Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. Le jeu contre le sport ?

Table ronde : "Faut-il interdire le sport aux enfants ?"

Ernest Gibert, Michèle Alliot-Marie, Claude Gauthier, Patrick Bourbeillon, Bertrand During, Pierre Parlebas, Frédéric Krantz et Pierre Villepreux

Texte intégral

Animateur : Ernest GIBERT

1Comme d'habitude le titre est provocateur, il y a à cela quelques raisons et poser la question n'amènera pas nécessairement une réponse définitive. Cette question peut sembler incongrue au moins pour deux raisons :

2D'abord parce que trente ans après mai 68 et le slogan "il est interdit d'interdire", allons-nous revenir sur les engagements de notre jeunesse ? Nous savons tous que le sport exerce une fascination considérable auprès des jeunes et qu'il est devenu de plus en plus difficile, peut-être est-ce heureux d'ailleurs, de leur interdire quelque chose ! Quelque chose, je n'ai pas dit quoique ce soit. Il y a évidemment des arguments qui conduisent à apporter une réponse positive et d'autres comme d'habitude, à répondre négativement. Il me semble que les dernières semaines, celles de l'été 1998 illustrées par deux événements sont, à cet égard, exemplaires. L'exemplarité positive du sport est tout à fait manifeste. Si l'on constate le mouvement de joie, de communion, de rassemblement des cultures. Je ne sais pas si le mot "classe" a encore un sens, des catégories sociales différentes, des ethnies qu'elle a provoquées et tout ceci ne peut être que très heureux. Cela doit nous conduire à dire "les enfants doivent faire du sport" parce qu'ils auront de plus en plus envie d'en faire.

3Et puis, il y a le mélodrame ou le psychodrame du Tour de France, les pantalonnades de quelques nains, pas seulement de la route. Ce n'est pas la première fois que le dopage fait des ravages, ça fait très longtemps que les uns et les autres sont au courant, tous au courant, tous responsables, mais le comportement enfantin, désintéressé, humain qui assure d'abord ne pas s'être dopés, menteurs ! De leurs entraîneurs, de leurs dirigeants, de leurs sponsors qui nient la réalité, menteurs ! Des médecins qui les préparent, de ceux qui les connaissent, qui feignent de ne pas savoir, menteurs ! De la direction du Tour de France, à commencer par Jean-Marie Leblanc, ancien coureur lui-même, professionnel d'une équipe qui était réputée pour ne pas fonctionner à l'eau claire, longtemps journaliste, meilleur observateur de ce qui peut se passer dans un peloton et qui dit "je n'avais rien vu !". Tout cela est désolant, attristant, ce n'est pas le cyclisme qui est en cause. Je ne veux absolument pas jeter la pierre, mais je veux simplement montrer, par ce mauvais exemple, que nous sommes tous responsables. Personnellement, j'ai passé souvent beaucoup d'heures à regarder le Tour à la télévision, en étant conscient de cela. Néanmoins dans les assemblées générales du CNOSF je ne me suis pas levé pour dénoncer ces perversions. Eh bien ! Quelle est la valeur d'exemplarité ? Elle est négative. Si on s’en tient à cette vision, il faut déconseiller la pratique du sport aux enfants.

4Alors vous le voyez, selon, non pas la discipline, mais l'événement qu'on considère, on peut apporter à la question tantôt une réponse positive, tantôt une réponse négative. Au fond, c'est une vraie-fausse question ou une fausse-vraie question ? C'est une question qu'on ne se pose pas d’aujourd'hui. Si ma mémoire ne me fait pas défaut, il y a environ vingt ans, Jacques Personne a écrit un livre où il déconseillait formellement la pratique du sport aux enfants. Il a eu beaucoup d'échos qui ne furent pas suivis d'effets.

5Aujourd'hui, nous souhaitons les uns et les autres, non pas apporter une réponse définitive mais faire en sorte que par le sport, les enfants, quel que soit leur niveau d'aptitude, trouvent un meilleur moyen d'épanouissement, à la fois personnel et social, dans les milieux dans lesquels ils vivent. C'est la raison de notre présence autour de cette table ronde.

6Avant de présenter brièvement les participants, je souhaiterais excuser deux d'entre eux : le Recteur Monteil, qui nous avait formellement promis de participer mais qui a été touché par un deuil cruel il y a seulement 48 heures. Mon collègue Jean-Paul Escande, que j'ai eu personnellement au téléphone, m'avait dit tout l'intérêt qu'il portait au sujet, son désir très fort d'y participer et le plaisir qu'il aurait à se joindre à notre réflexion collective et à vous rencontrer Madame le Ministre. Il nous a fait savoir hier que des raisons personnelles sérieuses l'empêchaient d'être parmi nous aujourd'hui. Alors, nous commencerons à travailler sans eux en espérant que les événements qui les touchent, compte tenu de leur gravité, leur permettront de reprendre rapidement leurs activités.

7Participeront donc à cette table ronde :

  • Madame Michèle Alliot-Marie, ancien Ministre de la Jeunesse et des Sports, député-maire de Saint-Jean de Luz,
  • Monsieur Claude Gauthier, ancien Vice-Président de l'UFOLEP, c'est dire qu'il connaît particulièrement les problèmes des jeunes,
  • le Professeur Pierre Parlebas que vous avez entendu hier, de l'Université Paris V,
  • le Professeur Bertrand During, de l'Université de Nantes, que vous avez eu le plaisir d'entendre ce matin,
  • Patrick Bourbeillon, qui a bien voulu répondre au dernier moment à notre invitation. Très connu ici même pour ses performances puisqu'il est encadreur national d'athlétisme. Il a été champion d'Europe du 4 fois 100 mètres dans une équipe, il est aujourd'hui entraîneur du jeune béciste Frédéric Krantz qui a la particularité d'être à la fois Vice-Champion d'Europe du 4 fois 100 mètres et licencié de mathématiques, alors qu'il n'a pas tout à fait vingt ans.

8Il n'y aura pas vraiment d'ordre de préséance. Nous souhaitons avoir une table ronde aussi ouverte que possible avec, non pas une série de monologues, mais des échanges entrecroisés qui permettront à chacun de s'exprimer à plusieurs reprises.

9Avant de lancer la première question, je voudrais simplement réinscrire cette table ronde dans la continuité des débats qui ont eu lieu hier et aujourd’hui. Je parle sous le contrôle de mes voisins de gauche Pierre Parlebas et Bertrand During. De chacune des demi-journées, une ou deux idées pourront nous servir peut-être de catalyseur pour le débat qui va suivre.

10De la discussion d'hier matin, j'ai retenu tout d'abord un malentendu qui est apparu évident lors du débat autour de la définition même du modèle. Puisque Pierre Parlebas avait donné deux définitions du modèle, rappelant que le modèle pouvait être quelque chose d'exemplaire qu'il fallait suivre. Mais que cela pouvait être aussi un outil d'analyse, en quelque sorte un révélateur d'une situation, qui de ce point de vue-là, n'était pas forcément quelque chose qu'il fallait suivre. D'une part, sans radicaliser à outrance la pensée de Pierre Parlebas, j'ai eu l'impression que ce qui se dégageait de ses interventions aiguillées par la salle, c’est que, finalement, le sport était surtout un modèle au deuxième sens du terme. D'autre part, le sport révélait, d'une certaine façon, une extraordinaire aptitude à s'adapter à des systèmes de valeurs parfois les plus contradictoires et que, du même coup, il apparaissait extrêmement hasardeux de parler de valeur spécifique du sport. A partir de ce moment là, dans quelle mesure peut-on parler d'un sport éducatif ?

11De la discussion et du débat de ce matin, je retiendrai essentiellement, sans pouvoir ici rendre compte de leur richesse, une ou deux idées, de façon à lancer le débat dès à présent dans la continuité de nos réflexions.

12J'ai donc retenu pour ma part une chose, c'est que finalement il était vain de déplorer, que ce soit sous couvert de conservatisme ou de modernisme, la perte d'un mythique âge d'or (l'âge d'or du jeu, l'âge d'or de la liberté perdue) et que d'autre part, nous vivrions aujourd'hui dans une sorte d'âge de fer, qui serait l'âge du sport. C'est-à-dire, l'âge de la contrainte. Il faudrait absolument essayer de sortir de cette contradiction, d'autant plus que comme toutes les déplorations de l'âge d'or, c'est une déploration disons d'un mythe et non d'une réalité.

13Bertrand During nous a proposé ce matin, de sortir de cette contradiction par un certain nombre d'outils d'analyse. Peut-être aurons-nous l'occasion d'en reparler tout à l'heure ? Mais, j'ai quand même eu l'impression que le débat (déjà hier d'ailleurs, à propos de la notion de contrat évoquée par Pierre Parlebas) tournait autour de la notion de liberté, de l'apprentissage de la liberté et du même coup la question "faut-il interdire le sport aux enfants ?" peut prendre, en effet, différentes formes. Non pas, faut-il interdire le sport aux enfants ? Mais comment faire pour que l'enseignement du sport devienne un enseignement de la liberté, avec toutes les contradictions d’ailleurs, qu'implique ce concept même de liberté.

14Pierre Villepreux, en fin de matinée, a évoqué un problème important et a ouvert les pistes d'une réflexion pratique. En nous disant simplement, nous avons tort d'appliquer à l'enseignement du sport aux jeunes, des modèles qui sont des modèles applicables aux adultes. C'est ce transfert qui est finalement à l'origine d'innombrables difficultés, voire d'un certain nombre de contresens pédagogiques.

15La première question, nous souhaiterions vous la poser Madame le Ministre : "faut-il continuer dans la voie que nous avons dessinée ? Faut-il continuer dans la pédagogie du sport telle qu'elle était appliquée depuis longtemps, quitte à relever ces espèces d'anomalies, que soulignait par exemple ce matin Pierre Villepreux ? Où faut-il changer ? Et s'il faut changer ? Comment ? Dans quelle direction ? Et pour quoi faire ?"

Madame Michèle ALLIOT-MARIE

16Je voudrais d'abord vous remercier de m'avoir invitée à participer à cette table ronde, ce qui me permet à la fois de retrouver des amis et surtout de me replonger dans des questions qui n'ont pas cessé de me suivre depuis que j'ai commencé à pratiquer le Ministère de la Jeunesse et des Sports, mais également dans les responsabilités que j'ai aujourd'hui. Alors, pour revenir à ce que vous disiez, comment faut-il pratiquer ?

17C'est un peu le problème des rapports du sport et de l'Education nationale que vous posez là, et il faut partir, à mon sens du premier principe. Le premier principe, c'est que pour moi le sport est un initiateur de vie. Je m'explique : évidemment c'est un élément d'épanouissement physique et de ce point de vue l'école a fini par l'admettre, je dis bien, fini par l'admettre, et il convient en la matière de rappeler le rôle de Coubertin ou le rôle de Nelson Paillou en hommage de qui vous avez organisé cette réunion, mais il ne faut pas oublier qu'au xviie siècle, au xviiie siècle, même au xixe siècle, la pratique du sport était bannie de l'enseignement, elle était même bannie de la vie. C'était quelque chose qui pouvait être, à un moment donné, un péché que de pratiquer le sport ou que de s'intéresser au corps. Cela a été une grande avancée, que de revenir, un peu comme l'avaient fait les Grecs ou les Romains, vers une conception plus globale de la formation et de l'épanouissement des jeunes.

18D'autre part, et là nous n'avons pas encore fait un effort suffisant pour l'intégrer, je crois qu'aujourd'hui la pratique du sport est un élément qui permet de pallier des carences de l'Education nationale. Vous me permettrez de le dire, à la fois comme universitaire car je n'oublie pas que je le suis, comme ancien Secrétaire d'Etat à l'Enseignement aussi, nous avons depuis plusieurs décennies, un système de l'Education nationale qui apprend des choses aux élèves, qui leur apprend ce qu’est la vie et qui ne leur apprend pas notamment que la vie est une compétition. A force d'avoir gommé les notes, à force d’avoir gommé le sens de la responsabilité à l'école, à force d'éliminer les redoublements et autres, nous finissons par avoir un système qui ne permet plus aux jeunes de se juger par rapport aux autres et qui ne leur apprend plus la compétition. Ils vont sortir de l'école, en étant complètement désarçonnés dans une société qui elle, est une société d'hyper-concurrence et d'hyper-compétition économique. Alors qu'à l'école, à tous niveaux, ils en ont été protégés. Or, le seul lieu où les jeunes ont encore une occasion d'apprendre ce qu'est la compétition, ce qu'est la nécessité de l'effort et du dépassement, c'est le domaine du sport. Et, en ce sens effectivement, il y a une sorte de complémentarité très étroite entre le sport et l'école. Alors maintenant, est-ce qu'effectivement la façon dont on apprend le sport à l'école est une bonne chose. Je dirais que non, ça n'est pas bien fait, même si nous avons fait, c'est vrai, beaucoup de progrès et dans notre région nous n'avons pas à nous plaindre. Depuis l'époque, où on se contentait de courir autour d'une cour de récréation étriquée en faisant deux ou trois mouvements de gymnastique, ce qui était la meilleure façon de dégoûter tous les jeunes de faire du sport, nous avons beaucoup progressé. Mais nous n'allons pas encore assez loin, et je vais peut-être en choquer certains, je dirai que le système de monopole de l'enseignement du sport par les professeurs d'éducation physique à l'intérieur de l'école n'est pas une bonne chose. Il faut aussi savoir reconnaître ce qui se passe à l'extérieur, notamment dans les associations sportives ou dans les clubs. Je vois trop de jeunes, qui vont se faire faire des mots d'excuses pour ne pas aller à la gym, et j'étais la première à le faire très honnêtement. Mais qui, par ailleurs, vont faire du tennis, du foot, du rugby dans un club à côté. Il serait nécessaire, dès lors qu'il y a reconnaissance de ces structures, d'admettre dans l'école que la pratique du sport fait dans d'autres cadres soit effectivement reconnue au sein de l’école. Par conséquent, elle permet une dispense régulière et non pas mensongère de ce qui se pratique au sein de l'Education nationale. Et là, je crois qu'il y a beaucoup à faire. Ceci dit, un nouveau problème va se poser aussi car je ne suis pas sûre, aujourd'hui (et j'ai eu l'occasion d'en parler avec certains présidents de fédération), que les jeunes aient envie d'aller dans ces associations. Le problème aujourd’hui c'est que ces clubs ou ces associations sportives ne répondent pas forcément à leurs attentes. Nous le voyons tous, et tous les responsables sportifs le savent. Il y a de plus en plus une pratique sportive qui existe en dehors des associations et en dehors des clubs. Ce qui pose des problèmes financiers aux clubs mais plus généralement des problèmes de santé physique. Je ne sais pas si j'ai totalement répondu à votre question, mais je dis oui, il y a effectivement un lien très net dans la formation entre l'éducation classique et le sport.

19Attention ! je ne crois pas aujourd'hui que l'école soit la seule réponse à apporter à la nécessité d'épanouissement sportif de l'enfant.

Ernest GIBERT

20Merci, Madame le Ministre.

21Mais si vous voulez, à partir de cette déclaration, je crois que l'on peut poser deux questions complémentaires :

22La première, pourrait s'adresser à Claude Gauthier :

23Vous avez dit Madame : "le sport est un initiateur de vie", sans que ma question soit prise comme une critique. Elle peut cependant devenir celle-ci : avons-nous les bons initiateurs pour faire pratiquer le sport aux jeunes ? C'est à vous que je la pose, compte tenu de vos fonctions à la tête de l'UFOLEP-USEP et aussi parce que vous avez été inspecteur pédagogique régional.

Claude GAUTHIER

24Oui, le problème se complexifie sérieusement, mais je vois Madame Alliot-Marie qui nous envoie quelques vérités que je me permettrai tout de même de discuter. Je pense qu'il faut, pour être sérieux, formuler une analyse en termes de modèles. Je suis d'accord avec ce qui a été dit tout à l'heure, à savoir que pour réfléchir sur ce problème, il faut se doter d'outils d'analyse. Pierre Parlebas a caractérisé le sport comme une activité corporelle motrice — je ne vais pas dans le détail — avec des règles, avec de la compétition. On sait ce que cela veut dire, et tout ceci est institutionnalisé, à la fois de façon interne, par rapport à l'activité sportive, mais également dans l'engagement des Etats.

25Pour savoir si le sport est bon ou pas, il faut quand même passer par une analyse des dérives dans ces domaines. D'abord, quand il y a dérive, cela devient mauvais. Je ne vais pas lancer le débat parce que ce serait très long. Quelles sont les dérives quand on touche au secteur de l'activité motrice et corporelle ? Il y en a des dérives. Vous en avez évoqué quelques-unes tout à l'heure. Il y a aussi le problème des charges d'entraînement. Nous l'avions évoqué avec Madame Alliot-Marie s'agissant de la gymnastique, notamment des jeunes filles. Quels sont les risques par rapport aux règles ? Que l’on triche, que l'on transforme les règles... Quand y a-t-il dérive ? Lorsque les institutions qui gèrent le sport se l'approprient. Lorsque je parle d'institutions, je vais jusqu'au commerçant du sport ; il pèse de plus en plus sur le sport. Alors, à partir de ce moment-là, si l'on est capable d'analyser ce qui caractérise le sport par rapport à ces quatre points de repères, halte là ! Mais qui dit halte là ? Qui est en mesure de lancer cet avertissement ? C'est bien là la question.

26J'accuse les adultes. Je regrette, nous sommes devant une trilogie, à savoir : l'enfant, l’activité sportive et l'adulte. Tout cela n'est pas mystérieux, c'est animé par l'adulte. Quasiment finalisé par l'adulte, manipulé par l'adulte. Alors, si cet adulte est complétement inconscient, voire incompétent, on frise la catastrophe. Je suis un peu dur naturellement, mais des problèmes de ce type sont déjà arrivés. J'ai été entraîneur moi aussi, dans les années 1960 et 1970, en athlétisme. J'ai fréquenté comme Bourbeillon des gens très bons et des moins bons. C'est la qualité de ces médiateurs qui est en cause. Donc, c'est la formation de ces médiateurs qui est fondamentale. Ce n'est pas l'enfant, ce n'est pas le sport qui sont mauvais en soi. Ce sont ceux qui le font pratiquer, qui doivent tenir des rôles précis, au regard de l'éthique. Je parle bien d'éthique, en fonction de laquelle ils pourront séparer le bon du mauvais. Ne pas confondre le bien et le mal. Distinguer le bon du mauvais, ça ne s'improvise pas. Alors quand n'importe qui peut s'occuper d'enfants, n’importe où et n'importe comment, on va nécessairement à la catastrophe. Et après, on pleure tous ensemble. Je n'oppose pas l'Education nationale au club. J’ai visité pendant dix ans des enseignants d’éducation physique. C'est comme dans tous les métiers, vous le savez. Vous êtes à 90 % enseignants d'éducation physique dans cette salle, alors on ne va pas faire ni "provoc", ni procès. Il y a eu des abus dans cette relation éducative ? Avant que tu fasses cet effort de théorisation, Pierre Parlebas, d'essayer de caractériser cette activité sportive, on se disait tout et n'importe quoi, on se le jetait à la figure, mais dans le désordre. Alors, moi je reviens sur mes bases initiales, discutons ensemble, mais dans l'ordre, comme je l’ai proposé tout à l'heure. Et là, on verra qu'à la limite, je vais être encore beaucoup plus provocateur pour rappeler ce que je disais ou j'écrivais même il y a plus de vingt ans. Que c'est dans le giron d'une université rénovée —je dis bien rénovée — qu'il faudrait vraiment former les cadres de la Nation. Afin que l'entraîneur et le professeur d'éducation physique qui se seraient fréquentés sur les bancs d'une université ouverte, avec des universitaires ouverts, puissent se reconnaître et travailler ensemble dans l'intérêt de la jeunesse. C'est aussi simple que ça. Alors arrêtons toutes les formations parallèles qui continuent à s'opposer, à savoir les brevets des fédérations, vous avez connu ça... vous avez les brevets d'état, le professorat de sport, toutes les fluctuations du professorat d'éducation physique et de la maîtrise... Rappelez-vous, c'est intéressant de connaître tout ça. Il faut arrêter, il y a un seul giron : c'est une université élargie et intelligente. Attention, ce n'est pas parce qu'ici il y a beaucoup d'universitaires que je vais vous dire que vous êtes les meilleurs. Il y a des secteurs, à l'université, où pour se faire une place on est prêt à tout ; y compris d'oublier l’intérêt prioritaire de ceux qui sont leurs élèves.

Ernest GIBERT

27Merci par vos derniers propos d’avoir rappeler ce qu'était un conseil d'université.

28On peut présenter la question sous une forme très pratique et concrète. Et j'aimerais, s'il le veut bien, m'adresser à Patrick Bourbeillon.

29Comment peut-on faire pour répondre aux attentes des enfants, en ne partant pas du principe que ce sont les adultes et spécifiquement les formateurs qui détiennent la vérité ?

Patrick BOURBEILLON

30J'aime le sport que j'entends un peu décrier, ici et là ; ça me choque un petit peu. Je crois au sport, il y a des gens par contre qui se servent du sport. Maintenant il y a des managers, des agents, des médias. On se sert du sport énormément, on ne voit plus que cela à la télé. Et les sportifs, eux-mêmes, vivent bien leur sport, contrairement à ce qu'on peut lire partout. Il y a des dérives, vous l'avez indiqué.

31J'étais encore la semaine dernière à Budapest où j'ai vu des garçons qui ont pris leur pied à courir. Dans ce cas précis, je suis vraiment content qu'ils fassent du sport. Je ne me pose pas la question de savoir : "Est-ce qu'il faut ou ne pas faire du sport ?". Pour moi, c'est entier le sport.

32Qu'est-ce qu'il faut faire avec les enfants ? Il faut les faire vivre, il faut les faire jouer, il faut leur faire faire du sport. Je crois qu'en lui-même, le sport est bon. J'en suis persuadé. On apprend plein de choses dans le sport : la déception, les peines, c'est comme l'amour. Je crois qu'on se pose parfois trop de questions à son sujet.

33Il y a des dérives, certes. Et il faut lutter contre. Moi ça me plaît de voir la police venir vérifier les valises, parce que nous, dans la fédération, on ne sait pas le faire.

Ernest GIBERT

34Merci Patrick Bourbeillon pour ce début de réponse. Parce que finalement, il n'en reste pas moins que des gens qui étaient des passionnés du sport, des pratiquants du sport, des amoureux du sport ont quand même souligné très souvent les risques que pouvaient représenter, disons une certaine manière de concevoir la pratique sportive du jeune enfant. Cela a été dit, rappelé. Les risques ne sont pas que médicaux, ce ne sont pas que des risques pour la santé de l'enfant. En effet, et, c'est la première question sur laquelle peut-être on pourrait commencer par revenir. Je vois Bertrand During qui approuve de la tête, peut-être pourrais-je lui passer la parole pour un début de réponse.

Bertrand DURING

35Comme d'habitude, je n'ai pas de réponse. En revanche, j'ai questions sur questions. Il me semble qu'on peut faire sur ses aspects un petit détour par l'histoire. Et constater qu'au départ (que ce soit pour Pierre de Coubertin, pour Georges de Saint-Clair ou pour tous ceux qui ont proposé le sport comme moyen d'éducation), il n'était pas question d'enfants. Je crois que le problème est là. Le problème de notre table ronde est : faut-il par provocation, interdire le sport aux enfants ? De Coubertin disait : "oui, il faut interdire le sport aux enfants", le sport c'est une éducation par le risque pour des adolescents que l'on virilise. C'est un risque qu'il faut courir, et c'est parce qu'on court des risques, qu'on s'y expose et qu'on va au bout de ses possibilités, que c'est éducatif. Mais ça bien sûr il ne faut pas le proposer trop tôt. Il a été assez clair pendant très longtemps dans notre histoire qu'avant de s'affronter à la compétition il fallait se préparer. On avait donc une organisation logique qui était : construisons la santé par l'éducation physique, reste d'ailleurs à démontrer si elle y parvenait ; ça c'est un autre problème. Ensuite, une fois les questions de croissance résolues, disons, pour aller à l'essentiel, une fois la carcasse consolidée et les capacités physiques bien mises en place, laissons alors les jeunes s'engager en compétition. Et je pense, pour relancer la question initiale, que ce problème du risque, auquel on expose des enfants jeunes, a été très bien perçu tôt dans l'histoire, parce que finalement, on sait que l'affrontement compétitif est apprécié par de très jeunes enfants qui n'ont pas intériorisé la gestion de leurs ressources, et qui peuvent donc aller au-delà de ce que ferait même un athlète confirmé, parce qu'on ne leur a pas appris ni à se préparer, ni finalement à gérer leurs ressources pendant l'épreuve. Ceci vient s'ajouter à tout ce que les médecins ont analysé fort bien, l'accumulation des micro-traumatismes dans certaines pratiques, etc., sur quoi je ne veux pas revenir car ça me semble aujourd'hui bien connu et surtout ce n'est pas de ma compétence.

Ernest GIBERT

36Pierre Parlebas, vous avez eu le mérite de présenter une définition du sport. Il ne s'agit pas d'y revenir, mais pour l'enfant, qu'est ce qui compte le plus, le jeu ou le sport ?

Pierre PARLEBAS

37On a parlé des attentes et nous, en tant que chercheurs, en tant que sociologues, c'est notre première préoccupation. Nous allons d'abord vers les personnes pour les interroger, pour les observer et nous procédons à des enquêtes. J'ai donc procédé à des enquêtes, notamment dans la région parisienne. Nous nous sommes préoccupés des attentes de l'enfant vis-à-vis du sport et des activités physiques, notamment à l'égard de la compétition. Et l'ensemble des réponses a montré d'une part : il n'y avait que 15 % des enfants qui étaient inscrits à l'ASU et 25 % des enfants qui souhaitaient faire de la compétition. Voilà le constat de la réalité des attentes. Alors, cela nous a fait réfléchir et nous avons observé les comportements des adolescents, des adultes d'aujourd’hui, nous en avons parlé un petit peu hier. Nous savons que, depuis 20 à 30 ans, il y a ce que nous avons appelé une rébellion à l'égard des clubs et des fédérations. Un grand nombre de personnes, de jeunes gens, de jeunes filles ont lutté contre l'embrigadement fédéral de type compétitif, pour trouver des formules d'actions parfois très vigoureuses, très violentes, mais, qui n'étaient pas encadrées par les réglements fédératifs, que ce soient les courses sur route, l'escalade, le canoë-kayak...Vous voyez à la fois de l'athlétisme, des pratiques de pleine nature, des jeux traditionnels. Nous constatons donc que la compétition fait problème, c'est un premier point.

38Comment devons-nous décider par rapport à ce phénomène compétitif ? Tout à l'heure. Madame Alliot-Marie a bien montré, je crois, l'intérêt de la compétition. Je vais essayer de faire la part des choses. Je pense, d'entrée de jeu, que la compétition est un élément important. C'est dire que la compétition permet d'affronter les situations, permet de se mesurer, de prendre des risques et permet de perdre dans les conditions d'un contrat social. Or, l'acceptation de la défaite est un élément important de la socialisation, la maîtrise de l'agressivité, dont on fait preuve dans une situation de compétition régulée par un contrat, est un élément important. Rappelez-vous ce que disait Alain : "l'enfant vous méprisera de l'avoir flatté, il vous remerciera de l'avoir forcé." Il faut mettre l'enfant, l'adolescent dans des situations de compétition, il le demande. Et nous l'avons constaté dans les centres de vacances. J'en ai dirigé plusieurs dizaines, avec des adolescents parfois difficiles. J'ai constamment recherché des situations de compétition au sens de situation d'épreuve, de mise à l’épreuve des capacités, des ressources des jeunes filles, des jeunes gens : nage sous-marine, voile, descente de rivière, activité acrobatique au-dessus de l'eau. Avec mon équipe nous avons constaté que tout se passait très bien. Les enfants en redemandaient. Alors, que se passe-t-il ? Peut-on y voir clair ? J'ai donc dit que la compétition me semblait intéressante, mais le sport n'est pas que compétition. Le sport c'est une compétition qui est prise en charge par nos institutions. Nos institutions, cela veut dire les fédérations, les sponsors, l'Etat. L'Etat, bien sûr, a son mot à dire, et dans certains pays, c'est l'Etat qui est responsable du dopage. C'est l'Etat qui a pris la main-mise totale notamment dans les pays de l'Est sur le sport. Ce n'est pas vrai pour tous les Etats, mais l'Etat peut intervenir avec des décrets divers selon l'orientation politique. Et, cette prise en charge de l'Etat, de nos institutions, nous n'y prenons pas garde. Nous pensons que c'est naturel ! Pas du tout, c'est profondément institutionnel. Prenons un exemple, dans mon centre, moi, j'étais compétitif, étudiant de l'ENSEP, j'ai participé, dès l'âge de 10 ans, aux compétitions. J'étais footballeur, j'adorais le surf. Et, je l'ai reproduit auprès de mes jeunes gens. Nous organisions des compétitions de sport collectif entre autres de volley-ball avec les centres qui étaient à côté. Et, je reprenais l'initiative avec mes collègues directeurs. Nous étions en situation de vacances, pas en clubs donc, en principe ce contexte permet de dédramatiser. Qu'avons-nous observé ? Et bien que nos jeunes se comportaient de façon très particulière lors des "compétitions" de volley-ball. Ils étaient tétanisés, alors qu'ils étaient très libres dans la vie quotidienne. Subitement, sur un terrain de volley-ball, ils devenaient crispés. Les moniteurs des différents centres devenaient injurieux parfois. J'ai vu, sur le terrain, les moniteurs injurier les enfants parce qu'ils avaient fait une faute. Et, j'ai appris, des animateurs qui me l'ont dit, qu'une partie, notamment des jeunes et des moins jeunes, ne dormaient pas la nuit avant les compétitions. Et, lorsque nous revenions avec nos équipes dans le centre, ce que demandait l'ensemble des animateurs et du personnel, ce n'était pas : "est-ce que vous vous êtes bien amusés ? Est-ce que ça s'est bien passé ? Mais, qui a gagné ? Qui a perdu ?" bref, c'est un exemple, mais ça dépasse l'anecdote. Dire qu'à partir du moment où nous entrons dans un cadre institutionnel, il y a une charge qui dépasse les personnes et qui fait passer la domination avant tout ce qui est éducation. Parce que, ce qui est intéressant dans la compétition, je l'ai dit tout à l'heure, c'est l'affrontement, la maîtrise de son agressivité, le contact avec l'autre dans une situation disons éventuellement de recherche de la victoire mais bien régulée. A partir du moment où l'institution le prend en charge, il y a un critère qui domine, qui est celui de vaincre l'autre à tout prix. Et c'est là l'origine des triches, c'est le "à tout prix", le dopage, etc. Et, c'est le risque. Alors pour ma part, je pense donc, qu'il faut que nous soyons très vigilants sur ce point car nous avons parlé éducation. L'éducation, ce n'est pas la recherche de la domination d'autrui. Aucun de nos systèmes éthiques, religieux et politiques ne prône cela. Que nous prenions nos grands systèmes politiques, j'ai lu avec attention les principes des différents partis politiques, qui ont été notamment publiés dans nos revues professionnelles, les journalistes sont allés voir les responsables. Tous prônent le développement de la personnalité, la recherche d'une socialisation, le développement de l'accueil de l'autre. Personne ne prétend développer la domination d'autrui, le terrassement d’autrui que nous recherchons dans le sport. Cette domination apparaît comme l’aboutissement à la sanction du sport. Or, cela devient le fer de lance, à partir du moment où c'est l'institution qui prime, où c'est le sport dans son organisation institutionnelle qui est valorisé. Je suis donc très partagé. Autant je suis favorable à la mise à l'épreuve, à la compétition, à l'affrontement, à l'agressivité maîtrisée, autant je pense que dans certains cadres, tout l'aspect éducatif risque de disparaître au profit d'une seule recherche d'une domination à tout prix. Un dernier mot, peut-être, sur le risque. Je suis partisan d'une pédagogie du risque, mais du risque maîtrisé, pas du risque des micro-traumatismes, du dopage, mais du risque du type émotif. Systématiquement, avec nos adolescents, nous recherchions les situations qui les mettaient à l'épreuve. Par exemple, la recherche d'un danger vécu subjectif dans les descentes de rivières. On faisait franchir les cours d'eau à 5-6 mètres au dessus de l'eau, nous faisions faire des épreuves gymniques avec des balançoires, des trapèzes au-dessus de l'eau. Bien sûr, tous les risques objectifs étaient quasiment supprimés, je n'ai jamais eu d'accident parce que, avec mon équipe évidemment, on ratissait le fond des rivières, on prenait toutes sortes de précautions professionnelles classiques pour un professeur d'éducation physique que je ne développerai pas. Cette pédagogie du risque nous semble souhaitable même si elle n'est pas assimilable avec le risque pernicieux qui a été dénoncé dans l'entraînement précoce. Moi aussi, j’ai assisté en tant que professeur à l'INSEP à l'entraînement des jeunes gymnastes. C'est horrifiant ! On retarde la croissance des jeunes enfants, on favorise le recrutement de ceux qui sont particulièrement petits. Vous connaissez tout cela : ça c'est le sport. Nous ne pouvons pas encourager cela. Donc nous devons réfléchir. Je ne pose pas la question : "faut-il interdire le sport ?". Pour moi la question est purement une provocation : à quelle condition l’activité physique et notamment le sport peuvent-ils s'inscrire dans les finalités éducatives reconnues par l’ensemble de la population ?

Ernest GIBERT

39Ou alors, devons-nous évoquer la possibilité de prévenir certains des risques d'une éducation prématurée par le sport ? Quelqu'un dans la salle a émis l'idée que, finalement, il y avait une sorte de première éducation que l'on pouvait imaginer par le jeu, ce qui, ultérieurement, deviendra l'éducation de la compétition par le jeu dans un premier temps de l'enfance. Et on a évoqué, en effet, certaines expériences que nous avons tous vécues, surtout les plus âgés d'entre nous, d'une sorte de premier contact avec la compétition mais une compétition non institutionnalisée, une compétition spontanée qui naissait sur les places publiques, dans les coins de rue, à partir des enfants que nous étions. Ces lieux de sociabilité, pour des raisons diverses, ont aujourd'hui pratiquement disparu ou alors ils ont été dévoyés et ils deviennent plus difficiles à contrôler. Mais la question est la suivante : "Est-ce que le club, est-ce que l'école, est-ce que la ville peuvent éventuellement recréer ces lieux de sociabilité spontanée qui permettraient aux enfants de prévenir en quelque sorte, dans un premier temps, ce qui risque de devenir ultérieurement les risques de l'éducation à la compétition ?" Je pose la question à Madame le Maire Michèle Alliot-Marie.

Michèle ALLIOT-MARIE

40Je crois qu'il y a un grand risque dans la généralisation. Nous avons commencé à le voir d'ailleurs. Il y a des problèmes de définition. Quand nous parlons des enfants, qu'est-ce que ça veut dire ? Est-ce que ce sont les enfants de 4 ans ou de 5 ans ? Est-ce que ce sont les enfants de 10 ans ou de 11 ans ? Désigne-t-on des jeunes adolescents ? De la même façon, on vient de le voir avec ce que disait Monsieur Pierre Parlebas, la compétition, comment faut-il la définir ? La compétition, c'est à la fois le trait spontané que nous constatons un peu partout et puis ce sont également les Jeux olympiques... Là, je crois, qu'il faut faire attention. La réalité ne saurait être la même, dans un de nos villages, dans une ville moyenne comme celle de Bayonne ou dans une grande ville. Très souvent, quand il s'agit de communautés relativement petites, il y a effectivement des lieux de pratique du sport qui sont en même temps des lieux de sociabilisation. Le club de village, nous le savons bien, c’est ce qui attire tout le monde, toutes les générations, c'est ce qui emplit le petit stade local. Traiter de la même façon les problèmes, j'insiste sur ce point, est une erreur. Il faut dire que dans les petits villages ce genre de questions ne se pose pas trop. D'ailleurs, c'est aussi dans ces communes qu'on a mis plus facilement en pratique les contrats bleus, le tiers-temps pédagogique et tout ce qu'on a essayé de faire. Parce que, finalement, il n'y avait pas non plus cette opposition un peu caricaturale que j'ai soulignée tout à l'heure entre l'enseignant et les responsables souvent bénévoles des clubs.

41En revanche, ce que j'ai vu dans les banlieues difficiles car, si j'étais Ministre des Sports, j'étais également Ministre de la Jeunesse, c'est que ceci n'existe plus : le club est un monde à part. Le monde où les jeunes des banlieues viennent casser la figure de ceux qui sont sur le terrain, car il y a un vrai rapport d'agressivité entre ceux qui sont ressentis comme faisant partie d'un lieu, et ceux qui sont à l'extérieur. En revanche, qu'est-ce qui marche dans ces banlieues ? Cela m'a beaucoup frappée, ce sont souvent de micro-associations. C'est bien la raison pour laquelle j'ai toujours défendu les petites associations, qu'elles soient sportives ou autres. Associations d'immeubles ou associations de quartiers qui connaissent la réalité, et où les jeunes se ressentent comme partie intégrante. Le sport y est utilisé comme un fantastique moyen d'éducation, de socialisation, de récupération des jeunes en difficultés, dans un certain nombre de cas. J'ai été frappée en allant en Seine-Saint-Denis ou en allant dans les banlieues de Lyon, de voir des jeunes qui devenaient le moteur d'une restructuration du quartier alors que certains d'entre eux avaient fait de la prison. Simplement parce qu'un animateur de sport, même de sport violent, réussissait à récupérer des jeunes. La volonté était bien au départ d'en découdre avec l'autre, de dépasser l'autre. La première chose qu'on leur apprenait, qu'on ne leur avait jamais apprise auparavant, c'était, en montant sur un ring ou sur un tatami, à saluer l’autre. C'était la première chose et c'était le premier geste de formation, le premier geste d'éducation. Ces petites associations ont réussi où nos grandes associations nationales ont échoué. Alors je dis : "ne généralisons pas". Dans un petit village, je ne suis pas sûre que ça marche, parce qu'il y a ce qu'il faut. Mais dans de grandes villes, il faut retrouver des lieux de socialisation, même s'ils sont différents de ceux auxquels on est habitués.

Ernest GIBERT

42Lorsqu'une question est provocatrice, inéluctablement les termes qu'elle contient sont ambigus. Par conséquent, cela appelle des réponses diversifiées. Le sport n’a pas pour les uns ou pour les autres le même sens. Il y a peut-être cependant, quels que soient les jeunes auxquels on s'adresse, un certain nombre de points communs sans reprendre la référence à la compétition. Il me semble fondé de dire que le sport est un lieu de rencontres, une découverte. Cela s'exprime à trois niveaux :

  • découverte de soi-même ;
  • découverte du lieu, de l'endroit, du support quelle que soit sa nature, dans lequel le sport s'exerce ;
  • découverte de celle et de ceux avec qui on le pratique ou de ceux qui vous encadrent.

43Voilà pourquoi les politiques globales, les grandes directives ministérielles, les préconisations des inspections générales, pour intéressantes et utiles qu'elles soient, mais le plus souvent fondées sur des constats basés sur le passé, sont probablement vouées à l’échec. Alors, comment faire, pour proposer un autre modèle qui permette que le sport pour les jeunes satisfasse la foule ?

Claude GAUTHIER

44Je ne peux pas répondre directement, mais prenons un exemple. Il existe dans notre pays depuis fort longtemps, une organisation nationale, l’UNSS. Le fonctionnement a été copié sur les structures ordinaires fédérales avec comme modèle, le modèle vraiment un peu archaïque du fonctionnement fédéral. On s'est trouvé, dans la gestion et l'animation de ces sports scolaires, devant les mêmes impasses dans lesquelles se trouvaient déjà les fédérations. C'est encore plus compliqué parce que ça touche tous les sports en même temps ; enfin, presque tous. Il y a, dans cette structure de l'UNSS, des capacités tout à fait nouvelles de faire vivre les enfants autrement, de tenir compte de leurs inspirations. Rappelez-vous mesdames, quelle lutte ! Pour faire pratiquer la danse dans le cadre des activités UNSS, c'était affligeant, affreux... les mâles régnaient sur le sport. Petit à petit, on y vient, il y a des rencontres de danse maintenant. Depuis deux jours que je suis ici, je n'ai pas entendu le dernier poncif à la mode. Comment faire avec le sport des citoyens ? Comme si le sport allait faire des citoyens. Faisons vivre les enfants ensemble à leur niveau d'aspiration et on verra bien.

45Hier soir, à la mi-temps, chez vous Madame le Maire, il y avait un petit qui nous vendait des billets pour jouer. En présence de mes deux éminents collègues sociologues, je fais l'intervieweur naïf et je dis à ce petit : "qu'est ce que tu fais ? Tu vas à l'école ?" Il me dit : "Ouais, je suis rentré au lycée." "C'est bien ! Tu fais du sport ?" Evidemment, il fait de la pelote dans un club, c'est évident. Et moi d'insister. "Est-ce que tu en fais à l'UNSS ?" Il savait parfaitement ce qu'était l'UNSS, comment c'était organisé. Il me répond : "non, je n'y vais pas", car il n'y a pas de pelote basque. Etonnant ! N'est-ce pas ? On est dans le pays basque, où c'est quand même une activité formidable, eh bien, nos chers collègues gestionnaires de l'UNSS trouvent moyen de brimer les gamins en ne faisant pas faire de la pelote basque à l'UNSS. Vous me direz : mais où on est là ? On veut faire de l'éducation, se rapprocher des besoins des enfants, de leurs envies, de vivre avec eux, de faire la liaison entre l'école et la commune, l'école et le club, l'école et la société. Et voilà, où on en est. C'est pour cela que je dis qu’il faut tout de même simplifier notre discours, être attentifs à ce qui se passe véritablement à la fois, dans la réalité de la vie, dans la mentalité de l'enfant de 8 à 17 ans qui évolue. Les lieux de socialisation, comme on disait, que nous avons connus, bien sûr que c'est terminé. Je voudrais simplement faire un petit point sur autre chose que le sport. Où est la sensibilité des jeunes aujourd'hui ? Est-elle essentiellement dans le sport de compétition ? Ils ont d'autres modèles, d'autres entrées culturelles et peut-être que, là aussi, nous devrions réfléchir en tant qu'éducateurs globaux. Peut-être ne devrait-on pas opposer ce qui s'appelle la musique, la danse, l'expression corporelle, le théâtre aux activités sportives. Car au fond, tout converge pour permettre à l'enfant de rentrer dans cette société. Arrêtons nos dichotomies, pensons à autre chose. Quelqu'un ce matin a posé la question : comment faire dans une commune pour surmonter la dichotomie entre le sport et la culture ? Il se trouve que j'ai été élu aussi, dans la vie, et que j'ai créé un Office des Sports de la Jeunesse et de la Culture. C'était en 1973. Et tout le monde se rassemblait dans cette structure de rencontres, exprimait ses besoins devant les autres. Ce qui permettait au pouvoir municipal local de mieux comprendre où étaient les problèmes de la jeunesse. On ne peut plus maintenant, dans la vie d’aujourd'hui, avec les problèmes de société et surtout pour ces problèmes qui touchent la jeunesse, rester cloisonnés dans nos affaires.

Ernest GIBERT

46Nous avons envie de nous adresser à notre nouveau Vice-Champion d'Europe, parce que nous avons peur qu'il ressente une frustration. Son jeune âge lui a évité de s'endormir, et nous craignions qu'il soit un peu attristé par les propos que nous tenons les uns et les autres. Il est déjà un adulte, il voit donc ce qui l'attend. Au fond notre interrogation à l'un et à l'autre est simple. Qu'est-ce qui vous a donné envie de faire du sport et qu'est-ce qui, selon vous, doit donner envie à un enfant de faire du sport, aujourd'hui ?

Frédéric KRANTZ

47Pourquoi fais-je du sport ? J’aime la compétition, j'aime gagner et je fais de l’athlétisme maintenant depuis sept ans. J'ai rapidement commencé par la compétition mais une compétition qui ne m'apportait rien de personnel. Les lauriers n’étaient pas pour moi. C'était par exemple pour l'équipe, pour le collège. Donc je n'ai pas eu de pression trop importante. Maintenant, je veux gagner pour moi. Bien sûr, quand j'ai le maillot de l’équipe de France je gagne pour l’équipe, mais je cours pour gagner, c'est très important. Je pense qu'il ne faut pas, pour les jeunes, une compétition trop précoce. Il y a des parents qui les poussent trop. Des enfants jeunes ? Cela veut dire pour moi 15-16 ans — on n'est pas encore capable de réfléchir par soi-même — qui sont poussés, qui sont blessés... C'est cela la compétition trop précoce. C'est le plus grand danger, je pense. Alors à propos de la justification : qu'est ce qui peut donner envie à des enfants de faire du sport ? Aller voir ses copains déjà, s'amuser, faire des rencontres, et puis je ne pense pas qu'on ait envie de gagner trop jeune, ce n'est pas naturel, ou alors on répète ce que les parents disent, mais c'est peut-être un avis tout personnel.

Ernest GIBERT

48Et selon vous, est-ce qu'il y a un lieu, une école, un club qui ne seraient pas institutionnalisés mais permettant de s'exprimer et de prendre goût au sport ?

Frédéric KRANTZ

49J'ai débuté par le judo. Mes parents m'ont mis au judo pour que je prenne de l'assurance parce que j'étais un peu timide. Après, j'ai fait de l'équitation, mais ce n'était pas forcément dans un club encadré. Puis, au lycée on n'avait pas d'installations extraordinaires... Oui, à l'école on fait du sport, on va faire du hand, on va faire du basket, on s'amuse entre nous. Il n'y a jamais cet esprit de compétition qu'on peut ressentir au niveau d'un championnat d'Europe par exemple, cela n'a rien à voir, c'est pas du tout le même milieu, c'est totalement différent, il faut bien faire la séparation des deux.

Ernest GIBERT

50Si je vous pose cette question, c'est parce que naturellement dans l'esprit des jeunes, y compris des très jeunes, il y a une identification symbolique qui s'établit entre le champion ou son image et ceux qui ont envie de faire, non pas qu'ils prétendent de réaliser le même niveau de performance. Mais ils sont un peu à la recherche du même type de sensation ou de perception.

Frédéric KRANTZ

51Non, je n'ai jamais de modèle. Je n'aime déjà pas le terme de modèle. Je préfère dire qu'on a des personnes qui nous servent de référence pour nous situer dans la société, pour bien savoir où on est. Et pourquoi prendre des sportifs plus qu'autre chose ? Parce qu'ils sont plus médiatiques ? Pour ma part, je ne trouve pas ça indispensable...

Ernest GIBERT

52Merci. Est-ce qu'on pourrait demander maintenant à l’entraîneur du Vice-Champion d'Europe quelles sont ses réactions à propos de ce qu’il vient d’entendre ?

Patrick BOURBEILLON

53Je le connais trop, ça me convient très bien. Sauf quand il dit que, dans la cour, il n'aime pas gagner. Moi quand j'étais dans la cour d'école et que je faisais un sprint avec un autre, j’avais envie de gagner, déjà, dès l’école. Par contre, je crois qu’on oublie quelque chose, c’est qu’il y a des fédérations dans le sport. J’ai entendu parler tout à l’heure d’aspect ludique, etc., mais on ne fait que ça avec les jeunes, si on ne fait pas du ludique avec les jeunes, on les perd, ils s’en vont. Ailleurs, dans la rue. C’est dire qu'on met des règles dans le sport alors qu’on a parlé à l'instant de jeux de rue, de basket de rue. Ces gosses trichent, ils font les règles eux-mêmes, celles qui les arrangent. Ce n’est plus du basket : là il y a une dérive. Voilà ce que j’avais envie de dire. Sinon, ça me convient très bien ce qu’il a dit. Je pense qu'on a les meilleurs techniciens du monde. J’ai entendu dénigrer le brevet d’Etat, le brevet fédéral. Sachez que les grosses fédérations font beaucoup de formation, il ne faut pas sous-estimer cet effort. Il y a beaucoup de bénévoles qui viennent suivre ces formations et qui, ensuite, s'entraînent sur le terrain, s'occupent de nos gamins. Il ne faut surtout pas l'oublier. Je suis "prof de gym" au départ, dans l'Education nationale, mais dans les fédérations, on fait aussi beaucoup de boulot, on s'occupe des gamins.

Pierre PARLEBAS

54Oui, il faudrait éviter un malentendu. On a parlé des sportifs de haut niveau. A mon avis c'est un cas un peu spécial. Il se trouve que j'ai eu le plaisir d'être en leur compagnie pendant de nombreuses années, à l'INSEP. A l’intérieur, il y a eu des champions, notamment des champions olympiques. L’un d’entre eux est même devenu Ministre. Je fréquentais quotidiennement ces jeunes athlètes de haut niveau. On dit parfois que ce sont des frustrés. On répète les échos qu'on entend dans le monde du sport et de l’éducation physique. Pour ma part, je m’inscris en faux contre cette assertion. Je puis dire que le contact que j'ai eu pendant des années avec les athlètes de haut niveau était très sympathique et j'ajoute, même, que la partie de ma carrière qui s'est déroulée avec des athlètes de haut niveau, vraiment en contact suivi, a été pour moi très agréable. J’ajoute que ces athlètes de haut niveau sont une élite qui a survécu par un véritable darwinisme sportif. C'est-à-dire qu'ils sont athlètes de haut niveau parce que ce sont les meilleurs qui ont été sélectionnés, qu'ils étaient adaptés à la situation et qu’ils s'y épanouissaient réellement. C'est une partie de la population chargée de qualités dans ce sens, mais ce n'est qu'une partie de la population, pour ceux qui fréquentent aussi, comme c’est mon cas, les populations moins favorisées du point de vue social et physique. Il y a un grand nombre de jeunes qui ne sont absolument pas adaptés pour le sport, c'est-à-dire pour la domination d'autrui, pour la gagne. Eh bien, il faut aussi s'en occuper et le rôle de l'éducation motrice, de l'éducation physique, c'est plutôt de s’occuper des plus faibles que des plus forts. Car les plus forts vont se débrouiller seuls et beaucoup de collègues sauront le faire. En revanche, les déshérités eux sont les malheureux, les malheureux moteurs, les malheureux relationnels, et nous pensons qu'il faut que nous nous occupions également d'eux. La compétition, trop chargée affectivement, risque de les enfoncer. Alors il faut être bien précis sur ce point, vous l'avez dit tout à l'heure Madame, je crois que vous avez raison d'éviter les généralisations. Le sport d'élite, le sport de haute compétition est un sujet et un domaine qui passionne beaucoup de personnes mais c’est réservé à un sous-ensemble bien particulier. Toutefois, ce n'est pas le champ d'expression de la grande majorité de la population vis-à-vis des enfants, des élèves.

55Quelle est notre finalité ? Mettre au service de leur épanouissement les activités physiques, voilà ce que nous recherchons. C’est aussi, on n'en a pas beaucoup parlé, mais à mon avis c'est très important, doter les enfants et les adolescents d'un bagage physique, d'un bagage technique et stratégique, qui leur permettra de vivre pendant tout le temps qui leur reste à vivre, des dizaines d'années, et d'exploiter un capital physique. Parce que nos enquêtes nous montrent aussi, qu'à partir de vingt-cinq ans il y a une chute fantastique de la pratique physique. A partir de vingt-cinq ans, dès qu'on est marié, on ne pratique plus le sport, la compétition c'est fini. Regardez le résultat des enquêtes. Autrement dit, nous risquons de travailler pour la petite tranche de la vingtaine d'années. Or notre rôle d'éducateur, d'entraîneur, de breveté, tout ce que l’on voudra, c'est aussi de préparer l'épanouissement de l'âge moyen, du troisième âge, enfin c'est de préparer l'avènement d'un certain bonheur, moteur de l'ensemble de la population. Cela se fera en plus de la compétition. Ici, nous sommes un certain nombre à avoir dépassé vingt ans, nous savons très bien pour nous qui avons pratiqué la compétition qu'à trente ans c'est déjà difficile, à quarante ans encore plus, à cinquante ans il n'en est plus question... Devons-nous abandonner la pratique physique, l'activité corporelle, la rencontre avec autrui, parce que nous ne sommes plus hyper-compétitifs ? Pas du tout. Les plaisirs de l'action, de la rencontre, de la confrontation, c’est aussi le bonheur ludique dans l’activité corporelle qui n’est plus un sport au sens fort. On ne s'inscrit plus dans une compétition à tout prix, on vit une relation avec, éventuellement, une recherche de réussite. Je milite un peu pour que l'on se soucie certes des athlètes de haut niveau, et pour nous c'est le secteur, c’est vrai, le plus passionnant, mais aussi de l’autre partie de la population. J'étais entraîneur de haut niveau... Quand on a une équipe qui devient championne de Trance et un athlète qui devient champion du Monde, c'est quand même passionnant. Mais ce n'est qu'un aspect de la situation. Je pense que nous devons former, on les appellera comme on voudra, des animateurs-éducateurs, capables de mener cette éducation. Aujourd'hui ce sont les professeurs d'éducation physique qui assument cela. J'estime que notre formation n'est pas actuellement satisfaisante, et je me bats pour changer cette formation. Mais les autres secteurs formés ne sont pas meilleurs. Les cadres sont moins bien formés, puisqu’ils le sont uniquement dans l'axe compétitif. Je pense donc que nous devons réfléchir aussi à la transformation de nos éducateurs. Il faudrait qu'à partir d'un tronc commun où toute cette population d'éducateurs sera formée sur les problèmes de motricité, de développement corporel, nous puissions prévoir des spécialités, des options, avec les entraîneurs, les gestionnaires, les chercheurs, les enseignants. Nous devons tous partir de ce tronc commun qui traite de l'action motrice, du loisir corporel. Il me semble que nos professions devraient prendre ce problème à bras le corps.

Ernest GIBERT

56La fonction de l'éducateur est en effet de préparer l'enfant à devenir l'adulte qu'il sera demain et de le préparer aussi au bonheur de l'adulte. Vous venez de le rappeler. Ce matin, Pierre Villepreux a évoqué, en faisant la critique d'un certain nombre de modèles de formation au sport de l'enfant, le fait qu'il pouvait y avoir d'autres modèles ou qu'en tout cas ils étaient à inventer. Je voudrais lui demander à présent s'il peut préciser sa pensée et, peut-être, aller jusqu'à nous donner l'ébauche de certains contre-modèles.

Pierre VILLEPREUX

57Après tous ces discours, la solution miracle, je ne l'ai pas, mais je suis un optimiste. Je pense qu'il y a moyen aujourd'hui, de fédérer autour des actions formatives beaucoup de monde, à condition bien sûr que l'on donne les moyens aux gens de fonctionner. Si tout processus éducatif vise effectivement l'épanouissement de l'individu, comme l'a dit très justement Pierre, eh bien, ce sont les éducateurs, les entraîneurs quel que soit le niveau de la pratique, du débutant au plus haut niveau, qui se doivent effectivement de faire devenir ces pratiquants ce qu'ils peuvent être tout simplement. Car s'ils ont le potentiel, il faut l'utiliser et surtout le faire découvrir. Cela, pour moi, est extrêmement important Madame le Ministre, les enfants qui sont à l'école et les enfants qui sont dans des clubs ne sont pas des enfants différents, ce sont les mêmes. Ce qui change, ce sont les formations qu'ils y reçoivent et les effets pervers qui peuvent se produire. On est loin de pouvoir d'un coup de baguette magique les gommer. On le sait bien. Quand Pierre Parlebas dit : "oui, on fait une formation commune avec, derrière toute formation, le plaisir de vivre sa motricité", c'est extrêmement important. Il n'empêche que si on va vers ça et si ensuite les enfants sont amenés à choisir vers quel sport ils veulent aller, il faut dire aux institutions fédérales : ne vous battez pas, ne vous concurrencez pas, n'allez pas chercher les gamins à 4 ans, pour leur faire faire des activités physiques de compétition. Or ça, c'est une autre discussion et je n'ai pas de solution. Personnellement, je n'ai pas commencé à jouer au rugby à 8 huit ans, ni même à 10 mais à 16 ans. J'ai vraiment vécu l'activité physique avec un grand bonheur jusqu'à cet âge-là. Et après, j'ai choisi et, comme par hasard, je n'ai eu aucun problème pour apprendre. En rugby, on essaie de développer ça : faire comprendre aux éducateurs que, effectivement, il n'y a pas de cassure, pas de rupture entre ce que l'on peut demander à des joueurs de haut niveau et ce que l'on peut demander à des enfants. Ce que l'on fera, c'est qu'on leur proposera une activité différente, des compétitions différentes, on leur donnera le moyen de vivre leur progrès dans le plaisir du jeu et d'abord du mieux joué, le jeu pour le jeu, cela a toujours était ma devise et le restera tout le temps.

Ernest GIBERT

58Le premier constat, c'est qu'il n'est pas d'éducation sans projet éducatif et qu'il faut savoir ce que l'on veut apporter à l'enfant et à quoi on veut le former. Sur ce point-là aussi, même si il a été dit souvent que le sport était un outil utilisé, parfois dévoyé, au service de tel ou tel projet idéologique ou politique. Je crois que, dans un pays comme le nôtre, il est parfaitement possible d’arriver à un consensus sur les objectifs à atteindre pour faire de l'enfant, ce que nous avons appelé tout à l'heure, la valeur fondamentale à laquelle nous sommes tous attachés, "un homme libre".

59D'un autre côté, je crois que ce qui a été évoqué aussi, c’est un problème de rythme, un problème j'allais dire de planification de cette formation. Il n'y a pas de formation sans un projet par étape. En effet, l'idée a été plusieurs fois avancée, qu'il y a un danger à lancer prématurément l'enfant dans un monde auquel il est étranger : une pratique de la compétition pour elle-même.

60D'autre part, cela a été souligné je crois, il faut prendre en considération l’importance de la dimension ludique à la fois comme initiatrice, mais aussi comme remède éventuel à certains dévoiements du sport qui ont été développés et définis par plusieurs d'entre nous. La question reste posée, le vice-champion d'Europe n'a pas vingt ans, nous a-t-on dit, c'est lui qui finalement, parmi nous tous, est le plus près encore de l'enfance. Il n'en reste pas moins, même si Pierre tout à l'heure a donné des éléments de réponse, que la question que l'on pouvait se poser était de savoir si il y avait un enfant dans la salle. Il n'y en a pas bien entendu, mais c'est là-dessus que je voudrais suspendre ce soir nos débats, il y en aura demain matin à 9 heures. La parole sera aux enfants.

61Avant de conclure cette table ronde, il nous reste à vous remercier Madame le Ministre. Dans quelques instants vous sera projetée la deuxième édition du journal de la cellule de communication qui a réussi un exploit véritable en réalisant en 24 heures deux journaux. En attendant, rendez-vous pour une prochaine université d'été où nous retiendrons sans doute comme sujet de débat : faut-il imposer le sport au troisième âge ?!?!

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540