Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Intervention d'ouverture d'Ernest Gibert

Ernest Gibert

Texte intégral

Ernest GIBERT
Professeur à l'Université de Rouen
Co-Président de l'U.N.C.U.

1Sans vanter les mérites des clubs universitaires, il est important de montrer que l'USE n'est pas une manifestation fermée destinée uniquement à des membres de l'Education nationale, cette clique qui, si elle possédait des vérités, aurait fini par savoir les révéler aux autres.

2Certes, universitaires nous sommes, et permettez-moi de le dire, fiers de l'être, mais nous avons compris depuis longtemps que dans le domaine du sport universitaire, comme d'ailleurs dans bien d'autres, nous ne pourrons rien faire seuls. Pour identifier clairement les problèmes, pour apporter les solutions et pour mettre en œuvre les moyens qui mobilisent les efforts, pour changer sinon le monde, du moins le sport tel qu'il est aujourd'hui.

3Qu'on ne se méprenne pas sur ma dernière phrase. Le but de l'Université Sportive d'Eté n'est pas de dénoncer les perversions d'un sport qui en connaît depuis longtemps. Nous ne manquerions pas de culot, nous sommes membres avec toutes les autres fédérations du Comité National Olympique. Par conséquent, nous devons nous considérer comme solidaires de toutes les insuffisances et de toutes les erreurs commises.

4Mais depuis 16 ans, nous ressentons le besoin de discuter sans enjeu des problèmes qui nous paraissent importants pour aujourd'hui et pour demain, en ouvrant les échanges à tous ceux, quelles que soient leurs fonctions, quelles que soient leurs origines, qui ont des idées, même et peut-être surtout, lorsque ces idées sont contradictoires.

5Cette manifestation, qui est organisée en commun avec l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France, qui montre par parenthèse que journalistes et universitaires de temps en temps peuvent s'entendre, même dans la durée, est un centre de réflexion, un lieu de propositions et exceptionnellement, c'est en cela qu'elle n'est pas seulement universitaire, un moyen d'action.

6Alors, nous allons ouvrir la 15ème Université d'Eté. Elle ne se déroule pas à Bayonne par hasard. Il y avait préméditation. Le Centenaire du BEC était pour nous depuis longtemps un repère, et le champ d'influence du BEC est si étendu, il va même bien au-delà du Duché d'Aquitaine, que pour ménager quelques vacances à Michel Lenguin qui les avaient bien méritées, on pouvait envisager de faire cette Université d'Eté à Bayonne.

7Un événement nous a surpris par sa brutalité et nous a confortés dans notre idée, c'est la disparition de Nelson Paillou. Comme tous ceux qui sont ici, j'ai connu Nelson Paillou. Je suis moins qualifié que certains d'entre vous pour en parler. Nelson Paillou était un homme avec d'énormes qualités, et quelques défauts qui étaient parfois au niveau de ses qualités.

8Si on faisait aujourd'hui son panégyrique, à nous qui l'avons souvent « asticoté », il nous en voudrait beaucoup. Dans ce monde des dirigeants sportifs qui connaît beaucoup de rouleurs de mécanique, Nelson avait un point commun avec eux, c'était aussi un rouleur, mais lui n'était qu'un rouleur de cigarettes.

9En faisant l'Université d'Eté à Bayonne, nous avons l'impression de pouvoir travailler encore une fois un peu avec lui. Et puis, la troisième raison, pour ne pas le cacher, parce qu'après tout nous aurions pu la faire à Rouen, c'est Bayonne. Monsieur le Maire, je ne vais pas vanter les mérites de Bayonne, vous l'avez fait très bien, ce serait un exercice qui me plairait beaucoup, mais il y aurait de la flagornerie. Simplement je veux dire que Bayonne est à la fois l'histoire et le modernisme, la tradition et l'innovation. Bayonne est au fond un peu le symbole de ce que représente le sport, tel que nous, nous le considérons dans les clubs universitaires. C'est une manière de le considérer parmi d'autres, avec d'autres.

10Voilà trois séries de raisons qui font que nous avions décidé de faire cette 15ème Université Sportive d’Eté à Bayonne.

11Il y a ceux qui décident, ceux qui font semblant et ceux qui exécutent. Ceux qui exécutent le font avec ceux qui leur apportent les moyens. Tout ceci n'aurait pu être réalisé sans le concours, Monsieur le Maire, que vous avez bien voulu nous apporter. Inutile de vous dire qu'il nous a été extrêmement précieux, de même que celui du District Biarritz Anglet-Bayonne. Nous y avons été très sensibles, parce que parfois pour des manifestations de ce type, lorsque nous allons voir vos collègues, ils ont plutôt tendance à nous prendre pour des plaisantins. La durée de notre séjour vous montrera qu'ils ont finalement assez raison, mais dès le départ, la tâche ici nous a été facilitée.

12Je voudrais remercier aussi le Président du Conseil Régional, le Président du Conseil Général. Puis je dirai un mot à mes collègues universitaires : l'IUT de Bayonne qui a sûrement des raisons de ne pas être satisfait de ses installations, présentait cependant pour nous un lieu qui fournissait des garanties sérieuses de succès. Je veux donc remercier son Directeur, Bernard Causse, non seulement de nous avoir accueillis, j'allais dire sans réfléchir, spontanément, mais d'avoir fait tout de suite en sorte que tous les moyens nous soient donnés. De même que ceux qui l'ont entouré, je parle de Jacques Meyranx, René Viguéra, sans lesquels toute cette opération n'aurait pu être conduite, d'une manière aussi efficace, aussi rassurante pour nous, au cours des dernières semaines.

13L'Union Nationale des Clubs Universitaires réunit 44 clubs universitaires. Ce n'est pas une fédération comme les autres, elle n’est ni pire ni meilleure que les autres, c'est une union, pas une fédération. C'est dire que l'on se rencontre de temps en temps. Et cela faisait quelque temps que nous n'avions pas rencontré le club universitaire de Bayonne. C'est donc avec un plaisir particulier que nous avons pu, par cette occasion, renouer le contact avec le Bayonne Université Club. Et les propos que vient de tenir le Doyen Labayle montrent que le BUC est exactement dans la ligne qu'a choisie l'Union Nationale des Clubs Universitaires.

14Enfin, l'énumération de la liste des remerciements est toujours un exercice fastidieux, je veux dire aussi que nous savons ce que nous devons à M. Dominique Boutineau, Président de la Fédération de Pelote Basque, un nom de fédération qui fera toujours rêver un Normand. Il a bien voulu mettre à notre disposition un moyen de déplacement. Je ne voudrais pas l'inquiéter à l'avance, il a maintenant une meilleure connaissance de la population qu'il devra déplacer. Je dois lui dire qu'elle est parfois bruyante, mais elle ne commet jamais de déprédation. La même remarque vaut pour M. Latreille, Directeur du BTS de communication qui, lui, a affaire à une population nettement plus jeune, les stagiaires du Stage de Communication, à qui il confie un matériel dont la valeur est d'ailleurs difficilement estimable. Il arrive de temps en temps que les jeunes dans la journée soient plus raisonnables que les anciens. Il n'a pas d'inquiétude non plus à avoir.

15Dès le début, toutes les conditions sont remplies, pour que cette 15ème Université Sportive d'Eté soit un succès, mais il ne reste plus qu'à la faire. C'est avec vous, par vous, par vos échanges, par les discussions que nous aurons lors des conférences, des tables rondes, par les échanges que nous aurons au dehors, que nous réaliserons ce succès, parce que nous pensons que le sport doit reprendre un autre visage : l'Humanisme, même si l'on peut gloser longtemps sur le contenu du mot, il doit retrouver un sens. Et nous pensons aussi que le meilleur vecteur qui permettra de donner au sport un nouveau visage, ce sont les jeunes, à commencer par l'enfance.

16Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, j'ai été plus long que je l'aurais dû. Je veux une ultime fois vous remercier et nous allons passer directement au premier point fort de cet après-midi, avec l'intervention de Michel Lenguin qui va nous parler de Nelson Paillou.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/13959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 580k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540