Version classiqueVersion mobile

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Un autre club à inventer ? Constats, inquiétudes, propositions

Journée de clôture

Robert Denel

Texte intégral

Animateur : Robert DENEL

Professeur des STAPS à l'Université de Lille II

Trésorier Général du Lille Université Club

Secrétaire Général de l'Union Nationale des Clubs Universitaires

1Avant de présenter les intervenants qui sont en tribune, je vais donner la parole à quelques jeunes dirigeants qui sont là depuis cinq jours et qui n'ont pas toujours osé intervenir dans les échanges. Nous pensons en effet qu'il y a autant de richesse à écouter des conférenciers, des intervenants à débattre dans la séance du matin, qu'il y a de richesse dans les échanges qui se prolongent au cours de la demi-journée, hors assemblée, dans les circonstances que vous avez vécues. Cette formule-là est très plaisante.

2Il est donc peut-être intéressant que ces jeunes dirigeants prennent la parole et fassent part de leurs suggestions éventuelles, leurs points de vue.

3Claude SCHNEIDER, Secrétaire du Strasbourg U.C.

4En tant que jeune dirigeant, vous m'avez apporté votre expérience, vos réflexions et, à l'avenir, je vais certainement profiter de vos propos. Par rapport aux échanges de ces jours-ci, il me semble que les clubs vont être obligatoirement amenés à se tourner de plus en plus vers l'extérieur, à être mieux en phase avec l'environnement social.

5D'après ce que vous dites, il me semble que tous les sports seront présents au xxie siècle, que ce soit sous la forme du sport loisir, du sport de haut niveau. Il y a quelque chose de positif. En tant que dirigeants, nous allons être amenés à faire un effort d’intérêt pour tous ces jeunes qui font du sport en dehors des structures, et trouver le moyen de répondre à leurs attentes sportives ou à leurs attentes en termes de sport mode de vie. Par rapport aux jeunes, aux étudiants, il y a une certaine désaffection de leur présence dans le milieu associatif, et, particulièrement dans le milieu associatif sportif. Aujourd'hui, le jeune est en quête d'une véritable identité. Il a beaucoup d'urgences à régler avant de savoir de quelle façon il va s'impliquer dans le sport, et de réfléchir à ce qu'il peut apporter à l'association.

6Je pense donc que c'est un travail et un programme ambitieux : en tant que clubs sportifs, on se présentera aux jeunes pour leur dire non seulement que l’on a des activités sportives, que l'on dispose d'entraîneurs, d'arbitres, d'un journal, etc., — autant de tâches et de formations qui sont susceptibles de les intéresser — mais également qu'ils peuvent trouver quelque chose de positif pour se réaliser dans nos structures. C'est tout de même un contact difficile à établir dans la mesure où les jeunes ont d'autres soucis, notamment le souci du lendemain.

7Bruno ORSONI, Bordeaux E.C.

8Je voudrais d'abord faire une petite critique. J'aurais souhaité que se dégage de ces réunions un objectif commun, une volonté des clubs à développer un projet, c’est-à-dire de faire quelque chose ensemble, créer un groupe de travail au fur et à mesure sur ce projet. Au niveau du BEC c'est ce que nous avons fait. Dans un mois un groupe sera créé. Ce projet sera construit, élaboré et aboutira dans un an ou deux. Voilà ce que j'aimerais qu'il ressorte de ce genre de réunions. Pour illustrer un peu ce propos, je voudrais lancer une idée : les Universiades en France. J'y ai participé deux fois. Les Championnats du Monde universitaires se déroulent d'ailleurs à l’heure actuelle en Sicile. Pourquoi les clubs universitaires ne se réuniraient pas et ne se poseraient pas la question à savoir : pourquoi ne les organiserait-on pas en France ? Est-ce possible ? Est-ce souhaitable ? A-t-on les structures requises ? Cela ne permettrait-il pas d'entraîner une dynamique ? Je lance l'idée.

9Robert DENEL

10Simplement, je voudrais signaler qu'un Forum des Jeunes Dirigeants de l'UNCU existe. Je pense que cette notion de projet a été évoquée notamment les premiers jours. Ce qui me semble important, c'est qu'à la suite de cette USE, chacune des forces en présence peut reprendre une partie des directions qui ont été évoquées ici. Je parlais du Forum parce qu'à l'intérieur du Forum des Jeunes Dirigeants cette proposition peut être parfaitement reprise pour donner suite à ton idée. Mais je n'anticipe pas sur les décisions de l’UNCU.

11Quant aux Universiades, je signale simplement que, d'ici la fin de l'année, Lille sera candidate pour accueillir ces Universiades, soit en 2003, soit en 2005.

12Je voudrais maintenant remercier Joël Delplanque d'avoir accepté de nous rejoindre pour cette dernière journée de l'USE, qui si elle n’est pas vraiment une journée de synthèse, est néanmoins importante.

13En tribune, nous avons Martine Reneaud, Professeur à la Faculté des Sciences du Sport de Bordeaux ; à ses côtés Gérard Perreau-Bezouille, Co-Président de la Fédération Française des Clubs Omnisports ; puis Jean de Marcillac présent depuis le début de l'USE ; Richard Monnereau, Chef du Bureau de l'Accessibilité et des Pratiques Sportives au Ministère Jeunesse et Sports. Nous n’avons pas demandé à Monsieur Monnereau de représenter le ministère mais parce que nous avons constaté dans un certain nombre de débats qu'il avait des idées et certaines expériences sur le club de demain. Enfin, Lionel Micola, Professeur agrégé de Géographie à Montpellier ; c'est son titre professionnel ; il a amené quelques études de responsabilité dans le domaine du sport. Nous allons surtout demander à ceux qui n'étaient pas parmi nous les jours précédents, de faire une intervention par rapport au sujet d'aujourd'hui : "Un autre club à inventer ? Constats - Inquiétudes - Propositions". Il faut travailler surtout sur la partie "propositions". L’autre titre "Quelles nouvelles formes associatives préfigureront les clubs de demain ?" : c'est évidemment le sujet principal.

14Pierre Collomb, l'autre jour, nous faisait la proposition suivante : autour d’une unité centrale, des clubs satellites répondraient à des secteurs d'activités différents. C'est-à-dire une structure pour répondre spécifiquement au secteur compétitif, voire à un secteur compétitif de très haut niveau ; une structure pour répondre aux besoins du secteur social, du sport de rue, etc. Il nous disait qu'au lieu de sauvegarder l’unité de l’associativité, il serait souhaitable que l'on diversifie, que l'on utilise la technique de groupe et que l'on adapte les structures en fonction des missions.

15Je rappelle cela pour permettre à Monsieur Richard Monnereau de se positionner, s'il le souhaite, par rapport à ce point de vue ainsi que sur celui exprimé par Gérard Perreau-Bezouille, sur la loi de l'offre et de la demande, et sur le rôle du bénévole. Je sais que certains ne veulent pas parler d'un statut du bénévole mais plutôt d'aménagements favorisant l'action du bénévole. On utilisera cette formule-là qui est, semble-t-il, moins dangereuse que celle de "statut du bénévole". Certains trouvent dans cette dernière quelques inconvénients majeurs.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search