Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Synthèse du débat par Sylvie Hamez

Sylvie Hamez

Texte intégral

Sylvie HAMEZ
Journaliste à la Voix du Nord

1Le sport est toujours une source de mythes et de clichés, parfois sinistres, parfois brillants. Tour à tour enfer voué à la persécution des entraîneurs et à la victoire parfois sanglante ou eldorado aux parfums d'EPO ou de corruption, le sport apparaît aujourd'hui comme une pieuvre médiatisée et "marketisée" promise à une florissante destinée sous le règne du roi "money".

2Tous ceux qui se partagent un bout de stade sont désormais concernés par les opérations politiques et financières sur lesquelles ils semblent n'avoir plus aucune prise. A commencer par le bénévolat, fondement de l'humanisme sportif.

3Cette 15ème Université Sportive d'Eté, sous le signe de Nelson Paillou, a tenté de rassembler les forces susceptibles de ramener le sport à des valeurs de base réunies sous le mot commun de "humanisme".

4A l'heure du "tout scientifique", de la mondialisation informatique et de la sécularisation triomphante, parler d'humanisme dans le sport ne parait-il pas un peu "dépassé" ? Cela n'appartient-il pas à une époque révolue plutôt qu'à l'aube du troisième millénaire ? Le problème constitue un véritable puzzle dont les "Bayonnais" de quelques jours ont eu quelque mal à rassembler les morceaux.

5Néanmoins cette 15ème U.S.E. s'y est attachée. La convergence des passions, des dévouements, des idées de ses participants ont fait émerger quelques ébauches de solutions. Oui, la 15ème U.S.E. nous a peint d'un pinceau réaliste, un sport empreint d’humanisme, saisi d’un intense désir de vivre. Parce qu'il existe aujourd’hui des valeurs humanistes incontournables, évidentes et presque imperceptibles à la fois.

6La première journée sous le thème du "Spectaculaire modèle sportif n'allait pas manquer de le démontrer.

Du spectaculaire modèle sportif

7Pierre Parlebas, au début de sa conférence introductive, s'est attaché à expliquer, pour mieux le comprendre, ce qu’était le spectaculaire succès du modèle sportif auquel deux interprétations furent apportées. "Ce qui est imité (les champions sont des modèles dont les jeunes essaient de reproduire le comportement) et, ce qui imite (résumé simplifié qui se veut pertinent du phénomène étudié)."

8Le modèle sportif souleva de nombreuses remarques dans la salle. Notamment, Robert Denel fit part de son quotidien de dirigeant sportif : "j'ai pu observer que de plus en plus de parents souhaitent que leurs enfants fassent du sport mais surtout pas de compétition. Je n'ai pas trouvé d'explication dans vos propos..."

9Pierre Parlebas exposa, presque pessimiste : "Il existe bien une nouvelle demande. De nos jours, à peine un quart des enfants souhaite faire de la compétition. Le sport est né à un certain moment, il vit encore mais va être transformé ou disparaîtra. En ce qui me concerne, j'opte pour la transformation. Nous sommes dans une époque conflictuelle où s'affrontent le modèle classique, que j'ai défini, avec une autre conception, que j'ai évoquée, la rebellion.

10Depuis 1970, ont émergé des activités dites libres où le plaisir de l'action a supplanté le désir de la compétition."

11Abondant en ce sens, Jean-Michel Martin rappela le syndrome de Peter Pan évoqué par Alain Loret : "le rejet de ce sport, actuellement, n'est-il pas avant tout le refus d'un certain nombre de règles imposées qui ne permettent pas de progresser ?"

12Le débat était lancé. "A l'école, il est nécessaire d'aller vers l'identification des domaines d'action motrice et de bien les définir. Pour y parvenir, toute la profession doit être mobilisée. Nous devons associer les pratiques pédagogiques et didactiques pour mieux les enseigner et opérer nos choix en fonction de cela. Pour nos élèves, essayons de combiner le choix des pratiques sportives avec l'intérêt éducatif avança le sociologue.

Du caractère restrictif de la définition...

13Auour de sa définition du sport selon quatre critères (une situation motrice, un corps de règles, une compétition et un fait institutionnel), les questions fusèrent dans la salle. A commencer par Jean-Paul Schneider. Ce dernier fit remarquer avec regret qu'une définition traçait immanquablement des frontières. Il demanda ensuite plus de précisions sur le "fait institutionnel", puis, souleva l'intéressante question : "le sport a-t-il une autre valeur que celle, simplement, d'apprendre le conformisme au modèle, mais dans ce cas, au sens idéologique du modèle ?".

14Pierre Parlebas confirma qu'il était nécessaire de définir des catégories. "J'ai proposé une définition restrictive du sport car le propre d'un concept est de renfermer une réalité et de s'opposer au reste. C'est notre travail, en tant que chercheur, d'y voir plus clair. Il faut bien distinguer activités physiques et sport. La preuve, le mot sport est employé "à toutes les sauces". Les parents veulent que leurs enfants fassent "du sport". En fait, ils sentent bien que l'activité physique est éducative et qu'elle permet de développer la personnalité.

15Quant au fait institutionnel, il se définit par une approbation officielle marquée par l'agrément étatique. Enfin, pour répondre à la deuxième partie de la question sur le fait de savoir si le sport est éducatif ou non, je dirai : le sport peut provoquer des aliénations mais il n'est pas aliénant. Le sport n'est pas systématiquement éducatif car c'est un moyen de s'éprouver et d'éprouver la norme sociale dans une action qui peut être risquée et dangereuse. L'esprit sportif c'est le respect du contrat de la règle alors qu'on pourrait ne pas la respecter. La logique du sport c'est la domestication et la standardisation. Même si les situations évoluent, c’est inéluctable".

Comment concilier spectaculaire et éducatif

16Lors de son intervention Pierre Parlebas énuméra quelques traits du modèle sportif. "La sanction du sport — son résultat — est unidimensionnelle. L'histoire des modifications des règles s'est faite au rythme de croissance de la spectacularité des rencontres. Et la spectacularité n'est pas antinomique de l'aspect éducatif. Le duel d'individus ou d'équipes est l'un des modèles prévalants du sport".

17Jean-Paul Schneider suggéra d'ajouter à cette énumération un caractère qui est la réversibilité de la sanction ou plutôt son caractère non définitif. Ce qui n'est pas forcément le plus spectaculaire. Il apostropha ensuite Pierre Parlebas : comment concilier le spectaculaire et l'éducatif ?

18Ce dernier répondit : "le duel est certes l'image majoritaire du sport mais nous ne devons pas en faire le credo de notre culture et de notre éducation. Si l’affrontement est porteur de vertus éducatives, il faut également pratiquer d'autres activités davantage portées vers la coopération comme les activités de pleine nature".

19Il appuya ensuite sa réponse à l'aide d'un exemple historique. Norbert Elias, en étudiant la naissance du sport créé en Angleterre, a dit : il y a coïncidence entre le développement de la démocratie anglaise et le développement des passe-temps de l'aristocratie sous forme de sport. Avant, pendant les guerres, on achevait les vaincus. Dans le sport, l'équipe qui perd n'est pas assassinée et peut reconcourir l'année suivante. Il y a acceptation de l'alternance. Exactement comme dans la parlementarisation de la vie politique anglaise. C'est aussi l'une des caractéristiques du sport. Norbert Elias le situe comme indicateur du changement de mentalité.

20Quant au rapport entre spectaculaire et éducatif, il n'y a pas incompatibilité même si dans certains cas, cela peut l'être. Pierre Parlebas réitéra cette affirmation sur l'importance du rôle de l’éducateur. C'est à lui de choisir, dans le domaine d'action motrice, celle qui est la plus éducative.

Le modèle, anticipation sur l'avenir

21Eric Firoud revint sur la notion de progrès : "la lecture du modèle sportif pose un problème dans la mesure où l'on va construire, à partir de cette lecture, une politique du passé dite conservatrice. Le sport peut être lu différemment et peut être porteur de progrès. Cela me gêne que ne soit pas intégrée cette notion de progrès dans le sport".

22La réponse de Pierre Parlebas ne se fit pas attendre : "un modèle peut être une anticipation sur l'avenir. Un modèle n'est pas nécessairement l'étude du passé. Un modèle, surtout s'il est bon, permet la prédiction. Sur la notion de progrès, vous faites un glissement de sens car il y a deux acceptions. D'une part, progrès au sens technologique (donc quantifiable) et, d'autre part, progrès au sens normatif.

23Le sport est un phénomène social et, comme tout phénomène social, il est traversé en permanence par les grandes pulsions, les grands intérêts, les grandes ambitions et les grands idéaux de l'homme. En dehors d'aspects normatifs, je ne vois pas de progrès dans le sport, ce qui ne veut pas dire qu'il n'est pas le lieu de projection de capacités, de vertus ou d'idéaux.

24Le débat devait se terminer sur cette interrogation de Robert Bonnet : la tendance à la professionnalisation ne va-t-elle pas accentuer la scission avec les "amateurs". Corroborée par Henri Lambert qui exposa ses craintes jugeant qu'il était important de faire des différences de niveau dans la compétition. Peut-être est-il déjà trop tard ? Un sport-spectacle avec les "pros" d'un côté et de l'autre, un sport empreint d'humanisme.

25Le risque de voir le haut niveau basculer dangereusement vers le spectacle existe réellement. Mais la pratique éducative, sportive de la jeunesse n'est pas soumise à la répétition des pratiquants de haut niveau. A nous de prévoir cette distinction.

26Certes, le diagnostic tracé dès cette première matinée était loin d'être encourageant mais Pierre Parlebas apporta néanmoins quelques lueurs d'espoir et surtout de quoi alimenter les débats à venir.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540