Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Table ronde

Le club sportif de demain, un club "bon à tout faire ?"

Jacques Ferran, Alain Clary, Alain Lottin, Richard Monnereau, Gérard Perreau-Bezouille, Martine Reneaud, Bruno Orsoni et Sylvain Paillette

Texte intégral

Animateur : Jacques FERRAN

Ancien rédacteur en chef de L'Equipe, Président de l'Association Internationale Contre la Violence dans le sport.

Intervenants : Alain CLARY (Maire de Nîmes), Alain LOTTIN (Président de l'Université d'Artois), Richard MONNEREAU (Chef du Bureau de l'Accessibilité et de l'Animation Sportive), Gérard PERREAU-BEZOUILLE (Président de la FFCO), Martine RENEAUD (Maître de Conférences à la Faculté des Sciences du Sport de Bordeaux), Bruno ORSONI (Athlète de haut niveau, BEC), Sylvain PAILLETTE (Athlète de haut niveau en natation, LUC)

1Jacques FERRAN : Le sport a besoin de beaucoup réfléchir sur lui-même. Cette table ronde se doit d'aller au-delà des idées reçues, notamment sur la question posée par cette U.S.E : "quel club pour le troisième millénaire ?"

2Je n’ai pas participé à tout le débat de cette Université Sportive d'Eté, mais cela peut être un avantage. Tout d'abord le titre "Le club sportif de demain, un club "bon à tout faire" ?" ne me plaît pas beaucoup. Il a l'air de dire que la conclusion en serait "un club sportif à tout faire". Peut-être est-ce vers cela que nous nous orientons, mais, à mon avis, la spécificité du club repose d'abord sur le sport même avant de remplir une fonction plus large. Voilà déjà de quoi alimenter la réflexion.

3Je souhaite segmenter ce débat en trois parties :

41. Dans un premier temps nous tenterons d'établir un diagnostic de cette crise du sport et plus précisément du club. Si vous êtes ici, c'est que vous pensez qu'il y a une crise. Le club ne serait plus tout à fait la cellule de base indissociable du sport. Aujourd'hui la société évolue, le club lui-aussi aurait besoin d'être remis au goût du jour.

52. Y a-t-il effectivement crise du club sportif en France ? Si oui, qu'est ce qui la caractérise et pourquoi ?

6Une fois ce diagnostic dressé, nous nous poserons la question de savoir où va le sport. Existe-t-il des possibilités de modifier son avenir ?

73. Dans le troisième volet, nous essaierons de voir comment le club sportif doit changer ?

8De manière à y voir plus clair, rappelons que le sport a évolué autour de trois ou quatre facteurs :

  • avec l'émergence de nouveaux sports, il est de plus en plus difficile de déterminer ce qu'est le sport ;
  • le sport professionnel envahit de plus en plus l'espace sportif au détriment du bénévolat ;
  • le sport est de moins en moins maîtrisé par le secteur associatif. Aujourd'hui à la question "à qui appartient le sport", on s'entend répondre "aux medias, à l'argent, aux politiques" (bien que les responsabilités de ces derniers se diluent).

LE CLUB EST-IL EN SITUATION DE CRISE ?

9Gérard PERREAU-BEZOUILLE : Jacques est trop pessimiste. Il y a dans le sport des valeurs communes qui nous réunissent. On doit effectivement réfléchir à cette crise, mais nous devons également mettre en avant ce qui nous unit : l'humanisme.

10La crise du sport est déterminée par la crise de la société. Il y a une crise de moyens, d'orientations, de valeurs et une crise par rapport à la place de l’homme que l'on ne peut donner. Il nous faut placer l'homme comme axe moteur de l'évolution et non l'homme au service de l'argent.

11Alain LOTTIN : Je voudrais évoquer la crise du club avec l'arrivée en masse d'étudiants dans les facultés ; depuis 1985, tout a explosé. La pratique sportive (loisirs, confort) et la pratique compétitive s'en sont trouvé entravées. Les étudiants n'y avaient plus accès. Le Plan Université 2000 a traité le sport en parent pauvre : huit facultés créées pour 70 000 étudiants, et sans le moindre équipement sportif.

12L'Université doit remplir son rôle pour qu'il n'y ait pas de crise du club. Notre exception culturelle devrait être cultivée de façon plus prononcée. Des facs sans équipements sportifs ne traduisent pas cette volonté.

13Martine RENEAUD : La place du club dans la politique nationale de sport de haut niveau s'est amoindrie. Certains ont été dépossédés de la formation. Concernant la politique générale du sport de haut niveau, que reste-t-il à faire ? À l'issue d'une longue série d'entretiens réalisés auprès de cadres, dirigeants, présidents de ligues, le constat est plutôt contrasté.

14La politique nationale du sport de haut niveau, particulièrement depuis 1985 avec la régionalisation, a entraîné pour les clubs un sentiment de dépossession.

15La stratégie des clubs se transforme pour s'orienter vers une fonction plus sociale. Est-ce un véritable choix ? Est-ce une nécessité ?

16Alain CLARY : Crise du sport oui, mais attention aux critères utilisés pour identifier cette crise. En effet, on a de plus en plus de pratiquants hommes et femmes.

17En outre, il nous faut considérer que la crise des clubs est peut-être aussi lié au fait que les hommes qui composent ces clubs sont issus d'une société en crise. La fameuse fracture sociale se retrouve dans les clubs (comment payer les déplacements, les licences, etc.).

18En même temps, la modification des mentalités est une des composantes directes de la crise des dirigeants. Il y a une tendance au vieillissement des cadres pendant que le nombre de pratiquants augmente.

19Autres éléments de cette crise : l'argent et les différents pouvoirs. Il est difficile pour le mouvement sportif de faire valoir les notions de fair-play face à celles de lucrativité ou de médiatisation.

20Par ailleurs, le politique endosse de plus en plus de responsabilités sans avoir vraiment les moyens de les assumer. Il faudra donc définir des politiques et s'assurer la possibilité de les mettre en oeuvre. Cette réponse doit être nationale.

21Richard MONNEREAU : La notion est à la fois juste et fausse. Juste, car il y a souvent un décalage entre l'idée que l'on peut se faire du club sportif et de la mouvance sociale inhérente à ce club. Cela me conduit à deux types de questions.

22La première est liée aux travaux des sociologues sur l'évolution de la pratique sportive. Le sport est lié au mouvement fédéral donc à une pratique généralement compétitive obéissant à des normes. Cet état de choses n'a pas évolué en fonction de l'évolution sociale (cf. les chiffres dénombrant les pratiquants et les licenciés où l'on remarque que 70 % des pratiquants ne sont pas licenciés). De fait, tout ce qui est non compétitif échappe aux instances fédérales.

23Concernant les pouvoirs publics, on constate que durant ces vingt dernières années de nouvelles orientations financières sont apparues avec, entre autres, les aides au fond vacances.

24Désormais on s'adresse aux collectivités pour organiser des activités en direction des jeunes qui ne partent pas en vacances. Ici le club sportif sort de sa spécificité sportive. Or, on remarque au sein même de la Jeunesse et des Sports des acteurs qui pensent que ce besoin d'encadrement des jeunes ne devrait pas être tenu par le club et le mouvement sportif.

25Le sport n'est donc pas une activité naturelle, mais plutôt quelque chose identifié par le besoin social. Le sport se trouve alors être un élément éducatif indispensable.

26C'est au travers de ces réflexions que se sont mises en place des organisations, des fédérations qui ne sont pas à visée compétitive sportive.

27Sylvain PAILLETTE : L'arrivée du professionnalisme a dénaturé un peu le sport en y amenant beaucoup d'argent. Plus largement se pose la question de la reconversion.

28Bruno ORSONI : Je vois une solution concernant le vieillissement des associations. Actuellement les dirigeants d'associations sont plutôt des parents de pratiquants. Il faut favoriser l'accès aux responsabilités des plus jeunes.

29En outre, il faut rappeler que le sport doit être un pôle éducatif important. Paire du sport peut être un moyen de réussir ses études, et non pas l'inverse. Il nous faut y réfléchir.

30Didier VACHON, directeur de Radio France Nîmes : Y-a-t-il une crise du club sportif dans les médias ? Est-ce que les clubs sont formés à la communication avec les médias ? Les associations sportives doivent apprendre à communiquer pour que leurs activités prennent vie dans la presse écrite et audiovisuelle. Quelle que soit l'importance du club, il existe forcément une possibilité de communiquer.

31Jacques FERRAN : Il y a des difficultés auxquelles il faut faire face pour que le sport puisse se développer et répondre à toutes les sollicitations.

32Face à ce développement général, face à la modification des sports, on a l'impression que le sport est dépossédé de sa maîtrise.

33Il serait grave que les sportifs n'aient plus besoin des clubs.

34Le club semble appeler à jouer un rôle sur des questions auxquelles ils n'est pas préparé d'autant qu'on le charge de responsabilités supplémentaires (les quartiers, les vacances, etc.).

35Ainsi le mot "crise" revêt un caractère contradictoire : d'une part, le fait de lui confier sans cesse de nouvelles responsabilités, c'est plutôt bon signe. Mais, d'autre part, on peut tout aussi bien penser qu'il est très difficile de répondre à toutes ces sollicitations.

OÙ VA LE SPORT ? QUEL SERA LE RÔLE DES CLUBS DEMAIN ?

36Gérard PERREAU-BEZOUILLE : Le sport demain sera ce qu'en feront ses acteurs. En revenant à la base, le club est la réunion de gens désireux d'avancer dans la même direction.

37Je pense qu'il est essentiel de revenir sur la notion d'un club citoyen. Mais attention de ne pas tomber à côté du débat en affirmant que le club serait l'école de la citoyenneté. L'avenir est dans la place que l'on va donner aux acteurs. Il y a aspiration à construire des solutions ensemble.

38Le club est un outil et il a pu être un des supports de l'école de la citoyenneté. Aujourd'hui avec la diversité des pouvoirs extérieurs aux clubs, le sportif ne gère plus ses affaires. Il est indispensable de retrouver un club citoyen concerté et concertant. Et l'athlète doit retrouver une vraie place dans son club.

39Un participant : Aujourd'hui il y a un vrai besoin d'échanges, de rencontres. Cela permet à chacun d'affirmer son identité, qu'elle soit nationale, régionale ou locale. Il ne doit pas y avoir d'un côté les décideurs, de l'autre les dirigeants.

40Robert DENEL : Il faut répondre à la question : "que veulent les gens qui pratiquent à l’extérieur des clubs ?". Les clubs demain devront créer des conditions d'accueil de qualité et également répondre aux aspirations de chacun (ambiance, convivialité). Actuellement les gens ne recherchent plus forcément d'entraînements dirigés. Les rigueurs et les souffrances ne sont plus de mise. La crise serait liée à la mutation des aspirations du public.

41Martine RENEAUD : Il semble qu'il y ait un reflux sur la question de l'éthique. Les athlètes commencent à se préoccuper de leur reconversion et les mirages du professionnalisme éphémère reculent.

42Les clubs reviennent à la citoyenneté. Les athlètes de haut niveau, parce qu'ils reçoivent des aides, ont des devoirs mais aussi des droits.

43Gérard PERREAU-BEZOUILLE : L'enjeu actuel est le rapport à la jeunesse de manière large. Pour cela il faut parler vrai et être transparent sur les moyens. Il faut revenir à des sources de travail en commun.

44Le sport a besoin de débat du type de celui que nous avons aujourd'hui, mais aussi besoin de débat sur des problèmes précis et concrets.

45Les fédérations se sclérosent parce qu'elles ne puisent plus dans les forces vives du club qui sont au contact de la réalité.

46Richard MONNEREAU : Concernant l'écart entre licenciés et non licenciés, il faut rappeler, que les non licenciés demeurent des pratiquants occasionnels. Pour une pratique régulière hebdomadaire on retrouve les gens dans les clubs.

47Je voudrais plutôt mettre en avant le fait que les clubs ont du mal à toucher la tranche d'âge adolescente. Dans les clubs il peut y avoir une vraie compétence d'enseignement en direction de cette catégorie de pratiquants.

48Concernant le haut niveau, il faut savoir qu'il est défini par des textes. Il correspond à des compétitions recensées (Jeux olympiques, championnats de France, d'Europe, du Monde...), ce qui a conduit à l'émergence de pôles de haut niveau. Ces structures se situent dans les clubs mais aussi à l'extérieur, en fonction des fédérations. À côté de cela, il y a le sport professionnel. Quel est donc, dans ce cadre, le rôle du club association de loi 1901 dans la gestion de ce sport professionnel ?

QUEL(S) CLUB(S) D’AVENIR ?

49Jacques FERRAN : Le club change en même temps que la société et que le sport.

50Le problème est de savoir si nous avons un plan à proposer. Que pouvons-nous demander à Madame la Ministre ? Si nous avions la charge de mettre en place une nouvelle loi, il faudrait avoir préalablement réfléchi sur ce que représente le sport pour notre pays et sur le rôle du club. Doit-il revendiquer l'essentiel du sport ?

51Que peut-on préserver par rapport au passé (bénévolat, loi 1901) ? Les clubs vont-ils échapper au mouvement associatif ? Comment les fédérations pourront-elles gérer des clubs en marge du mouvement associatif ? Y aura t-il deux clubs : un pour la compétition, un autre pour la convivialité, la détente, l'accueil ?

52Jean-Pierre LEFEBVRE : Toutes les questions soulevées lors de cette U.S.E sont, à l'échelon local, mises en chantier. Le bénévolat en est un pan important. On pourrait très bien envisager de dégager des heures dites de délégation aux personnes s'occupant d'une association sportive, pour leur formation par exemple. Il faut que les sportifs puissent assumer eux-mêmes leur club.

53Jacques FERRAN : On aimerait affirmer que le club doit se garder d'être un produit à unique visée commerciale. On nous affirme que cela condamnerait le club. Mais si les footballeurs français partent à l'étranger, c'est parce que les offres y sont bien plus intéressantes. En gardant notre statut associatif, nous perdrons tous nos footballeurs de valeur. Les clubs amateurs sont ils capables de gérer des professionnels ? On ne peut aller contre le cours du temps et il y a un combat européen à mener.

54Gérard PERREAU-BEZOUILLE : Il paraît indispensable d'aller au bout de la démarche de concertation. Il faut réunir, constituer, le Conseil National des A.P.S. (CNAPS). Il doit être l'institution représentative de tous les acteurs du sport.

55Concernant f emploi dans le milieu associatif, il se présente sous plusieurs formes : acteur bénévole, rémunéré, indemnisé...

56Aujourd'hui, vu le contexte socio-économique, les jeunes de 18 ou 19 ans peuvent encadrer mais non bénévolement. Ils ont un besoin vital de rémunération. On a commencé à travailler sur des conventions collectives. Cela reste très compliqué mais indispensable.

57Un dirigeant du Rugby Club Nîmois : Il faut que la crise soit permanente. Si la crise correspond à ce besoin des clubs d’être présents sur la majorité des aspirations de la population, alors il faudra que les clubs soient toujours en crise.

58Je suis dirigeant d'un club de rugby. Cette discipline est en pleine mutation (avec l'alternative option professionnelle ou amateur). Nous sommes tous bénévoles dans ce club, à la fois porteurs d'eau, de sacs. Pour assurer ces fonctions nous avons des frais de déplacement. Alors, puisqu'il faut envisager des solutions concrètes, pourquoi ne pas créer une fiscalisation particulière pour ces bénévoles de manière à déduire ces frais par exemple ?

59Walfried KÖNIG : Pour que les politiques donnent des moyens, il nous faut les convaincre du développement toujours croissant des clubs pour les années à venir.

60Il y a eu plusieurs phases d'évolution du sport. Après la Seconde Guerre mondiale a été favorisée la pratique de compétition. Dans les années soixante-dix, est apparue la notion de santé. Dans l’avenir, il nous faudra des arguments, correspondant aux évolutions de la société. Cherchons les motivations des gens pour les attirer dans les clubs.

61Dans les années à venir le club aura à présenter explicitement des motifs sociaux avant tout. La part laissée à la compétition sera moins importante même si elle perdurera. La santé s'affirmera comme un vecteur important. Les clubs permettront aux gens de s'épanouir et d'échapper à l'anonymat. Mais pour cela il faudra des clubs multisports avec un grand nombre de licenciés (1 000-2 000 au minimum). Pour un petit club la tâche est impossible. Pourtant, et surtout en France, on ne saurait nier que les petits clubs — avec leur centaine de licenciés — sont un élément non négligable de dynamisation de la vie locale...

62Ernest GIBERT : Je trouve dommage que les clubs universitaires ne soient pas le moteur de la réflexion dans l'évolution du mouvement sportif. À travers l’intervention de Walfried König, sont apparues quelques orientations importantes pour le club du xxie siècle. C'est dans le cadre de ces orientations, que nous, les universitaires, devons trouver la manière d'agir, et d'initier, tout en cherchant la méthode pour nous en donner les moyens.

63Les clubs universitaires doivent essayer de poursuivre des réflexions en association avec tous les acteurs du mouvement sportif.

CONCLUSION

64Peut-on conclure que le sport n'est pas en danger ? Il semble plutôt qu'il soit en mutation et il ne faut pas s'en lamenter. Bien entendu, restons méfiants quant à certaines orientations mais ne refusons pas de vivre avec notre temps.

65Le club jouera demain un rôle prépondérant et pour cela il doit prendre conscience qu'il est nécessaire pour lui d'évoluer.

66Le club universitaire peut être le moyen d’éviter la dislocation entre sport professionnel et amateur.

67Quant aux notions d'éducation à la citoyenneté, elles doivent être mesurées avec prudence. Elles doivent permettre aux jeunes d'accéder aux responsabilités des clubs mais également des fédérations. Ces dernières se doivent également de rester au contact de la réalité et ne pas trop laisser le terrain libre aux médias.

68Ainsi, au vu de toutes ces remarques, il n'y a pas lieu d'être pessimistes. Il faut surveiller, contrôler, réfléchir. Mais on ne fera rien si on ne cherche pas de solutions à l'échelle européenne. Fort de sa spécificité le sport peut réussir sa "reconversion".

Auteurs

Athlète de haut niveau, BEC

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.