Version classiqueVersion mobile

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Table ronde

Les régionalisations du sport de haut niveau : le club sur la touche ?

Martine Reneaud

Texte intégral

Martine RENEAUD

Maître de conférences à la Faculté des Sciences du Sport et de l'Éducation Physique. Université Victor Segalen Bordeaux 2.

Laboratoire Vie Sportive Locale.

LE CLUB SPORTIF DE DEMAIN : UN CLUB "BON À TOUT FAIRE" ? ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION

  • 1 Réalisés par Marina Honta. Monitrice d’initiation à l’Enseignement Supérieur. Doctorante en Science (...)
  • 2 Sport de haut niveau en régionalisation(s). L’Aquitaine exemplaire ?, sous la direction de Francis (...)
  • 3 Instruction du 85-31B du 21 février 1985, non publiée. Centres permanents d’entraînement et de form (...)
  • 4 Instruction JS no 95-057 du 24 mars 1995. Filières du haut niveau.

1C'est à partir d'entretiens conduits en Aquitaine1 pour une recherche sur les effets de la "régionalisation" du sport de haut niveau2, déclenchée officiellement en 1985 avec la mise en place des Centres Permanents d'Entraînement et de Formation (CPEF)3, et renforcée en 1995 par leur remplacement par les pôles et filières du haut niveau4 que je livrerai des éléments de réflexion sinon de réponse – exprimés par les acteurs impliqués au quotidien – à la question du devenir des clubs dans le domaine "classique" de la compétition.

2Dans ce domaine "historique", pour être "bon", c'est-à-dire pour jouer efficacement sur tout le registre déterminé par les contraintes contemporaines du sport de haut niveau, comment se transforme le rôle du club ?

3Dans le contexte institutionnel de la mise en œuvre de la politique nationale du sport de haut niveau, son action est-elle résiduelle ? Dans quelles conditions s'articule-t'elle ou non avec celle des partenaires publics ?

  • 5 Callède, J.-P. L’esprit sportif. Essai sur le développement associatif de la culture sportive. Bord (...)

4Enfin, si l'on considère que la caractéristique originelle du club sportif est d'être simultanément un lieu d'aspiration au plus haut niveau, d'éducation à la citoyenneté et de convivialité, la "nouvelle" dynamique n'est-elle pas plutôt un retour aux sources5 ?

5L'enquête Aquitaine Clubs de haut niveau (1997)

  • 6 Centre d’Éducation Populaire et de Sport.

6Il est tout d'abord nécessaire d'indiquer que le CREPS6 Aquitaine est classé "Olympôle", et qu'il est dans le schéma national des établissements "Jeunesse et Sports" le 2ème centre de haut niveau après l'Institut National du Sport et de l'Éducation Physique (INSEP).

7L'enquête a porté sur 10 sports selon la distribution suivante :

Spécialités sportives de Pôles localisés au CREPS : 7
escrime, FRANCE + centre national féminin épée

hand-ball féminin et masculin, France

judo, France

natation, ESPOIRS

tennis de table, FRANCE

tir, FRANCE

volley-ball, ESPOIRS

Spécialité sportive de Pôle localisé hors CREPS : 1 athlétisme

2 contre-exemples :

Absence de Pôle en Aquitaine : 1

aviron (tradition sélectionnés JO)

Absence de Pôle en Gironde : 1

basket féminin (centre interne de formation)

830 entretiens ont été réalisés pour analyser, entre autres, les représentations des dirigeants et cadres techniques en matière :

  • d'articulation entre la politique nationale du sport de haut niveau et l'action des clubs

  • d'attachement des sportifs de haut niveau au club

  • d'action du club dans le domaine du suivi social

9Fonctions Régionales et / ou Nationales : 17

8 présidents de ligue (dont 5 impliqués à l'échelon central fédéral),

9 cadres techniques nationaux et régionaux

Clubs : 13

9 présidents et 4 entraîneurs

1 • Haut niveau : la relation club(s)-pôle entre "aspiration" et inspiration

10Les situations sont en effet très contrastées et vont de la coopération active club-pôle, à la stratégie d'évitement doublée de la tentative d'imiter la structure, et enfin, au rejet par crainte de "perdre" les sportifs, surtout pour les clubs "périphériques", éloignés du pôle, "excentrés".

1 • 1 • Les avantages de l'institutionnalisation

11Structures officielles et reconnues, les pôles – surtout lorsqu'ils sont implantés au CREPS – présentent d'incontestables avantages pour la réalisation du double projet scolaire et sportif.

12Les aménagements des temps d'entraînement et d'études

  • 7 Elles ont été mises en place officiellement à la rentrée 1974-1975. Circulaire no 74-136B du 8 mai (...)

13Les progrès réalisés avec les anciennes Sections Sport-Études7, mais surtout les CPEF, sont réels et les pôles bénéficient des acquis de cette spécialisation en matière de double formation.

14En natation, tennis de table, escrime et judo, les pôles constituent le passage obligé pour accéder au plus haut niveau et s'y maintenir.

À partir d'un certain niveau, c'est, dans notre discipline, le seul moyen de concilier entraînements et études car aujourd'hui les clubs ne sont pas assez structurés pour accueillir cette population dans un objectif ambitieux. Ce n’est pas la faute des clubs mais ici, il y a des aménagements d’horaires, il existe une volonté de dégager, d'aménager au mieux l'emploi du temps des jeunes. Tout est fait au CREPS pour le sport de haut niveau, il y a une unité d'objectif. Or, dans les clubs, les objectifs peuvent être multiples, (un cadre technique).

15En basket-ball :

Nous n'arrivons pas à avoir d'horaires aménagés et pour notre joueuse qui passe son Bac cette année, on est tout juste parvenu à ce qu'elle n'aille pas en cours le samedi matin... Le club, à côté de ça, lui donne la possibilité de bénéficier de cours de soutien. C'est un manque évident de ne pas avoir de tels aménagements de scolarité... (un dirigeant de club).

16La perspective de formation technique à long terme, le groupe de niveau pour l'entraînement (partenaires, émulation)

17En volley-ball (mais les observations ne concernent pas que les sports collectifs ou d'opposition) :

Le passage par le Pôle n'est pas obligatoire mais quand on a le souci du long terme, c'est préférable pour ces jeunes. En effet, quand ils débutent, il n'est pas rare qu'ils ne jouent que très peu dans les compétitions avec leur club lequel a surtout un objectif basé sur le court terme, sur le championnat. Le club veut avoir des résultats et les jeunes en devenir n’ont pas de suite leur chance. C'est à nous qu'il revient alors de gérer cette formation, on se partage les tâches en quelque sorte avec les clubs. Par contre, ce qu'un club, quel qu'il soit, ne peut faire, c'est de proposer autant de travail que l'on propose nous au Pôle et il ne peut obtenir les aménagements horaires, l'hébergement, il ne bénéficie pas de ce même lieu de vie dans lequel le jeune a tout... (un cadre technique).

1 • 2 • La coopération pôle-club(s) : 2 variantes

18Du pôle au monopole :

19Le cas des Girondins de Bordeaux Hand-ball Club est à ce titre significatif :

Cette structure est pour nous essentielle : c'est le réservoir du haut niveau régional. On a de suite joué la collaboration totale avec celle-ci pour deux principales raisons : on avait un réservoir insuffisant, pas assez pyramidal d'une part, et d'autre part, si l'on n'avait compté que sur notre formation, cela aurait été insuffisant également.
...Sur le plan sportif, la totalité (à un près) des joueurs de la région qui évoluent chez nous, (voire les 2/3 de l'effectif de division 1 et de Nationale 2) est passée par la structure du CREPS. On peut dire qu'elle remplit parfaitement sa fonction par rapport à la performance.

20Cette forme de symbiose comporte des limites : elle peut renforcer la position de monopole du club-phare, situé à proximité, avec les risques de désertification dans les autres départements.

21L'effet d'irrigation technique

22En tir, le pôle a un "effet d'entraînement" d'une autre nature :

Un club actuellement est très pauvre en encadrement, je parle au niveau national. Il n'y a pratiquement pas d'entraîneurs. Quelques-uns s'y mettent aujourd'hui... En effet, certains clubs se "servent" des athlètes évoluant en Pôle, du moins ceux qui possèdent un brevet d'Etat, pour dispenser cet encadrement, (un cadre technique).

Le Pôle a un impact sur le haut niveau régional car il regroupe les meilleurs de la discipline. On a un champion du Monde, d'Europe... C'est du très haut niveau. On participe à toutes les compétitions régionales car cela nous fait des entraînements ; les tireurs du Pôle discutent donc avec les autres, ils échangent leur technique, il existe donc une aspiration vers le haut... Et lorsque les athlètes du Pôle entraînent en plus les tireurs des clubs, cela favorise encore plus cet essor... (un cadre technique).

1 • 3 • Un contre-exemple : la primauté de la logique nationale sans impact à long terme sur les clubs locaux

23En escrime, l'impact est résiduel, compte tenu du choix fédéral de l'arme (épée) en contradiction avec celui des clubs (fleuret) :

Il est effectivement nécessaire que ces Pôles existent mais il serait préférable qu’ils soient pluridisciplinaires afin que le jeune qui a progressé dans son club ne s'en éloigne pas obligatoirement... Il nous semble que ces centres devraient respecter le club (un dirigeant de club).

24En volley, le cloisonnement prévaut :

À côté du pôle, il y a les clubs qui revendiquent eux aussi de faire de la formation. Les deux schémas sont séparés aujourd'hui et quand un jeune veut passer d'un système à l'autre, il a les plus grandes difficultés aussi paradoxal que cela puisse paraître... (un dirigeant de club).

1 • 4 • Les effets positifs d'enracinement "au pays"

25En natation, la présence du pôle a tendance à limiter "l'exil" des meilleurs sportifs.

Quand la structure au CREPS. s'est mise en place, ils ont continué à partir pendant un certain temps mais depuis 3 ou 4 ans, cet exode est limité. Cela provient du fait que la structure a gagné en crédibilité même si elle reste encore critiquée, (un dirigeant de Ligue).

1 • 5 • La dérivation du modèle "pôle"

26En escrime, la création de dispositifs parallèles est à l'étude.

On est en train d'imaginer avec les responsables de la Ligue, des regroupements que l'on ferait ici au club avec les meilleurs jeunes de la région. Alors qu'il existe une structure de haut niveau, on est en train d'imaginer un dispositif de concentration des jeunes... Il paraît évident pourtant, qu'elle devrait se faire au CREPS... (un dirigeant).

1 • 6 • L'anticipation créatrice : la stratégie multipolaire

27En aviron la collaboration "pyramidale" entre les clubs de différents niveaux s'est développée sous l'égide de la Ligue :

On a toujours fait en sorte qu'il existe la meilleure entente possible entre les clubs, entre les 3 ou 4 grands clubs de la région et qu’il y ait une solidarité avec les petits clubs. On a créé un centre régional d'entraînement sur trois sites, à la mode aquitaine, à Bergerac, Bordeaux et Mimizan : tout au long de la période hivernale, on a un système de regroupements régionaux qui fonctionne tous les week-end, de la catégorie cadets à l'élite. Ceci se fait avec un encadrement professionnel, pour partie avec les CTR. et les entraîneurs professionnels de clubs. Ce qui fait notre force, c'est surtout le fait que ce dispositif est complété par un encadrement bénévole et passionné qui est compétent et qui a fait ses preuves depuis longtemps. Ces bénévoles permettent de faire le lien entre la base et le haut niveau. Nous mettons en présence au cours de ces regroupements des gens de niveaux différents dans l'optique que les meilleurs tirent vers le haut ceux qui sont en dessous.
... Mais on ne peut pas dire que tous les clubs peuvent faire émerger un athlète au plus haut niveau, il faut qu'ils soient parfaitement structurés autour de trois éléments essentiels : la qualité du plan d'eau, la qualité du matériel et la qualité de l'encadrement, sinon ça ne marche pas... (un dirigeant de ligue).

2 • Club : les éléments de fidélisation

  • 8 Callède, J.-P. L'environnement du sportif de haut niveau. Transformations et désajustements. In Le (...)

28Que reste-t-il à faire au club lorsque la plupart de ses athlètes sont préparés dans un pôle, et...qu'il est donc placé en position "périphérique8" ?

29L'apport technique incontestable (et incontesté) des pôles estompe celui des clubs et produit un redéploiement de leurs stratégies pour limiter la mobilité des sportifs de haut niveau qu'ils ont formé...tout en cherchant à en attirer d'autres.

30Si l'affaiblissement du sentiment d'appartenance au club est fréquemment vérifié, les dirigeants distinguent clairement les "mercenaires" et les sportifs de haut niveau formés par le club.

J'aurais tendance à prétendre que d'une manière générale l'Athlète de Haut Niveau n'est pas attaché à son club. Par contre, dans l'équipe qui est la nôtre aujourd'hui, il existe incontestablement 80 % des jeunes qui sont attachés au club. Mais les pro, les mercenaires ne le sont pas, il ne faut pas se leurrer...à la limite, on ne leur demande pas de l'être non plus ! A l'époque où les salaires étaient autres que ce qu'ils sont aujourd'hui, on leur disait "vous avez un salaire qui est conséquent alors vous donnez le meilleur de vous-même, point (un dirigeant de club).

31Le professionnalisme – même officieux – touche l'ensemble des disciplines.

Le grand problème était aussi la surenchère financière à laquelle étaient soumis les nageurs, à une époque il y a eu de l'argent dans ce sport : le club qui ne voulait pas donner de l’argent à l'athlète le perdait, (un dirigeant de Ligue).

2 • 1 • La réactivation de "l'esprit club"

32Cependant le déclin des surenchères financières depuis le début des années quatre-vingt-dix entraîne un regain de la référence à "l'esprit club" et une révision des stratégies, avec chez les dirigeants, un retour à la logique de formation interne, et chez les sportifs, une sensibilité accrue au "climat" du club. Les biens immatériels (formation) semblent revalorisés, les "profits symboliques" et à long terme aussi.

33Dans ce contexte, le club "satellite" d'un pôle peut se "recentrer" sur l'aspect relationnel et identitaire, et redevenir un lieu d'échange social :

Lorsque les sportifs sont formés dans ce Pôle, il reste au club à vivre une vie normale, à faire en sorte qu'il existe une vie associative avec une base de recrutement, une vie de quartier, des appartenances... (...). On s'assure de la fidélité des jeunes qui plus tard, on l'espère, formeront l'élite... (un dirigeant de club).

2 • 2 • L'exigence de qualité technique pour les jeunes, autre facteur de fidélisation en amont

34L'impératif de disposer d'un encadrement technique de haute qualité et d’un groupe d’entraînement homogène dans la performance chez les jeunes est unanimement mentionné par les responsables de clubs.

Les clubs qui obtiennent des résultats sont ceux qui ont fait des efforts au niveau de l’encadrement ; cela doit commencer par là...Et très peu de clubs en Aquitaine sont suffisamment structurés pour faire émerger l'élite, les bons éléments... (un cadre technique).

35Dans ces conditions, le rôle de détection et d'accession au haut niveau est conservé et rend le club attractif.

2 • 3 • L'évolution de l'action des clubs : du "technique" au "social"

36Dépossédés d'une partie ou de la totalité du perfectionnement technique des sportifs confirmés, les clubs réorientent leurs interventions en élargissant leur registre "social" et en s'inspirant des démarches de suivi qui ont fait leurs preuves dans les CPEF et pôles.

37La différenciation des stratégies d'aide

38L'enracinement et / ou l'attraction des sportifs deviennent des enjeux essentiels pour les clubs, ce qui conduit à différencier et spécifier les aides. Aux rétributions financières – dominantes – s'ajoutent des aides en "nature" (appartement, cours de soutien, soins médicaux...) et en matière d'emploi.

39La pratique des "aides à la carte" selon les besoins immédiats de l'athlète de haut niveau (AHN) se généralise.

40Le retour (forcé ?) aux exigences éthiques

41Un certain retour à l'éthique est perceptible : le sportif "classé" a des droits mais aussi des devoirs, il lui revient de participer pleinement à la réalisation de son double projet, sous peine de ne plus être soutenu.

42La raréfaction des ressources et les limites du professionnalisme ont contribué à des révisions de stratégies de la part des dirigeants de clubs et des sportifs.

43La régulation par la coordination interclubs

44La concertation se développe entre les clubs pour éviter les dérives :

On est en train de se mettre d'accord avec les autres présidents de clubs pour éviter la surenchère, pour connaître la politique des uns et des autres, ce que chacun donne aux joueurs afin qu'on le sache, car les clubs n'ont plus les moyens, les collectivités non plus et les partenaires encore moins. Les joueurs commencent à comprendre qu'il faut être raisonnable... (un dirigeant de club)

45L'auto-responsabilisation des sportifs

46Les risques du professionnalisme ont aussi contribué à changer la mentalité des joueurs et à favoriser le retour au réalisme :

Les AHN que je connais aujourd'hui ont peut-être un état d'esprit un peu différent. Cela est peut-être dû au fait qu'il a fallu faire preuve d'humilité ces dernières années et que les salaires n'avaient rien à voir avec ce qu'ils ont été. Ils sont plus conscients, pour certains d'entre eux, de la qualité accessoire du sport ce qui n'était pas le cas auparavant. Aujourd'hui, un garçon qui évolue chez nous cherche à faire des études, à acquérir une formation car il sait bien que le sport ne va pas lui remplir les caisses. Avant, c'était l'inverse : ils cherchaient à tirer profit de leur activité sportive en se disant "on verra bien demain ce qui se passera", (un dirigeant de club).
...quand l'argent est apparu, la philosophie a changé. On partait du principe qu'on payait les joueurs et que cela suffisait, à eux de faire les démarches nécessaires ensuite pour leur reconversion. Côté club, c'était flagrant et côté fédération et Ministère, on s’est mis à penser de la même façon.
À présent, ça a encore changé car financièrement, ce n’est plus pareil. L'insertion professionnelle est un argument que les clubs doivent faire valoir, avec des exemples de réussite à l'appui.
...L'échec du professionnalisme et le professionnalisme lui-même ont contribué complètement à une responsabilisation de l'athlète car il s'est rendu compte qu’après la carrière sportive, la reconversion est une réalité ; ils tendent de plus en plus à se prendre en charge.." (un cadre technique).

47La reconversion professionnelle des sportifs de haut niveau : une spécialisation désormais ingrate pour les clubs

  • 9 Lucarne, no 104, mars 1997.
  • 10 Instruction no 90-313 du 5 décembre 1990. Suivi social des sportifs de haut niveau.
    Instruction no 9 (...)

48L'implication des clubs dans le domaine de l’insertion sociale des sportifs9 rejoint celle de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports (DRJS)10 sans que cette complémentarité revête nécessairement un caractère officiel ou institutionnel.

  • 11 Callède, J.-P. Les premiers clubs sportifs à Bordeaux, la "vocation de dirigeant et le renouvelleme (...)

49Ce retour aux sources11 exige de constituer et / ou entretenir un capital de relations avec l'environnement des entreprises.

Pour le moment, on essaie avec beaucoup de peine de leur trouver un emploi. C'est difficile dans la région, on a peu de succès. Cela se fait toujours grâce à des connaissances, des réseaux. Cela nous préoccupe beaucoup car on ne veut pas être tout à fait professionnel : on n’en a pas les moyens et on ne le veut pas car ça fragiliserait encore plus la structure. Donc, on est condamné à gagner ce pari-là : être capable d'aider les gens sur le plan social. Mais notre discipline ne possède pas le même impact médiatique que le football ou le rugby... Ce n'est pas notre sport qui permet à un joueur de trouver un emploi, c'est uniquement les connaissances que peuvent avoir les dirigeants. Dans certaines pratiques, la notoriété est si importante qu'ils jouent facile... (un dirigeant de club).

50La perspective de la raréfaction des ressources incite également à réorienter les démarches :

On n'a pas les moyens d'autres clubs, ni de payer de façon irrationnelle les athlètes. De toute façon, je pense que les subventions vont finir par baisser et que l'on aura de moins en moins de moyens. La seule solution sera alors de trouver du travail aux athlètes. Seulement là, ce n'est pas facile, cela se fait par des relations, avec les partenaires... Ce que la DRJS essaie de mettre en place, c'est l'idéal mais cela risque de concerner beaucoup d'AHN... Tous les 15 jours environ, je leur téléphone... (un président de club).

51D'une manière générale, les fédérations parviennent à favoriser l'insertion (durant la carrière sportive) mais aussi la reconversion des athlètes de niveau mondial. Il revient donc ensuite aux clubs d'aider ceux qui n'ont pu bénéficier des solutions fédérales.

CONCLUSION

52En "misant" sur l'expertise technique pour tous les niveaux d'âge, les clubs peuvent conserver seuls leur rôle de détection et d’accession au haut niveau.

53Au-delà, pour les sportifs confirmés, le club peut être "bon à tout faire", mais avec d'autres, parmi lesquels...ses concurrents directs, les autres associations de la région.

54La coopération interclubs, intra-régionale, au plan technique, comme à celui de la régulation de la "professionnalisation" – du marché –, ouvre des perspectives.

55La mise en synergie du club avec les partenaires institutionnels impliqués dans la politique nationale du sport de haut niveau s'impose aussi, ne serait-ce que pour disposer des informations propres à faciliter le suivi des athlètes.

56Les procédures souples de contractualisation avec l'ensemble des acteurs – dont les sportifs – fournissent les instruments de cette coordination, dans le respect de la spécificité des organisations.

57Le rôle "politique" des dirigeants est donc "relancé" puisqu'il s'agit ici de négocier, au-delà du cadre du comité et de la ligue, et au-delà des demandes de subventions, pour que le club soit une composante à part entière de la politique nationale du sport de haut niveau et du réseau régional.

58Quant à la vie associative, on peut faire l'hypothèse d'une réactivation. Des formes de solidarité entre les générations sont à l'œuvre, la recomposition du temps et de la nature du travail ouvre également des pistes de renouvellement de la participation sociale.

59Les clubs sportifs, dans le secteur du haut niveau, sous réserve de (re)valoriser leur contribution à la création de liens sociaux – au-delà de l'accomplissement technique – ont des cartes à jouer.

Notes

1 Réalisés par Marina Honta. Monitrice d’initiation à l’Enseignement Supérieur. Doctorante en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives. Faculté des Sciences du Sport et de l’Éducation Physique. Université Victor Segalen Bordeaux 2.

2 Sport de haut niveau en régionalisation(s). L’Aquitaine exemplaire ?, sous la direction de Francis Le Dû et Martine Reneaud. Bordeaux : Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998.

3 Instruction du 85-31B du 21 février 1985, non publiée. Centres permanents d’entraînement et de formation pour le sport de haut niveau.

4 Instruction JS no 95-057 du 24 mars 1995. Filières du haut niveau.

5 Callède, J.-P. L’esprit sportif. Essai sur le développement associatif de la culture sportive. Bordeaux : MSHA, 1987.

6 Centre d’Éducation Populaire et de Sport.

7 Elles ont été mises en place officiellement à la rentrée 1974-1975. Circulaire no 74-136B du 8 mai 1974. BOEN, no 21, (23-5-74). Objet : Sections « Sport-Études » : objectif-création-fonctionnement.

8 Callède, J.-P. L'environnement du sportif de haut niveau. Transformations et désajustements. In Le sport...à corps perdu. Revue Sociologie Santé, no 7, Bordeaux : MSHA, 1992, p. 96.

9 Lucarne, no 104, mars 1997.

10 Instruction no 90-313 du 5 décembre 1990. Suivi social des sportifs de haut niveau.
Instruction no 94-205 JS du 9 décembre 1994. Mission nationale du suivi social des sportifs de haut niveau.
Instruction JS no 95-012 du 6 janvier 1995. Aides personnalisées aux sportifs de haut niveau.

11 Callède, J.-P. Les premiers clubs sportifs à Bordeaux, la "vocation de dirigeant et le renouvellement des élites locales. In Sport, relations sociales et action collective. Bordeaux : MSHA, 1995, p. 538.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search