Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Synthèse des travaux

Synthèse globale des différents débats (samedi, dimanche, lundi)

Sylvie Hamez

Texte intégral

Sylvie HAMEZ

Philosophie de l'USE

1L'université sportive d'été nîmoise se devait d'apporter des propositions concrètes autour du thème "Un autre club sportif pour le xxie siècle". Et comme le rappela Jean-Paul Schneider lors de l'ouverture : "Une USE qui ne déboucherait pas sur des propositions concrètes serait une Université d'Été manquée".

2C'est par le foisonnement des compétences et des idées que pouvait vivre cette Université Sportive d'Été 1997.

3Les nombreux débats furent tous imprégnés de cette volonté de vouloir réfléchir, évaluer, diagnostiquer, confronter, innover tout en gardant en point de mire le titre interrogatif et conquérant du thème étudié.

4Tout d'abord, Jean-Paul Schneider tint à faire référence à l'USE de Dijon : "le sport n'est pas une notion simple. La Meuse prend sa source à un endroit bien précis et se jette inexorablement dans la mer. Mais les méandres de la Meuse peuvent être sinueuses et tourmentées bien qu'elles paraissent paisibles". Cette métaphore devait interpeller intervenants et participants nîmois. Une première réaction fusa. L'utilisation de cette image ne devait pas empêcher de fuir la définition même de l'avenir du sport. Et comme le précisa l'un des intervenants, il fallait avant tout identifier la source et la mer...

Sport d'hier... sport de demain

5"Le sport n'est pas une lacune sociale, recibla Jean-Paul Bréfeil, mais une création culturelle". Cette notion fut d'ailleurs reprise plus tard lorsque l'on parla d'autonomie et d’indépendance du mouvement sportif.

6Car l'un des soucis premiers était de définir dans quel cadre économique, culturel et sociologique le sport avait tendance à évoluer.

7Pierre Lambin précisa que nous étions dans l'ère industrielle. Or, selon Ernest Gibert, le mouvement sportif évolue aujourd'hui dans une société de service et continue de reproduire le schéma passé des entreprises qui fonctionnaient alors sur un mode industriel.

8Mais la société du début du xxe siècle et celle d'aujourd'hui n'ont pas de communes mesures, ajouta Eric Firoud.

9Au début du siècle, la population travaillait sans disposer de temps libre et les rares priviligiés qui pratiquaient une discipline sportive, le faisaient dans le cadre de la compétition. Aujourd'hui, avec l'émergence des 35 heures et autres projets d'aménagement du temps de travail, la notion n'est plus la même. Le sport s'est démocratisé, le loisir a pris le pas sur la compétition.

10"Lorsque nous parlons du sport, on se base sur ce que l'on a connu et non pas sur ce que l'on va connaître, commenta Eric Firoud. Dans ce cas, le système est fermé. Il faut établir un dialogue entre les mondes politiques, économiques et associatifs. Le xxie siècle doit absolument être placé sous le signe de la confiance".

11Jean-Louis Boujon ne dit pas autre chose : "Le rapport entre les différents acteurs doit s'appuyer sur la confiance réciproque... Nous avons un rôle à jouer dans la régulation sociale pour que les clubs deviennent de véritables cellules sociales”.

12Yves Chateaureynaud, lui, précisa que la mutation du sport avait déjà commencé dans les années soixante-dix et que l'an 2000 ne serait pas la date clé où tout basculera !

13Pas de magie des dates ! "Notre société est construite sur les bases de l'économie", tint-il à ajouter.

Influences extérieures ou lois propres...

14À la question de bien mesurer dans quel cadre se régissait le mouvement sportif, chacun s'interrogea pour savoir s'il subissait les mouvances extérieures ou s'il évoluait selon ses propres lois, redéfinies au fil des ans.

15Jacques Palard s'efforça alors de montrer les liens existants entre les associations de types patronages et les pouvoirs locaux municipaux.

16Il narra notamment le cursus de J. L. David en charge d'une grande association sportive de quartier dans lesquels il favorisait l'accession au haut niveau et qui fut nommé par Jacques Chaban-Delmas responsable du service des sports de la ville de Bordeaux...

17L'association dirigée par J. L. David disposa alors de moyens supplémentaires.

18Ce constat fit réagir Robert Denel : "Existe-t-il un salut pour le mouvement sportif sans une tentative de récupération municipale ? Le club devra-t-il être asservi pour disposer de plus de moyens ?".

19Selon lui, si la recherche de moyens nouveaux ne peut se faire au prix d'une compromission politique qui empêcherait toute indépendance en matière d'orientation, il convient d'inventer d'autres solutions et d'explorer d'autres voies.

20Allant plus loin, Robert Denel poursuivit : "le sport démocratique dans lequel nous vivons, n'en est pas un puisque ceux qui ont été élus se servent des citoyens au lieu de les servir. Si c'est cela qui attend le mouvement sportif, alors on peut penser que la situation est grave... pour se préserver de ce genre de déviance, il faut faire évoluer celui-ci sur les vertus même du sport afin de disposer de plus d'outils favorisant l'autonomie et l'indépendance".

21Il ajouta encore : "Excepté le Ministère de l'Intérieur et le Ministère de la Défense, tous les ministères ont été créés par le mouvement associatif. Il est donc nécessaire de rappeler à ces ministères que, s’ils sont là, c’est parce qu’il y a eu des gens qui se sont organisés pour structurer des domaines entiers de la vie sociale. Actuellement, ces ministères, et celui de la Jeunesse et des Sports notamment, sont des services publics mais pas pour autant au service du public."

Le politique n’est pas seul responsable...

22Le débat prit une ampleur nouvelle avec l’intervention de Jean-François Oudet : "Ce n'est pas toujours le politique qui essaie de prendre le pouvoir dans le milieu associatif... Certains acteurs de ce milieu essayent de prendre le pouvoir politique, on peut penser que c’est pour servir le mouvement sportif mais pas toujours".

23Jacques Palard fit remarquer que " la politique de décentralisation représentait une autre forme d’exercice du pouvoir de l'Etat".

24L’exemple de Bordeaux apparaissait alors révélateur d’une forte présence de la ville au travers des JSA, permettant de toucher un public large, y compris pour les écoles de sport et les animations-vacances...

25Guère convaincu par l’argumentation, Robert Denel expliqua que le ministère ne jouait nullement la carte de la décentralisation pour permettre une plus grande autonomie, bien au contraire.

26Depuis 1970, en s'appuyant sur le rapport Edmond, l'État a demandé aux acteurs locaux de valoriser le milieu associatif. Dans ces conditions le temps n'est pas loin où les associations seront pour une part un produit de l'État. Cette ambiguïté est perceptible chez certains bénévoles qui vivent mal la présence — réglementaire — de l'État et chez d'autres qui pensent que les pouvoirs publics infléchissent parfois, à leur propre avantage, les activités des associations sportives.

Et les clubs universitaires ?

27La notion d'autonomie et d'indépendance fut logiquement abordée, dans le cadre restreint des clubs universitaires. Robert Barthélémy s'interrogea pour savoir si les clubs universitaires étaient plus sensibles aux relations avec les pouvoirs locaux, s’ils disposaient de particularités ou s’ils obéissaient à la règle générale.

28Michel Lenguin rappela justement que les enjeux des clubs civils et des clubs universitaires ne pouvaient être les mêmes, en matière de relation avec les pouvoirs locaux.

29Les clubs universitaires, pour la plupart composés d’étudiants, rencontreraient des difficultés s’ils avaient à gérer le club eux-mêmes. D’un point de vue électoral, ils ne représentent donc guère d’intérêt.

30En s'appuyant toujours sur l'exemple bordelais, Michel Lenguin argumenta ses propos en citant son exemple : "les installations sportives universitaires du BEC ne sont pas dans un état brillant. Pourtant, les pouvoirs locaux ne s'en sont pas souciés, préférant investir dans d'autres associations où ils trouvent les relais favorables...

Autonomie financière ou indépendance politique ?

31Walfried König monta au créneau : "Chaque fois que le mouvement sportif fut au service, soit de l'État, soit des buts commerciaux, cela se révéla être un échec pour l'autonomie de choix de l'évolution du mouvement sportif en général".

32L'ancien Bloc de l'Est nous montre qu'une attitude ergonomique de l'État ne favorise pas le milieu sportif en termes d’innovation, d'évolution, d'éducation et que, d’autre part, l'utilisation mercantile du sport dans le cadre d'une économie de type capitaliste conduit à se poser la question des différences fondamentales entre le sport de club et le sport à visée commerciale. Walfried König cita un exemple concernant cette alternative. "Si je veux jouer au tennis, je peux entrer dans une entreprise de sport où la leçon peut être achetée. J'y vais, je joue et je pars. Il ne s'est rien passé de plus. Alors que dans un club sportif je vais jouer au tennis et en plus je développe des liens avec d'autres adhérents. Je peux participer à la vie du club, devenir un dirigeant sans être professionnel. Dans un club entreprise, comment développer son capital humain ?"

33Jacques Palard orienta alors le débat vers l'autonomie financière vis-à-vis du monde économique. "À Bordeaux, lorsque les JSA s'orientèrent vers le haut niveau pour développer un fort degré d'"attractibilité", les autres membres du club en mal de loisirs éprouvèrent un manque. Tant que les performances étaient là, les sponsors et mécènes suivaient, mais dès lors que les résultats baissaient, la solidité financière du club était en danger. Difficile dans ces conditions de parler d'indépendance.

34Indépendance, autonomie, termes incontournables pour les conférenciers, qu'Eric Firoud réabordait, provocateur : "je ne suis pas choqué d'être en phase avec les acteurs économiques et je préfère cela ; car lorsque l'on reçoit des subventions des pouvoirs publics, on devient dépendant des politiques".

35Jean-Louis Boujon renchérit : "l'homme ne devra pas être pris en otage pour ne plus être maître de son avenir. La force du club reposera, dans ce troisième millénaire, sur une identité forte face aux enjeux, une image cohérente, et dans l'intérêt de tous les publics". (N’aborde-t-on pas ici la notion d’utilité publique ?).

36Si les intérêts sont convergents, il y aura expansion, mais si les intérêts sont divergents, on assistera alors à une explosion du système où s'embriqueront le haut niveau, le social et l'économique.

37Le mouvement sportif devra être indépendant, autonome en terme d'orientations, mais il lui faudra envisager de nombreuses pertes.

38L'une d'entre elles émergea lorsque Eric Firoud émit l'hypothèse d’élaborer des objectifs transversaux pour définir les modes d'action du club : domaine sportif complet, domaine social, domaine économique.

39Le club, en opérant une fonction régulatrice sociale, en intervenant dans le cadre économique et dans la compétition et la gestion du haut niveau, peut cibler, en toute indépendance, rester cohérent, à partir du moment où tous les dirigeants sont en phase et ne recherchent le profit que pour le bien du club.

Fidélité ou transgression des valeurs ?

40Certains, comme Pierre Lambin défendirent farouchement la notion de bénévolat, refusant toute transgression des valeurs. Robert Denel se posa quant à lui sur un terrain plus politique en refusant catégoriquement de voir une éthique sportive dénaturée par le jeu des municipalités.

41Pour Eric Firoud, en revanche, la position actuelle du mouvement sportif — si elle doit rester inchangée — est proche de l'utopie. L'avenir n’étant pas écrit, on ne peut le connaître. Ainsi, il faut pouvoir transgresser quelques valeurs d'hier, pour définir celles de demain.

42C'est au vu de ces différences de conceptions entre transgression et fidélité, que Jean-François Oudet déclara qu'il était nécessaire "d'établir une hiérarchie des valeurs" et il renchérit : "c'est toute la force du mouvement sportif que de pouvoir effectuer des transgressions en vue d'exister".

43L'idée naissait d’une nécessaire auto-évaluation en vue de répondre efficacement aux enjeux de ce nouveau millénaire. Et c'est dans cette affirmation moins tranchée que Robert Denel poursuivit : "Il doit y avoir une nécessaire fidélité à ce que l'on croit pour faire évoluer le sport, avec la recherche de moyens nouveaux. Mais s'il faut trahir ses convictions, je ne suis pas d'accord".

44"La raison pour laquelle les politiques s'intéressent aux associations sportives, vient du fait qu'ils ont conscience de la fidélité aux valeurs sportives de la part des acteurs de l'association", ajouta Jean-François Oudet. "Le xxie siècle doit être synonyme de confiance envers les institutions de l'éducation, envers les acteurs de l'Etat (également lorsque ce pouvoir est décentralisé), et enfin envers le monde économique. Pourquoi ne pas envisager des partenariats transversaux entre les ministères ?"

La transversalité, l'outil de l'indépendance ?

45À l'issue de ces discussions, Eric Firoud engagea les principes d'une transversalité qui pourrait se révéler l'outil d'une véritable indépendance à l'égard des services publics. Le club serait au service du public, à la condition qu'il puisse répondre aux aspirations différentes de la population (pratique libre ou compétitive, familiale, intégration sociale, etc.).

46Jean-Louis Boujon rebondit aussitôt sur cet argument : "Il faut tendre vers une transversalité des fonds ministériels pour éviter la dispersion de l'argent public... Il existe en outre une vraie difficulté vis-à-vis des partenaires économiques car on ne peut pas laisser vectoriser les adhérents des clubs, comme force de vente potentielle..."

47Fidélité ou transgression, la barrière est mince quand bien même la volonté farouche d'être dans un monde fait de confiance est bien présente. Eric Firoud parlait d'utopie, la confiance en est-elle une ?

48Yves Chateaureynaud fit ensuite un petit rappel historique, afin de mettre en exergue des idées novatrices en phase avec la société actuelle, et finit par interroger les membres de l'U.S.E : "Notre société est construite sur l'économie, alors pourquoi ne pas utiliser ces fonds ?"

Petit rappel historique

49La pratique sportive régulière vint de la volonté créatrice de membres de mouvements associatifs. Récupérée par l'État en 1945, puis rendue plus tard par le biais des fédérations et de la décentralisation avec une mission de service public, elle légitime le droit de récolter des subventions publiques avec des contrats d'objectif. Or tout le problème est là : jusqu’où les clubs peuvent accepter ces objectifs sociaux (intégration des enfants des quartiers par exemple), dans la mesure où cet argent leur est dû, pour assurer la mission de service.

La référence allemande

50Aujourd'hui attaché à cette notion d'utilité publique, le mouvement sportif pourrait s’inspirer de l'exemple allemand, présenté par Walfried König, dont l'intervention fit suite à l'exposé de Pierre Lambin dans lequel il fit l'apogée du bénévolat.

51Car si tous les participants admirent que le bénévolat faisait partie des valeurs du sport, il ne fallait pas l'envisager sous une vision trop "coubertienne".

52Par son vécu en Allemagne, Walfried König apporta un éclairage original au débat. D'abord sur la notion de bénévolat et la professionnalisation, puisque "la mixité" existe (bénévoles et professionnels). Là-bas, il y a des clubs qui sont dirigés par un président qui est payé... Il a été élu par des adhérents pour quelques années et il n'en résulte aucune conséquence fiscale puisque l'utilité publique de ce club ne dépend pas de la décision de payer le président. Cet exemple reste encore marginal. Mais le développement des clubs passe obligatoirement par l'offre plus fréquente d'emplois aux jeunes, à condition que les clubs soient conséquents (1 000 à 2 000 adhérents)".

53D’où la nécessité d’entrevoir une autre structuration des clubs. Il faut répondre aux exigences de la population tant sur le plan humain (grâce au club-house par exemple), qu'en termes de compétitivité ou d'action sociale.

54En Allemagne, il y a eu regroupement de clubs multisports. Ils bénéficient d'avantages fiscaux pour professionnaliser certains membres du club, ainsi que les dirigeants à responsabilité. Cela s'opère sans exclure le bénévolat.

55Pierre Lambin objecta : "le bénévolat à responsabilité doit garder, demain, dans l'association la direction des clubs".

56La polémique était engagée. Il fut rappelé que l'associatif est complexe à gérer (on ne parle pas de petits clubs), que le club peut être source d'emplois pour les éducateurs, les animateurs mais qu'il ne l'est pas pour les dirigeants.

57En France, il existe un problème de taille pour arriver à cette éventualité : la taxe, le fisc et la mise sous TVA. Car sans cette fiscalisation particulière, il est impensable de créer un emploi.

Vers une labellisation d'utilité publique...

58Les clubs désireux de bénéficier de cette fiscalisation doivent répondre à un sorte de labellisation d'utilité publique (en terme de réponse aux exigences de la population). Mais cela n'est pas aussi simple qu'il y paraît. Les problèmes furent donc immédiatement soulevés : ajouter de nouvelles contraintes et créer un label d'utilité publique risqueraient d'engendrer une nouvelle et conséquente lenteur administrative, voire bureaucratique.

59En outre, le pouvoir pourrait échapper aux clubs pour peu que la labellisation soit décrétée de l'extérieur. D'où nécessité absolue d'évoluer dans un climat de confiance. Eric Firoud et Jean-Louis Boujon abondèrent en ce sens.

60Jean-Paul Schneider ne manqua pas de préciser : "la notion d'utilité publique ne doit pas donner des privilèges mais des dispositions particulières. Il s'agit de définir l'utilité d'une association dans la société".

61Walfried König objecta alors que l'État pouvait interférer légalement, à condition de rester dans un cadre bien défini : "en Allemagne ce sont les politiques, et donc le Parlement, qui légifèrent. Le point crucial est de définir où l'utilité publique arrive à ses limites et à quel point une organisation risque de perdre le caractère d'utilité publique pour tendre vers un but commercial"...

Pas de profits personnels

62L'exemple allemand permit également à Walfried König de donner des pistes de réflexion intéressantes "Si le club a des revenus de 100 000 DM par an, il peut diminuer ses obligations fiscales avec tous les coûts qu'il a en faisant ce qu'un club sportif peut faire. Ainsi tous frais déduits si la somme est inférieure à 70 000 DM, le club n'est plus redevable en terme d'impôt". Cette évaluation financière en terme d'investissement des fonds dans le club (emplois, équipements) permet de définir si le club a effectivement une utilité publique et donc de voir si les aménagements fiscaux sont justifiés.

63Au vu de ces propos, il est évident que la France ne s'est pas encore engagée dans cette voie. Jean de Marcillac voulut le souligner : "il faut susciter le débat avec les politiques, et poursuivre la réflexion. Il n'y a rien de scandaleux à imaginer qu'une association réalisant des opérations commerciales doive reverser une TVA à l'État au même titre qu'un commerçant... Là où le problème n'est pas bien réglé en France, c'est en ce qui concerne l'impôt sur les bénéfices. Une association peut faire des bénéfices, mais elle doit les réinvestir pour développer le club".

64En France, le débat avec l'administration est donc ouvert.

65De nombreuses questions restent en suspens. Si un club sportif fait des bénéfices et qu'il devient un secteur lucratif pour les dirigeants de club alors il ne répond plus à la notion d'utilité publique. Que faire, dans ces conditions ?

66Fort de l'exemple allemand, il semble qu'en France les acteurs du monde sportif ont désormais envie d'évoluer. Le mouvement sportif n'est plus aussi farouche et semble bien vouloir s'orienter vers une mixité partagée entre professionnalisation et bénévolat.

67Peut-être peut-on imaginer un savant mélange des genres et mêler intelligemment le haut niveau, les loisirs, les prestation de services (golf, squash...), l'intégration sociale, la formation et l'éducation.

Le sport et l'Éducation nationale

68Si le mouvement sportif évolue en phase avec la société, le système scolaire devra obligatoirement permettre l'épanouissement et la pratique intensive du sport au travers des associations sportives de son établissement.

69Robert Denel fit ce constat : "pour bâtir ou prolonger le club du xxie siècle, il est nécessaire de développer la vie associative chez les jeunes, notamment avec l'UNSS".

70Jean-Pierre Lefebvre resitua le contexte scolaire actuel : "Les enseignants effectuent aujourd'hui trois heures non compensées pour animer ces associations sportives... Les résultats obtenus dans certains championnats viennent aussi, et surtout, du travail important des clubs. L'association sportive révèle un caractère rassembleur mais non formateur. L'UNSS par son caractère de découverte de certaines activités pour nombre de gens a fait émerger un goût prononcé pour la compétition. Néanmoins ce travail reste peu évalué. Les inspecteurs se désintéressent de ce secteur de travail des enseignants (pas de bilan d'activité). De plus, le caractère obligatoire de la création d'une AS va à l'encontre des principes de l'associativité".

71Jean-Louis Boujon reprit la balle au bond : "ces trois heures forfaitaires correspondent à un million de francs chaque année. Ce chiffre est un repère important pour des gestionnaires comptables de l'argent public. Soucieux de la bonne dépense des deniers de l'État, ils attendent des résultats de cet investissement. Actuellement, seulement 11 % des lycéens sont licenciés".

72Un argument qui obligea à pousser plus loin la réflexion. Que faut-il en effet envisager pour que cette AS soit au maximum de ses capacités et réponde ainsi aux attentes des lycées ? Les critères nécessaires à son bon fonctionnement sont les mêmes que ceux du mouvement sportif en général : nombre de licenciés, nombre de séances d'initiation, d’entraînement des jeunes lycéens dans la vie de l'association.

73Jean-Louis Boujon reconnut humblement : "il y a eu des erreurs de gestion de la maison UNSS qui considérait que l'on pouvait proposer les mêmes activités à l'élève de 6ème et de terminale. Nous n'avons pas su adapter notre sujet à l'évolution du public."

S'adapter sans tout renier...

74S’adapter à l'évolution de la société sans oublier tout le chemin parcouru, telle doit être la volonté de ceux qui font le sport français, aujourd'hui. On a tendance à dire que de la discussion jaillit la lumière. C'est pourquoi, même si la route est encore longue et qu'aucune solution idéale n’apparaît possible, la xive Université Sportive d'Été a su mettre en lumière les besoins et les carences d'un système qui ne demande qu'à être amélioré, pour le bien de tous... En ce sens, Jean-Paul Schneider peut être rassuré, l'U.S.E a parfaitement fonctionné. Chaque intervenant a apporté son écot à la réflexion de fond portant sur le club sportif du xxie siècle.

75Il ne reste plus qu'à œuvrer...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.