Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. Le jeu contre le sport ?

Synthèse du débat par Sylvie Hamez

Sylvie Hamez

Texte intégral

Synthèse du débat

1Le jeu s'opposerait-il au sport ? Pour reprendre les propos de Bertrand During, deux constats s'imposent : "le sport se trouve exclu de la portée culturelle du jeu. Les jeux apparaissent comme constitutifs de la culture et comme contribution au lien social. Les sports quant à eux apparaissent comme expression du principe agonal dans le cadre des sociétés culturelles sans valeurs ni portée culturelle".

2Jean-Marie Brohm, dans son approche critique du sport, affirme pour sa part : "de nos jours, la culture se définit comme culture du corps, mais est-ce réellement une culture ? Le corps est actuellement entièrement objet, chose, source d'exploitation mais jamais sujet de plaisir ou de réelle liberté. Le corps individuel est le reflet totalitaire du grand corps social". Les acteurs du sport sont ainsi définis comme "les esclaves du rendement disponible de leur corps-machine", alors que les acteurs des jeux sont "sujets libres, corps-plaisir et non travail".

3Néanmoins, sur cette double opposition (chronologique et logique), Bertrand During conclut : "Les deux notions de jeu et de sport se précisent l'une et l'autre, l'une par l'autre. Les sports sont les jeux de nos sociétés. Ils évoluent avec elles mais il n'y a pas d'opposition radicale. En fait, malgré leurs différences, l'un et l'autre s'inscrivent historiquement dans la culture à savoir, même principe ludique, dépassement du quotidien, goût de la création.

Le sport innove-t-il ?

4Sur cette deuxième proposition, Michel Lenguin ouvrit le débat, constatant ne plus voir vraiment d'innovation dans les styles des équipes, particulièrement dans le rugby qu'il connaît bien.

5Pierre Villepreux apporta un élément de réponse : "La tendance du haut niveau, aujourd'hui, c'est de ne plus se centrer sur l'important, c'est-à-dire « le mieux jouer ». On se polarise désormais sur la préparation mentale et physique au lieu de mettre ces deux dimensions en complémentarité de la perception et du travail décisionnel du joueur. On lui fait croire qu'il suffit d'être bien préparé pour être performant. C'est vrai au haut niveau et c'est une dérive énorme. En ce qui me concerne, je pense que la formation doit être la même à tous les niveaux de jeu. C'est ce que j'essaie de faire avec l’équipe de France : continuer de donner aux joueurs le goût du jeu et du plaisir. Ce n’est pas toujours évident car, dans le haut niveau, on attend un résultat."

6Claude Gauthier rebondit sur les propos de Pierre Villepreux et appuya sa remarque d'un exemple historique : "c'est la responsabilité des adultes qui est en cause. Comment ont été formés ceux qui se sont occupés des enfants dans le cadre du développement et de la pratique du sport ? A une époque, on devenait entraîneur en apprenant à disséquer. On reproduisait à partir du modèle du champion. Nous étions héritiers du courant de l'école de Joinville. Les jeunes étaient placés dans un moule et cela a entraîné tous les échecs que l'on a connu.

7Ensuite, il y a eu le modèle de l'Est. L'équipe, c'était l'objectif général et l'individu était au service de l'équipe : télescopage d'un côté de l'hypertechnique, donc de l'individualisme, et de l'autre de l'hypercollectif."

8Mais innovation implique également acquisition d'automatismes. Bertrand During réaffirma : "nous avons besoin de nos automatismes pour créer."

Doit-on opposer jeu et sport ?

9Bertrand During devait poursuivre. "Nous sommes tous entrés dans le sport par le jeu. L'un des intérêts du jeu comme analyseur du sport, c'est de nous rappeler la nécessaire présence du sujet, de l'acteur en fait. Le sport redevient alors jeu de facteur dans un système. Ce système, qui se modélise, est nécessaire sinon les acteurs n'auraient aucun moyen de communiquer donc de construire quelque chose ensemble".

10Ces propos ne convainquirent pas Eric Firoud. "Le modèle aide l'observateur du passé. Le pratiquant est dans une autre dynamique. Il doit réussir à innover. Actuellement, nous sommes certainement dans une situation de progrès car on a réussi à intégrer le jeu dans le sport. Enfin, on prend en compte l'individu, donc l'humanisme."

11Pour Betty Lefebvre, cela ne fait aucun doute : "il y a hégémonie du discours autour du sport. Il faudrait réhabiliter le ludique. Dire que le sport c'est le travail et le jeu, la liberté, est peut être trop tranché. L'enfant est sérieux aussi quand il joue."

12Certes notre société est prisonnière de cet aspect dichotomique initial : une facette positive qu'elle appelle jeu, l'autre, négative qu'elle appelle sport. Les sports sont les jeux de nos sociétés. Le jeu sportif pourrait être le concept le plus large, le plus générique.

13Néanmoins ce concept de « jeu sportif » gêna Jean-Paul Schneider qu'il compara à un concept « chauve-souris », empruntant à Lafontaine : "je suis oiseau, voyez mes ailes, je suis souris, vivent les rats !". "Il faut replacer les concepts dans leur contexte historique. L'opposition entre le jeu et le sport, sorte d'essai de confusion, de mariage, me semble aussi représenter un moment de notre histoire, peut-être le moment de la cohabitation des concepts".

14Si le sport, celui du jusqu'au bout, de l'enflure et de la démesure ne ménage rien, ni les corps, ni les esprits, ni les sensations, il convient en retour de ne jamais le ménager. Ce qui fut fait lors du débat de cette deuxième matinée. Sans évoquer une rédemption, ou un quelconque exorcisme, le thème aura néanmoins fait son chemin. On s'est autorisé des hardiesses, on a brisé certains intérêts. De nouvelles formes de liberté se sont ébauchées. Mais on en connaît trop les réalités pour s'embarquer sur la même caravelle aux voiles gonflées d'images toutes faites et d'illusions.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540