Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’enfance du sport ou l’humanisme en jeu

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Allocution de Jean Grenet

Jean Grenet

Texto completo

Docteur Jean GRENET
Maire de Bayonne

1Mes chers amis je ne vous présenterai pas notre bonne ville de Bayonne. C'est une vieille ville qui a plus de deux mille ans. Mais ici vous êtes dans un Campus très jeune, puisqu'il a à peine une quinzaine d'années. Vous savez que cette université est une branche de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, à laquelle nous sommes attachés. C'est pour nous un honneur de vous accueillir ici parce que le sport a toujours occupé une place privilégiée dans la vie bayonnaise et qu'un certain nombre de clubs se sont illustrés. Même s'il faut parler à l’imparfait malheureusement. Et puis aussi parce que nous sommes fiers de ce développement universitaire, c'est aujourd'hui une réalité et je crois pouvoir dire que l'université ici a pris son envol, avec l'IUT, la faculté pluridisciplinaire et bientôt nous aurons à quelques centaines de mètres d'ici une UFR de sciences technologiques. Nous ne serons jamais une faculté généraliste, parce que nous n'avons pas un bassin de vie qui nous permette de l'envisager. Cependant, nous disposons de possibilités de regroupement et je puis vous dire que, les politiques que nous sommes, y travaillons bien entendu avec le Conseil d'Administration de l'Université.

2Donc c'est une vieille ville, c'est une jeune Université, et c'est une ville sportive, raisons pour lesquelles nous sommes très attachés au sport en général et notamment moi-même qui suis un ancien universitaire du Bordeaux-Étudiant-Club ; je fais partie des anciens maintenant, n’est-ce pas mon cher Michel Lenguin. Aussi, lorsque Michel Lenguin m'a écrit pour me demander si nous serions d'accord pour organiser cette 15ème Université Sportive d’Été, en lui donnant les moyens de s'exprimer dans les meilleures conditions, je n'ai pas mis beaucoup de temps à répondre favorablement, et comme l'enseignement supérieur est une compétence du District Bayonne-Anglet-Biarritz, j'ai associé le District à l'organisation et aux subventions. Il y a une autre raison qui m'a fait accepter avec enthousiasme. J'ai très bien connu, au même titre que d'autres, Nelson Paillou. Parce que j'étais jeune étudiant en médecine à Bordeaux, parce que j'étais « Béciste » et que lui-même l'était : président de la section hand-ball, avant de passer à l'échelon national, voire international, puis olympique, en tant que président du Comité National Olympique du Sport Français. Et c'est peu de dire que je lui portais de l'affection. Je crois que Michel pourrait dire la même chose, tant il a su nous imprimer très fortement cette éthique du sport, cet humanisme, cette tolérance qui étaient en lui. Ce petit bonhomme portait une énergie considérable, il l'a prouvé par la suite. Il avait un rayonnement hors du commun et il nous a tous profondément marqués.

3La dernière fois que je l’ai rencontré, à l’inauguration du trinquet à parois de verre, il était venu avec Juan Antonio Samaranch et Jean-Claude Killy. C'est la dernière fois que je l'ai vu vivant parce que, déjà, il venait d'être opéré. Je l'avais quitté avec beaucoup d'émotion en me posant la question de savoir si je le reverrais. Je ne l'ai pas revu et il nous a quittés de la façon dont il avait vécu. Et c'est très bien qu'il ne soit pas mort dans un lit. Il nous a quittés sur la route de l'aéroport de Pau pour aller reprendre son avion. J'ai éprouvé, pour ma part beaucoup de chagrin, beaucoup de peine comme lorsque l'on perd un proche, un parent. Nous nous embrassions chaque fois que nous nous rencontrions. Il venait régulièrement chaque fois qu'il y avait la grande semaine des sports basques, à la journée d’ouverture, il était là constamment, présent, fidèle. Fidèle à ses amitiés, fidèle à l'éthique du sport et à cet humanisme qui lui appartenait et qu'il a su, je crois nous transmettre. Alors c'est bien entendu pour moi un moment émouvant, vous le comprenez bien, parce qu'on évoque quelqu'un qui m’a beaucoup marqué.

4J'ai moi-même été dirigeant sportif puisque, avant d'être maire de Bayonne, j'ai présidé pendant quatorze ans l'Aviron Bayonnais qui est un grand club omnisports. Je connais donc un petit peu le sport, les différentes disciplines et tout ce que cela implique. Puis aujourd'hui j'ai choisi une autre voie, où j'essaie d'apporter tout ce que le sport peut apporter en terme d'intégration.

5Tout à l'heure je vais me retrouver, avec l'équipe des moniteurs sportifs de la ville de Bayonne, qui, pendant toutes les vacances scolaires ont encadré 700 jeunes des milieux les plus défavorisés. Ils les ont initiés au sport, leur ont fait découvrir le sport, de façon à ce qu'il y ait un prolongement derrière cet été. Ces jeunes, par le biais des relais que sont les associations et les clubs sportifs après avoir découvert le sport continueront de le pratiquer. C'est pour moi, en tant que Maire, la certitude qu'il s'agit là d'un moyen d'intégration et d'éducation irremplaçable. J'y crois fortement et ne cesse de militer dans ce sens-là parce que je suis moi-même convaincu que les entretiens que vous aurez lors de cette USE seront extrêmement riches. Je regrette, parce que je suis passionné de ces questions, de ne pas pouvoir y assister intégralement. J'essaierai de revenir parce que c'est un débat qui m'intéresse.

6Je voulais simplement, au terme de ce petit propos tout à fait improvisé, vous souhaiter la bienvenue à Bayonne et vous dire encore que nous sommes ravis de vous accueillir. J'espère que ces travaux dans une ambiance toujours chaleureuse et conviviale, comme il se doit à la fois dans le milieu sportif et dans le milieu universitaire, seront très profitables. J'espère également que vous goûterez, avec ce beau temps, aux joies de ce pays et de cet arrière-pays magnifiques que nous aimons.

7Je terminerai en remerciant tous ceux qui ont travaillé à l'organisation de ces deux journées, parce que c'est toujours un chantier de mettre tout cela sur pied lorsque Ton veut que les choses se passent comme il faut. Permettez-moi également de remercier tout particulièrement mon vieil ami Michel Lenguin qui est un vieux Bayonnais comme moi, avec qui j’ai fait des études à Bordeaux, avec qui j'ai joué au rugby. Il était beaucoup plus brillant que moi, même si j'étais plus polyvalent que lui parce que je jouais aussi bien trois quart aile que pilier gauche, tandis que lui ne jouait qu'à l'ouverture ou au centre. Quoi qu'il en soit nous avons passé de bons moments ensemble et c'est l'occasion aussi de s'en rappeler et de voir aussi que ces amitiés perdurent à travers le sport et à travers l'université. C'est quelque chose aujourd'hui de réconfortant, notamment dans le monde que vous ne connaissez peut être pas mais que moi je connais mieux et que je commence à découvrir qui est celui de la vie publique et de la vie politique. Je puis vous dire qu'il y a par moment quelques larmes de nostalgie qui poindraient sur le visage de celui qui vous parle en pensant aux bons moments de dirigeant qu'il a connu et en voyant la façon dont se passent les choses parfois attristantes en matière de vie publique et en matière de rapports humains.

8Voilà ce que je pouvais vous dire, merci à toutes et à tous et bonnes journées de travail.

Autor

Maire de Bayonne

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540