Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Intervention de Michel Lenguin

Michel Lenguin

Texte intégral

RÉFÉRENCE À NELSON PAILLOU

Michel LENGUIN
Président du Bordeaux Etudiants Club
Administrateur de l'UNCU

1Carré de conviction, rond dans l'expression, carrure de la personnalité, rondeur de la personne, cette géométrie composite, dessine un personnage moderne qui a su prendre en compte les impératifs du présent, dans le même temps qu'une pensée forte l'animait, capable de répondre à un engagement pour la « Communauté des Autres ».

2Évoquant Pierre de Coubertin, Nelson Paillou écrivait : « Il m'a semblé que les évolutions scientifiques, technologiques et sociologiques étaient telles que le contexte sportif de l'an 2000 n'aura rien à voir avec le siècle de Pierre de Coubertin. Mais il serait très grave de jeter aux orties une réflexion qui, par son caractère prémonitoire, demeure étonnamment jeune. Quelles que soient ces évolutions, c'est fort heureusement à l'homme qu'il appartiendra de les maîtriser en l'an 2000.

3Et c'est bien lui qu'il s'agit de sauver des agressions de toute nature qui risquent de l'assaillir. Les responsables du sport ont donc le désir pour tenir compte de ces évolutions, de promouvoir tous les changements qui s'imposent, au lieu de s'ingénier à perpétuer des méthodes et des conceptions qui ne sont plus de mise, mais en même temps, ils ont la mission de bien déterminer les seuils au-delà desquels ils condamneraient « l'ÉTAT D'ESPRIT ».

4Ces quelques lignes sont extraites de l'Éditorial du C.N.O.S.F. du mois de mai 1986.

5Elles précisent sans ambiguïté aucune, la volonté de Nelson Paillou de maîtriser et de dominer les évolutions dont il pressent les effets « sans limites », par une pensée, à partir de laquelle, l'éthique précède la raison.

6Cette pensée, cette confiance en l'homme, le rapprochait, lui, le professeur de lettres des concepts de la Renaissance c'est-à-dire l'accomplissement de l'homme en une osmose de la CULTURE et de la NATURE.

7L'Éducation, Nelson Paillou, la pratiquait dans sa fonction d'enseignant, dans les espaces associatifs sportifs ou non, dans les œuvres à caractère social (A.R.O.V.E.N.). C'est à ces propos, ceux de l'éducation et de la culture qu'il réprouvait la conception d'une organisation dualiste du sport : sport de haut niveau/sport pour tous.

8Il écrivait : « Toute conception dualiste par son caractère simplificateur, est bien pratique pour échafauder une argumentation. Il est séduisant d’avancer que le sport de masse est éducatif et le sport de haut niveau porteur de tous les germes, de toutes les perversions ». Il ajoutait : « Nous continuerons à avancer avec force qu'une même éthique éducative peut être mise au service de tous les niveaux de pratique du sport ».

9Ces derniers propos, martelés sans cesse, indiquaient cette angoisse, celle d'un avenir, où une certaine catégorie d'enfants, d'adolescents, de jeunes pourraient être laissés sur le bord de la route.

10Négliger ou simplement édulcorer l'éducation d'un enfant, c'est le fragiliser, en faire une proie facile pour les adeptes des « sciences sans conscience ».

11Pour assurer sa propre destinée, il est essentiel d'étayer l'individu d'un minimum culturel que procure l'éducation... « Une même éthique éducative pour tous », « quel que soit le niveau de pratique ».

12Cette dualité dénoncée concernant l'organisation du sport de Haut Niveau et du sport pour tous, il la refusait également pour le sport professionnel et le sport amateur : « si nous souhaitons réellement qu'un même langage s'applique à tous ceux qui ont choisi de se réaliser par le sport, quel que soit leur âge, il faut que toutes les dimensions du sport soient regroupées dans une seule et même structure ».

13Que reste-t-il de ce souhait ? Les excès constatés, connus depuis des lustres et seulement aujourd’hui spectaculairement et hypocritement déplorés inciteraient à une scission radicale entre les niveaux de pratique. Eradiquerons-nous le mal pour autant ? Le sport dit amateur est-il exempt de reproches ? Les niveaux les plus élémentaires des compétitions, et la pratique à tous les âges ne sont-ils pas frappés par un phénomène tant soit peu comparable à celui qui affecte le sport professionnel ?

14Si l'on en appelle à Pierre de Coubertin, finissons-en avec son « angélisme » souvent raillé et relisons son discours prononcé en 1931 à propos de l'amateurisme qu'il définit ainsi : « admirable momie qu'on pourrait transporter au musée de Boulak comme spécimen de l'embaumement moderne ».

15« Que les jeux ne soient pas faits pour la publicité des pros, soit, mais ils ne sont pas non plus conçus de façon à constituer un crible doctrinal ne laissant passer que ceux qui sont « officiellement en règle avec des prescriptions d'un autre siècle. »

16Il continuait : « tout le monde sait qu'il y a de faux amateurs et que ce sont pour une bonne part des sportifs fortunés. En face de lui, se dresse le sportif qui gagne durement sa vie et pour qui, tout déplacement risque de représenter une perte de salaire ».

17« Voilà le problème de l'amateurisme haussé au niveau de la question sociale, ni plus, ni moins. »

18Sévère mais clairvoyant le père de l'olympisme moderne persistait : « on peut reprocher au sport trois sortes de griefs : surmenage physique, contribution au recul intellectuel, diffusion de l'esprit mercantile et de l'amour du gain. On ne peut nier ces maux, mais les sportifs n'en sont pas responsables. Les coupables sont : les parents, les maîtres, les pouvoirs publics, les dirigeants de fédération et la presse. »

19Parents, maîtres, pouvoirs publics, dirigeants de fédération, presse, ce sont toutes les institutions de la Cité qui sont mises en cause, et leur faillite montrée du doigt.

20À cette mise à l'index, à cette distribution de mauvais prix, Nelson Paillou ajoutera le monde économique dont les excès « ont des conséquences, et des résonances profondes sur la conception du sport et de son organisation ». Il conclut : « le sport joue un rôle déterminant dans l'éducation des jeunes et l'équilibre des hommes. Son évolution foudroyante justifie une réflexion approfondie de la part de ceux qui, par leurs responsabilités préparent directement ou indirectement l'avènement du troisième millénaire, rejoignant ainsi la réflexion de Pierre de Coubertin. Il ajoute, « on n'a pas le droit de craindre le changement, on a le devoir de l'orienter ».

21Citant G.W. Schmeltz, Nelson Paillou se veut fidèle à la tradition et inventer l'avenir.

22Il en appelle à une démarche moderne associant harmonieusement l'Etat, le Mouvement Sportif, le monde économique. Il les considère comme les trois enjeux du sport français. Pour s'extraire de la pression mimétique du présent, il s'engouffre par la « porte étroite » ménagée par l'espace de l'irréductible liberté individuelle, et prend deux initiatives significatives :... les Jeux de l'Avenir, ceux de l'enfance qui ne sauraient être une simple imitation de l'existant, un symposium des « rythmes de la vie et de l'Enfant et le sport à l'Ecole » tenu dans l'amphithéâtre de la Sorbonne où Pierre de Coubertin avait fait sa déclaration historique. Ainsi, il retissait les fils et s'inscrivait dans un continuum de réflexion tandis qu'il se sentait « obligé » envers l'enfant, figure de l'AVENIR, et parce que c'est « le futur qui informe le présent » et parce que selon la jolie expression de Mme Baum Bothol, c'est peut-être la seule manière de nous « dégriser de vivre l'infini au présent ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.