Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. "Redéfinir des objectifs communs"

Témoignage d'Alain Lottin

Alain Lottin

Texte intégral

Alain LOTTIN

Président de l'Université d'Artois

1J'apporterai personnellement un témoignage partiel car je n'ai jamais été responsable d'un club universitaire. J'ai simplement été membre du LUC. Mais j'interviens en tant que dirigeant universitaire ; c’est ma douzième année de présidence d'université, chose que seule la création d'une université nouvelle a rendu possible, sans compter le temps que j'ai passé aux côtés du Président Deyon, lorsqu’il était Président de Lille 3, pour m'occuper du sport et la direction d’un IUT. C'est donc essentiellement un témoignage d'homme de terrain.

2Le premier point concernera les équipements sportifs. Je tiens absolument à l'évoquer parce qu'on aborde rarement dans les lieux officiels ces problèmes d'existence ou non des équipements sportifs universitaires.

3On a créé, entre 1990 et 1991, six nouvelles universités en France et deux autres ensuite. Si on fait le total, ce n'est pas négligeable. Pour utiliser un chiffre imagé, cela représente 10 % d'universités supplémentaires. Il y a eu un Plan Université 2000 qui sera maintenant prolongé avec un Plan 2000 - 2, et il y a eu toute une réflexion à ce sujet.

4Il est quand même extrêmement intéressant de savoir que dans ce pays on a décidé de créer huit nouvelles universités et qu'ensuite, à ma connaissance, l'État n'a pas prévu le moindre équipement sportif pour elles ; j'en suis sûr pour le Nord - Pas-de-Calais.

5C'est un concept impensable dans la quasi-totalité des pays du monde. Ce n'est pas pensable en Chine, dans les anciens pays de l'Est, dans les pays nordiques, dans les pays anglo-saxons... Apparemment, il n’y a qu'en France que c'était envisageable ; c'est ce qu’on pourrait appeler une exception culturelle française et celle-ci n'est pas à cultiver.

6Je vais donner des exemples concrets liés aux deux nouvelles universités créées dans le Nord - Pas-de-Calais. L’université d’Artois, comme celle du Littoral d'ailleurs, a la particularité d'être multipolaire. Ces universités paraissaient curieuses, depuis Paris, parce qu’elles étaient organisées sur quatre villes, en réseau. À Arras, Douai, Lens et Béthune pour l'Artois ; Dunkerque, Calais, Boulogne-sur Mer et Saint-Omer pour le Littoral. On avait oublié que pour aller d'un lieu universitaire à l’autre, cela représentait une demi-heure et que certaines universités françaises sont peut-être multipolaires sans le savoir, en particulier certaines implantations parisiennes.

7Au Québec, où les élus du Conseil Général sont allés voir ce qu'était une université multipolaire, cela paraissait une plaisanterie. Là-bas, l'université multipolaire existe mais avec des centaines de kilomètres d'écart entre les différents pôles !

8On consacrera au total pour les universités nouvelles du Nord - Pas-de-Calais probablement plus de 400 MF environ pour chacune, et les collectivités territoriales en financent probablement la moitié. Pour les universités de la région parisienne, le financement est à peu près le double.

9Il y a eu deux grands oublis : pas de bibliothèque, pas d'équipement sportif. Nous avons donc protesté énergiquement contre cet état de fait. Pour les bibliothèques, ça a été un long combat. Il a fallu que deux Premiers Ministres s'en mêlent, à savoir Messieurs Bérégovoy et Balladur, pour finalement dégager 70 millions pour chacune des universités pour des bibliothèques.

10Pour les équipements sportifs, à l'heure où je vous parle, la participation de l'État est inexistante et ceci ne semble pas être une priorité compte tenu de l'enveloppe financière actuelle. Donc, comme il y avait des élus locaux et régionaux qui avaient mis de l'argent dans une université et qu'il fallait s'occuper des jeunes, le Conseil Général du Pas-de-Calais a décidé de mettre 4 millions de francs par pôle universitaire du Pas-de-Calais, c'est-à-dire six fois pour construire les équipements. Mais il l'a inscrit dans le cadre du plan État Région et je vais vous expliquer le côté ubuesque que cela entraîne.

11Avec 4 millions, on ne construit pas une salle suffisante pour l'université. Donc, les districts urbains d’Arras, de Lens, de Béthune, ont décidé d'abonder en mettant à peu près la même somme ce qui fait un total de 7 à 8 millions par site. Le Conseil Général du Nord ne s'impliquant pas, les deux pôles qui sont dans le Nord, à savoir Dunkerque et Douai ne sont pas concernés. Le côté ubuesque est donc le suivant : nous avons par exemple une salle à Arras qui va coûter 8 millions, 4 millions donnés par le district urbain, 4 millions par le Conseil Général. Mais, comme le Conseil Général a inscrit ces 4 millions dans le cadre du Contrat de plan, il faut que la construction de la salle soit soumise à expertise du Ministère, avec accord de rétrocession à l'Etat. Et c'est le Président de l'Université, par le biais d'une convention avec le district urbain, qui va remettre à la disposition de ce dernier une salle pour laquelle l'État n'aura pas payé un sou ! Je peux vous dire qu'il faut rencontrer des élus particulièrement compréhensifs pour se prêter à ce genre d’exercice. C'est probablement vrai pour toutes les universités nouvelles ; le sport, dimension fondamentale de la vie, paraît-il, n'a pas droit de cité ; si l'on n'a pas d'équipements on ne peut pas travailler. Même chose d'ailleurs pour les STAPS : sans équipements, les étudiants ne peuvent pas pratiquer. Puisque le maire de Liévin met à disposition partiellement les équipements du stade couvert régional, on considère qu'il n'est pas indispensable que l'Université ait une salle en propre à longueur de journée.

12Je souligne donc ce problème parce que je crois qu’il est fondamental. D'autant plus que, in fine, une trentaine de millions ne constitue quand même pas une somme énorme, dans deux universités qui coûtent plus de 800 MF.

13Ma deuxième expérience, puisque j'avais la chance d'avoir à mettre en place une Université qui n'existait pas — et qui existe maintenant avec environ 12 000 étudiants —, c'est l'histoire de la pratique sportive des étudiants et du SUAPS dans une université nouvelle.

14Au point de départ, nous n'avions qu'un professeur d'EPS pour quatre pôles, et ce n'était pas un marathonien !

15Le sport était ressenti comme un grand besoin. Nous sommes implantés, je vous le rappelle, essentiellement dans le bassin minier. La culture sportive familiale et régionale est grande. Les jeunes voulaient faire du sport. Nous avons donc fonctionné au départ par des associations. Ce sont les associations d'étudiants, avec l'unique professeur d'EPS, des collègues universitaires mais pas de disciplines sportives, ayant pratiqué eux-mêmes parfois à un haut niveau qui ont pris les choses en mains. Et les représentants des collectivités territoriales se sont impliqués. On a créé une commission sportive qui reposait essentiellement sur les étudiants, le professeur de sport, d'autres professeurs et les collectivités territoriales et qui répartissaient des moyens de fonctionnement que géraient les associations.

16Cette expérience est demeurée avec la mise en place de l’université définitive. Cela nous permet d’avoir une structure unique, c’est-à-dire le SUAPS, et c'est le directeur du SUAPS qui est le responsable des activités d’éducation physique et sportive. Il n'y a pas d'autre autorité qui puisse interférer avec lui, et il existe une commission qui réunit les quatre pôles.

17Sur le plan des cursus, comme dans beaucoup d'universités, nous avons réussi à adopter un bonus sport pour les examens, ce qui n'a pas été facile à négocier pour certaines disciplines. Puis nous avons organisé, à cause de notre aspect multipolaire une fête des sportifs qui chaque année réunit, lors de compétitions tout à fait amicales, de 800 à 1 000 étudiants. En 1998, ce sera la cinquième édition.

18Voilà, sommairement où nous en sommes sur le plan de la pratique sportive à l'université.

19J'ajouterai qu’ensuite il s'est créé une UFR STAPS à Liévin. La règle souhaitée par le Conseil d'Université, par le Président et par beaucoup d'autres est qu'aucun enseignant, sauf exception rarissime, n'exerce à 100 % en STAPS. Tous doivent au minimum assurer au moins 30 % en SUAPS. Cela pour éviter une coupure entre l'élite et la masse, entre les "spécialistes" et les "non-spécialites", et pour maintenir le rôle éducatif des enseignants.

20J'évoquerai avant la conclusion, l'Association Sportive Universitaire. Les pratiquants en club sont le noyau dur des associations sportives qui sont plus vastes que l'ASU. Les étudiants en général la gèrent la plupart du temps eux-mêmes, même si le Président est officiellement de par les statuts, président de l'association. Evidemment parmi nos étudiants, les plus motivés, sont ceux qui s'investissent pour les pratiques de compétition.

21Il y a aussi des problèmes de gestion ; les étudiants gèrent des fonds propres, qu'ils recouvrent eux-mêmes. Le hasard des élections des équipes dirigeantes, indispensables, nécessaires démocratiquement, rend quelquefois les choses difficiles. On ne peut pas toujours garantir que parfois les étudiants n'élisent pas quelques-uns de leurs camarades bien sympathiques qui ont tendance à privilégier les activités récréatives. C'est le problème que rencontrent les associations et pas seulement sportives.

22On va essayer de prévoir des modes d'assistance à la gestion grâce aux professeurs et aux IATOS qui sont eux-mêmes des sportifs, parce que effectivement, les élus étudiants gestionnaires ont besoin de cette formation. Personnellement j'espère, pour l'an 2000, faire valider un module de licence ou même de DEUG 2 pour les étudiants qui s'occupent de la gestion des associations, et pas seulement sportives. Il n'y a pas de raison que cela ne soit pas pris en considération, à condition que ce travail soit suivi, encadré, comme un stage en responsabilité. C'est une école citoyenne et de gestion. Je pense pouvoir y arriver dans un premier temps avec les disciplines où la pratique sportive est importante dans notre université nouvelle.

23Il reste un problème, celui d'un club universitaire éventuel. Certains excellents étudiants sportifs de clubs ne pratiquent pas à l'ASU, mais c'est un phénomène qui est bien connu, parce que leurs études et leur club les occupent beaucoup. Quant au club universitaire, il n'y en a pas, pour la bonne raison que l'université est très récente. En faut-il un ? Je n'en sais rien. Faut-il un ARTUC (Artois Université Club) ? Je crois que ce serait intéressant d'y faire participer toutes les bonnes volontés pour qu'elles apportent un peu de leur expérience même s'elles ne peuvent pas donner trop de leur temps.

24Je tirerai de ces expériences, sur le plan de la culture sportive, quelques conclusions :

25Tout d’abord, il apparaît que les jeunes sont très ouverts au problème du sport et c'est pour cela que j'ai insisté sur les équipements. Quand on ne peut pas pratiquer le sport, ou qu’il faut faire des kilomètres, prendre des bus, se déplacer pour avoir une ou deux heures de sport, on renonce à ce projet. C'est pour cela que nous devons lutter pour avoir des équipements sportifs de proximité et liés aux universités. Je crois d'ailleurs que l'engouement pour les STAPS n'est pas uniquement un phénomène de mode, mais un mouvement de fond. Et c'est à nous de comprendre cet aspect des choses.

26Deuxièmement, j’ai pu constater que, dans les universités multipolaires dont on avait prédit constamment l’éclatement, le sport a joué et joue un rôle fondamental de ciment. C'est un des points d'ancrage de l'unité de cette université en réseau. Le rôle citoyen et fédérateur du sport est démontré, plus encore peut-être que les activités culturelles qui sont, elles aussi, un élément de cohésion fondamental.

27Troisièmement, le sport tient un rôle majeur d'insertion sociale. Nous sommes une université de proximité, 47 % des étudiants en première inscription sont boursiers. Le total des boursiers est de 35 %. Je pense que nos étudiants de STAPS auront une fonction à remplir dans ce domaine. Il y a des métiers à créer et à inventer.

28Quatrièmement, il faut développer l'initiative, la responsabilité de l'étudiant au niveau des associations. Il est certain qu'une association doit être gérée sainement mais il ne faut pas tuer l'initiative, la responsabilité étudiante. Les étudiants sont organisés par pôle, et essaient d'avoir au moins une fédération pour pouvoir constituer dans certaines compétitions des équipes ayant quelques chances de succès ; ils tiennent à leur spécificité, il ne faut pas tuer cela, mais il faut évoluer.

29Le dernier point est l'importance de la dimension européenne. Réunissant des étudiants de pays différents, on envisage d'organiser des jeux de l'Euro Région puisque le Nord - Pas-de-Calais s'est jumelé avec le Kent, la Belgique.

30J'ai volontairement limité mon intervention à mon expérience du terrain. Beaucoup d'étudiants dans la salle en savent autant que moi et ont des perceptions parfois différentes. Mais je crois qu'à travers ce témoignage, on peut tout de même dégager des principes qui rejoignent ceux qui ont été exposés par les amis qui sont à cette table et en débattre.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540