Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Un autre club à inventer ? Constats, inquiétudes, propositions

Intervention de Lionel Micola

Lionel Micola

Texte intégral

Lionel MICOLA

Professeur agrégé de Géographie au Lycée Jean Monnet à Montpellier

1Lorsque Daniel Bonzoms m'a demandé d'animer une sortie de l'Université d'Été l'an dernier, j'ai accepté avec joie. Lorsqu'il m'a demandé à nouveau d'intervenir dans le cadre de cette Université d'Été de Nîmes, ce n'était pas la même chose. Non point par timidité mal placée, rassurez-vous, c'est parce qu'intervenir de surcroît devant un parterre de spécialistes, c'était pour moi l'occasion de faire le point — et un brin de ménage — en 25 ans d'activité bénévole et d'activité sportive, pour plancher en quelque sorte sur un thème qui n'est pas évident "Un autre club à inventer". J'ai privilégié deux axes de réflexion. Le premier est pratiquement une déformation professionnelle, c'est l'espace du géographe, un espace social, économique, un espace complexe en tous cas.

2Le second, c'est le témoignage ; un témoignage inscrit dans la durée, que je porte, parce que depuis quinze ans je participe à une expérience dans un village perdu du Larzac. Je crois en effet que de temps en temps, le particulier peut éclairer le général.

INVENTER UN AUTRE CLUB ?

3Alors, y-a-t-il un autre club à inventer ? Faut-il l'inventer ? Pareilles questions supposent-elles de trouver une solution dans la continuité ou dans la rupture ?

4Doit-on préserver l'unicité ? À savoir un seul club ? Ou bien y a-t-il place pour des clubs différents dans la forme, mais identiques, uniques par leur structure légale qu'est l'association. Ou faut-il inventer une formule encore inédite ? N'oublions pas quelque chose d’intéressant : la loi de 1901 dégage un espace de liberté, et dans cet espace, les formes d'organisation de cette liberté peuvent être multiples. En conséquence, je suis de plus en plus persuadé que nous n’avons rien, sinon peu, à inventer, qu'il y a des évolutions déjà visibles qu'il nous faudra maîtriser, orienter, réfuter, combattre ; d'échangement qui peuvent nous amener demain à une espèce de polymorphisme du club sportif dans le cadre d'une association, structure à laquelle j'ai vraiment l'impression que nous sommes tous attachés.

5Comprendre des évolutions, donc préparer le club de demain, suppose de comprendre les champs de force qui génèrent ces évolutions. Tout a été dit ou presque sur la professionnalisation, sur la modification des demandes, sur le rôle des médias ; je n'y reviendrai pas. Mais il me semble que nous n'avons pas abordé les rapports de force selon les espaces considérés ; nous avons travaillé comme si l'espace français était isomorphe, comme si les conditions à Montpellier ou à Nîmes étaient exactement les mêmes que celles d'une petite commune de Corrèze. Or, je n'en suis pas persuadé.

6Grossièrement, la France connaît une évolution spatiale, au sens large du terme, espace économique, social, politique, etc., que l'on connaît maintenant assez bien, à défaut de pouvoir la maîtriser complétement. Plus on essaie d’aménager l'espace, plus on le déménage. Et caricaturalement, grossièrement, on pourrait dire qu'il y a trois espaces en France.

7Un espace métropolitain, avec des villes qui sont en train de grossir, qui vont s'accroître sur le plan de la population, et surtout vont récupérer toutes les activités. On risque d'assister à une discrimination très forte de la population, avec des classes aisées, mais aussi — c'est le lieu de la fracture sociale — avec le problème des banlieues.

8Deuxième aspect, c'est bien entendu l'espace péri-urbain, c'est-à-dire le redéversement de la population du centre ville sur des communes qui sont maintenant de plus en plus éloignées, qui se caractérisent par une forte hausse de population, donc par des demandes importantes, mais aussi par des problèmes.

9Et enfin, dernier élément, ce sont les cantons ruraux en dépérissement ; il y en a plusieurs centaines désormais répertoriés qui tracent, pour certains géographes, la diagonale du vide.

10Ces évolutions géographiques sont tellement profondes, importantes, que les situations socio-économiques, qui sont des champs de force dans lesquels le club travaille, sont extrêmement différentes selon que l'on se situe en zone métropolitaine, en zone péri-urbaine ou en zone rurale.

11Les métropoles concentrent tous les problèmes parce qu'elles concentrent les populations les plus aisées, donc celles qui vont avoir tendance à se diriger vers des clubs mercantiles, vers des sports dont on peut se demander s'ils sont encore des sports. Mais en même temps, elles concentrent des étudiants. Si l'on fait le panel des clubs universitaires qui y sont représentés, on se rend compte que l’on a toutes les grandes villes de France. Elles concentrent aussi les deux situations à la fois antagonistes et complémentaires des clubs professionnels et des clubs à vocation sociale. Je crois que le meilleur exemple que l'on puisse donner, c'est la Paillade à Montpellier, où les millionnaires du football jouent dans un quartier qui vient d'obtenir le label de zone franche. Nous avons donc là une zone où les évolutions socio-économiques mettent en place des populations, des zones extrêmement concentrées, où les antagonismes sont les plus violents, les plus forts. Le risque de perdre son âme pour un club est aussi le plus élevé. C'est peut-être là-dessus que nous avons travaillé jusqu'ici, en oubliant qu'il existe une autre France qui représente 60-70 % de l'espace français et qui, elle aussi, connaît des problèmes.

12Deuxième zone, la zone péri-urbaine. J’ai dit qu'elle se caractérisait essentiellement par une forte croissance de la population. Dans une commune qui avait un statut de commune rurale, de 500, 600, 700, 800 habitants, en dix ou quinze ans on va passer à 5, 6, 7, 8 000 habitants. Autrement dit, on va passer au statut urbain, non seulement par le nombre mais aussi par la qualité socio-professionnelle des gens qui viennent s'y installer. Brutalement, dans ce milieu, les demandes sont différentes. En matière d'équipements par exemple, pour répondre à ces nouvelles demandes, les municipalités vont avoir tendance à construire rapidement. Une espèce d'élasticité dans le temps s'instaure entre la demande et la capacité financière à y répondre. Il y a ainsi dans ces espaces-là des tensions très fortes dans la mesure où la population a un niveau de besoin que l'équipe municipale n’a pas toujours pris en compte.

13Enfin, dernier élément, la zone rurale profonde qui, elle, voit sa population stagner sinon diminuer, vieillir la plupart du temps et ses activités dynamiques se diluer, disparaître. On aboutit à des situations de faible potentiel humain, de faible potentiel financier, d'une demande anémiée. Le tissu associatif est en train de se distendre. Avec ce tissu de plus en plus lâche, en régression, la problématique devient tout à fait différente. On n'a plus le même rapport au club. Le club de proximité existe en ville, il commence de plus en plus souvent à exister en zone périurbaine. En zone rurale, le club de proximité est à dix ou quinze kilomètres.

14L’essentiel de notre réflexion a porté sur les zones métropolitaines, zones représentant 75 % de la population française. La zone rurale, plus ou moins éloignée du centre, regroupe tout de même 50 % de l'espace français, en tout 15 % de la population française. Le problème, là, n'est plus un problème de concurrence ; il n'est pas question de perdre son âme, il est question pour un pratiquant sportif de trouver un club. Vous voyez que c'est paradoxal, je suis en train de vous entretenir d'un problème marginal qui, à mon avis, est intéressant parce qu'il n'y a pas un problème du club en France, il y a une multiplicité de problèmes que nous ne pouvons aborder que par une analyse spatiale relativement fine.

INVENTER LE CLUB EN MILIEU RURAL

15J'ai choisi de vivre, il y a quinze ans, dans un petit village du Larzac. Et c'est à ce sujet que je voudrais amener la réflexion à partir de l'expérience que j'ai vécue. Je suis un néo-rural ; je travaille dans la métropole et je vis à côté. Et la situation, lorsque j'y suis arrivé, était absolument celle que j'ai décrite, à savoir que sur deux cantons regroupant dix à douze mille habitants, il y avait trois clubs de football, un club de rugby, un club de hand-ball et un club de twirling bâton. Sur ces six clubs, il y en avait quatre dans le chef-lieu de canton. Cela veut donc dire que pour l'essentiel de la population rurale, faire du sport, c'était faire dix ou quinze kilomètres pour se rendre dans le "centre" du canton. En dépit d'une très faible présence du secteur mercantile, la situation économique était néanmoins relativement florissante. Il y avait à cette époque-là une mine de la Cogema et une usine de premiers traitements chimiques, ce qui représentait pas moins de 800 emplois, permettant ainsi une certaine redistribution de l'argent.

16L'association du village dans lequel je débarquais était un foyer rural. C'est peut-être une structure que vous ne connaissez pas bien : c'est une association loi 1901 qui, par ses objectifs, a un spectre assez large. Il s'agit de promouvoir toutes les activités qui sont d'animation, de développement rural, etc. Cela permet donc de faire pratiquement n'importe quoi. La seule activité dite sportive, c'était la gymnastique pour le 3ème âge. Le tableau était clair, on était dans une zone rurale profonde. Pourtant, la frange de péri-urbanisation se modifiait. En fait, à 60 kilomètres de Montpellier, on sentait déjà quelques frémissements mais ce n'était pas encore le grand développement. Par exemple, le nombre d'élèves à l'école était passé de 9 à 23, classe unique. 9 à 23, cela ne veut pas dire qu'une brutale énergie se soit développée dans la commune, mais bel et bien le retour d'un certain nombre de jeunes, accompagné d'un redressement de la natalité. Ce frémissement démographique est intéressant parce que nous ne nous faisons pas d'illusions : la pratique du sport dépend d'abord du nombre de gens susceptibles de le pratiquer.

17Deuxième temps dans le frémissement, c'est la demande. Ce n’est qu'un peu plus tard qu'on est venu me voir pour créer un club de tennis. Là, les ennuis commencèrent. En effet, cela posait à la municipalité de l'époque des problèmes invraisemblables. D'abord celui du financement des équipements ; vous avez beau faire la danse du ventre devant le Conseil Général, il n'est pas toujours convaincu. Ensuite celui de la maîtrise de l'espace : un club de football suppose un terrain de football, un peu d'espace, c'est au bas mot un hectare et demi de terre. Il y a là un conflit de culture beaucoup plus important que vous ne pouvez le supposer. On a mis quatre ans pour faire aboutir notre projet et cela a été une révolution.

18Enfin, vint le problème de la gestion des équipements. Dans une mairie où il y a un secrétaire et un garde-champêtre vacataire, c'est-à-dire travaillant sept ou huit heures par semaine, comment voulez-vous gérer un tennis, un équipement de football, un équipement de rugby ? On s'est donc retourné tout naturellement vers le foyer rural. Le foyer rural devenait aussi une association multi-activités, en grande partie sportives, qui, devait signer des accords avec la mairie, avec des partenaires.

19D'entrée, dans un cadre de dynamique démographique relativement faible nous restions dans une gestion d'équipements municipaux grâce à une association multifonctionnelle à travers un partenariat. Il s'agissait de signer une convention. Aujourd'hui les installations sportives sont toujours propriété municipale. Nous n'avons pas de patrimoine. Une gestion se fait dans le cadre de conventions signées avec la mairie et les collectivités locales, par l'association. Il est bien évident que lorsque vous signez une convention, il faut prévoir quels seront tous les utilisateurs potentiels des espaces sportifs. Donc, convention de la mairie avec le foyer rural, convention de la mairie avec un SIVOM qui nous renvoie au cadre de l'intercommunalité. Alors, pourquoi intercommunalité ? Parce qu'à partir du moment où il faut du personnel qui entretient, qui gère, cela ne peut être qu'intercommunal. En échange la mairie qui abrite cet espace est obligée de céder du temps et de l'espace aux autres, à travers leurs écoles, leurs activités sportives. Ce qui veut dire que nous sommes obligés de dépasser le cadre de la commune, et de rentrer dans un cadre plus vaste, qui est celui de l'intercommunalité. Ce système adapté au monde rural fonctionne assez bien de nos jours.

20À l'heure actuelle, nous avons un club multi-activités, mais à des niveaux d'espaces différents. Par exemple, la danse, le yoga, la gym, le ping-pong composent quatre sections de ce foyer rural. Elles ne supposent pas des installations immenses ; une salle polyvalente correctement équipée peut permettre de les pratiquer. Pratiquement, une commune sur deux ou sur trois, dans l'espace considéré, est capable d'avoir ce type de salle. Donc, il n'y a pas concurrence, chaque commune se débrouille. Mais l'équipe de volley féminine, elle, a besoin d'un minimum d'espace, d'un minimum d'équipement ; cela veut donc dire que l'on en constitue simplement une seule. L'école de football recrute sur douze communes 105 gamins. Des déplacements sont organisés en plus, sur quinze à vingt kilomètres. Et le club, à l'heure actuelle, avec 150 adhérents, fonctionne sur plus de douze communes.

UNE DYNAMIQUE CONTRACTUELLE

21Finalement, ce qui m'apparaît intéressant, c'est l'aspect contractuel qui peut exister dans ce type d'organisation associative fondée sur l'intercommunalité, l'association et des institutions, comme l'Education nationale. On a introduit le sport dans les classes primaires et il faut bien que ce sport s'exerce quelque part. Cette intercommunalité, cet aspect contractuel, est d'autant plus important que certains éléments ne pourraient pas fonctionner sans lui. On ne peut pas imaginer une école de football qui gère 105 gamins, qui va les chercher à vingt kilomètres aux alentours, s'il n'y a pas un accord entre les communes par exemple pour subventionner les déplacements. On ne peut pas imaginer l'utilisation d'un animateur sportif diplômé qui va prendre en charge l'animation sportive dans les écoles, qui va prendre en charge l'école de football, qui va être joueur et entraîneur de l'équipe, s'il n'y a pas accord entre les deux. Au total, il y a aujourd'hui plus d'adhérents au foyer rural que d'habitants dans la commune ; et cela se comprend puisqu'à la limite il joue un rôle intercommunal, il ne pourrait pas fonctionner autrement. Il joue un rôle d'animation, d'attraction et de restructuration du tissu rural qui est absolument important. Il est évident qu'il a les défauts de ses qualités. Le nombre d'accords croisés fait que l'organigramme est particulièrement complexe, mais j'ajouterai que c'est inhérent au manque de moyens.

22Deuxième remarque : ne disposant d'aucun patrimoine, il doit être extrêmement vigilant vis-à-vis du monde politique. Jusqu'ici, il a été largement soutenu par le monde politique sans trop de contreparties. La seule contrepartie que le monde politique ait mise, est une barrière à la montée de l'équipe 1ère au football, en disant aux intéressés : "au-delà de ce niveau, on ne répond plus de rien pour les équipements, vous vous débrouillerez tous seuls, on ne pourra pas assurer". C'est frustrant pour un sportif qui a toujours envie d'aller plus loin, d'entendre qu'au-delà de telle ou telle limite, on ne peut plus le suivre.

23Enfin, et surtout, la structure fonctionne bien pour le moment parce qu'il y a des bénévoles en quantité. Cela suppose qu'il a fallu mettre à l'intérieur de l'association une règle fondamentale. On ne crée aucune section sans que l'équipe qui doit la prendre en charge ne soit constituée. Notre politique est claire : "vous pouvez monter la section que vous voulez, vous avez l'assurance, la structure-support, on vous donne un peu d'argent pour démarrer, mais vous vous débrouillez". Ce principe de fonctionnement calme assez bien la demande. Et comme l'offre sportive privée est localisée, au bas mot, à dix ou trente kilomètres, cela incite les gens à se prendre raisonnablement en charge

24Cet exemple n’a pas de valeur universelle, il est une piste à explorer dans un contexte socio-culturel et économique particulier. Mais ce que j'ai essayé de vous montrer, c'est qu'au lieu d'avoir un axe d'approche généraliste, en voulant régler tous les problèmes en même temps, il serait bon que nous ayons une grille de décodage du territoire français. Nous verrions finalement quelles sont les grandes forces et les grandes évolutions socio-économiques de notre territoire. Je ne suis pas sûr que le club de demain soit le même en zone rurale, en zone périurbaine et en zone métropolitaine. C'est même souhaitable pour ceux et celles qui le fréquenteront.

Auteur

Professeur agrégé de Géographie au Lycée Jean Monnet à Montpellier

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540