Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Allocution d'Henri Labayle

Henri Labayle

Texte intégral

Henri LABAYLE
Doyen de la Faculté pluridisciplinaire de Bayonne

1Un mot simplement pour ne pas ajouter à la longueur des propos préliminaires et puis parce que mes prédécesseurs vous ont déjà tout dit ou quasiment. Intervenant ici en tant que Président du Bayonne Université Club davantage qu'en tant que Doyen de la faculté voisine, qui n'a malheureusement pas pu vous accueillir en raison des travaux que vous avez pu constater en traversant le parvis. Je voudrais vous dire à quel point, pour les universitaires présents, votre venue ici à la fin de ce mois d'août à Bayonne, nous est à la fois agréable et en même temps constitue un symbole. Elle nous est agréable parce qu'à travers la tenue de votre université d'été, c'est finalement, la reconnaissance, en quelque sorte, par le monde sportif universitaire d'un travail qui patiemment depuis toujours a fait de cette partie du campus de l'université de Pau, un campus un peu à part.

2Un campus un peu à part parce que, Bernard Causse vous l'a dit tout à l'heure, le sport est réellement ici intégré dans la vie quotidienne de nos étudiants qui sont des étudiants, des citoyens et surtout des participants sportifs. Nous arrivons, autant que nous le pouvons encore, à ménager cet amour du sport et de la pratique sportive. La place qu'elle mérite et Dieu sait si vous savez tous qu'aujourd'hui dans l'Université française que la chose est difficile en raison de l'aménagement des études, de l'exiguïté des locaux, des emplois du temps. Toutes sortes de contraintes qui font que nous ne parvenons plus à obtenir dans nos emplois du temps le créneau horaire, qui permettrait aux étudiants de joindre une pratique sportive à côté de leurs études intellectuelles, de se réaliser pleinement.

3René Viguéra qui est là ne manque pas à la tradition dès que le Doyen a le malheur de mettre un cours ou un groupe de travaux dirigés le jeudi après midi qui entrave la pratique sportive.

4Une délégation se forme aussitôt et passe de la scolarité à mon bureau pour me rappeler à mes devoirs. Je n'ai pas beaucoup de mal à être rappelé à ces devoirs, tellement les étudiants eux-mêmes exigent et réclament cette pratique sportive.

5Nous avons sur le campus à Bayonne, une organisation un peu particulière avec le Bayonne Université Club depuis la création des structures des enseignements universitaires. Autrement dit, nous avons une association à laquelle adhèrent librement les étudiants et qui nous sert à financer un certain nombre d’activités sportives qui, en aucun cas, ne pourraient être faites par le biais normal du service des sports de l'Université. C'est ce qui permet la variété des manifestations auxquelles Bernard Causse a fait allusion tout à l'heure et c'est ce qui permet aussi l'organisation d'un certain nombre de manifestations sportives qui permettent au campus d’exister, de s'animer pour acquérir progressivement une certaine renommée à l'extérieur. Nous allons avoir dans deux mois notre tournoi traditionnel de rugby à sept IDEKI qui va réunir un certain nombre d'universités, et peut-être que l'université de Rouen comme les autres années y participera. Monsieur Dominique Boutineau sait que nous avons un tournoi de pelote basque, tournoi très prisé par les étudiants. Nous avons ainsi progressivement, dans la vie du campus, intégré le sport comme une activité normale, comme une activité quotidienne, alors que malheureusement dans nos trajectoires d'universitaires elle devient de plus en plus une exception. C'est la première satisfaction qui est la nôtre. Mais il n'est pas normal qu’aujourd'hui un tel fonctionnement repose encore autant sur l'apostolat et sur la disponibilité des hommes et des étudiants. Je crois en la réflexion qui est la vôtre ici et peut-être est-il temps de tirer une sonnette d'alarme quant à la dérive à laquelle nous assistons actuellement.

6Le deuxième point dans ce bref propos d'accueil que je voudrais souligner c'est tout simplement la tenue de cette manifestation : Université d'Été. La faculté que je dirige a beaucoup de relations avec la péninsule ibérique et dans la tradition universitaire espagnole, il y a quelque chose qu'à titre personnel j'aime beaucoup et qui s'appelle les universités d'été. Un étudiant espagnol, lorsqu'il a fini son cursus, trouve normal d'aller participer à une, deux, trois universités d'été, pendant ses vacances universitaires. Quand vous ouvrez un journal espagnol à partir du mois d'avril, vous voyez des encarts publicitaires sur Saint Jacques de Compostene où se déroule une université d'été sur la médecine, à Madrid sur le droit, à San Sebastien sur l'environnement. Chaque étudiant, en payant, s'inscrit à cette université et fait un peu le tour d'Espagne et revient avec un diplôme disant voilà : il a assisté à une université d'été. Curieusement c'est quelque chose que nous n'arrivons pas à greffer sur nos pratiques. Le Ministère a bien essayé, il y a quelques années de lancer ce mouvement-là et alors qu'on nous reproche vous le savez de travailler si peu, d'avoir des locaux si peu occupés, d'être finalement tellement disponibles : nous ne parvenons pas avec notre ministère de tutelle à faire en sorte que les structures, dans lesquelles nous sommes aujourd'hui et que Bernard Causse nous prête, accueillent des gens venus de l'extérieur, favorisent les échanges et permettent finalement en dehors de toute contrainte universitaire de s'enrichir culturellement en abordant des questions sur des thèmes que nous n'avons pas l'habitude de croiser.

7C'est la raison pour laquelle, la tenue de cette université d'été, ici consacrée au sport, est une très belle manifestation et est un symbole dont je me réjouis.

8Voilà tout simplement ce que je voulais vous dire en vous souhaitant la bienvenue sachant que vous avez eu l'intelligence et le bon goût de convier le soleil à vos travaux.

Auteur

Doyen de la Faculté pluridisciplinaire de Bayonne

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540