Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Un autre club à inventer ? Constats, inquiétudes, propositions

Les régionalisations du sport de haut niveau : vers des clubs virtuels ?

Martine Reneaud

Texte intégral

Martine RENEAUD

Maître de Conférences à la Faculté des Sciences du Sport et de l'Éducation Physique. Université Victor Segalen Bordeaux 2.

Laboratoire Vie Sportive Locale.

  • 1 Sport de haut niveau en régionalisation(s). L'Aquitaine exemplaire ?, sous la direction de Francis (...)

1C'est à partir de travaux sur une autre forme de régionalisation du sport de haut niveau1, la régionalisation politique, – avec l'entrée en lice du conseil régional d'Aquitaine pour soutenir les sélectionnables aux Jeux olympiques – que sera abordé ce thème.

2La dissociation sportifs / clubs de haut niveau dans l'élaboration et la mise en œuvre de cette politique publique soulève un certain nombre de questions en rapport avec la problématique suivante :

Une élite sportive sans club ? Un processus inéluctable ? Un aboutissement logique ? Une tentation dangereuse ?

3Au-delà des objectifs et des procédures adoptées pour mettre en place le Club Olympique Aquitain, l’enquête réalisée en 1996 auprès de 16 des 24 sportifs sélectionnables pour Atlanta apporte également des éléments d'information.

4Ces 16 sportifs, dont 10 ont finalement participé aux Jeux olympiques, représentent 9 fédérations :

  • athlétisme,
  • aviron,
  • canoë-kayak,
  • escrime,
  • cyclisme,
  • natation
  • tir,
  • tir à l’arc,
  • voile.

1 • Les constats : les ingrédients d'un supra-club régional en Aquitaine

5Initié par le conseil régional d'Aquitaine en 1993, en concertation avec le Comité Régional Olympique et Sportif (CROS) et la DRJS, le montage du Club Olympique Aquitain (COA) virtuel, puisque sans support associatif, s'inscrit en complémentarité de la politique nationale du sport de haut niveau, mais il est distinct du soutien de la région aux clubs de haut niveau, puisque dans ce domaine, elle a choisi de cibler uniquement les sports collectifs.

1 • 1 • Région, l'option retenue : la complémentarité par rapport à la politique nationale d'aides personnalisées

6L'opération Club Olympique Aquitain, décidée en 1993, s'inscrit dans le prolongement de la politique d'aides aux athlètes de haut niveau, effective depuis 1990, (199 athlètes à l’époque, 292 en 1996 – hors COA).

7Ces aides transitent par la ligue et non par le club d'appartenance.

Le Club Olympique Aquitain : une démarche pluriannuelle

8S'agissant de la vingtaine de sportifs (catégorie élite, voire seniors ou jeunes si performances) désignés pour le COA, dont la composition est réexaminée chaque année en fonction des résultats, le parrainage individualisé atteint la somme annuelle de 30 000 f.

9L’aide a pour objet exclusif de permettre la prise en charge

  • des frais de déplacements, (rendez-vous européens et mondiaux)
  • l'hébergement pour les stages,
  • le suivi médical,
  • l'acquisition de matériel spécifique.

10Le tout sur justification.

11Effective en 1994, 1995, 1996 pour Atlanta, l'opération est reconduite dès 1997 pour Nagano (1998) et Sydney (2000). Les sportifs visés prioritairement sont ceux qui présentent un potentiel de podium européen ou mondial.

Une politique de communication et un contrat avec chaque sportif

12Pour le conseil régional, il s'agit incontestablement d'une action de communication. Les sportifs s'engagent contractuellement à promouvoir la région lors des manifestations de prestige et des interviews. En retour, la région s'attache à élargir leur notoriété et à les mettre en contact avec les milieux professionnels et économiques.

13Le contrat inclut une clause de respect de l'éthique (lutte antidopage).

Une politique concertée avec le CROS et la DRJS, puis les ligues

14La concertation tripartite a été formalisée en 1990 par la signature d'un protocole d'accord et la création, à l'initiative du conseil régional, d'une commission régionale du sport de haut niveau dont il a la maîtrise et qui intègre dans ses sous-commissions spécialisées tous les partenaires institutionnels de niveau régional. La concertation avec les ligues à été renforcée depuis 1992.

15Pour le suivi du Club Olympique Aquitain, il est largement fait appel à l'expertise de la DRJS (et de son correspondant régional du sport de haut niveau).

16Le partenariat fonctionne à la satisfaction générale des acteurs des organisations régionales.

Le club d'appartenance, chaînon manquant

17Les clubs d'appartenance eux, n'apparaissent pas dans le dispositif, sauf lors des réunions-bilan (post-jeux olympiques par exemple).

1 • 2 • Le concept "club" : un support virtuel mobilisateur pour les institutions de niveau régional

18Inspiré du Club France des Jeux olympiques de Séoul (1988), le concept club a permis de consolider la synergie des diverses institutions, qui en retirent toutes un gain de visibilité, en contribuant avec des ressources différenciées. Le caractère pluriannuel renforce également la coopération.

19La mobilisation et l'action collective sont fondées sur le projet de retenir les sportifs de haut niveau en Aquitaine et d'en attirer d'autres.

20Les modes de fonctionnement utilisent les techniques contractuelles.

1 • 3 • Des structures de formation et de suivi médical très performantes (CREPS/CAMPUS) : un facteur d'ancrage en région

21Les pôles contribuent, comme cela a été mentionné précédemment à détacher concrètement, sinon affectivement – de façon partielle, voire totale – le sportif de son club, tout en présentant l'avantage de le maintenir sur le territoire Aquitaine.

22Neuf sportifs sur seize sont passés ou évoluent encore dans les structures d'accueil du sport de haut niveau :

  • un cycliste au CREPS de Talence ;
  • deux en canoë-kayak (à Toulouse et Besançon) ;
  • un en escrime (CREPS de Talence puis INSEP) ;
  • un en natation (au CREPS de Talence) ;
  • un en tir à l'arc (Arcachon puis INSEP) ;
  • un en tir (au CREPS de Talence) ;
  • deux en voile (Marseille et La Rochelle).

23Douze sportifs sur seize au total s'entraînent aujourd'hui dans la région et les quatre autres dans des Pôles "extérieurs" : deux à l'INSEP, un à Toulouse et le dernier à La Rochelle.

1 • 4 • Sportifs : une mobilité interclubs d'abord régionale

24L'enquête en donne un aperçu :

  • ancrage territoire aquitain : onze sur seize
    • fidélité au club : six (soit un bon tiers) n'ont jamais quitté leur club d'origine ;
    • fidélité à l’Aquitaine : trois ont circulé dans deux clubs aquitains, deux autres dans trois clubs aquitains ;
  • attraction aquitaine : trois autres n'ont appartenu qu'à deux clubs, le deuxième étant le club aquitain ;
  • "mercenaires" : deux ont fortement "bougé" (régions et clubs : au moins quatre changements).

1 • 5 • Sportifs : le besoin de reconnaissance locale

25Les attentes des sportifs de haut niveau en matière de reconnaissance sociale et « locale » confirment les tendances observées dans l'enquête réalisée auprès des présidents et entraîneurs sur les changements de comportements et le déclin du "tout argent" :

« Le "Club Olympique Aquitain" est une très bonne initiative. X... n'a pas cela dans sa Région... Cette aide représente une reconnaissance, en grande partie. Sans penser uniquement au côté financier, car moi, je ne fais pas ça pour l'argent mais je suis quand même bien content de toucher 30 000 francs. Au moins, on est reconnu, c'est un aspect plus moral que financier. On représente quelque chose pour la Région. »
« Cette aide a contribué à 100 % à ma venue en Aquitaine. Le fait qu’elle existe a un côté rassurant au niveau psychologique. On peut compter sur une aide financière mais aussi sur des gens, sur des compétences humaines... »

26Comme la régionalisation technique et administrative (structures d'accueil, suivi social), la régionalisation politique du sport de haut niveau présente d'incontestables aspects positifs, mais l'hypothèse de la mise entre parenthèse du club d'"attache" du sportif ne peut être rejetée.

2 • Inquiétudes : vers le court-circuitage du club de base ?

  • 2 Rondin, J. Le sacre des notables. Paris : Fayard, 1985.
    Mabileau, A. Le système local en France. Pa (...)

27De même que la décentralisation a débouché sur le "sacre des notables2 " mais n'a pas accru la participation des citoyens, la participation des clubs aux décisions fédérales et régionales qui les concernent n'est pas garantie.

28La régionalisation du sport de haut niveau est inachevée tant qu'elle ne s'accompagne pas de décentralisation jusqu'à l'échelon du club. Plusieurs questions restent d'actualité :

29Les deux facettes de cette régionalisation ne se conjuguent-elles pas au détriment du club, en faisant impasse sur lui ?

  • logique centrale fédération / Jeunesse et Sports sans participation des clubs ?
  • logique politique uniquement médiatique ?
  • polarisation sur les niveaux régionaux d'organisation politico-administrative et sportive avec les risques de recentralisation régionale...et de dévitalisation, désertification locale ?

30La régionalisation fonctionnelle du sport de haut niveau, voulue par le centre, est-elle seulement la concrétisation d'une démarche d'experts (pôles), d'une technostructure "nationale" (mission nationale du suivi social) ?

31La régionalisation politique du sport de haut niveau peut-elle se limiter à la concertation entre organes régionaux, sans prise directe avec les réalités départementales et locales de la vie sportive ?

32La multiplication d'interventions publiques non-coordonnées n'a-t-elle pas in fine des effets négatifs sur l'athlète ?

33Le club (la section) n’est-il pas le lieu pertinent de synthèse des différentes composantes du double projet de l'athlète ?

34À tous ces niveaux de questionnement, la marginalisation du club, voire la tentation de l'effacer des dispositifs du haut niveau est dangereuse. Suicidaire pour les fédérations, elle signifierait en outre que l'État et les collectivités territoriales peuvent se priver de l'action collective bénévole qui y prend racine. La stérilisation de la vie sportive locale apparaît comme un aboutissement illogique dans une société en déficit de solidarité.

35En revanche, un certain nombre de régulations sont envisageables, avec la participation active des clubs.

3 • Perspectives : la vigilance et la participation à la délimitation des rôles des différents acteurs

36Elles sont déjà ouvertes par les diverses stratégies d'adaptation et / ou de contribution des clubs à la mise en œuvre de la politique nationale du sport de haut niveau. Par ailleurs il revient à leurs dirigeants de (mieux) faire prendre en compte cette contribution spécifique.

3 • 1 • Promotion du club/promotion de la vie associative/promotion de la citoyenneté : une démarche systémique

  • 3 CNVA. Les associations à l'épreuve de la décentralisation. Bilan 1991-1992. Paris : La Documentati (...)

37Le club sportif doit rester vigilant quant à la prise en compte authentique par les élus locaux du caractère spécifique des associations3, lieux de démocratie participative, (à condition aussi de la pratiquer en "interne") et lieux de développement de lien social,...même pour les sportifs de haut niveau.

38La même démarche de "veille" s'impose à l'intérieur de la filière fédérale, à chacun de ses échelons. Ceci suppose d'intégrer à la stratégie du club (de la section) le "traitement" de l'ensemble des contraintes du haut niveau...pour le sportif, considéré simultanément comme citoyen responsable.

39Il convient de faire aussi reconnaître en permanence les capacités d'action et d'innovation des associations.

40La prise en compte des aspects concrets (et pas seulement institutionnels) de la vie associative (comme composante du système politique et lieu d'intervention et de créativité sociale) dans les programmes (et l'évaluation) des formations et concours des métiers du sport mériterait d'être élargie.

41C’est ce que nous faisons à la Faculté des Sciences du Sport de Bordeaux depuis 1993, où des modules obligatoires et évalués intègrent cette dimension pratique et théorique (en premier cycle).

3 • 2 • De la rivalité des associations à l'association des rivaux : la logique des réseaux

42Si les échelons nationaux et régionaux des systèmes politico-administratif et sportif peuvent être tentés d'élaborer des politiques sans impliquer les clubs dans la concertation, l'enquête réalisée auprès des présidents d'association a montré qu'ils négligent – voire ignorent – en retour ces échelons régionaux.

43Or le mouvement sportif, pour être crédible et disposer de marges de liberté dans l’élaboration de ses propres actions, ne peut se tenir écarté de la problématique globale de la mise en cohérence des politiques publiques et de l'aménagement du territoire.

Des réseaux unisport de clubs d'élite sur le territoire régional

44Des pistes de réflexion ont été ouvertes en matière :

  • 4 Pujol, M., Quantin, J. La mutation du sport territorial. Le Monde. Heures locales. 5-6 décembre 19 (...)

45- d'aménagement du territoire (assurer le maillage sportif de l'espace régional, en tenant compte de la différenciation des ressources des collectivités, principaux bailleurs de fonds4)

46et

47- de développement des stratégies multiclubs : contribution à la formation de l’élite régionale en relation avec des partenaires associatifs, ce qui n'exclut pas la rotation de la "fonction" de club d'élite.

48On peut imaginer la création dans chaque sport d'un réseau régional (voire inter-régional) de clubs d'élite, en multipliant les pratiques coopératives déjà expérimentées :

  • 1 Club chef de file (cas du hand-ball en Aquitaine) et un réseau d’appui et de recrutement (répartition concertée des tâches, coopération intra-régionale, voire interrégionale).
  • Stratégie multipolaire coordonnée par la ligue (aviron).

La planification régionale : un réseau multisports des clubs d'élite, l'harmonisation départementale des spécialités

  • 5 Notamment pour promouvoir « le développement économique, social, sanitaire, culturel »... « l'amén (...)

49Compte tenu de sa vocation historique et de ses compétences5, la région apparaît comme la collectivité pertinente de concertation et d'impulsion (dans un premier temps puisque la coopération interrégionale est déjà à l'œuvre dans d'autres secteurs).

50Plusieurs outils et modèles sont déjà disponibles :

  • Schéma concerté avec les départements et les villes-support de x clubs dans x disciplines, (modèle de la répartition des compétences en matière d'éducation).
  • Plan régional. Financements partagés. Contractualisation pluriannuelle.
  • Contrat de plan État-région.

51Pour les dirigeants de club, il s'agit en fait de dépasser des formes actuelles de coopération "défensive" visant à "faire le poids" vis-à-vis des autorités publiques locales, pour s'engager dans la coopération prospective : en élaborant des stratégies conjointes de développement au-delà du cadre de la ville-support.

CONCLUSION

52L'adaptation et / ou la contribution des clubs au double processus de régionalisation du sport de haut niveau donne lieu à des stratégies diversifiées, liées à l'irréductible hétérogénéité des sports, des associations et des dynamiques locales.

53Compte tenu de l'étendue des contraintes d'accès et de maintien au haut niveau, et de la diminution des ressources en provenance des collectivités territoriales, il apparaît que le club (ou la section), pour ne pas rester "sur la touche", doit sélectionner ses objectifs en fonction de ses forces internes, mais aussi s'engager de plus en plus dans des négociations et des formules de coopération avec des associations rivales.

54Par ailleurs, il lui appartient aussi d'affirmer et de faire prendre en considération, tant dans le système fédéral que dans le système politico-administratif national et local, toutes les dimensions de son rôle en matière de formation de sportifs de haut niveau-citoyens.

Notes

1 Sport de haut niveau en régionalisation(s). L'Aquitaine exemplaire ?, sous la direction de Francis Le Dû et Martine Reneaud. Bordeaux : MSHA, 1998.

2 Rondin, J. Le sacre des notables. Paris : Fayard, 1985.
Mabileau, A. Le système local en France. Paris : Montchrestien, 1991.

3 CNVA. Les associations à l'épreuve de la décentralisation. Bilan 1991-1992. Paris : La Documentation Française, 1993.

4 Pujol, M., Quantin, J. La mutation du sport territorial. Le Monde. Heures locales. 5-6 décembre 1993.
Travaux et colloques de l'association Sports et Territoires.

5 Notamment pour promouvoir « le développement économique, social, sanitaire, culturel »... « l'aménagement de son territoire » et « pour assurer la préservation de son identité ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.