Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Un autre club à inventer ? Constats, inquiétudes, propositions

Intervention de Richard Monnereau

Richard Monnereau

Texte intégral

Richard MONNEREAU

Chef du Bureau de l'Accessibilité et des Pratiques Sportives au Ministère de la Jeunesse et des Sports

1Les réflexions que vous avez reprises de Pierre Collomb, concernant le noyau central et les activités satellites, rejoignent un peu celles que je faisais hier sur l’identification des différentes fonctions que l’on reconnaît aujourd'hui à un club sportif. À l'heure actuelle, les clubs sportifs remplissent plusieurs fonctions. On peut sans doute dire que ce sont des clubs différents qui remplissent des fonctions différentes, dans une certaine mesure. Il y a des clubs qui sont spécialisés dans l'accueil de tel ou tel type de public. Le club de cyclo-tourisme ne remplit pas les mêmes fonctions qu'un club de football qui a engagé des équipes en compétition. Le club de cyclo-tourisme est aussi un club sportif ; il est affilié à une fédération qui a une convention d'objectifs avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Il n'y a pas de différence de nature entre le club de cyclo-tourisme et le club sportif. Quand on parle du mouvement sportif fédéral traditionnel, à quoi pense-t-on ? On pense au club de football, mais on ne pense pas au club de gymnastique ou au club de cyclo-tourisme.

2Dans les clubs qui font de la compétition, il me semble qu’il existe deux fonctions un peu traditionnelles : la fonction de recherche de la performance, à travers la pratique de la compétition ; mais aussi la fonction éducative. Quand un club sportif doit faire fonctionner des écoles avec des enfants à partir de sept ou huit ans, comment doit-on désigner la nature de l'intervention de ce club auprès de ces jeunes ? C'est un exemple intéressant, parce que quand on parle de l'avenir du club, il faudrait un minimum d'accords, un minimum de consensus sur ce que sont les fonctions du club. Est-ce parce que l'on pense qu'il y a un service public éducatif que l'on doit échapper à l'action du mouvement associatif ? Regardons la réalité. Les clubs sportifs accueillent des gamins à partir de quel âge ? Je crois que le pourcentage des moins de douze ans inscrits dans les clubs sportifs doit être de l'ordre de 40 à 50 %.

3Quand on regarde le problème des "quartiers difficiles", où l'on est confronté à des gamins de quinze, seize ans, sans véritable centre d'intérêt, on se dit que si on avait commencé à leur faire faire une activité sportive à partir de huit ou neuf ans, peut-être ne seraient-ils pas exactement dans la même situation.

4Il faudrait admettre qu'à côté de ce que l'on appelle le service public de l'éducation, il y a un espace éducatif autre, entre la famille et l'école, qui est rempli par l'ensemble des institutions éducatives prenant en charge les enfants. Il n'y a pas que le sport. Les centres de loisirs sans hébergement (CLSH) sont aussi des entités éducatives qui ont une responsabilité importante dans la prise en charge des enfants. Cela englobe le secteur culturel et artistique, qui fait également partie de l'offre éducative pour les enfants. Ma proposition est de reconnaître très clairement que le club sportif a une mission à jouer dans l'éducation des enfants. Ce n'est pas une éducation physique et sportive, c'est une éducation à des pratiques sportives. Ces activités trouvent leur place dans le développement, dans l’épanouissement d'un enfant à côté du reste, à côté de l'éducation physique et sportive. Il me semble donc que dans les fonctions d’un club sportif, il y a cette fonction éducative, cette fonction de recherche et de performance, cette fonction d'entretien et de loisir. Je suis tout à fait d'accord sur l'idée qu'il faut que l'on sorte des rigidités actuelles des clubs sportifs. Le club sportif reproduit un modèle, lorsqu'il s'adresse en particulier aux adolescents, celui de la pratique compétitive. Cette pratique compétitive suppose une certaine discipline, une certaine forme de pratique, un ou deux entraînements par semaine, des compétitions le samedi ou le dimanche ; et c'est un modèle qui ne correspond pas à beaucoup de publics, même chez les enfants d'ailleurs. Je prends un exemple : quand un gamin de dix ans fait de la natation, quelle est sa motivation ? Il me semble qu'une fois qu'il a appris à nager, qu'il maîtrise les quatre nages, son objectif est de réussir en compétition, parce que faire des longueurs de bassin pendant deux heures n'est pas, en soi, très gratifiant. Ce qui compte, c'est la réussite. Si ce gamin gagne aux championnats départementaux, c'est parti, il va continuer. S'il perd, quelle est sa motivation pour rester dans l'activité ? Il s'en va. Est-ce qu'un club sportif peut imaginer d'autres formes d'animation, d'autres formes de prise en charge des gamins que de faire des longueurs de bassin, en sachant bien évidemment que c'est la seule méthode pour être efficace et pour avoir des résultats. Doit-on rechercher des résultats pour tous ? C'est là qu'il faut de la concertation, de la participation, de l’imagination pour être capables de développer des formules plus adaptées aux motivations des publics auxquels on s'adresse ; cela me paraît tout à fait évident. Mais les conditions de cette participation et de cette ouverture ne se produisent pas spontanément, elles ne s'improvisent pas ; c'est le résultat d'un projet pensé de la part des dirigeants. C'est donc un travail très qualitatif de la part des clubs sportifs.

5Sur les autres questions qu'a posées Monsieur Robert Denel, je voudrais tenir un discours un peu économique. Quel est l'avenir du club sportif par rapport aux autres formules d'encadrement des pratiques à l'heure actuelle ? Quelles peuvent être les autres formules dans l’encadrement des pratiquants. Il y en a une qui a été évoquée : ce sont les établissements commerciaux, à but lucratif. Il y en a une seconde : c’est la prise en charge directe par les collectivités locales de l'animation sportive. Les collectivités locales sont déjà propriétaires des installations sportives. On a mis en place, il n'y a pas très longtemps, un statut de la fonction publique territoriale de l'animation sportive ; il est assez facile aux communes aujourd'hui de recruter des animateurs sportifs, des coordonnateurs et de prendre en charge directement l'accueil des pratiquants. Par rapport à ces hypothèses, quelles sont les chances du secteur associatif ? D'abord, on constate que les établissements à but lucratif sont 4 000 à l'heure actuelle en France contre 170 000 associations. Ce n'est pas tout à fait un hasard, cela veut dire que les conditions économiques de l'épanouissement du développement du secteur lucratif ne sont pas complètement réunies. Au niveau des collectivités locales, qu'est-ce qui est le plus efficace, le plus économique entre la formule "faire confiance à des associations, s'appuyer sur des associations ou prendre en charge directement l'animation sportive". Il me paraît que c'est l'animation sportive, l'association sportive, pourquoi ? Parce que c'est le cadre juridique qui permet de traiter une demande partiellement solvable. Quand on affiche un objectif à but lucratif, c'est clair, la demande est solvable, c’est-à-dire que le prix de la prestation est payé par l'usager à son coût réel. Dans le prix de la prestation, on doit inclure les équipements, l'encadrement, les frais de gestion.

6Dans le cadre de l'association sportive, quels sont les avantages ? Premier avantage : elle bénéficie en général d'une mise à disposition gratuite des installations sportives ou d'un loyer très modéré pour y accéder. C'est la collectivité qui fournit à l'association les installations sportives. On parle beaucoup de conflictualisation en animation dans les associations, mais ce qui caractérise les associations, c'est la présence du bénévolat. Il y aura toujours du bénévolat dans les associations, du bénévolat de dirigeants, du bénévolat d'animation à la base. Le coût de l'encadrement sera toujours beaucoup plus faible que ce qu'il serait dans une prestation purement marchande. Donc, deuxième avantage important dans le secteur associatif. Troisième avantage : le statut fiscal et le statut social. C'est fragile, on ne sait pas de quoi sera fait l'avenir, à l'heure actuelle, cela existe. Tel est le raisonnement économique.

7Le dernier argument en faveur de l'association est précisément d'ordre politique, doublé par la capacité, me semble-t-il, à s'adapter aux besoins du terrain ; et surtout dans le fait que ce sont des représentants de la société civile face aux décideurs locaux qui sont porteurs d'un projet à partir duquel ils vont négocier précisément avec ceux qui vont leur donner les moyens de remplir ce projet. La société démocratique me paraît tout à fait simple.

8Un dernier mot. Dans ce que peuvent les pouvoirs publics par rapport à cela, et dans le soutien qui convient d'accorder, il y a un outil sur lequel nous essayons de travailler en ce moment, d’inspirer particulièrement en milieu rural, c'est celui du diagnostic territorial de l'offre sportive, qui à mon avis, est le moyen de poser réellement en termes intercommunaux la question de l'offre sportive. Cela permet d'aller vite et de comprendre quelle est la capacité de l'accueil par rapport aux besoins d'une population que l'on va tâcher d'identifier ; et à partir de là, d'essayer de faire une proposition pour mettre en place des structures adéquates.

9On peut dire qu'en milieu rural, il n'y a pas beaucoup de ressources, il n'y a pas une grande densité humaine, etc., mais à chaque fois que quelques personnes ont un projet en tête, on s'aperçoit qu'elles sont ou ont été capables de le réaliser. Mais il est vrai qu'en milieu rural, plus qu'en milieu urbain, c'est très difficile. On se heurte à des réticences culturelles très fortes, mais on sait que c'est la seule solution, on sait aussi que cela prendra du temps.

Auteur

Chef du Bureau de l'Accessibilité et des Pratiques Sportives au Ministère de la Jeunesse et des Sports

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540