Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Un autre club à inventer ? Constats, inquiétudes, propositions

Clôture

Ernest Gibert

Texte intégral

Ernest GIBERT

Vice-Président de l'UNCU, Président de l'Université de Rouen

1S'il y a toujours une synthèse, et parfois une conclusion, à toute USE, le temps manque pour que cet exercice soit aujourd'hui accompli. C'est pourquoi je me limiterai à l'énoncé de quelques remarques.

2Le club sportif est comme le sport, jamais tout à fait le même, jamais tout à fait un autre. Mais plus que le sport, il a des difficultés à se transformer et d'ailleurs j'ai été frappé, comme vous, que très souvent nous considérions le club sportif du xxie siècle avec nos yeux d'aujourd'hui, et pour quelques-unes des interventions, avec des méthodes d'analyse, des comportements qui sont peut-être plus proches du xixe qu'ils ne le sont du xxie. Cela montre bien que même si nous sommes passionnés, engagés, désintéressés, nous sommes aussi déboussolés. Tout simplement parce que le club sportif est "à la croisée des chemins", mais pas au sens que nous voulions donner à cette formule, c'est-à-dire à un tournant de son histoire. Il est à la croisée des chemins des autres, des autres acteurs de la vie sociale, de la vie économique, de la vie politique. Et le club sportif est comme le sport ; il est par rapport aux "autres" en situation de dépendance et parfois même d'assisté. Tout simplement parce que, en dépit de la richesse qu'il représente, ceux qui le dirigent et ceux qui participent à son activité ne peuvent pas, ou ne veulent pas, engager une vision prospective sur son devenir. A considérer très simplement, et d'une manière très caricaturale les choses, il me semble qu'au cours des vingt dernières années, les clubs sportifs ont connu deux points importants d'évolution qui ne se sont pas traduits forcément par deux ruptures.

3Le club sportif a été pendant longtemps une identité close. Il est, et il devra, de plus en plus être orienté vers l'extérieur. Pas simplement en raison des relations de partenariat qu'il doit entretenir, avec ceux qui sont en mesure de lui apporter des moyens, mais parce que les sollicitations dont il est l'objet viennent pour l'essentiel de l'extérieur. Il conservera sa vocation strictement sportive ; mais il aura de plus en plus à faire face à une demande aux aspects multiples, qui est une demande sociale. On le voit par le biais des activités d'intégration auxquelles il doit se prêter. Son rôle dans l'éducation restera déterminant par ce qu'il est susceptible de faire pour ramener "dans le droit chemin" ceux qui s'en sont écartés eux-mêmes ou que la société elle-même a conduit à s'en écarter. Par là même, il devra rendre de plus en plus de comptes à l'extérieur. Raison de plus pour savoir ce qu'il veut, quels sont ses objectifs, et pour repenser son mode de fonctionnement.

4C'est là qu'intervient, me semble-t-il, le deuxième point d'évolution. Le club sportif, qui était une identité non seulement close mais homogène, tend de plus en plus à prendre la forme d'une organisation polycellulaire. C'est d'ailleurs la résultante logique de ce qui vient d'être dit. Cela signifie qu'il est confronté à une multiplicité d'objectifs qui sont, c'est vrai, parfois contradictoires. Il lui faut donc trouver le moyen d'assumer et de dépasser ces contradictions, par le biais d'une autre forme d'organisation capable d'associer par exemple le maintien du haut niveau avec l'intégration de ceux qui sont délaissés par la société, au sein d'une même entité.

5Il lui convient donc de penser dès maintenant à des formes d'organisation nouvelle où cette polycellule, que représente le club, n'est plus pilotée par un individu inspiré, quelquefois par lui-même et plus souvent par d'autres ou conduite selon les modes autoritaires, charismatiques ou hiérarchiques traditionnels, mais sans qu'il s'agisse pour autant d'une sorte de partage mal organisé du pouvoir. Une forme d'organisation qui soit en mesure d'associer les compétences multiples que l'on retrouve dans le club, en tenant compte de la diversité des objectifs et en maintenant ce qui unit.

6Voilà deux points d'évolution parmi d'autres que, volontairement, je n'ai pas appelé des points de rupture parce qu'ils n'ont pas fait imploser les clubs, qui sont importants et se manifesteront avec plus de force encore dans l'avenir. À partir de là, évidemment, on peut s'amuser autant que l'on veut, et on peut imaginer des grands scénarios d'évolution. La technique habituelle est d'en retenir trois : un coup court, un coup long, un coup au but ; encore faut-il ne pas être myope. Une possibilité, c'est en effet le club sportif "attrape-tout", "bon à tout faire", peut-être encore, en se montrant plus provocateur que Jacques Ferran, "boniche de la société", réceptacle de tout ce que la société n'est pas capable d'assumer ou n'a plus les moyens d'assumer, et qu'elle réserve par prédestination à la voie associative. Comme le sport est un bien en soi qui bénéficie de l'attention privilégiée des médias, ce sera une cellule, protéiforme, un club sensé assembler tout cela. On reconnaît "l'auberge espagnole".

7Il y a une autre forme plus moderne, plus "dans le vent", plus proche de l'intelligence artificielle, c'est "le club sportif virtuel". A la manière de cet objet, le tamagochi, que des millions de personnes ont acheté, qui est au fond le substitut de ce que l'on peut trouver ailleurs. Au lieu d'avoir un petit enfant ou un petit animal domestique réel qui cause beaucoup d'ennuis, on l'enferme dans un micro-ordinateur. Il faudra penser à appuyer le moment venu sur un bouton. Naturellement, on fera jouer le hasard pour qu'il y ait un peu d'imprévu, et puis par pression sur quelque touche, on retrouvera des moments de convivialité en regardant son petit cadran que l'on fera vibrer dans sa poche, c'est-à-dire nettement plus bas que le cœur.

8Puis entre les deux, il y a évidemment ce que le club sportif pourrait être. Bien sûr, je n’aurai pas la prétention de vous dire quoi, mais j'ai été frappé par un certain nombre de vos réflexions. Il y a une voie possible qui est celle-ci. Les hommes, de manière générique, ont toujours besoin de foyers de rencontre. La famille a joué pendant très longtemps ce rôle. Parce que le club sportif, dans la société de demain, va tenir de plus en plus une position de carrefour, sans prétendre que pour autant il va devenir le substitut de la cellule familiale, il est possible qu'il reprenne à son compte un certain nombre des modes d'activités de cette cellule. C'est une différence très profonde avec ce qu'il était jusqu'ici. Autrefois, en tout cas de mon temps, le club sportif était une espèce de sas qui facilitait le passage du cocon familial à la vie sociale véritable. C'était un moment privilégié de contacts avant de prendre des responsabilités ; et pour ceux qui répugnaient à le faire, ils pouvaient y demeurer autant qu'ils voulaient, c'est d'ailleurs pour cela que j'y suis resté. Mais aujourd'hui, le club sportif est un moyen d'échanges, de rencontres. En effet, pour ceux qui sont ou non d'une même génération, c'est la confrontation de tout un ensemble de pratiques de nature strictement sportive ou plus ou moins associées au sport. Ce qui veut dire qu'il n'y aura pas de modèle unique. Pas un club, mais des clubs sportifs.

9Vous l'avez compris, une fois de plus, l'Université d'Été a essayé de poser une question. Non seulement, elle n'a pas apporté de réponse mais, par le biais de sa question d'origine, elle en a évoqué plusieurs. C'est un peu comme dans la chanson : trois petites notes de musique qui nous font la nique après un soupir, mais qui reviennent sans crier gare, sans même que quelquefois on y ait pensé. L'Université d'Été ne souhaite pas lancer des idées au vent, mais seulement lancer quelques notes qui ne soient pas toutes fausses, pour qu'elles soient reprises un jour ou l'autre.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.