Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tournant numérique des sciences humaines et sociales

 | 
Valérie Carayol
, 
Franck Morandi

Les déplacements numériques des sciences humaines : un moment épistémologique ?

Stéphan-Eloïse Gras

Résumé

Cet article observe le tournant numérique des sciences humaines et sociales à la lueur de leurs déplacements épistémologiques, politiques et géographiques. S’appuyant sur un rapport de Pierre Mounier et de Marin Dacos pour l’Institut français intitulé : « Les humanités numériques : état des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international1 », nous proposons de regarder ces « déplacements » comme des « conversions », au sens où l’entend Milad Doueihi. Loin d’être aussi « nouveau » que certains discours médiatiques le laissent entendre, le rapprochement entre l’informatique et les humanités incite à s’intéresser à l’épistémologie du « moment cybernétique » qui l’a vu naître, pour penser les déplacements paradigmatiques et les modes d’hybridation propres à l’humanisme numérique.

This article examines the digital turn of humanities and social sciences in the light of their epistemological, political and geographical moves. Based on a report by Pierre Mounier and Marin Dacos for the Institut français (“Digital Humanities : overview and positioning of French research in the international context”), we suggest to look at these “moves” as “conversions”, according to Milad Doueihi. Nearly as “new” as some media discourses claim, the connection of the computer sciences and the humanities draws the attention on the epistemology of the « cybernetic moment » of its birth. These considerations lead us to think of paradigmatic moves and specific hybridization modalities of the digital humanism.

Texte intégral

  • 1 Comme l’ont rappelé Claire Clivaz et Valérie Carayol lors de la journée IHDB de Bordeaux, le choix (...)
  • 2 Olivier Dessibourg, « Venise, machine temporelle », selon Frédéric Kaplan, professeur en humanités (...)
  • 3 http://blogs.mediapart.fr/edition/au-coeur-de-la-recherche/article/150713/humanites-numeriques

1L’appellation « humanités numériques », ou « digitales1 », désigne généralement le rapprochement nébuleux de deux sphères de l’activité scientifique et des connaissances : les sciences formelles ou exactes – mathématiques, physique, informatique – et les sciences « douces », « humaines et sociales ». D’après les acteurs qui s’en revendiquent, les « humanités numériques » renvoient à une application du « savoir-faire des technologies de l’information et de l’informatique aux questions de sciences humaines et sociales2. » « Les digital humanities désignent une trans-discipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales » affirme le Manifeste pour les Digital Humanities (2011). « Comme son nom l’indique, ce terme transpose dans l’univers numérique les humanités traditionnelles. […] Avec les humanités numériques, les disciplines d’érudition, pour anciennes qu’elles soient, bénéficient désormais de l’apport des ordinateurs contemporains : ces derniers bastions de la tradition se modernisent », signale l’informaticien et philosophe Jean-Gabriel Ganascia3.

2Doit-on supposer que cette application n’existait pas avant ? Les sciences humaines, et plus généralement les humanités, dans l’acceptation anglo-saxonne du terme, ont-elles attendu cette nouvelle dénomination pour s’intéresser au « numérique », entendu comme « les technologies de l’information et de la communication » et « l’informatique » ? Quelles seraient les transpositions, c’est-à-dire quels déplacements physiques, épistémologiques, philosophiques, ou de « tonalité » – pour reprendre une métaphore musicale – des sciences humaines dites « traditionnelles » vers le numérique ? Ces déplacements parachèveraient-ils un progrès général des Sciences et des Connaissances sous la figure d’une modernisation d’antiques sphères du savoir ?

  • 4 Pierre Mounier, Marin Dacos, Les humanités numériques : état des lieux et positionnement de la rec (...)

3Malgré l’apparente oxymore, les humanités digitales renvoient à un dialogue des sciences humaines avec l’ordinateur qui « est aussi ancien que ce dernier4 ». Depuis longtemps, des disciplines « historiques » des sciences humaines et sociales se sont appropriées les méthodologies des « sciences dures » afin de satisfaire leurs objectifs scientifiques. C’est tout simplement le cas de l’économie ou de la sociologie. D’autres se sont intéressées plus particulièrement aux « savoir-faire » scientifiques et à leurs développements historiques : la philosophie des sciences ou l’épistémologie. Enfin, les sciences de l’information et de la communication qui ont émergé en France dans les années 1960, et les media studies qui se sont développées outre-Atlantique et en Allemagne, s’intéressent aux dispositifs médiatiques et aux transformations des sociétés qu’ils entraînent. Peut-on considérer les « humanités digitales » comme une nouvelle discipline, qui, en tant que telle, viendrait rebattre les cartes de la répartition des savoirs universitaires ? Comme il est souvent rappelé, le terme « numérique » représente aussi une large opportunité de financement pour la recherche, parfois sous l’impulsion des géants de l’informatique et de l’Internet, qui eux, ont vite saisi l’intérêt de lier le hard(ware) au soft(ware), le dur au mou, les sciences exactes et les sciences humaines.

4À strictement parler, le terme « numérique » désigne une représentation de l’information par un nombre fini de valeurs discrètes. Physiquement, là où le message – les signaux – étaient véhiculés sous la forme d’ondes électriques continues, le numérique transforme tout message, contenu, signal, en une suite discrète de nombres groupés en systèmes binaires (0 et 1). Est dit « numérique » un signal discontinu composé d’une suite finie de nombres et présenté sous la forme d’un fichier informatique. A contrario, est dit « analogique » un signal continu, identifié par des variations, de nature électrique ou magnétique. Cette définition physique du numérique renvoie à des postulats questionnables : l’information est devenue « informatique » ; sa représentation « discrète » rend possible son encodage, et son calcul. Mais l’information est-elle calculable, nécessairement discrète et « encodable » ? Car c’est contre ces idées entre autres que se sont développées les sciences humaines au cours du XXe siècle : l’histoire, l’anthropologie, l’urbanisme, la sémiologie ou encore l’information et de la communication, pour ne citer qu’elles.

  • 5 « La cybernétique est une discipline qui est issue de développements dans les milieux techniques d (...)

5Le pas qui est franchi dans ces mutations technologiques et de l’humain prend racine au début du XXe siècle et a donné naissance à un mouvement scientifique qualifié de « moment cybernétique » (Triclot, 2008), ou encore computational turn (Dacos et Mounier, 2013). Sur un plan épistémologique, la cybernétique se caractérise par trois traits principaux : sa dimension « phénoménotechnique », c’est-à-dire le fait que les conditions de possibilité d’une telle science soient avant tout liées à une culture matérielle et au développement des télécommunications et de l’informatique5 ; le fait que cette science ait échoué, enfin, le fait qu’elle consiste aussi en un moment politique de la science, celui d’une « science sans patron, démocratique dans ses finalités comme dans ses modes d’organisation » (Triclot, 2008, 11). Les « humanités numériques », ainsi, s’inscriraient dans la continuité de ce moment épistémologique, lié à la constitution de la notion « d’information », devenue aujourd’hui « data » ou « données ». Quelles sont donc les « conditions de possibilités » des humanités digitales aujourd’hui ? S’agit-il de nouveaux objets scientifiques, de nouvelles méthodes ou lexiques, ou de « simples » transpositions d’objets, de méthodes ou de lexiques ? Quels déplacements phénoménotechniques, heuristiques et politiques suscités par le « numérique » pour les humanités aujourd’hui ?

6Si le terme « numérique » désigne au sens strict une technologie particulière, force est de constater son ubiquité et son aspect holiste. Il n’est pas un domaine des productions et sociétés humaines qui échappe à ce vaste mouvement de « numérisation ». Dès lors, il ne s’agit plus de parler d’outils et de technologies mis au service des humanités, mais d’interroger l’humain dans ce qu’il a de numérique aujourd’hui, et d’envisager le numérique comme une véritable culture et un moment civilisationnel, avec ce qu’il suppose de « conversions » (Doueihi, 2008 et 2011).

  • 6 Voir Michel Foucault (1966). D’après Frédérick Keck, il repère « trois coordonnées constitutives d (...)
  • 7 Marin Dacos et Pierre Mounier, Humanités numériques – État des lieux et positionnement de la reche (...)

7Loin de questionner un « progrès » moderne voire post-moderne de la connaissance, nous nous proposons justement de regarder ces « déplacements » des sciences humaines provoqués par le numérique comme des « conversions », au sens entendu par Milad Doueihi (2008). Puisque l’environnement dans lequel se développent les humanités digitales est celui des « artefacts » numériques et de leur infinie mise en relation et médiations, il s’agira, dans un premier temps, d’interroger le statut de ces archives numériques et leur constitution en « objets scientifiques » pour les humanités. Partant du constat que ces objets remettent en question un certain nombre de principes constitutifs de l’épistémè moderne6, nous nous interrogerons sur les déplacements paradigmatiques et les modes d’hybridation nécessaires pour penser « l’humanisme numérique ». Enfin, nous nous intéresserons aux déplacements politiques et géopolitiques suscités par l’émergence de ce champ du savoir et de la connaissance en nous appuyant sur une enquête menée par Pierre Mounier et Marin Dacos pour l’Institut français intitulé : « Les humanités numériques : état des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international7 ».

  • 8 Publié en son intégralité sur le blog d’OpenEdition : http://leo.hypotheses.org/3994 (consulté le (...)
  • 9 La musique assistée sur ordinateur s’est développée dès la fin des années 1960.
  • 10 « La conservation de plus en plus complète de l’écrit, l’instauration d’archives, leur classement, (...)
  • 11 « Les “humanités délivrées”. Cultures parlées, visuelles et écrites, réinventées hors du livre », (...)

8Une approche historique des humanités numériques met en exergue que les premiers rapprochements entre informatique et humanités consistent bien en la mise à disposition d’outils : il s’agit d’organiser, structurer et « faire parler » les corpus antiques. Comme le rappelle Lou Burnard lors du séminaire « Digital humanities : les transformations numériques du rapport aux savoirs » animé par Marin Dacos et Pierre Mounier8, le premier âge des humanités digitales est celui du literary and linguistic computing, qui émerge dans les années 1960. Il s’agit d’automatiser des tâches jusque-là manuelles telles que la création d’index, le repérage des concordances ou d’occurrences, ce qui permet renouveler des disciplines telles que la lexicométrie et la stylométrie. Un deuxième âge, identifié par Lou Burnard comme humanities computing à partir des années 1980, consiste en la mise en commun d’une démarche informatique normée et partagée, et la structuration d’une communauté internationale, notamment autour de la Text Encoding Initiative fondée en 1987. C’est que davantage que la simple utilisation d’outils, le rapprochement entre « dur » et « mou » serait désormais lié à l’existence de problématiques communes concernant l’encodage des données et la structuration de l’information. Mais quelles ont été précisément ces données et informations ayant nécessité le consensus et la collaboration de la communauté scientifique internationale ? De toute évidence, les bibliothèques universitaires, chargées de l’accès et de l’organisation des savoirs, ont été les premières concernées par ces questions et à développer des « compétences informationnelles » et autres aisances technologiques. Les outils développés au service des humanités sont avant tout pensés comme des extensions des livres présents dans les bibliothèques : des formes de prothèses littéraires. « Parti de la linguistique et des études littéraires, le mouvement des humanités numériques s’étend toujours plus en direction d’autres disciplines », affirment Marin Dacos et Pierre Mounier (ibid.). Doit-on en déduire qu’il s’agirait d’une forme de « colonisation » de la technologie doublée d’une extension des paradigmes linguistiques et computationnels aux humanités dans leur ensemble ? Cette hypothèse rétrospective est à nuancer pour deux raisons. Tout d’abord, nous l’avons noté en introduction, de nombreuses disciplines et genres littéraires et artistiques se sont emparés très tôt de l’ordinateur, soit pour le décrire (et le critiquer) comme objet culturel (la science-fiction, les sciences de l’information et de la communication, media studies, computer studies…) soit pour faire appel à ses capacités de calcul pour analyser (la sociologie statistique ou l’analyse musicale9) ou pour créer (le computer art). Deuxièmement, ce qu’on appelle les humanités en général, se sont développées autour d’un objet particulier, le livre, qui organise lui-même une certaine circulation du savoir, qui est aussi une politique de l’archive10. La surreprésentation des études linguistiques et littéraires dans ce qui s’est appelé le humanities computing avant d’être humanités digitales, nous renvoie directement à la domination des archives écrites et de la culture de l’écrit. Mais est-il possible de penser les productions scientifiques, médiatiques et culturelles contemporaines en dehors de l’objet livre et de l’appareil conceptuel qui l’accompagne : la lecture, l’écriture, le texte, la littératie ? Autrement dit, peut-on penser des « humanités délivrées » pour reprendre l’expression du colloque de Lausanne11 ?

  • 12 « Multimedia, through its simulacral multiplicity, arguably dis-or re-places documents (treated as (...)
  • 13 Voir à cet égard le colloque « Le sujet digital : in-scription, ex-scription, télé-scription », or (...)

9Le statut des archives numériques est problématique, autant parce que l’archive comme objet scientifique est loin d’être un objet stable, que parce qu’elles sont « computationnelles ». « Par archive, j’entends d’abord la masse des choses dites dans une culture, conservées, valorisées, réutilisées, répétées, et transformées. Bref toute cette masse verbale qui a été fabriquée par les hommes, investie dans leurs techniques et leurs institutions, et qui est tissée avec leur existence et leur histoire. Cette masse de choses dites, je l’envisage non pas du côté de la langue, du système linguistique qu’elles mettent en œuvre, mais du côté des opérations qui lui donnent naissance » (Foucault, 1968), explique l’archéologue des savoirs. L’archive est une masse de choses dites envisagée comme un ensemble d’opérations (et non un système linguistique) qui la rendent possible ; il faut donc s’interroger sur les « opérations » matérielles et immatérielles qui la font exister. Une de ces opérations a été désignée par Friedrich Kittler (1986) comme le « monopole de l’alphabet ». Kittler affirme que « ce qui va bientôt s’achever à l’ère du monopole des bits et de la fibre avait démarré avec le monopole de l’écriture. » Arguant que l’histoire, comme champ homogène du savoir et comme discipline académique ne tient compte que des cultures lettrées, Kittler critique l’archéologie des savoirs proposée par Michel Foucault en tant qu’elle renvoie à une « tautologie » historique : « Le soupçon d’après lequel tout pouvoir émane et revient aux archives pouvait brillamment se confirmer, du moins au sein des royaumes du droit, de la médecine et de la théologie », car les bibliothèques fouillées par l’archéologue sont « extrêmement diverses en termes de classification, de distribution, de degré de confidentialité et de techniques d’écritures – l’archive foucaldienne ou l’entropie d’un bureau de poste. […] L’analyse du discours ne s’applique pas aux archives sonores ou bien aux bobines de pellicules » (ibid., 5). Peut-on analyser les flux de données numériques à travers un prisme strictement « scriptocentrique » ? L’histoire orale ou la culture de l’oralité ne sont apparues qu’à la fin du monopole de l’écriture, « telles des ombres technologiques des appareils qui les documentent » (ibid., 7). Au-delà du style volontairement provocateur du philosophe allemand, on retiendra que la naissance de l’enregistrement – sonore ou audiovisuel – implique de repenser largement le lien entre les archives et les objets scientifiques censés « faire parler » et parler du contemporain. Pour Kittler, ces bouleversements anthropologiques suscités par l’enregistrement (qui permet de « stocker du temps ») renvoient à une « autonomie des yeux et des oreilles » (ibid., 3). Wendy Chun (2004), analysant la critique objectée par Kittler à Foucault, exprime que le « multimédia, à travers sa multiplicité de simulacres, dé-ou re-place sans doute les documents écrits (traité comme un monument archivé ou autre) ; et pourtant les documents écrits (c’est-à-dire non fabriqués numériquement), disparaissent et prolifèrent (comme des outils heuristiques)12 ». Pour penser les déplacements numériques des sciences humaines, il faut donc aussi penser les déplacements de l’écriture13 et des documents comme objets scientifiques.

10Avec la numérisation générale des contenus, l’épistémè moderne décrite par Michel Foucault doit réinterroger ses propres « ordres ». De ce fait, la question qui sous-tend l’apparition des humanités digitales en tant que déplacements des sciences humaines aujourd’hui n’appartient pas tant au champ de l’histoire des sciences, mais bien celle de l’épistémè. Nous sommes donc mis au défi d’étudier les archives comme autant de médiations sonores et audiovisuelles que textuelles, disponibles et encodées au même titre que l’écrit par une suite binaire de nombres. Il faudrait procéder à une « archéologie » des savoirs liés à l’enregistrement sonore et audiovisuel pour comprendre les archives numériques d’aujourd’hui, et réussir à dresser une histoire des formats numériques. Jonathan Sterne (2012) a montré, par exemple, quels sont les apports techniques et conceptuels du MP3 pour Internet. Techniques, car le MP3, format de compression, résout un problème de « légèreté » des fichiers musicaux en s’appuyant sur les théories psycho-acoustique du masquage fréquentiel. Conceptuels, car ces techniques de compression ont servi de modèles pour la compression de données en général, basée sur le codage perceptuel (par exemple, pour le format de compression vidéo MPEG-4). Cet apport dépasse le strict cadre de la musique en-ligne : notre hypothèse est qu’il est à envisager comme une « culture otologique » du numérique.

  • 14 D’après Mara Mills, en 1950, lors d’une présentation de la cybernétique à l’Académie des Arts et d (...)
  • 15 Voir par exemple http://techland.time.com/2012/11/01/best-inventions-of-the-year-2012/slide/enable (...)

11Car c’est bien par l’ouïe et par l’écoute que les chercheurs du MIT à Boston au début du siècle dernier sont « rentrés » dans la cybernétique et ont inventé les moyens de télécommunication modernes. Mara Mills (2011) montre que les recherches sur l’écoute et sur la parole sont concomitantes à l’invention technologique et aux théorisations cybernétiques. Ce sont les avancées en matière de communication orale qui ont permis de modéliser les premières théories de l’information cybernétiques – certes au travers d’une vision essentiellement mécaniste, puisque la communication orale s’est trouvée décortiquée en signaux, convertibles en ondes puis en nombres. Mais la constitution de l’écoute en un objet de recherche scientifique a permis de faire émerger un concept fondamental aux théories cybernétiques : le feedback. C’est grâce à la formalisation scientifique de l’écoute, qu’est modélisé le processus d’encodage du signal, puis de décodage et enfin de feedback14. Le hearing glove, inventé par Norbert Wiener à partir des avancées de l’encodage vocal via le Voice-coder (qui deviendra le Vocoder instrument largement utilisé aujourd’hui dans les musiques actuelles), est un outil destiné à convertir le son en sensations. Ce gant « écoutant » permettait à des sourds et malentendants de réguler leur voix par rapport à des sensations tactiles grâce au principe d’apprentissage. Le signal sonore est transformé en stimuli tactiles (des petites impulsions électriques) qui me permettent, au moment où je parle, de ressentir ma propre voix et de l’adapter en fonction. Le gant écoutant « fonctionne sur un principe d’analogie des données » (Mills, 2011), pour paraphraser Mara Mills, qui permet de penser leurs rétroactions, donc le feedback. Comme le montre cette chercheuse, dès sa formalisation scientifique la cybernétique s’est attachée à compenser les handicaps de l’humain : il s’agit d’en augmenter les capacités physiques et intellectuelles, par le biais de prothèses machiniques. Ce paradigme de l’augmentation et de la capacitation perdure dans les humanités numériques dont les outils sont pensés, nous l’avons vu, comme des « prothèses littéraires ». Il est intéressant de noter que ces dernières années, de nombreux chercheurs et ingénieurs se sont réappropriés le principe du hearing glove pour l’adapter aux outils numériques contemporains : le fantasme des prothèses « sur-humaines » semble être une constante de la culture numérique15.

12Le livre comme figure de l’archive, objet fondamental du savoir, ordre du discours qui soutenait l’épistémè moderne ne disparaît certainement pas face à l’apparition de ces archives numériques multimédia. Mais il faut reconnaître que s’il était le medium et paradigme dominant du progrès scientifique moderne, l’environnement phénoménotechnique des sciences actuelles, lui, repose sur d’autres sens et objets paradigmatiques. Dans ces mutations de l’épistémè moderne, c’est l’humain même qui se déplace ou disparaît : l’homme, selon Foucault, n’est « rien de plus qu’une certaine déchirure dans l’ordre des choses, une configuration, en tout cas, dessinée par la disposition nouvelle qu’il a prise récemment dans le savoir. […][Il] n’est « qu’une invention récente, une figure qui n’a pas deux siècles, un simple pli dans notre savoir » (Foucault, 1966, 10). Les humanités numériques seraient-elles synonymes d’un « post-humanisme » ? Ou, plutôt, pour revenir à la métaphore du déplacement, un « trans-humanisme » ? En tout cas, ces déplacements des humanités nous invitent à réexaminer l’objet scientifique « homme ».

13Milad Douehi affirme que ce que l’on appelle le « post-humain » « représente la forme extrême d’une civilisation numérique potentielle qui marquerait l’éclipse de l’ordre ancien et l’essor d’un âge nouveau : si souvent imaginé et décrit par la science-fiction, il paraît aujourd’hui approcher d’une possible concrétisation » (Douehi, 2008, 32). Citant la « terrifiante mort de l’homme » et la « disparition du sujet », l’auteur repositionne les discussions, à partir d’une lecture de L’Ordre du discours, sur la centralité du langage : « au cœur de la composante scientifique et informatique du numérique, nous trouvons la fonction narrative du religieux en sa capacité de fournir des modèles de l’origine et de l’avenir de l’humain, voire du post-humain » (ibid., 34). Ce que Doueihi appelle « religieux » peut aussi être compris comme « mythologique » : c’est à la fois la capacité d’une civilisation à raconter des histoires, à y croire, à organiser le langage autour d’elles. Dès lors, la culture numérique est à examiner comme « un ensemble de pratiques discursives, qui ont leurs propres normes et conventions, qui tendent à fragiliser, à perturber des catégories et valeurs établies » (ibid., 26). Entre La grande conversion numérique, qui affirme l’existence d’une culture numérique et d’un mouvement civilisationnel, et Pour un humanisme numérique naît ce que Marcello Vitali Rosati a appelé « une philosophie du numérique » (Vitali, 2011). L’humanisme numérique est « le résultat d’une convergence entre notre héritage culturel complexe et une technique devenue un lieu de sociabilité sans précédent » (Douehi, 2011, 9). Ce que Rosati nomme « révolution copernicienne » est l’affirmation du « numérique » comme un sujet et non plus un simple objet. Elle nous renvoie à la nécessité d’une philosophie du numérique, au sens « subjectif du génitif : c’est une philosophie qui s’occupe du monde numérique mais, surtout, c’est une philosophie produite par ce monde, par ses concepts, par son imaginaire » (Vitali, 2011, 5). L’humain est donc redéfini par la présence et la pensée de la technique numérique. Lévi-Strauss, explique Doueihi, avait identifié trois humanismes : la Renaissance aristocratique, « ancré dans la redécouverte des textes de l’Antiquité classique ; l’humanisme bourgeois de l’exotisme, associé à la découverte de l’Orient et de l’Extrême Orient ; enfin, l’humanisme démocratique du XXe siècle, celui de l’anthropologue, qui fait appel à la totalité des activités des sociétés humaines » (Douehi, 2008, 35). Contre Foucault, qui invoque la mort de l’homme, Doueihi affirme la naissance d’un nouvel humanisme, basé sur une convergence entre la technique et l’humain, qui est aussi une « conversion ». Ce qu’Heidegger avait critiqué comme un devenir de l’être prend la forme, chez Doueihi, d’une fusion de l’héritage culturel et technique : la technique numérique absorbe l’homme à moins que ce ne soit l’inverse. En tout cas, pour Doueihi, le phénomène induit une « tension entre intériorité et extériorité ». Il s’agit de penser non pas comme chez Heidegger, l’homme comme la simple partie d’une technique totalisante, mais plutôt des phénomènes d’hybridation : « Le numérique représente le triomphe de l’hybridation généralisée aux objets et aux pratiques » (Douehi, 2011, 13). Car l’humanisme numérique est avant tout culturel, langagier, et rien n’est extérieur à la culture ou au langage. Marcelo Vitali souligne un certain radicalisme de cette philosophie du numérique : « parler d’humanisme numérique signifie tenter une philosophie du numérique qui accepte la valeur subjective du génitif, autrement dit le fait que ce n’est pas seulement une pensée autour des nouvelles technologies mais une réflexion dont les catégories sont elles-mêmes produites par le numérique lui-même. En ce sens la pensée de Milad Doueihi est radicale jusqu’à accepter de courir le risque de ne pas pouvoir sortir du monde et de la culture dont il entreprend l’analyse » (Vitali, 2011, 6). La tension qu’on trouve chez Doueihi entre « intérieur et extérieur », finement analysée par Marcelo Vitali se rapproche d’une pensée « différentielle » ou variable (comme l’homme variable de la nouvelle de Philip K. Dick). Elle renvoie à la possibilité de « braconner » (de Certeau, 1980) les systèmes et les disciplines, comme chez Michel de Certeau. Une philosophie du numérique se doit de penser les modalités de ce braconnage en réseau – c’est-à-dire d’en analyser rigoureusement les conditions de possibilités.

14Ces déplacements épistémologiques et paradigmatiques des sciences humaines mettent en exergue un enjeu politique important : celui de penser « une extériorité du numérique » non pas à partir d’une métaphysique mais plutôt d’une éthique. Il s’agit ici d’un enjeu « politique » car il implique de rendre possible une pensée critique du numérique comme de sa « gouvernance ». Les choix politiques technologiques, par exemple celui de « l’open » (open access, open source…), ou bien de la « neutralité » (théorie de la neutralité des réseaux) constituent, nous l’avons vu, une des caractéristiques des humanities computing dès les années 1980. Ils renvoient à une forme « d’émancipation » des sciences humaines de et par la technologie. Pour Alexander Galloway, « l’ordinateur est, en général, une éthique » (2012, 22). Il doit être compris comme une pratique, ou un ensemble d’exécutions, ou encore d’actions en relation au monde. Cela ne signifie pas que l’ordinateur est éthique en soi, mais plutôt qu’il implique des principes généraux pour sa propre existence. Ainsi, la branche de la philosophie qui doit être mobilisée pour penser le numérique est bien l’éthique et la pragmatique (au sens nord-américain), et non pas l’ontologie ou la métaphysique. « En tant qu’éthique, l’ordinateur rend notre manipulation du monde comme la condition de son expression » (ibid., 23), car l’ordinateur est avant tout un dispositif de médiations entre des états, plus qu’un objet. Le numérique doit être analysé à travers ses pratiques et ses effets, que Galloway nomme « l’effet interfaciel ». Surtout, les discours produits à son égard répondent à des attentes éthiques et politiques.

15En répondant à la question posée par Hubert Guillaud sur son blog La Feuille : « À quoi servent les humanités numériques ? », Marin Dacos et Pierre Mounier (Dacos et Mounier, 2012) démontrent l’utilité immédiate de la recherche en humanités digitales. Reprenant l’exemple de l’article d’Antonio Casilli et Paola Tubaro « Why Net Censorship in Times of Political Unrest Results in More Violent Uprisings : A Social Simulation Experiment on the UK Riots » (Casilli et Tubaro, 2011), ils montrent que les humanités digitales peuvent tester à la fois des modèles théoriques et créer des outils de simulation sur ordinateur quasiment en temps réel pour analyser des faits sociétaux. Dans cet exemple, les deux chercheurs ont voulu simuler la mise en application de la proposition de censure des médias sociaux faite par James Cameron suite aux émeutes urbaines, pour en démontrer le caractère erroné. Surtout, cette simulation et sa publication ont été faite de manière relativement « immédiate » sur les réseaux sociaux, prenant de court l’adage qui veut que les sciences humaines et sociales s’inscrivent dans un temps « long ». Les lieux anciens du savoir et la temporalité qui lui est associée se déplacent ; ces mutations traduisent les mutations géopolitiques du monde la recherche à l’ère de la civilisation numérique. Pour définir les « lieux des humanités digitales », Dacos et Mounier expliquent que les équipes universitaires se structurent désormais non plus par rapport à un endroit précis, ou une tradition, mais plutôt par rapport à des corpus spécifiques, mobilisant des institutions et des collectifs différemment d’une organisation disciplinaire. Au-delà des discours d’escorte qui ont accompagné l’émergence de ces « centres » d’humanités numériques concernant l’idéologie numérique du partage libre de l’information, Dacos et Mounier préfèrent parler de soft power des humanités digitales, en tant qu’elles s’inscrivent dans un environnement globalisé pour la recherche, et surtout extrêmement concurrentiel. Citant Patrick Svensson, le directeur du centre d’humanités numériques de l’Université d’Umea, ils évoquent le trading zone, à la fois comme topos et logos : une zone d’échange rendant compte d’un dialogue interdisciplinaire qui naît avec l’utilisation de technologies communes. L’histoire de ces espaces montre qu’ils ont été les lieux des premières manipulations cybernétiques, l’expression désigne un endroit très particulier au cœur du complexe militaro-industriel en constitution aux États-Unis, pendant la seconde guerre mondiale : le « Radiation Laboratory » du MIT » : « Si les humanités sont une « trading zone », alors elles représentent quelque chose de plus que la mobilisation d’outils au sein de pratiques de recherche qui lui préexistent. Elles représentent aussi un mode particulier de structuration de la recherche » (Dacos et Mounier, 2012, 17). C’est sans surprise que l’on appréhende le poids des institutions de recherche nord-américaines dans l’émergence des humanités digitales aujourd’hui. L’Europe, à l’inverse, témoigne d’une « grande diversité de situations » qui en rend difficile la structuration. Toutefois, Dacos et Mounier soulignent que l’Europe semble avoir réussi à mettre en œuvre les recommandations de l’American Council for Learned Societies qui définissent une cyberinfrastructure (elle doit être publique, pérenne, interopérable, encourager la collaboration entre chercheurs et prendre en charge l’expérimentation). Les nombreux projets rappelés par les auteurs en témoignent : Textgrid en Allemagne, Dans aux Pays-bas, et, au niveau européen, Clarin et Dariah. Les topos et logos du numérique renvoient à un maillage « en réseau », qui redéfinit les cartographies, les manières de faire et les objets scientifiques des humanités.

  • 16 http://tcp.hypotheses.org/category/manifeste

16Les déplacements des humanités digitales renvoient autant aux mutations de l’épistémè moderne foucaldienne qu’à la nécessité incessante d’interroger les rapports entre l’humain et la technique. D’ordres phénoménotechniques, heuristiques, et politiques, ces modulations scientifiques réaffirment l’importance de penser une philosophie du numérique à partir d’« humanités délivrées ». Mais s’agit-il d’un « moment épistémologique » qui se prolongerait en raison de la pervasivité des technologies numériques et de l’informatique appliquées aux sciences humaines et sociales, ou d’une véritable mutation des humanités dans leur ensemble ? Doit-on tenir considérer les humanités numériques comme une nouvelle discipline scientifique qui co-existerait au sein d’humanités désignées comme « traditionnelles » ? Ou s’agit-il d’une évolution inéluctable des humanités face au sujet numérique ? L’examen de ces questions a mis en exergue la nécessité d’une critique de la nature des archives numériques comme autant de métamorphoses de l’écriture, du livre et des savoirs. Si les outils numériques développés au service des humanités sont avant tout pensés comme des prothèses littéraires, force est de constater qu’il ne s’agit pas d’une simple colonisation des sciences humaines par la technologie, mais plutôt de mutations des figures du savoir : le livre, l’homme, les connaissances. Ces mutations nous renvoient à une archéologie des savoirs liés à l’enregistrement sonore et audiovisuel : à une culture otologique du numérique. Et surtout, ils nous incitent à considérer le numérique non plus exclusivement comme une technologie qui viendrait « augmenter » des médiations traditionnelles mais bien comme un mode de médiation à part entière. De cette façon, les humanités digitales sont à penser comme autant de pratiques discursives qui « tendent à fragiliser, à perturber des catégories et valeurs établies » (Doueihi, 2011), que comme des lieux scientifiques émergents qui proposent une réorganisation de la production des savoirs et des connaissances. Marin Dacos et Pierre Mounier recommandent d’encourager le développement d’un réseau de centres dédiés aux humanités digitales et exigent, avec le reste des participants enthousiastes du ThatCamp français « l’intégration de la culture numérique dans la définition de la culture générale du XXIe siècle16 ». Il s’agit bien de considérer le sujet numérique comme profondément culturel, langagier, constitué de médiations hybrides, réseau totalisant. Néanmoins, la critique et le « braconnage » de cette discipline scientifique qui est aussi une culture, sont inclus dans son développement même. Et il revient aux humanités digitales d’en analyser rigoureusement les conditions de possibilités.

Bibliographie

Bibliographie

CASILLI Antonio, TUBARO Paola (2011), Why Net Censorship in Times of Political Unrest Results in More Violent Uprisings : A Social Simulation Experiment on the UK Riots, http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1909467 (consulté le 05/11/13).

CHUN Wendy (2005), On software, on the persistence of Visual Knowledge, Grey Room 18, Winter 2004, pp. 26-51, Grey Room, Inc. and Massachusetts Institute of Technology.

COLLECTIF (2011), Manifeste des Digital Humanities, Paris, Thatcamp.

DE CERTEAU Michel (1980), L’invention du quotidien, t. 1, Arts de faire, Paris, Gallimard.

DACOS Marin, MOUNIER Pierre (2012), Read/Write Book 2. Une introduction aux humanités numériques, Marseille, OpenEdition Press.

DOUEIHI Milad (2008), La Grande conversion numérique, Paris, Le Seuil.

DOUEIHI Milad (2011), Pour un humanisme numérique, Paris, Le Seuil.

FOUCAULT Michel (1969), L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard.

FOUCAULT Michel (1968), « Sur l’archéologie des sciences. Réponse au cercle d’épistémologie », Cahiers pour l’analyse, no 9 : Généalogie des sciences, été, pp. 9-40. Correspondance Dits et Écrits, tome I, texte no 59.

FOUCAULT Michel (1966), Les Mots et les choses, une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard.

GALLOWAY Alexander R. (2012), The Interface Effect, Cambridge, Polity Press.

HEIDEGGER Martin (1958), La Question de la Technique, Essais et conférences, Paris, Gallimard.

KECK Frederic (2008), De l’Archéologie des sciences humaines à l’hypothèse du biopouvoir. http://stl.recherche.univ-lille3.fr/archives/archivesset/colloques/KeckFoucault.html (consulté le 07/11/13).

KITTLER Friedrich (1999), Gramophone, Film, Typewriter, Writing Sciences, Stanford University Press.

DAVALLON Jean, DESPRÉS-LONNET Marie, JEANNERET Yves, LE MAREC Joëlle, SOUCHIER Emmanuël (dir.) (2003), Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Éditions de la Bibliothèque Publique d’Information.

MILLS Mara (2011), « On Disability and Cybernetics : Helen Keller, Norbert Wiener, and the Hearing Glove », Differences 22, The Sense of Sound, (Summer-Fall 2011), pp. 74-111.

MOUNIER Pierre (2010), Du Literary and linguistic computing aux Digital Humanities : retour sur 40 ans de relations entre sciences humaines et informatique, http://leo.hypotheses.org/3994, 30 janvier2010 (consulté le 23/12/13).

STERNE Jonathan (2012), MP3, The Meaning of a Format, Durham/London, Duke University Press.

TRICLOT Mathieu (2008), Le Moment cybernétique, la constitution de la notion d’information, Paris, Champ Vallon.

VITALI Marcelo (2011), « Une philosophie du numérique », lecture de Pour un humanisme numérique de Milad Doueihi », Sens public, revue en ligne, http://www.sens-public.org/article.php3?id_article=882&lang=fr (consulté le 18/10/13).

Notes

1 Comme l’ont rappelé Claire Clivaz et Valérie Carayol lors de la journée IHDB de Bordeaux, le choix entre « numérique » et « digital » renvoie à une discussion étymologique. « Digitale », comme la fleur digitalis, mais surtout comme « la grosseur d’un doigt » en latin, pourrait être déjà une manière d’« humaniser » le numérique, et les technologies qu’il désigne. Nous tenons à préciser que nous utiliserons ici indifféremment les deux appellations.

2 Olivier Dessibourg, « Venise, machine temporelle », selon Frédéric Kaplan, professeur en humanités numériques à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, Le Temps, no 4538, samedi 23 février 2013, pages 17-18.

3 http://blogs.mediapart.fr/edition/au-coeur-de-la-recherche/article/150713/humanites-numeriques

4 Pierre Mounier, Marin Dacos, Les humanités numériques : état des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international, Rapport pour l’Institut francais, décembre 2013.

5 « La cybernétique est une discipline qui est issue de développements dans les milieux techniques des télécommunications et de l’informatique. […] L’étude de la cybernétique incite à une forme de réalisme phénoménotechnique. Comme Ian Hacking a pu le dire, à propos des électrons, pourquoi croire qu’il existe quelque chose comme de l’information ? Parce qu’il existe des dispositifs techniques, parce que l’on sait s’en servir, parce que l’on sait la manipuler, parce qu’on dispose au jour le jour d’un répertoire d’opérations banales et standardisées » (Triclot, 2008, 8-9).

6 Voir Michel Foucault (1966). D’après Frédérick Keck, il repère « trois coordonnées constitutives de la configuration des sciences humaines qu’il appelle épistémè moderne, qui remplace l’épistémè classique construite autour du tableau des représentations : la vie, qui jaillit sous le tableau des classifications naturelles, le travail, qui apparaît sous les calculs des valeurs d’échange, et le langage, qui devient un être à part entière dans l’espace ouvert par la grammaire » (Keck).

7 Marin Dacos et Pierre Mounier, Humanités numériques – État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international, Institut Français, 2014, en ligne.

8 Publié en son intégralité sur le blog d’OpenEdition : http://leo.hypotheses.org/3994 (consulté le 18/10/13).

9 La musique assistée sur ordinateur s’est développée dès la fin des années 1960.

10 « La conservation de plus en plus complète de l’écrit, l’instauration d’archives, leur classement, la réorganisation des bibliothèques, l’établissement de catalogues, de répertoires, d’inventaires représentent, à la fin de l’âge classique, plus qu’une sensibilité nouvelle au temps, à son passé, à l’épaisseur de l’histoire, une manière d’introduire dans le langage déjà déposé et dans les traces qu’il a laissées un ordre qui est du même type que celui qu’on établit entre les vivants » (Foucault, 1966, chapitre V, « Classer »).

11 « Les “humanités délivrées”. Cultures parlées, visuelles et écrites, réinventées hors du livre », 1er et 2 octobre 2013, Université de Lausanne. Ce colloque s’est inscrit dans la suite des réflexions initiées en 2011 par le colloque « Lire Demain. Des manuscrits antiques à l’ère digitale ».

12 « Multimedia, through its simulacral multiplicity, arguably dis-or re-places documents (treated as monuments or otherwise) ; yet documents (as non-digitally manufactured textzs) both disappear and proliferate (as heuristic devices) » (Chun, 2004).

13 Voir à cet égard le colloque « Le sujet digital : in-scription, ex-scription, télé-scription », organisé par le Labex Arts H2H de l’Université de Paris 8 du 18 au 21 novembre 2013.

14 D’après Mara Mills, en 1950, lors d’une présentation de la cybernétique à l’Académie des Arts et des Sciences, Wiener affirme que le hearing glove est le premier exemple de feedback et de compression de données.

15 Voir par exemple http://techland.time.com/2012/11/01/best-inventions-of-the-year-2012/slide/enable-talk-gloves/ (consultéle17/10/2014).

16 http://tcp.hypotheses.org/category/manifeste

Notes de fin

1 Consultable sur ce lien http://www.institutfrancais.com/sites/default/files/if_humanitesnumeriques.pdf (consulté le 10/05/2014).

Auteur

Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication (GRIPIC CELSA-Paris Sorbonne) et en Philosophie esthétique (LLCP-Paris 8). Sa thèse, menée sous la direction conjointe de Nicole d’Almeida et de Patrick Vauday, porte sur « L’écoute en ligne. Figures du sujet écoutant et mutations des espaces musicaux sur Internet ». Musicienne, elle s’intéresse à la recommandation musicale en ligne et plus généralement aux médiations numériques de l’écoute musicale dans les nouveaux contextes techniques, esthétiques, industriels et politiques. Elle a été chercheuse invitée à Brown University et à New York University et est aujourd’hui en charge de la prospective et de la coopération numérique à l’Institut français, l’opérateur culturel du ministère des Affaires étrangères.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540