Jean-Paul Schneider

Jean-Paul Schneider et Robert Denel

Texte intégral

Animateur : Jean-Paul SCHNEIDER
Professeur de Lettres à l'Université de Strasbourg
Vice-Président de l'UNCU

1Un film vidéo a été réalisé avec des enfants à qui l'on a posé un certain nombre de questions sur le sport.

2La projection dure environ une heure. Par conséquent, je vous propose de revenir sur le débat d'hier, débat en partie escamoté pour un problème horaire.

3Nous sommes tous partis avec un sentiment de frustration. Il faut que ces frustrations puissent s'exprimer aujourd'hui.

4Ce qui hier soir m'a frappé, c'est qu'on a entendu asséner un certain nombre de vérités. Je retiendrai deux ou trois idées. La première : le sport, une école de vie. La vie, un combat. Par conséquent, il est important de former l'enfant le plus vite possible au combat. Je résume à la caricature.

5Deuxième idée : il est dangereux de développer trop tôt chez l’enfant le sens de la gagne, d'autant plus que l’institutionnalisation de la compétition, dans la mesure où le sport est défini comme la compétition institutionnalisée. L'institutionnalisation de la compétition fait peser sur l'enfant un tel poids que cela le paralyse beaucoup plus que cela le développe.

6Enfin, troisième idée que je retiens c'est que la pédagogie par le jeu est un élément important et que c'est en tout cas cette pédagogie-là qu'il faut développer avant de lancer l’enfant dans la compétition, de le lancer dans ce système pyramidal avec l’objectif d'un sommet à atteindre.

7L'impression que j'ai retirée de ce débat, c'est que chacun semblait enfermé dans ses certitudes. Pour certains, cela a été très clair, même évident, la vérité était celle-là et pas une autre. D'un autre côté, ce qui m'a frappé aussi, c’est que chacun était persuadé qu'il faisait bien, qu'il avait raison, qu'au fond ce qu'il faisait était parfait. Finalement, il y en a eu un seul qui nous a dit « je ne sais pas », c'était Frédéric Krantz. Il a dit « au fond, moi je ne sais pas très bien comment répondre, comment me situer ». Par conséquent, je dirais que ces certitudes théoriques, quand il s'agissait d'un modèle de société, ou pratique, quand il s'agissait de pédagogie, curieusement étaient en contradiction avec ce que tout le monde semblait réclamer, c'est-à-dire un changement. Il ne faut pas que cela continue comme l'on fait. Alors je vous laisse devant ces contradictions et je vous demande si vous avez le moyen de nous proposer des solutions qui nous fassent sortir de cette impasse.

Robert DENEL

8Je souhaiterais apporter un petit commentaire au film.

9Tout d'abord, pourquoi ce film ? A un moment donné on s'est dit qu'il serait dommage de parler des enfants sans les faire intervenir du tout. Mais le faire face à un groupe comme le nôtre n'aurait pas été facile. On a alors tenté une chose pas évidente du tout, celle de faire une vidéo dans laquelle on les ferait parler. Il ne s'agissait pas ici de montrer ce qu'il font, il s'agissait d'essayer, c'est pire, de les faire parler de la représentation qu'ils ont du sport et de voir leurs réactions par rapport à toute une série de questions. Vous verrez, une vingtaine de sujets ont été abordés.

10On souhaitait avoir des mômes de 9 à 13 ans. On a donc fait deux séquences : l'une avec des jeunes de 9 à 11 ans, et l'autre avec des jeunes de 12 à 14 ans. Je dois dire que ce travail a été difficile. C'est Sylvie Hamez et Roger Pureur, qui encadrent le stage communication, qui s'en sont chargés. Je remercie au passage la Faculté des Sports de Lille qui a mis ses moyens à notre disposition. La période, il faut le préciser aussi, où l’on a enregistré la première séquence, c'était juste au début de la Coupe du Monde. C'est une précision importante. Quant au deuxième groupe, il a été interviewé vers la fin du deuxième tiers de la Coupe du Monde.

11Vous excuserez le bruit de fond. Mais pour que les enfants se sentent à l'aise, on a tourné dans un endroit qui leur était familier. Il s'agit de la bibliothèque du LUC. En effet, dans le cadre du Club Universitaire, les enfants viennent non seulement faire du sport mais aussi exercer d'autres activités, telles que la bibliothèque, l'informatique...

12Maintenant, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, nous allons laisser la parole aux enfants.

13Voici les grands thèmes abordés par les enfants lors des entretiens :

14Entretien no 1 avec Alexis, Jérémy, Amandine et Guillaume

Quel sport pratiquez-vous ?

Influence des parents - Les modèles

Quels sports regardez-vous à la TV ?

La célébrité - Retour sur les modèles (Michael Jordan...)

Y-a-t-il des sportifs que vous n'aimez pas ?

Les sportifs violents - Ronaldo (il n'y en a que pour lui) - Monsieur FIFA !!

La triche Le dopage

Quelle finale idéale pour le Mondial ?

Le Brésil achète les meilleurs joueurs - Les supporters L'équipe de France

Tous les joueurs ne sont pas français (Djorkaeff, Zidane, Deschamps...) Les sponsors de la Coupe du Monde Pourquoi faites-vous du sport ?

Le plaisir

Le sport et les efforts Sport physique, sport mental Du sport sans efforts Ping-pong, Formule 1...

Le sport, un défoulement Les valeurs du sport

15Entretien no 2 avec Laura, Angélique, Pierre-Alexandre, Nicolas

Quelle finale idéale pour le Mondial ?

Le brésil, on en a marre

Les arbitres, la triche

La gym, les juges, le patinage

Les efforts en sport et les efforts à l'école

Plaisir, passion

Le sport aventure

Il n'y a pas de jeu ni de règle

La Formule 1

Du sport pour les uns mais pas pour les autres La compétition, les règles

Retour sur l’aventure, l'escalade, l'épreuve, le dépassement de soi L'exploit

Les valeurs du sport

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540