Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. Le jeu contre le sport ?

Intervention de Bertrand During

Bertrand During

Texte intégral

Bertrand DURING
Professeur à l’Université de Nantes
Directeur de la Faculté des Sciences du Sport de Nantes

LE JEU CONTRE LE SPORT ?

1Les enfants comme les adultes, mais aussi les orchestres, et même les pênes des serrures jouent. La polysémie de "jeu" a souvent été soulignée. Quant à celle de sport, elle ne lui cède en rien, et l'extension démesurée de cette notion la prive de toute efficacité.

2Les dangers d'une telle indétermination sont bien connus : faute de savoirs, la pensée se contente d'images et de mythes. A moins qu'elle n'aille hardiment prescrire ce qui lui convient avant d'avoir étudié ce qui est.

3Frottées l'une contre l'autre les notions de jeu et de sport devraient se préciser l'une et l'autre, l'une par l'autre.

4De plus, puisque le caractère provocateur du sujet qui nous a été proposé implique une prise de recul, une attitude critique inséparable de tout choix humaniste, il apparaît légitime de transformer la proposition en question, ce qui est bien le moins si l'on souhaite s'approcher d'une réponse.

5Nous partirons du constat que le jeu s'apparente à la fête, et pose de semblables problèmes. Selon que prédomine dans son approche la mémoire ou l'imagination, ce sont, pour le jeu comme pour la fête, deux dimensions différentes qui sont retenues. D'un côté, le jeu peut être collectif, manifestation publique, participant au sacré, à la mise en scène des valeurs d'une société. De l'autre, il est divertissement profane, spontané, d'ordre privé, sous le signe d'une fantaisie qui s'affirme.

6Dans les discours qui opposent jeu et sport, il faudra prendre la mesure de cette opposition, et des contradictions qu'elle entraîne : le jeu s'oppose au sport de manière nostalgique, comme la société rurale traditionnelle s'oppose à la société industrielle et technologique, d'une part. Il s'y oppose aussi, d'autre part, de manière prospective, comme une société à venir — postmoderne ? — s'oppose à la nôtre, comme à la fois l'analyseur du malaise dans le sport, et l'espoir de son dépassement. Et cette double opposition se développe sans qu'apparaisse toujours clairement le partage des arguments. On peut pourtant faire l'hypothèse que les deux critiques, la nostalgique et la prospective, ne peuvent, au fond, valoir en même temps, ou du moins qu'elles supposent deux manières différentes de caractériser le sport comme fait de culture, et particulièrement dans ce qu'il implique pour l'individu, c'est-à-dire dans sa portée humaniste.

7Dans cette perspective, se demander si le jeu s'oppose au sport peut conduire à évoquer d'abord sa position, et à évoquer les raisons de la nostalgie pour un monde qui s'efface qui perce sous certaines analyses. A cette première forme d'opposition vient ensuite s'en ajouter une seconde, non plus chronologique mais logique : le jeu devient alors l'analyseur, le révélateur de certains traits négatifs du sport. Même s'il s'agit là d'une vision très négative, il convient de la prendre en compte, pour se donner, dans un troisième temps les moyens de la dépasser, et de rendre au sport toute sa portée ludique, c'est-à-dire humaine et culturelle.

I. le jeu contre le sport, et les critiques nostalgiques

8L'hypothèse classique selon laquelle le sport s'inscrit dans le développement des sociétés industrielles rencontre le thème, proposé par J. Huizinga dans son Homo Ludens (1938, trad. 1951) de déclin du ludique. "On peut affirmer du xixe siècle, que, dans presque toutes les manifestations culturelles, le facteur ludique passe notablement à l'arrière plan. L'organisation spirituelle et matérielle de la société entrave une action manifeste de ce facteur... Les idéaux de travail, d'éducation et de démocratie ne laissent guère de place au séculaire principe du jeu" (p. 311). Le développement du sport ferait-il exception à cette tendance générale : il n'en est rien, et pour Huizinga, la réponse est clairement négative : "En dépit de son importance aux yeux des participants et des spectateurs, le sport demeure une fonction stérile, où le vieux facteur ludique s'est presqu'entièrement éteint." (p. 316)

9La conséquence est d'importance : le sport se trouve exclu de la culture, sans valeur ni portée humaniste. La thèse de Huizinga est bien, en effet, qu'en matière d'humanité et de culture "tout procède du jeu". Les premières cérémonies sont des jeux qui consistent à mimer ensemble ce que l'on ne comprend pas : l'alternance des saisons, du jour et de la nuit, la montée du grain ou le pouvoir de la flèche... Poésie, musique, danse sont tout d'abord des jeux. Et ce sont des jeux qui imposent des règles aux affrontements, des cadres à la vie commune. "En conclusion, écrit Huizinga, la culture, dans ses phases primitives, est jouée. Elle ne naît pas du jeu, comme un fruit vivant qui se sépare de la plante mère, elle se déploie dans le jeu et comme jeu." (p. 280). La relation très forte qui est ainsi posée entre culture et jeu permet de conclure que le sport, s'écartant du jeu, s'éloigne en même temps de la culture.

10La position de Huizinga semble partagée par d'autres historiens des jeux. Ainsi, Philippe Ariès, dans sa "Petite Contribution à l'Histoire des Jeux" qui occupe une centaine de pages du célèbre "L'Enfant et la Vie Familiale sous l'Ancien Régime" (1960), écrit-il : "Nous avons de la peine à imaginer l'importance des jeux et des fêtes dans l'ancienne société, aujourd'hui où il n'existe pour l'homme des cités ou des campagnes qu'une marge très rétrécie entre une activité professionnelle, laborieuse, hypertrophiée et une vocation familiale impérieuse et exclusive... Dans l'ancienne société, le travail n'occupait pas autant de temps dans la journée, ni d'importance dans l'opinion... Par contre les jeux, les divertissements s'étendaient bien au delà des moments furtifs que nous leur abandonnons : ils formaient l'un des principaux moyens dont disposait une société pour resserrer ses liens collectifs, pour se sentir ensemble" (p. 104).

11Ch. Béart, de son côté, dans le chapitre histoire des jeux du volume Jeux et Sports de l'Encyclopédie de la Pléiade (1967, pp. I80-286) commence par citer le mot de Griaule selon lequel "une révolution peut abattre les cathédrales, mais n'empêchera pas les enfants à jouer aux billes". La permanence des jeux lui permet de les considérer comme le conservatoire "mal tenu" de coutumes et d'institutions passées, en même temps que comme la trace des "essais faits, au cours de ce même passé, pour créer des mondes imaginaires différents de notre monde". (p. 181) Dans cette perspective, se trouve une nouvelle fois soulignée la portée culturelle du jeu, dont le sport se trouve encore exclu. Pour Béart, en effet, "les temps modernes connaissent peu d'inventions ludiques" (p. 277) Et la période contemporaine, encore moins. "Que dire du xxe siècle ! Les petits dieux du jeu se cachent ? A moins que dans un monde qui naît après tous les brassages de races et de traditions qui ont marqué cette douloureuse gestation, l’instinct ludique cesse de regarder en arrière vers un passé oublié et se tourne vers l'avenir. Des autels des ancêtres, disait Jaurès, conservons la flamme, et non la cendre — mais la cendre était bien jolie" (p. 278)

12La nostalgie de l'historien, ethnologue, par ailleurs spécialiste des jeux des sociétés africaines est patente. Comme l'inquiétude devant l'universalisation du sport, qui s'impose en faisant disparaître les pratiques régionales et locales.

13Et même si les raisons qui fondent la critique du sport ne sont pas développées, elles apparaissent contenues dans le principe d'équivalence énoncé par Huizinga entre jeux et culture, qui s'accompagne d'un principe d'extériorité entre sport et culture.

14Résumons. Du point de vue de l'espace, les jeux s'inscrivent dans les lieux familiers, cadre d'une vie quotidienne où le symbolique et l'imaginaire l''emporte sur le géométrique, alors que les sports, avec leurs stades, gymnases et autres piscines sont à l'origine d'un espace géométrisé, dépoétisé. Du point de vue du temps, les jeux font rupture, associés aux fêtes et renouent aux temps forts de la vie sociale, alors que les sports se caractérisent par des calendriers propres à chaque activité, définis par les Fédérations qui les organisent. Pour ce qui est de la définition des joueurs, ce sont les membres de la communauté villageoise ou citadine qui jouent, avec leurs caractéristiques d'âge, de parenté, de vicinité, alors que les sportifs se répartissent surtout par niveaux de performance. Enfin, l'activité ludique, qui met souvent en œuvre les capacités acquises dans la vie quotidienne dans un contexte de fête trouve sa signification profonde en dehors d'elle-même, alors que le sport, qui met en œuvre des techniques du corps originales, faisant l'objet d'apprentissage et d'entraînement organisés, trouve son sens en lui-même. Les jeux ainsi caractérisés s'inscrivent dans l'''ancienne société", celles des solidarités villageoises ou de quartiers, celle des rapports de parenté et de voisinage, qui trouve sa cohérence dans une vision poétique, sacralisée du monde. Les sports de leur côté renvoient à l'égalité des sociétés démocratiques, reproduisent l'organisation sociale issue du travail, véhiculent une vision scientifique et désacralisée du monde.

15Sans contester l'intérêt de cette approche — que l'on trouvera développée et illustrée dans Des jeux aux sports, où l'analyse s'attache à montrer comment on peut mettre en relation le passage des premiers aux seconds avec les transformations du statut du travail, de la technique et des modalités du corps, comme avec l'évolution de la définition de l'enfance et de l'éducation, à partir du moment où les "Lumières" s'en prennent à l'ancien monde, il nous faut cependant souligner qu'elles conduisent le plus souvent, comme c'est le cas avec les auteurs cités plus haut, à définir les jeux comme constitutifs de la culture, et comme contribution au lien social. Alors que les sports apparaissent comme expression du principe agonal dans le cadre des sociétés industrielles sans valeur ni portée culturelle.

16Sans développer la critique, pour clore cette première partie, il semble qu'on puisse déceler dans le point de vue qui vient d'être présenté une illusion symétrique : le principe agonal qui est à l'œuvre dans le jeu est masqué, au profit de l'affirmation de leur portée culturelle, dans les sports où sa présence est affirmée, c'est celle d'une dimension culturelle qui est niée Le problème central est bien celui de la violence, dans sa relation à la culture. Notons qu'il aboutit, dans le volume de l'encyclopédie de la Pléiade Jeux et Sports au curieux paradoxe que souligne le titre : dans la première partie, l’agon est l'une des quatre dimensions du jeu, définies par Caillois, et qui sous-tendent l'ensemble des analyses. Ce qui n'empêche pas le sport d'être traité dans une deuxième partie, sans lien marqué avec la première...

II. le jeu contre le sport, les critiques actuelles et prospectives

17Même si elles n'en ont pas toujours conscience, les critiques actuelles du sport ne sont pas sans liens avec celles que nous venons d'évoquer, ni sans rapport avec l'opposition qui les sous-tend, entre "l'ancienne société" et la société issue de la révolution industrielle et de ses conséquences. Défini comme institution gérant un spectacle universel à des fins de profit et d'encadrement — c'est-à-dire comme remplissant à la fois une fonction économique et une fonction politique — le sport aliène ceux qui le pratiquent, enchaînés par leurs "entraîneurs contremaîtres" à la recherche du rendement maximal (répétition, travail inlassable, surentraînement, dopage), et ceux qui le regardent, "meutes sportives" de supporters hurlants tout acquis au respect des hiérarchies, de l'ordre établi, des pouvoirs forts. On connaît la dénonciation de l'aliénation sportive entreprise par Jean-Marie Brohm et les siens, depuis Sport, culture et répression, publié en 1968 et 1972, qui systématise des articles antérieurs, et se prolonge par la suite de nombreuses publications.

18Sans pouvoir ici non plus développer l'analyse, il paraît intéressant d'en rappeler quelques éléments significatifs qui constituent une autre approche critique du sport, et peuvent conduire à la mise à jour d'une approche du jeu quelque peu différente de celle qui nous venons d'évoquer, à partir du travail des historiens et des anthropologues.

19Un aspect intéressant des analyses proposées et qui les différencie des précédentes tient à la place qu'elles font à l'étude de la place du corps dans notre culture. Ainsi, dans le chapitre intitulé "La civilisation du corps : sublimation et désublimation répressive" (op. cit., p. 61 à 91), J.-M. Brohm commence par poser le principe de la détermination sociale, "de la motricité, des gestes, des mouvements, de la sexualité, de la symbolique corporelle, des rythmes biologiques fondamentaux, du développement physique, de l'économie énergétique, de la gamme des sensations, des affects". On peut souligner la richesse de l'énumération, à laquelle fait suite une proposition délibérément sans nuance. En effet, notre auteur ajoute que "la culture capitaliste du corps... se résume en quelques mots : l'asservissement, la paupérisation physique, la répression instinctuelle, l'abrutissement culturel" (p. 62).

20L'analyse qui vient à l'appui mérite d'être évoquée. Au point de départ (p. 66) est rappelée la position de Freud, pour qui la civilisation se caractérise par la répression de la partie physique, instinctuelle de l'organisme — ce qui constitue d'ailleurs une lecture discutable. Or, de nos jours, la culture se définit comme culture du corps — et "l'explosion culturelle du corps est avant tout l’apparition massive des images du corps dans toutes les sphères des mass-media" (p. 64). La question que l'on peut alors se poser est celle de savoir si cette culture du corps est une libération du corps, une culture réelle, ou si elle ne serait pas plutôt une ruse de la répression, une sur-répression du corps ?

21A la répression des pulsions qu'organise le travail, qui réalise ainsi une "sublimation répressive" correspond dans le loisir une répression qui peut être qualifiée de sur-répression parce qu'elle est librement consentie, et qui prend la forme d'une désublimation répressive, puisqu'elle réalise un mouvement inverse de celui de la sublimation. Les saturnales, le carnaval représentaient dans la société traditionnelle un temps séparé, inversé, de libération des pulsions — sommées par la vie quotidienne de se sublimer le reste du temps. Intégrées, banalisées, les pratiques de nos sociétés qui s'y apparentent — musique, danse, sport — ne représentent plus qu'une sorte de carnaval quotidien, organisé et source de profits. En conséquence, comme l'écrit J.-M. Brohm pour conclure, "le corps est actuellement entièrement objet, chose, source d'exploitation. Il est objet technique, mais jamais sujet de plaisir ou de réelle liberté. Il est manipulé par des techniques, répertorié, intégré, pétrifié, exposé, et par dessus tout, contrôlé grâce à des formes techniques de bonheur qui font le bonheur de la technique, de la répression, de la paupérisation, de l'administration... Le corps individuel est le reflet totalitaire du grand corps social, il est même son langage, sa traduction immédiate" (pp. 90-91).

22La place faite au corps dans les analyses proposées — même si l'assimilation corps-instinct d'une part, inconscient-pulsion d'autre part paraît discutable — apporte un élément nouveau et semble correspondre à la prise en compte d'une exigence non rencontrée jusqu'ici : celle de distinguer les jeux physiques, les jeux qui mettent en cause la motricité des autres. Il n'est cependant pas évident qu'en se référant au corps on puisse gagner en précision, tant ce concept est lui-même insaisissable. Par ailleurs, quels rapports s'établissent, dans les analyses ainsi proposées entre sport et jeux ? Il est possible de faire correspondre un nouveau tableau à celui que nous avons construit au terme de la première partie. Simplement, l'ordre des colonnes s'inverse, le sport est traité d'abord, les jeux sont évoqués ensuite puisqu'ils lui succèdent et répondent, par leurs caractéristiques, aux principales critiques qui en sont faites. Pour ce qui est de l'espace, à celui, géométrisé, abstrait du sujet, s'opposent les éléments de la pleine nature, l'espace signifiant, d'une expression corporelle libérée. Du point de vue du temps, au calendrier imposé par les institutions sportives, s'oppose le temps vécu, librement choisi et investi de nouvelles pratiques. Les acteurs du sport sont définis comme les esclaves du rendement disponibles de leurs corps-machines, les acteurs des jeux seront sujets libres, corps-plaisir et non travail. L'activité sportive étant décrite comme ensemble de techniques assujetties au résultat dans une perspective compétitive, les pratiques à venir seront expression de soi, recherche de sensations et de plaisirs nouveaux, d'émotions partagées. "Eros, liberté, luxe pacifié, jouissance, libre création" (p. 67). La compétition s'estompe au profit de la coopération...

23En fait, même si l'analyse critique du sport s'est durcie et s'appuie sur un appareil théorique (Marx, Freud et certains de leurs successeurs) que nous n'avons pas rencontré dans la première partie, ce nouveau tableau d'opposition ressemble étrangement au précédent. Et cela du côté du sport comme de celui des jeux. La critique "prospective" bien qu'elle mette en œuvre des catégories et des concepts prestigieux, et argumente à partir d'une connaissance des derniers développements — ou des derniers errements — du sport, ne dit pas autre chose, du point de vue qui nous intéresse, que la critique nostalgique que nous venons d'évoquer. Le sport étant considéré comme asservissement, exploitation des corps, véhicule de l'idéologie dominante du triple point de vue du rapport à l’espace, au temps et à autrui, il se caractérise par la répression. Les jeux, les pratiques d'expression et de pleine nature se définissent au contraire du côté de la libération, du plaisir, de la création, et donc de la culture, d'une culture humaniste et non pervertie par le risque de la forme marchande.

24Ces quelques remarques peuvent conduire, pour terminer, à une question, qui est aussi un soupçon. En effet, que se rejoignent ainsi une nostalgie pour l'ancienne société — vraisemblablement idéalisée — et la critique actuelle, qu’elles se renforcent mutuellement signifie qu'elles relèvent d'une même construction, d'une philosophie comparable. Le seul moyen d‘en éprouver la validité est de la confronter aux faits en commençant par analyser ceux-ci pour ce qu'ils sont, ce qui suppose le choix d'une méthode, et la mise en œuvre d'une recherche portant sur la spécificité des jeux et des sports. C'est ce qu'il convient d'aborder maintenant.

III. jeux, sports et science de l'action motrice

25L'approche scientifique des jeux et des sports, définis comme activités dont la pertinence est motrice, est développée depuis une trentaine d'années par Pierre Parlebas, accompagné d'un certain nombre de chercheurs qui partagent ses prémisses. Il apparaît, au point où nous en sommes qu'une rapide évocation peut introduire au débat, et surtout nous permettre de sortir du cercle où nous sommes enfermés.

26Au point de départ quelques définitions opératoires sont proposées, qui font partie du considérable travail de classification conceptuelle publié par les premiers éditeurs sous le titre "Lexique commenté en science de l'action motrice". Nous en retiendrons, pour notre problème l'organisation suivante : l'ensemble du domaine concerné est abordé sous l'expression "jeu sportif" — qui désigne tous les jeux dont la pertinence est motrice. Il se subdivise ensuite en deux parties : celle des jeux traditionnels, souplement codifiés (règles locales, nombreuses variantes) et jeux institutionnels, d'autant plus strictement codifiés qu'ils sont régis par une institution spécialement créée à cet effet, fédération nationale et internationale.

27Ainsi, plus d'opposition a priori, mais une première organisation du domaine qui insiste sur le caractère institué — et donc culturel — de la différence, et rend possible d'en proposer l'analyse scientifique.

28Celle-ci passe, avant de se préciser, par une classification de l'ensemble des jeux qui vérifie l'hypothèse, dans la mesure où elle s'avère pertinente, à la fois pour les jeux et les sports. L'idée directrice est de classer les jeux à partir des problèmes qu'ils posent aux joueurs. Ceux-ci peuvent réaliser leurs performances seuls, en espace stable : courir, sauter, lancer, jongler, réaliser une acrobatie, nager... selon des modalités définies, en vue d'un résultat donne naissance aussi bien à ce que l'on appelait " jeux d'exercices" qu'à certains sports. Viennent ensuite les jeux et les sports où la présence d'autrui — partenaires et/ou adversaires — crée dans l'action une incertitude essentielle : activité de pure coopération, duel, duel d'équipes. Enfin, ces quatre classes de pratiques en espace stable peuvent se projeter dans un milieu chargé lui-même d'incertitude, pour donner chacune naissance à quatre nouvelles subdivisions d'une classification qui compte donc au total huit classes, et peut se présenter sous la forme d'un simplexe accueillant aussi bien les jeux traditionnels que les sports.

29L'outil construit, reste à en tester la validité : on peut y projeter aussi bien la répartition des épreuves aux Jeux olympiques (Parlebas, 1981,1986. During, 1989), les recommandations d'activités figurant dans les textes officiels de l'éducation physique (During, 1981), que les jeux d'Afrique (Mbodj, 1981. Ould Salek, 1978,1992), ou d'Asie (Baik, 1998). De la même façon, Pierre Parlebas peut s'en servir pour proposer une étude intitulée "Jeux d'enfants et culture ludique à la Renaissance" (à paraître).

30Lorsqu'on compare à l'ensemble des jeux de la Renaissance le sous-ensemble des jeux codifiés de la même époque, on assiste "à un effondrement des jeux coopératifs et des jeux psychomoteurs au profit des jeux antagonistes". Si l'on met en relation avec les Jeux olympiques contemporains, "les jeux individuels ont acquis une importance spectaculaire. De plus, parmi les jeux sociomoteurs, les sports d'opposition supplantent nettement les sports de coopération". Ces constats, établis à partir du traitement, pour la Renaissance, de deux corpus iconographiques représentant cent seize jeux, et reposant sur la comparaison des pourcentages de jeux affectés aux différentes classes donne à l'interprétation des bases solides. Ils permettent de plus de souligner la parenté inattendue qui existe entre les jeux de la Renaissance et les jeux traditionnels d'Afrique ou de Corée. Et la différence entre ces jeux et l'actuel système des sports.

31Un ensemble de définitions, une classification sont pour une démarche scientifique un bon point de départ. Mais il ne saurait être question d'en rester là. La science de l'action motrice, au-delà de ses premières avancées, s'est développée en se donnant pour but la modélisation du fonctionnement des jeux. Sont ainsi définis les réseaux de communication, les systèmes de scores, ceux des rôles et des sous-rôles et les codes praxémiques que l'on retrouve à la base de tous les jeux. Faute de pouvoir développer, illustrons de quelques exemples les différences qui apparaissent entre jeux et sports. Les réseaux de communication des jeux sont souvent plus complexes que ceux des sports : le réseau du volley-ball est une simplification de celui du ballon prisonnier. Pour les systèmes des scores, c'est souvent l'inverse. Parfois, dans les jeux, ils se réduisent au minimum, quand ils ne sont pas complètement absents. Pour ce qui est des rôles et des sous-rôles, c'est au contraire le sport qui simplifie. Il ignore le paradoxe, l'ambivalence, les changements brusques en cours de partie. Pour ce qui est des codes praxémiques, on peut faire l'hypothèse que ceux des joueurs sont plus variés, ceux des sportifs plus spécialisés mais aussi plus subtils. Bref, les possibilités de travail ne manquent pas, d'où nous retiendrons que les démarches qui font des jeux une réalité plus simple, de moindre intérêt, tout juste dignes de figurer au programme des initiations et des préparations se trompent sur la complexité de leur fonctionnement. Ici encore c'est en termes de différences significatives que se pose le problème.

32Non pas le jeu contre le sport ni le sport contre le jeu. Le jeu sportif, subdivisé en jeu traditionnel et jeu institutionnel, et l'affirmation d'une correspondance entre les jeux et les sociétés qui les produisent et qu'à leur tour ils révèlent. Entre les jeux qu'étudient les historiens, que collectent les ethnologues, et les sports se situe un événement majeur : la naissance des sociétés industrielles, de leur univers rationalisé, scientifique, et aussi lorsque tout va bien, démocratique. Comme l'écrit Pierre Parlebas, "le sport répond à une domestication progressive de la motricité ludique : domestication de l'environnement... mais aussi... des relations à autrui, par l'organisation de structures collectives précises (duels d'individus et d'équipes) et par l'interdiction de comportements jugés violents (op. cit.). A ces grandes caractéristiques s'en ajoute une dernière qui peut les expliquer : le sport est devenu un spectacle de masse, retransmis en direct par la télévision et "la haute technologie s'est introduite dans toutes les dimensions qui valorisent cet aspect spectaculaire".

33Etudiés dans leur logique interne, les sports se laissent classer comme les jeux, analyser avec les mêmes outils que ceux qui servent à comprendre les jeux. La question de leur appartenance à la culture ne se pose pas : les sports sont les jeux de nos sociétés. Ce qui implique qu'ils évoluent avec elles, et se transforment à mesure qu'elles changent. D'une pensée dichotomique fonctionnant sur l'opposition radicale jeu/sport, on passe à l'analyse nuancée des points communs — jeux et sports reposent sur les mêmes structures — et des différences — ils actualisent de manière originale ces structures. Il en va de même pour ce qui est du langage : toutes les langues articulent phonèmes et monèmes, chacune le fait à sa façon.

34Ainsi caractérisées, les différences deviennent fécondes, les faits s'éclairent les uns par les autres, et les interprétations ne résultent plus de jugements qui les auraient précédées.

Pour conclure

35Partir de l'opposition de jeux et des sports conduit à envisager les principales constructions visant à rendre compte du sens des pratiques motrices, de leur portée dans la culture.

36Nous avons d'abord rencontré les partisans du jeu, qui montrent qu'il est au départ de la culture, et reste constitutif de celle-ci, du moins tant qu'elle se renouvelle et se montre créative. Au jeu, principe de liberté, de création, d'exploration de nouveaux possibles, s'oppose le sérieux des visions désenchantées du monde, qu'illustre alors la rationalité sportive, de faible portée culturelle, parce qu'elle définit, réglemente, fixe et stabilise ce qui dans le jeu reste ouvert.

37Notons que cette position est discutée, en particulier par B. Jeu, qui considère que du point de vue de l'imaginaire, des émotions qui le constituent, le sport représente "la présence du tribal dans l'industriel", et n'est pas en rupture avec l'univers de jeux, des contes et des mythes.

38Pour rester dans la logique de l'opposition — les jeux contre le sport — nous avons ensuite évoqué la position de ceux qui, parce qu'ils proposent une approche du sport qui le définit comme aliénation, répression, et donc l'exclut de la culture humaniste, font émerger en contrepoint une image positive de ce que serait la contribution des activités physiques à l'épanouissement de la personne qui nous a semblé retrouver les traits du jeu, tels qu'ils sont décrits par les historiens et les ethnologues. Et qui correspondent à une vision non exempte de nostalgie.

39Pour sortir de ce qui nous est apparu comme un cercle logique, il paraît nécessaire d'abandonner les positions de principe, et d'adopter une perspective scientifique. Celle que propose la science de l'action motrice ne part pas de jugements de valeur — Vive le jeu, à bas le sport — ou l'inverse, mais étudie les phénomènes qui relèvent des mêmes structures dans leur organisation, dans leur logique. Ce qui permet ensuite à chacun de choisir en fonction du moment, du lieu, et de ses objectifs entre le sauvage et le domestique, le souplement et le strictement codifié, entre ce qui est institutionnalisé et ce qui ne l'est pas, entre ce qui est clair et ce qui est paradoxal, ambivalent...

40Même si l'imaginaire, la mythologie des jeux résonne encore, en écho parfois affaibli, parfois tumultueux, dans les sports, entre jeux et sports passe la même rupture que celle qui sépare sociétés traditionnelles et sociétés industrielles. Il ne faudrait pas cependant que la nostalgie pour les premiers, d'une part, la critique des seconds, d'autre part, nous conduisent à penser que puisque le jeu et le sport s'opposent plus qu'ils ne se ressemblent, tout ce qui est affirmé de l'un doit être nié de l'autre. Il faut se réserver le droit de dire que malgré leurs différences, l'un et l'autre s'inscrivent historiquement dans la culture.

41Ce qui pourrait se traduire par l'idée que l'un et l'autre incarnent, dans des contextes différents le principe ludique, ce goût de la création, du dépassement du quotidien, de la relation enjouée aux autres qui fait aussi bien les grands sportifs que les vrais universitaires, et que certains dirigeants, comme Nelson Paillou à qui ces journées sont dédiées, ont su incarner avec bonheur.

Bibliographie

Bibliographie

ARIÈS Philippe, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime. Paris, Plon 1960. Seuil, 1973.

BAIK II Bong, Analyse structurale des jeux sportifs traditionnels de la Corée du Sud, Thèse de Doctorat, Paris V, 1998.

BROHM Jean-Marie et ai, Sport, culture et répression. Paris, Maspéro, 1972.

CALLÈDE Jean-Paul, L'esprit sportif Bordeaux, PUB, 1987.

CAILLOIS Roger, Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1958.

CAILLOIS Roger (sous la dir. de), Jeux et sports, Paris, Gallimard 1967, (Encyclopédie de la Pléiade).

DURING Bertrand, La crise des pédagogies corporelles, Paris, Scarabée, 1981 et 1990.

—, Des jeux aux sports, Paris, Vigot, 1984 et 1992.

DURING Bertrand (coord. par), Valeurs de l'olympisme, Paris, INSEP, 1989.

HUIZINGA Johan, Homo ludens, Paris, Gallimard, 1951.

JEU Bernard, Analyse du sport, Paris, PUF, 1987 et 1992.

PARLEBAS Pierre, Lexique commenté en science de l'action motrice, Paris, INSEP, 1981.

—, Eléments de sociologie du sport, Paris, PUF, 1986. OULD SALECK Mohamed, Interactions sociales et pratiques ludomotrices, DEA, Paris V, 1990.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540