Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Conférence introductive : « Le spectaculaire succès du modèle sportif »

Pierre Parlebas

Texte intégral

Pierre PARLEBAS
Professeur de sociologie à l'Université Paris V-Sorbonne
Animateur : Yves CHATEAUREYNAUD

1Vous présenter le conférencier de cet après-midi, Pierre Parlebas est un immense plaisir, parce qu'au fil de nos rencontres relativement fréquentes, quelquefois lointaines, j'ai toujours eu beaucoup d'intérêt à rencontrer Pierre et à échanger avec lui. C'est un honneur mais c'est également une charge redoutable.

2Pour vous tracer en deux phrases sa carrière, sachez que Pierre Parlebas a d'abord été normalien, puis a fait des études d'éducation physique, de psychologie, de mathématiques, avant d'être professeur d'éducation physique en lycée, ensuite à l'Ecole Normale Supérieure d'Education Physique, plus connue aujourd'hui par son rassemblement avec l'Institut National des Sports, l'INSEP — Institut National du Sport et de l'Education Physique — tout en étant assistant à l'U.E.R. de mathématiques de la Sorbonne, avant de devenir professeur de sociologie, à l'Université de Paris V-Sorbonne où, au bout de quelques années, il a assumé la direction du Département de Sociologie, avant d'être, aujourd'hui, Doyen de la Faculté des Sciences Sociales de cette même Université.

3Ses travaux sont caractérisés par l'intérêt qu'il a voulu faire passer au terme des sciences de l’action motrice et notamment aussi du caractère rigoureux et scientifique qu'il a voulu donner à une méthodologie de l'approche de ces sciences de l'action motrice.

4Pour ma part, j'y ai toujours trouvé une accroche consensuelle et intégrative où il a fait le lien, à une époque où s’opposaient quelques théories, époque de l'éclectisme finissant des années 1960, où apparaissaient des lumières de la profession comme Jean Le Boulch et la psychomotricité, ou Robert Mérand et la sociomotricité. Pierre Parlebas a su à cette époque proposer un concept de psycho-socio-motricité qui à mon sens paraissait être une bonne approche d'un concept globalisant, pouvant éclairer avec intérêt les problèmes relatifs à l'éducation physique de l'époque.

5Il est évident que cette formation extrêmement ouverte, qui va de la psychologie aux mathématiques, en passant par l'éducation physique, permet à Pierre Parlebas d'avoir des approches extrêmement rigoureuses, quantitatives aussi bien que cliniques, car beaucoup de ses travaux reposent sur des approches métriques, quantitatives, mais également qualitatives, quand on pense à certains articles tels que « l'affectivité, clef des conduites motrices », qui peut être considérer comme une approche clinique.

6Il me semble tout à fait pertinent d'avoir demandé à Pierre Parlebas, aujourd'hui, en 1998, de nous expliquer comment et pourquoi le sport s'est imposé, parfois sans doute au détriment d'autres formes de pratiques motrices plus traditionnelles et certainement tout aussi riches au point de vue des potentialités éducatives.

7Cette année a été marquée, rappelons-le, par de grands événements qui ont occupé, voire défrayé suffisamment la chronique pour qu’on puisse les évoquer rapidement : la Coupe du Monde de Football, avec les enjeux liés à ce type d'événement, qu'ils soient médiatiques, économiques, financiers, voire politiques. Si on avait besoin de voir que le phénomène sportif pénètre bien des secteurs de la vie sociale aujourd'hui, on en a l'illustration avec cette Coupe du monde de Football, suivie d'un événement tout aussi médiatique et riche de difficultés et des dérives que l'on a évoquées précédemment, le Tour de France de Cyclisme qui lui aussi a abreuvé les pages de journaux spécialisés, et de quotidiens tels Le Monde, Libération, et tous les quotidiens régionaux, sur les dérives du dopage.

8En ce moment, le Championnat du Monde de cyclisme sur piste où la France se distingue encore au travers de la quête de quelques médailles.

9Pierre Parlebas va nous expliquer comment et pourquoi ce phénomène sportif s'est institutionnalisé de la façon dont on sait, et comment de ce fait, il a pu éclipser peut-être d'autres formes de pratiques qui perdurent encore, mais qui sont évidemment bien moins développées aujourd'hui.

Conférence introductive
« LE SPECTACULAIRE SUCCÈS DU MODELE SPORTIF »
par Pierre PARLEBAS
Professeur de sociologie à l'Université Paris V-Sorbonne

10Je remercie mon collègue Yves Chateaureynaud de cette avalanche de propos sympathiques, trop généreux.

11J'ai toujours eu plaisir à travailler avec lui et je salue, par la même occasion, les différents collègues qui sont dans cette salle, que j'ai rencontrés aussi à maintes reprises et avec lesquels j'ai eu l'occasion de dialoguer.

12Je vais traiter du « spectaculaire succès du modèle sportif » ; je n'ai retenu que quelques thèmes directeurs car on ne peut pas parler de tout. Je vais donc soumettre à votre critique ces réflexions, sachant qu'ensuite, bien entendu, vous aurez tout loisir pour apporter la contradiction ; finalement la recherche, c'est le débat, la contestation et vos remarques seront les bienvenues.

DES PRÉJUGÉS REGRETTABLES

13« La connaissance du sport est la clef de la connaissance de la société ». Cette affirmation n’est pas due à un sportif exalté, mais à la plume d'un des grands sociologues de notre siècle, Norbert Elias, dans un ouvrage récent Sport et civilisation.

14Cette opinion dénote, il faut bien le dire, une attitude nouvelle à l'égard du sport, de la part d'un universitaire, attitude qui ne va pas sans soulever de sérieuses résistances. Notre tradition de pensée française pose habituellement, sur le sport, un regard de hautaine commisération. Le jeu en général, et le sport en particulier, ne sont à ses yeux, qu'une activité puérile et futile. Les laboratoires scientifiques qui ont choisi comme thème réel de recherche le jeu et le sport représentent vraiment en France la portion congrue. Au-delà des discours de convenance que nous connaissons, les faits sont cruels : dans le domaine universitaire et scientifique, le sport n'est pas considéré en général comme un sujet noble, vraiment digne de recherche.

15Nous voyons là pour notre part un préjugé regrettable. Nous pensons, et dans cette salle nous sommes nombreux à être de cet avis, que le jeu sportif est un sujet aussi digne d'intérêt que les thèmes les plus classiques des sciences sociales : le travail, l'école, la famille, la religion... L'hypothèse de travail que nous défendrons ici devant vous est donc claire : le sport est un phénomène social d'envergure, établi à l'image de la société qui l'engendre et qui, à ce titre, en est le révélateur.

16Le modèle sportif, notamment dans ses réussites, me semble représentatif de certains aspects clefs de notre société.

17Cependant, d'entrée de jeu, nous souhaiterions abandonner une mauvaise habitude qui, dans le passé, a souvent eu cours dans l'institution sportive. Cette très mauvaise habitude consistait à approuver de façon inconditionnelle tout ce qui est relatif au sport et à nier tout ce qui présente une facette négative à son égard.

18Pendant longtemps, le milieu sportif s'est montré intolérant, rejetant toute contestation. Je parle d'un point de vue majoritaire. La majorité des fédérations répugnait à la transparence, ne voulait pas transmettre leurs données élémentaires d'inscription et de fonctionnement, refusait par exemple les enquêtes sociologiques sérieuses. De véritables tabous étaient imposés. Il était inacceptable de faire allusion aux rétributions financières perçues par les pratiquants. Employer le mot de dopage, il y a 20 ou 30 ans, était sacrilège. On nous rebattait les oreilles avec les prétendues qualités du sport, sport que l'on affirmait superbement désintéressé, amateur, pur, apolitique et facteur de santé. L'encadrement sportif était présenté comme un idéal, comme un sacerdoce. Cette attitude que j'ai connue en tant qu'étudiant à l'Ecole Normale Supérieure d'Education Physique dont Yves parlait tout à l'heure, puis en tant que professeur à TINS et à l'INSEP reposait sur un fond de générosité assurément sympathique. Mais le sport n'a rien à gagner à cette fausse naïveté, à un tel travestissement de la vérité.

19Dans cette perspective qui tend d'ailleurs à s’amenuiser aujourd'hui, les psychologues et les sociologues devenaient des employés appointés, chargés de vanter systématiquement les bienfaits des pratiques et des organisations sportives. Il nous faut rompre avec ces faux-semblants et avec ces attitudes paternalistes. Reconnaissons que la recherche d'une plus grande lucidité a été prise en compte par de multiples fédérations depuis de nombreuses années, et que l'esprit d'ouverture de cette Université d'Eté de Bayonne en est une flagrante et heureuse illustration qui d'ailleurs, maintenant se prolonge depuis une quinzaine d'années.

20Le sport est un fait social majeur qui mérite d'être examiné sur un mode objectif, sous toutes ses facettes, en dehors de tout préjugé systématique, qu'il s'agisse d'une approbation aveugle comme je viens de le signaler, ou d'un rejet tout aussi péremptoire, et vous savez qu'il y en a beaucoup à l'égard du sport.

QU'EST-CE QU'UN MODÈLE ?

21Notre projet est donc de tenter une étude sereine et la plus objective possible du phénomène sportif, en essayant d'en comprendre les traits dominants. La réussite du sport me paraît un constat massif et indiscutable. Par quelle procédure cette entreprise d'activité corporelle a-t-elle pu exercer une telle attraction ? Comment expliquer et comprendre le « spectaculaire succès du modèle sportif » ?

22Nous butons sur un terme : que faut-il entendre par « modèle » sportif ? Vous le savez, ce terme possède deux significations quasiment opposées. La première, fréquente dans le langage courant, renvoie à un exemple prestigieux qui invite à l'imitation. On dira ainsi que les champions sont des modèles, dans la mesure où ils représentent des exemples à suivre, dont les jeunes essaieront de reproduire les comportements. La seconde signification n'est pas, comme dans le cas précédent, ce qui est imité, mais à l'inverse, ce qui imite. C'est l'acception classique du domaine scientifique. Ainsi une maquette imite-t-elle une réalisation ; on parle d'ailleurs de « modèle réduit » Le chercheur présentera, par exemple, un modèle du fonctionnement neurologique du cerveau, un modèle biomécanique du saut à la perche, un modèle d'une défense de zone au basket-ball. Il s'agit d'une simulation qui imite les traits essentiels de la réalité, d'un résumé simplifié et qui se veut pertinent du phénomène étudié. Plutôt que de rejeter l'une de ces significations au profit de l'autre, nous nous proposons de conjuguer ces deux acceptions pour mieux comprendre le fait sportif.

23Peut-on identifier les traits fondamentaux des configurations qui sous-tendent les situations sportives ? Sommes-nous en mesure de mettre à découvert les « maquettes », les « modèles réduits » susceptibles de simuler avec fiabilité les rencontres et les matches ? Si nous arrivons à un tel résultat, nous connaîtrons alors les structures profondes qui sont à l'origine des comportements de surface observables sur nos terrains de sport. Nous aurons un aperçu des principaux ressorts de l'action et du spectacle sportif. Notre hypothèse est que le succès du sport est certainement à rechercher dans l'étroite symbiose de ces deux types de modèle : les caractéristiques des pratiques sportives en tant que modèle représentatif (qui imite) et les aspirations collectives qui les approuvent en tant que modèle exemplaire (qui est imité).

24Dans un premier temps, par souci de réalisme et de lucidité, par un souci critique que ne doit pas abandonner le chercheur, jetons un rapide coup d'œil sur quelques traits saillants du sport d'aujourd'hui. Quelques traits seulement, mais révélateurs.

QUELQUES INTERROGATIONS SUR LE SPORT D’AUJOURD’HUI

25D'abord, les enquêtes sociologiques ont abondamment révélé les réticences de nombreux pratiquants devant le centralisme autoritaire et les prescriptions contraignantes des fédérations sportives. Vous le savez, dans les 20 dernières années, des milliers d'adeptes ont souhaité s'adonner à des activités libres et improvisées, en dehors de toute surveillance fédérale. Ils ont préféré faire de l'escalade, du jogging, du vélo, de la planche à voile, du ski ou du canoë-kayak à leur guise, en pleine nature, de façon libre et improvisée. Nous avons assisté à une transformation des mentalités, à une recherche d'une nouvelle façon d'agir et de communiquer, en dehors de la compétition, de la comptabilité des performances et de la hiérarchie des tablettes sportives. Une nouvelle manière d'interagir avec autrui et avec l'environnement s'est affirmée, de façon conviviale, en compagnie de partenaires chaleureux et sur le mode souple de la « glisse » ou de la « roule » qui entretient un contact sensible avec les éléments de la pleine nature, les vagues, les rochers, le vent ou la neige. Un goût pour les randonnées en pleine nature, un goût pour l'aventure ludosportive s'est de plus en plus manifesté. Autrement dit, le plaisir de l'action a supplanté le désir de la compétition.

26A partir des années 1970, c'est une véritable rébellion contre l'ordre sportif qui s'est manifestée par cet engouement pour les activités libres. Ainsi le sport classique a-t-il été contesté et ébranlé par ces revendications dont il est obligé aujourd'hui de tenir compte. Au cours des 20 ou 30 dernières années, le sport a subi de véritables attaques de la part des pratiquants eux-mêmes. Ceux-ci ont souhaité quitter le carcan des fédérations sportives qu'ils percevaient comme trop contraignant, au profit d'une pratique beaucoup plus informelle, spontanée et chaleureuse. Bien entendu, les fédérations, les responsables, ont fait leur miel de ces remarques et ont transformé leurs pratiques depuis une dizaine, une vingtaine d'années. Mais le constat est important ; il manifeste certaines fissures qui peuvent exister entre le pouvoir de décision et les pratiquants de terrain.

27Sur le plan de la santé, je n'insisterai pas ; il est devenu notoire que de nombreux sportifs recourent au dopage, à coup sûr des adultes, peut-être même des enfants. Yves Chateaureynaud a rappelé le problème du Tour de France, que je ne fais qu'évoquer. L'entraînement précoce de jeunes athlètes, les micro-traumatismes dûs aux répétitions gestuelles inlassables ont fréquemment alerté le corps médical. La quête du record a une logique implacable. L'assistance biologique est devenue indispensable au maintien de la condition de l'athlète. Les étonnantes avancées de la recherche médicale (greffes d’organes, manipulations génétiques,...) vont inéluctablement faire surgir les problèmes de bioéthique que la poursuite des records impose au corps.

28Enfin, prenons un dernier exemple : l'argument majeur que l'on prête — abusivement d'ailleurs — à Coubertin en faveur du sport, s'évanouit aujourd'hui. L'illustre rénovateur des Jeux olympiques affirmait, dit-on que les champions sont issus d'une pratique de masse, que l'élite émerge progressivement d'une communauté dont elle est la quintessence représentative. Ce que l'on avait coutume d'appeler la « pyramide sportive » s'effondre à grand fracas. On sait aujourd'hui que les champions ne se sont pas dégagés peu à peu de l'ensemble des pratiquants ; pour l'essentiel, il s'agit d'une minorité d'enfants, sélectionnés par des tests dès leur plus jeune âge, parfois dès l'école maternelle, et entraînés pendant des années comme des professionnels dans des sections hautement spécialisées.

29Ces quelques constats que nous venons de dresser nous laissent quelque peu décontenancés. Nous nous trouvons face à des faits et à des jugements franchement contradictoires. Comment se fait-il qu'un phénomène apparemment aussi clair et aussi peu clandestin que le sport, engendre autant d'appréciations opposées situées aux antipodes les unes des autres ? Assurément la passion s'en mêle et je ne développerai pas ici toutes les critiques que vous connaissez à l’égard du sport. Mais sans doute aussi de façon subreptice des impératifs économiques, des impératifs de prestige et à coup sûr aussi des enjeux politiques. Ne serait-il pas nécessaire d'introduire un peu de raison là où domine souvent la passion ?

PEUT-ON DÉFINIR LE SPORT ?

30Le premier obstacle à la clarification du débat, le premier et sans doute aussi le plus persistant encore de nos jours, c'est celui de la signification accordée aux termes employés. Beaucoup de personnes parlent du sport, mais que faut-il entendre par ce mot ? Qu'est-ce que le sport ? Un jeu ? Un combat ? Une morale ? Un travail ? Une aliénation de l’homme comme disent certains ? Un fruit du capitalisme ou une chevalerie des temps modernes ? Certains auteurs affirment que le sport est un phénomène compris spontanément par tout le monde, mais que personne, parmi les plus savants spécialistes n'est capable de définir correctement. Le sport serait donc un phénomène insaisissable et indéfinissable. Aussi peut-on s'étonner que ces mêmes auteurs tiennent de si longs discours sur le sport, ce qui revient à dire, à les en croire, qu'ils parlent pendant des heures sans savoir de quoi ils parlent. Je m'insurge un peu contre ces propos que j'ai entendus à un colloque du CNRS où certains auteurs, éminents d'ailleurs, affirmaient qu'il est impossible de définir le sport. C’est quand même invraisemblable ; on n'a jamais vu cela dans aucun domaine. On peut proposer des définitions discutables que l'on doit critiquer, mais si l’on ne sait pas comment définir le sport, comment peut-on en parler ? Comment peut-on organiser des colloques sur le sport, les clubs de sport si on ne sait pas de quoi l’on parle ? Nous, nous revendiquons la possibilité de savoir de quoi nous parlons.

31Définir le sport, c’est préciser son identité, c'est le différencier des autres activités qui deviennent alors des non-sports. Sans doute, est-ce la seule façon de s'extraire de la confusion dans laquelle s'engluent souvent nos débats. Pour ma part, je pense que si l'on ne définit pas ce que l'on entend par sport, il est vain d'affecter de commenter ce phénomène social et de l'analyser de façon sérieuse. On se condamnerait à un amalgame réunissant à la diable des données économiques, sociologiques, historiques et biologiques, le tout accompagné des inéluctables références au vécu sportif, chacun d'entre nous ayant bien entendu dans sa besace sa propre expérience personnelle, érigée en juge ultime et incontestable.

32Toute recherche qui se veut scientifique doit définir l'objet qu'elle prétend étudier et à vrai dire nous sommes souvent victimes du langage habituel, de la pratique quotidienne. Ainsi parler de sport de compétition, par exemple, à mes yeux, n'est pas recevable, car il n'y a pas de sport sans compétition. Ce pléonasme témoigne de difficultés sous-jacentes. Et l'une de nos interrogations pourrait se formuler ainsi : n'est-ce pas sciemment que l’on cultive l'amalgame, n'a-t-on pas des choses à cacher ? Dans un domaine qui se pique aujourd'hui de plus en plus de scientificité, comment se peut-il que nous ne connaissions pas avec précision le sens des mots que nous utilisons, et comment se fait-il que des auteurs éminents entretiennent une telle ambiguïté ?

33De façon consciente ou inconsciente, semble surgir certains désirs de maintenir la confusion pour éviter que ne soit mise à plat la réalité des phénomènes. Nous allons tenter de soumettre à votre regard critique une clarification de ces difficultés. Essayons d'identifier des critères précis et opérationnels qui permettront d'identifier le sport.

34Considérons par exemple quelques sports comme le tennis, le saut à la perche, le ski : qu'y a-t-il de commun dans ces différentes activités ? Dans chacun de ces cas, on est en présence d'une situation motrice, c'est-à-dire d’une situation qui met en jeu l'activité corporelle des pratiquants. C'est là notre premier critère. Celui-ci n'est pas aussi évident qu'il y paraît, puisque dans certains pays, par exemple en Europe de l'Est, on appelle « sport » le jeu d'échecs. Or, si l'on adopte ce critère de situation motrice, les échecs ne sont pas un sport. Il s'agit d'une pratique à coup sûr passionnante, mais qui ne peut être dénommée « sport » que par pure métaphore.

35D'autre part, chacune de ces spécialités sportives est régie par un corps de règles. Voilà notre second critère. En dehors des règles, point de sport. Chaque sport est avant tout un système de contraintes qui définissent les conditions imposées aux modalités de la pratique motrice, notamment sous l'angle de l'espace, du temps, des engins et des interactions avec autrui, ce que nous appelons la logique interne. Par exemple, le jogging n'est pas un sport. De même une activité à forte dépense énergétique telle une descente de rivière en canoë kayak, fût-elle risquée, et même plus risquée qu’une compétition sportive, ne sera pas nommée un sport si elle est accomplie pour le plaisir, sans règle et sans prescription particulière. C'est une activité de risque, passionnante, mais ce n'est pas un sport en tant que tel.

36D'autre part, ces règles organisent une compétition qui déterminera des vainqueurs et des vaincus. Ce sera notre troisième critère. Ce code de jeu n'est pas quelconque ni indifférent. Il finalise la confrontation de façon orientée. Les règles, vous le savez bien, mettent en jeu un dispositif sourcilleux qui va aboutir in fine à une sanction déterminant des vainqueurs, c'est-à-dire aussi des vaincus. Et chaque sport organise minutieusement l'issue de la compétition, en prévoyant fréquemment le moyen de déterminer un vainqueur en cas d'égalité. Ce système des scores est l'un des éléments clefs du système sportif.

37Il convient d'ajouter un quatrième et dernier critère décisif, cette fois-ci de type sociologique. Plus malaisé à identifier, et d'ailleurs souvent incompris, parce qu'il est trop évident ; on baigne dedans, donc on ne le voit pas. Le sport est un fait institutionnel, c'est-à-dire un fait dûment accrédité par des instances officielles, notamment par des fédérations, des clubs, et autorisé par l'Etat. D'ailleurs, ce n'est pas par hasard qu'ici nous parlions de « club » universitaire ; le club est un élément-clef fondamental, basique des fédérations sportives. En dehors des clubs, on n'emploiera pas le terme « sport ». On parlera d'activité physique, d'activité corporelle ; le sport c'est une activité dont la matrice est le club. Cette consécration nationale et internationale va permettre le déploiement de dispositifs institutionnels extrêmement puissants : monopole de l'organisation et de la réglementation des épreuves, de la délivrance des diplômes, de la fixation du calendrier, de la codification du matériel et des espaces, des transmissions télévisées. De façon évidente, le label de l'institution est l'un des éléments majeurs du sport. En dernier ressort, c'est l'approbation des instances officielles qui accorde ou non à une activité physique le statut de sport. Et vous savez bien qu'aujourd'hui, un des dangers importants du sport, c'est la création de nouvelles ligues, de nouvelles institutions qui court-circuitent les fédérations pour le seul profit commercial. Dans ce cas-là le sport bascule dans le domaine du cirque et de la recherche purement pécuniaire. Et les fédérations, c'est bien clair, y perdraient leur âme ; c'est le danger que l'on voit pointer actuellement, car qui possède l'institution, possède le pouvoir bien sûr.

38Nous voici donc en mesure de proposer une définition précise du sport, que vous pourrez d'ailleurs critiquer. Le sport, c'est l'ensemble des situations motrices codifiées sous forme de compétitions et institutionnalisées. Cela tient en deux lignes. Et à partir de critères observables et critiquables. Sans critique, il n'y a pas de recherche scientifique. Des connaissances qui ne sont pas réfutables ne sont pas scientifiques. Il nous faut donc proposer des critères opérationnels que les autres peuvent mettre en cause.

39Nous constatons que ces quatre critères s'appliquent parfaitement au football dont nous parlions, au tennis, au saut à la perche ou au ski. Chacun de ces sports sollicite une activité motrice, dans le cadre de règles précises, définissant une compétition. Et tous quatre sont spécifiquement régis par des instances officielles, fédérations et instances olympiques, par exemple, qui sont les gardiens sourcilleux de leur organisation.

40Nous pouvons donc désormais identifier par opposition ce qui est du non-sport. Ne répondant pas à des situations motrices, les jeux de société, tels que le bridge, le scrabble, le jeu d'échecs, dont je parlais ne sont pas des sports. Les jeux physiques qui n'ont pas été institutionnalisés, ne sont pas non plus des sports. Ainsi tous les jeux dits traditionnels, fussent-ils séculaires et bien plus anciens que le sport, tel que le jeu d'épervier, de drapeau, de barres, ne sont pas des sports. On en dira de même des activités physiques de type ludique, des exercices pédagogiques et de toutes les activités libres que nous dénommons des « quasi-jeux ». Ces quasi-jeux sont des activités motrices non réglementées qui se déroulent au gré des pratiquants, comme le ski, le jogging, le vélo, le canoë ou la planche à voile, qui se déroulent par pur plaisir et par pur loisir. C'est là que foisonne l'immense vivier des activités modernes de pleine nature. Mais vous remarquerez que s'insinue une certaine ambiguïté, car quand je dis ski, canoë kayak, planche à voile, je renvoie aussi à des activités qui sont devenues des sports. Mais il faut bien comprendre qu'un très grand nombre d’activités ludo-motrices jouissent des deux statuts, du statut d'activité libre et spontanée (et souvent, elles sont nées ainsi), et du statut de sport, puisque nos instances officielles les ont récupérées, annexées et réglementées, avec les inconvénients, mais aussi avec tous les avantages que cette mise sous tutelle implique. Nous pourrions décrire tous ces combats entre fédérations, (avec la planche à voile, le roller, le patinage, l'escalade...), les fédérations qui se combattent, qui se séparent et qui fusionnent. Ces combats actuels ont leur raison d'être : faire en sorte que des activités qui viennent de se créer puissent avoir davantage d'extension grâce aux fédérations.

41Nous constatons donc que le sport ne représente qu'un petit sous-ensemble de tout l'ensemble des activités physiques possibles. Mais il est vrai que ce lot de pratiques est choyé par les instances sociales et qu'il a acquis un remarquable prestige. L’influence des mass médias et notamment de la télévision a été dominante. La dimension économique du sport est désormais décisive. Le sport est devenu un phénomène économique fondé sur le spectacle, qui n'hésite même pas à changer ses propres règles de terrain pour renforcer sa spectacularité, comme c'est le cas dans l'introduction du jeu décisif, en tennis ou en volley ball, du tir à trois points en basket-ball, etc...

42Nous devons prendre conscience que fondamentalement le sport est désormais une entreprise internationale de spectacle. Je signale que ce constat n'est pas nécessairement péjoratif. Le cinéma, l'édition de livres, sont aussi des entreprises commerciales. Cela ne les prive pas de toute qualité. La dimension économique à mes yeux n'est pas péjorative. C’est un accompagnement nécessaire de toute entreprise d'envergure aujourd'hui. Reconnaissons que le spectacle sportif est une incontestable réussite qui enrichit l’imaginaire social et qui présente autant d'intérêt que des productions théâtrales, musicales ou littéraires.

43Pour ma part, je défends vigoureusement l'intérêt du spectacle sportif. J'ai eu quelques débats avec mes collègues sociologues de l'Université dont certains sont très négatifs à l'égard du spectacle sportif. Pour eux, il s'agit d'une activité de populace, et ils condamnent les personnes qui vont sur les gradins du stade ou qui regardent la télévision. Je leur réponds : condamnez-vous les personnes qui se rendent à l'opéra et qui ne sont pas des violonistes émérites ? qui vont au cinéma sans être des metteurs en scène ou des comédiens de qualité ? Le spectacle sportif vaut pour lui-même et par lui-même. Il y a une esthétique du spectacle sportif, une dynamique liée à l'aspect dramatique et théâtral de l'acte qui n'a encore été jamais accompli et qui se déroule sous nos yeux. Cette improvisation “sur le champ” est l'un des éléments insolite et original que l'on ne retrouve pas dans les autres spectacles (littérature, cinéma ou théâtre). Toujours est-il que je suis très favorable à la valeur du spectacle sportif en tant que tel.

LE CONTRAT LUDOSPORTIF

44Le sport, avons-nous dit, repose sur l'acceptation de règles. C'est là un point capital. Nous constatons qu'au fond des choses, en soubassement de ces pratiques, il y a un contrat. Et ce contrat est majeur dans le modèle sportif. Le jeu, le sport s'appuient sur un système de règles qui correspond à la passation d'un contrat symbolisé par la signature apposée au bas de la licence ou par le serment de l'athlète lors des Jeux olympiques. C'est un acte social par excellence, et je dirai, un acte de citoyen, l'acte fondateur de notre société, de toute communauté. Le contrat social au sens de Jean-Jacques Rousseau. Il est intéressant de constater qu'à la source même des pratiques ludiques et sportives des jeux et des sports se trouve le contrat social qui est la signature de la collectivité. Voilà un acte qui sera propice au processus de socialisation, au processus d'intériorisation des normes et des valeurs d'une culture. Autrement dit, nous constatons que les règles des sports, leurs modalités propres, les formes de communication qu'elles enclenchent, le rapport au corps et la violence, (ou la non violence ou le contrôle de la violence) qu'elles induisent, vont devenir des normes qui acquerront d'autant plus de prestige que la société les aura intronisées.

45Essayons d'aller plus loin dans l'analyse de ce contrat, car on n'a peut être pas assez insisté sur sa texture. Ce contrat social comporte deux niveaux. Le niveau le plus immédiat, le plus évident, c'est celui des règles elles-mêmes telles qu'elles ont été adoptées. C'est la logique interne des pratiques, avec un système de règles qui impose des confrontations, des combats, des duels. Ce schéma, nous le connaissons bien. Mais, si il y a combat, défaite et vaincus, constatons que la défaite n’a pas que des aspects négatifs. Elle peut être aussi une école de formation du caractère. Les éducateurs savent bien que l’enfant doit apprendre à connaître ses limites, que cette appréciation passe aussi par la défaite acceptée. Ceci reconnu, devons-nous fonder notre éducation sur la consécration des meilleurs, des supérieurs, de ceux qui battent les autres ? C’est une question que je nous pose.

46Deuxième niveau, à mon avis le plus important. Le niveau le plus profond qui passe inaperçu, c’est celui qui se situe sous le sport, sous le jeu. Il s'agit d'un « infra-jeu », car avant d'adopter telle ou telle règle, il faut bien se mettre d'accord sur le fait que l'on va s'accorder sur des règles partagées. C'est le niveau de l'acceptation de la loi. Indépendamment de sa lettre, c'est l'acceptation de son esprit. Voilà à mon avis le véritable déclic de la socialisation du pacte citoyen. Nous sommes ici dans un jeu dont on dit qu'il est « à somme non nulle », c'est-à-dire qu'il repose sur une connivence.

47Le premier niveau du jeu, le combat, c'est ce qu'on appelle en théorie des jeux un « jeu à somme nulle ». La somme est nulle parce que ce que l'un gagne, l'autre le perd. C'est donc un combat absolu. En revanche, sous le jeu, fondamentalement, il y a un jeu « à somme non nulle » où tout le monde est gagnant, où tout le monde a décidé de jouer avec le même ensemble de règles. C'est cela la société, c'est cela le contrat social.

48Il me semble capital de constater que ce qui se trouve à la source de notre culture et de notre société est également à la source du jeu, plus encore à la source du sport, car les règles du sport, le contrat du sport, est intronisé par toute notre culture.

49Nous voyons donc que cet étage de base du contrat est de type coopératif. C'est important car sinon le sport n'est qu'un combat. Un combat, c'est bien, mais s'il n'y a qu'un combat, les éducateurs ne seront pas d'accord : on ne peut pas fonder une éducation sur la domination d’autrui. Dans notre culture française, cela n'est pas possible. Si, en revanche, on constate que sous le combat, il y a une coopération et un accord, tout est transformé. Le combat s'inscrit dans un contrat partagé.

50Tout jeu, fut-il à somme nulle, repose sur un jeu à somme non nulle. Ce fait nous montre qu’à la racine de tout jeu, de tout sport, il y a une alliance fondamentale, une « première convention » au sens où l'entendait Jean-Jacques Rousseau. Voici décortiqués les éléments-clefs du contrat ludosportif qui sont à la source de la socialisation suscitée par les jeux moteurs, par le modèle sportif.

51Le pratiquant entre ainsi dans le domaine de la loi sociale, de son plein gré, en en comprenant la nécessité, ce qui facilitera d'autant le respect des règles et de l'arbitre. Je ne vais pas vous tenir les discours habituels sur les règles et sur l'arbitre, mais j'essaie de montrer ce qui est à la racine de tout cet ensemble de procédures. À l'égard de l’enfant et du pratiquant en général, c'est là, me semble-t-il, le cœur de la portée socialisante du modèle sportif. Cette caractéristique propre à tout jeu n'est pas spécifique au sport, mais celui-ci y ajoute quelque chose. Ses règles sont exaltées par la société qui nous entoure, par la télévision, les médias en général, voire par les parents.

52La caractéristique du système de règles du sport est de proposer, nous l'avons dit, une structure de confrontation qui est d'une remarquable lisibilité. Le sport est un spectacle de masse dont l'ambition est de devenir universel. Aussi se doit-il d'être immédiatement accessible à tous. Il va donc choisir des règles simples, les plus simples possibles et son schéma sera celui de l'épure, ou tentera de devenir le schéma d'une épure.

QUELQUES TRAITS DU MODÈLE SPORTIF

53Aussi, le système sportif va-t-il convertir les multiples dimensions des comportements des pratiquants en une seule dimension, d'espace, de temps, de score, qui va résumer l'issue de la rencontre, par un résultat et un classement que nous connaissons bien. La sanction du sport — son résultat — est unidimensionnelle. Elle sera donc d'une lecture aisée et immédiate. Le sport est une mise en ordre. Il produit des performances, une hiérarchie. Pour obtenir des critères de classement objectif et des conditions de spectacularité favorables, il va tenter de maîtriser l'environnement et les conditions de l'épreuve. L'histoire des modifications des règlements sportifs peut se lire comme l'évolution des règles de façon à accroître la spectacularité des rencontres. On pourrait dans chaque sport analyser les modifications des règlements et montrer que ces modifications ont pour ressort fondamental le désir d'augmenter l'attrait spectaculaire. Par exemple, pour le basket-ball, l'attribution des trois points pour un tir de loin, la modification de l'espace de la raquette, les 30 secondes, les 5 secondes, le retour en zone ; pour le football, le hors jeu, l'interdiction de la passe au pied au gardien ; pour le rugby, l'attribution des 4 points à l'essai, puis des 5 points. Prenez l'escrime qui va être dotée sans doute de masques transparents, le judo, de kimonos de couleur... Tous les sports ; en saut en hauteur, la possibilité qu'a l'athlète de passer la tête en premier, ce qui était interdit il y a encore quelques décennies, qui a permis le ventral plongé et le Fosbury. Tous les sports évoluent dans le sens d'un accroissement de la spectacularité.

54Mais cela non plus n'est pas péjoratif. Accroître la spectacularité n'est pas forcément diminuer l'intérêt de la pratique. La spectacularité n'est pas antinomique de l'aspect éducatif. Cela peut l'être parfois mais pas systématiquement. A nous de trouver une heureuse conjugaison. Le sport cherche à totalement maîtriser l'événement. Il représente une domestication des lieux, des liens, des liants — les engins — et une domestication des temps. Le sport est une fantastique organisation de maîtrise et de domestication de tous les partenaires et de leur environnement. Le modèle sportif est une remarquable maquette qui crée les conditions de performance indiscutables par la standardisation des conditions de la pratique.

55Illustrons rapidement la domestication des liens par un modèle d'une extraordinaire lisibilité qui exalte la projection émotive, le duel sportif. Permettez-moi d'être très rapide, mais il faut prendre quelques exemples concrets. Une partie de mon travail consiste à analyser tous les sports, tous les jeux et à mettre en évidence les maquettes, les structures sous-jacentes qui n'apparaissent pas au premier abord. Nous connaissons bien la pratique, mais nous savons aussi que derrière la pratique, il y a des structures comme derrière les corps chimiques, il y a des formules moléculaires. Pour parler par métaphore, nous cherchons les formules moléculaires, les formules chimiques du sport.

56Prenons un exemple simple. Nous constatons que dans les structures des rencontres sportives, la plus fréquente, c'est la structure de duel, duel d'individus ou duel d'équipes. Duel d'individus, dans l'escrime, ou les sports de combat. Duel d'équipes, dans tous les sports collectifs. Prenons un duel d'équipes, le basket ou le football. Qu'est ce qu'un duel ? C'est la répartition des joueurs en deux équipes, de telle sorte qu'au sein de chaque équipe il y ait une totale solidarité, et entre les deux équipes un total antagonisme. Le duel d'individus ou d‘équipes est l'un des modèles prévalents du sport. Et il est intéressant de constater que lorsque l'on établit le modèle mathématique de cette structure, on obtient des propriétés mathématiques qui entrent en résonance avec des propriétés morales ou relationnelles.

57Simplement une évocation pour bien vous montrer que mes propos ne sont pas uniquement des métaphores. Je vais rappeler rapidement les propriétés mathématiques élémentaires du modèle et en face, suggérer certaines capacités relationnelles et morales. Considérons un match de foot, de basket ou de volley : ils sont tous sur le même gabarit global, ce qui est déjà étonnant. Tous nos sports collectifs sont sur le même modèle : deux équipes totalement opposées. Parfois on rétorque « mais il n'y a pas d'autre façon de faire ». Ceci n'est pas exact, les jeux traditionnels possèdent bien d'autres structures : « chacun pour soi », « un contre tous », « 3 à 4 équipes opposées » qui sont des modèles très différents fonctionnant très bien et qui motivent les joueurs.

58Mais le sport ne les a pas retenus car ils n'étaient pas favorables à la spectacularité et à ses enjeux premiers. Alors prenons un duel d'équipes comme le football par exemple. Ce réseau d'interactions possède deux relations : la relation d’opposition et la relation de solidarité ; la communication motrice et la contre communication motrice. Deux relations. Première propriété structurale : l'exclusivité des ces relations. C'est-à-dire que l'intersection de ces deux relations est vide. Ces deux relations sont sans mélange. Au cours d'un match on ne tourne pas casaque, on est loyal. Deuxième propriété, l'invariance des relations pendant tout le match : on reste partenaire au sein de la même équipe et adversaire de l'autre équipe tout au long du match. Vous n'avez pas vu en football un joueur tirer contre son camp et marquer un but ! Sinon, vous savez bien que c'est involontaire ; l'année dernière, un joueur a payé de sa vie un tel acte en Amérique du sud. Un malheureux joueur de football avait marqué contre son camp : il a été tué par un spectateur à la sortie du stade. L'invariance des relations caractérise la fidélité et la constance de l'appartenance à une équipe ; interdiction du double jeu. Troisième propriété : la complétude. Les deux relations saturent le grave : entre deux joueurs de basket, de football ou de rugby, il n'y a pas d'indifférence ; en sport, il n'y a jamais neutralité. On est avec ou on est contre. On n'est pas entre les deux, en dehors des relations. Cette caractéristique manifeste si vous voulez ce que l'on appelle l'engagement total dans les pratiques sportives, le joueur est totalement engagé, avec son équipe et contre l'autre. Il n'y a pas de zone neutre. Autre propriété : l'équilibre au sens mathématique ; elle définit le duel, c'est à dire la présence de deux blocs soudés totalement opposés l'un à l'autre. C'est la caractéristique de la structure du duel d'équipe.

59Citons une dernière propriété mathématique classique : la symétrie. Nous constatons que les deux équipes de football sont isomorphes, elles se correspondent terme à terme : même effectif, mêmes statuts des joueurs (il y a un gardien, des joueurs de champ,...). La même configuration symétrique se retrouve au basket-ball et au volley : cette propriété illustre l'égalité des chances. Le sport pose en principe fondamental, l'égalité des chances. Cette caractéristique est très importante au point de vue éducatif et au point de vue politique : elle est à la source de la démocratie. Mais en même temps ce trait entretient l'incertitude du résultat. Puisqu'il y a totale symétrie entre les deux équipes, égalité préalable, le résultat est incertain, ce qui va favoriser la projection émotive des spectateurs sur la rencontre. Car derrière tout cela, derrière les aspects moraux dont je viens de vous parler, s'établit souvent une forte identification aux équipes et aux joueurs. Tout à l’heure, Yves a fait une allusion à la dernière Coupe du Monde de Football. Nous avons assisté à un exemple assez extraordinaire d'identification de l'ensemble d'une population, notamment féminine (ce qui est tout à fait neuf) à l'égard d'une équipe nationale pluri-ethnique et l'on a bien vu qu'il se jouait quelque chose derrière ces matchs de football que certaines personnes considèrent à tort comme négligeables. Le sport mobilise autre chose qu'une intense sudation ou que la poursuite d'un ballon de cuir. Le sport, c'est tout un imaginaire social accompagné d'un enjeu symbolique sous-jacent.

SPORT ET SOCIÉTÉ

60Je vais terminer par quelques mots sur les rapports entre sport et société. Nous avons vu que le sport, dans ses structures même, je viens de l'évoquer, dans son agencement spatial et temporel est une transposition sur le registre corporel des phénomènes d'interaction, de violence, de pouvoir et de normativité de sa société d'appartenance. S'il y a eu cette symbiose entre la population française et son équipe de football, c'est qu'il y a des correspondances, bien entendu. C'est qu'aux aspirations de la population ont répondu des caractéristiques favorables. Voilà bien, à mes yeux — mais ce n'est pas le point de vue de tout le monde — le point de vue focal posé par la sociologie du sport : quel rôle de fond joue le sport dans le processus de socialisation, dans l'avènement et l'intériorisation des normes d'une culture, de ses valeurs et de ses représentations ? Bien entendu, le fait qu'il y ait des pratiquants de telle ou telle classe sociale dans le football, dans le golf ou dans le tennis est un phénomène sociologique important, mais il est finalement d'une grande banalité. C'est pour cela que je n'ai pas développé cet aspect. Nous savons très bien que le golf, le polo sont des activités réservées aux classes favorisées, alors que la lutte, le cyclisme sont plutôt le fait de pratiquants défavorisés. Cela n'est pas négligeable, cela est même important pour les responsables. Mais c'est un phénomène d'une grande banalité qui ne représente pas le phénomène de fond. Ce n'est pas là que réside le phénomène politique important. Celui-ci serait plutôt dans les caractéristiques qui font que le sport peut être utilisé par différents types de pouvoir. Je rappelais il y a quelques instants la phrase d'Elias, affirmant que « la connaissance du sport est la clé de la connaissance de la société » ; sous cet angle, Elias rejoint et élargit les propos de Marcel Mauss, développés dans les « Techniques du corps ». Les pratiques corporelles sont le reflet d'une culture, le lieu de manifestation des valeurs, des tensions et des dominations dont la société et le siège. C'est à ce titre que l’on peut parler d'une « ethnomotricité », d'un « ethnoludisme », dans la mesure où les activités ludiques et sportives sont enracinées dans un humus social qui les a fait naître, qui les fait vivre et qui leur donne tout leur suc.

61Les jeux, le sport sont l'expression de l'état d'une société, de ses équilibres du moment, de son niveau technologique, de sa tolérance à la violence, de sa conception du rôle de la femme, de son type de rapport à la nature. Il est clair, — je viens d'évoquer le rôle de la femme — que certaines attitudes changent à notre époque ; dans le cas du rapport à la nature par exemple, la rébellion dont je parlais tout à l'heure des pratiquants à l'égard des contraintes du sport révèle cette sensibilité écologique qui traverse notre population, et notamment nos étudiants en STAPS. Je crois que vos régions du sud représentent une terre d'élection de ces pratiques de pleine nature. Il nous est difficile de suivre l'historien Huinziga, qui dans l'un des ouvrages pionniers de la sociologie du jeu et du sport Homo ludens, signale que le sport — je cite — : « demeure une fonction stérile où le même facteur ludique, s'est presque entièrement éteint. » Ce spécialiste de l'histoire du Moyen Age, regrette à coup sûr les caractéristiques de spontanéité et de convivialité du jeu traditionnel médiéval. Mais cette nostalgie de médiéviste ne doit pas masquer la réalité sociologique contemporaine. Aujourd'hui, la forme ludomotrice prévalente, c'est le sport. Le vingtième siècle a choisi, une ethnomotricité caractérisée par un code strict, par la mesure, la compétition, la recherche de la performance. La société s'est sportifiée. En tant que tel, le sociologue n'a pas à la condamner ou à la glorifier mais d'abord à l'analyser. L‘une des façons de mener cette analyse est d'étudier les modes d'organisation de l'institution sportive, et plus encore d'examiner le contenu même de ces pratiques. Par quels traits objectifs, observables, la logique interne de ces sports se manifeste-t-elle : rapport à l'espace, au temps, aux instruments, à autrui. Je l'ai un peu évoqué tout à l'heure et je ne le développerai pas ici. L'axe de notre travail, c'est un peu cela : examiner de façon précise dans chaque sport, dans chaque jeu ce qui est à l'origine de ses caractéristiques comportementales. Pour quelles raisons tels enfants, tels ados, tels adultes vont-ils apprécier ce type d'activité.

62Ce n'est pas par hasard qu'on aime le sport. Par quels ressorts sommes-nous impulsés ? Peut-on exhiber sur un mode opérationnel, ce que nous appelons les « universaux » des jeux et des sports, qui représentent leurs structures de base : réseaux de communication, systèmes des scores, systèmes des rôles sociomoteurs... Les propriétés de ces configurations devraient permettre de dégager les valeurs-phares promues par la société d'accueil sportive. La description et l'analyse menées à bien, dans un second temps peut alors s'engager un débat qui, tout en s'appuyant sur les données scientifiques, déborde largement celles-ci, en adoptant des jugements de valeur. On observera par exemple d'une part les condamnations de Huizinga, dont je viens de parler, qui dénie au sport toute fécondité sociale. D'autre part l'approbation de Norbert Elias, qui accorde au sport un rôle dynamique dans le développement du processus de civilisation. Voici un constat étonnant : deux des grands auteurs de la sociologie du sport, Huizinga et Elias, s'opposent radicalement. L'un affirme que le sport ne présente aucun intérêt, l’autre que le sport est un facteur social majeur. Donc il y a un problème. Pour le trancher, il ne suffit pas de dire « je suis pour » ou « je suis contre » ; il faut analyser et approfondir les éléments objectifs du sport qui permettront de se faire une idée.

63Si l'implantation sportive a favorisé une diminution de la violence, dans les siècles passés comme le montre Elias, le rôle de premier plan tenu par le sport au vingtième siècle n'a-t-il pas été aussi associé aux régimes politiques les plus violents ? Les systèmes totalitaires — mon propos est ici de nature fondamentalement politique — les systèmes totalitaires mussolinien, hitlérien et stalinien se sont tous appuyés de façon ostentatoire sur le sport. Voilà qui est quand même troublant. N’est-ce pas devant la persécution innommable d'un tel régime que Norbert Elias qui était juif, a fui l'Allemagne nazie en 1933 ? Et n'est-ce pas ce même régime nazi qui ayant mis en place un système sportif remarquablement bien organisé, a persécuté les athlètes juifs et les a exclus de la représentation nationale lors des Jeux olympiques de Berlin en 1936 ? La sportification des pratiques physiques, centralisatrice et hiérarchisante par nature, convient à merveille aux régimes totalitaires qui y trouvent un relais propice à l'administration de leur autorité et à la propagation de leur idéologie de la domination. Mais il serait à mes yeux profondément abusif d'associer le sport, comme certains de mes collègues le font, exclusivement aux systèmes totalitaires. Le sport peut légitimement être cité comme un modèle à suivre au sein de régimes authentiquement démocratiques. Dans les démocraties, l'accent est alors mis sur l'égalité des chances, sur l'importance des règles collectives et de l'arbitrage, sur la mise en valeur du mérite et non plus sur l'argent ou la naissance. Malgré le paradoxe apparent, il faut se rendre à l'évidence, le sport est étonnamment compatible avec des régimes politiques radicalement opposés, démocratiques ou totalitaires.

64Une telle contradiction éveille l'attention des éducateurs. Il est clair que le sport va devenir un moyen à l'égard duquel il faudra être vigilant. Ce constat est d'autant plus étonnant que, dans ces différents cas, les instances institutionnelles et les règles des sports restent les mêmes. C'est là un cas exceptionnel. Habituellement les règles du jeu changent quand change le jeu ; de nouvelles lois se substituent aux anciennes. Dans le cas du sport il n'en est rien. Le sport nazi ou stalinien c'est aussi le sport anglais, américain ou français. Voilà, à coup sûr, l'une des origines des violentes polémiques qui traversent le champ du sport. Si l'on en reste au niveau idéologique, on n'avancera jamais. La sportification place les jeux physiques du côté de l'ordre et de la hiérarchie. Mais l'ordre, éventuellement facteur de civilisation, peut aussi, nous l'avons vu, être mis au service d'une autre orientation. Qu'on le veuille ou non, les conséquences sociopolitiques de la sportification ne sont pas unilatérales et définies une fois pour toutes. La réflexion au sujet du sport n'est donc aucunement close et appellera une vigilance accrue.

65Le sport n'est que la face émergée de l'iceberg des activités ludomotrices. C'est un bloc, il est vrai, remarquablement organisé et riche de potentialités spectaculaires et éducatives. Son aspect éducatif est précisément lié à l'exaltation corporelle et relationnelle qu'il suscite. L'intériorisation des règles acceptées par contrat, et la recherche de la maîtrise des conduites motrices représentent quelques points marquants de la pratique sportive. Mais rappelons-nous que le sport n'est que l'un des sous-ensembles de l'ensemble des activités physiques. Un sous-ensemble qui représente un véritable fer de lance. A ce titre, le spectaculaire succès du modèle sportif témoigne que le sport n'est pas un temps mort, mais au contraire un temps fort de la vie scolaire, universitaire et de façon plus large de la vie sociale.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540