Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

"Les clubs et le rapport au droit : logique d'inspiration et/ou logique de soumission"

La réalité sociale du bénévolat dans l'évolution du sport en France

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Jean-Paul CALLÈDE, sociologue au C.N.R.S., GEMAS & Maison des

Sciences de l'Homme d'Aquitaine, Bordeaux Etudiants Club

1Envisagée sur une centaine d'années, la diffusion sociale des pratiques sportives repose sur deux principes relativement interdépendants : l'associationnisme et le bénévolat. En France, l'association en général et l'association sportive en particulier comptent parmi les objets d'études classiques en sciences sociales. En revanche, les approches concernant le bénévolat — y compris le bénévolat sportif — sont plus rares, souvent biaisées (le bénévolat est réduit à une simple "propriété" de l'association...), lacunaires (l'évaluation "statistique" du bénévolat sportif est une préoccupation toute récente...), critiques (le bénévolat sportif est déprécié en tant que forme d'engagement social non professionnel ; la figure du bénévole est considérée comme un anachronisme culturel à l'heure de l'individualisme sportif...) ou exprimant un point de vue scandalisé (les contraintes administratives fixées par les pouvoirs publics prennent l'ascendant sur les motivations qui sous-tendent l'engagement des bénévoles...) et annonçant parfois la fin imminente du bénévolat...

  • 1 Dan Ferrand-Bechmann, Bénévolat et solidarité, Paris : Syros-Alternatives, 1992.

2"Qui connaît les contours du bénévolat ? En France, le peu de textes sociologiques sur cette question surprend", souligne Dan Ferrand-Bechmann dans un ouvrage fort intéressant : Bénévolat et solidarité1. Ce constat général, relatif au bénévolat, s'applique-t-il au phénomène sportif ? Sans nul doute. Avant les années quatre-vingt, le bénévolat sportif était une sorte d'évidence sociale et, durant de longues années, on l'a peu étudié sous l'angle des sciences de l'homme. D'ailleurs l’usage du substantif lui-même — bénévolat — était rarement utilisé, contrairement à ce que l'on peut observer dans les deux décennies suivantes : quatre-vingt et quatre-vingt-dix. De fait, évoquer précisément la réalité socio-historique du bénévolat — et des bénévoles — dans l'évolution du sport en France n'est pas une tâche aisée. Rendre compte d'une telle évolution, selon les exigences méthodologiques de la sociologie ou de l'histoire, reviendrait à fournir des données chiffrées et des témoignages qualitatifs, échelonnés dans le temps.

3Dans le cadre de la présente Université d'Été, envisager la place historique du bénévolat dans l'évolution du sport en France c'est, modestement :

  • convenir qu'il ne s'agit pas d'une histoire du bénévolat dans le sport. Cette histoire reste à faire et à écrire ;
  • tâcher de montrer le rôle moteur du bénévolat sportif : son incidence et sa portée sociale, éducative, politique, économique.

1 - Modernisation de la société, associationnisme sportif et engagement bénévole

4L'état d'esprit propre à l'associationnisme sportif ainsi qu'à l'engagement volontaire apparaît au milieu du xixe siècle. Il semble déjà clairement défini et appréhendé dans ses potentialités, ouvrant sur la modernisation de la société locale et sur la construction du politique.

  • 2 Du sport et des steeple-chases à Bordeaux, Bordeaux : Imprimerie générale de Mme Crugy, 1858 (20 p (...)

5Nous en voulons pour preuve une brochure anonyme : Du sport et des steeple-chases à Bordeaux, publiée en 18582. Le titre 1, intitulé "Qu'est-ce que le Sport ? - Son but. - Sa constitution. - Ses services.", est étonnamment moderne dans sa formulation. Le Sport est un "plaisir social, celui qui, fuyant une égoïste individualité, tourne au profit de tous" (...) ; "c'est l'ensemble de ces mille actes privés protégés par l'État, mais ne procédant pas de son initiative". Le "sportsman" est, entre autres, "un homme utile" patronnant "avec ardeur cette grande idée moderne de l'association" (cit. p. 3).

  • 3 Cette autre conception, à la fois plus hédoniste et plus individualiste, est définie par Eugène Ch (...)

6Et l'auteur anonyme de conclure ainsi. "Arrivé au terme de cette modeste défense d'intérêts en apparence futiles, mais si sérieusement utiles à tous, nous ne saurions trop rappeler à ceux qui voudront bien jeter les yeux sur ces quelques lignes, que l'homme, quelle que soit sa position dans le monde, a des devoirs à remplir vis-à-vis de la société, et que le Sport peut fournir à un très grand nombre le moyen de s'acquitter de cette dette sacrée." (cit. p. 20). Le message est précis. Il s'agit d'encourager l'engagement des personnes dans cet "espace public" que définit localement le sport, avec comme arrière-plan une conception solidariste et démocratique de la société. La date de publication de la brochure : 1858, est bien la garantie que nous ne procédons pas à quelque "réhabillage" philosophique et rétrospectif de ce que peut représenter le sport à ses débuts, en rapport avec la construction — locale — du politique. La raison du sport, sa raison d'être, est une raison d'intérêt public. À cette époque, le « sport » reste cependant un univers mondain, "réservé", élitiste3. Toutefois, pour certains, il est porteur, potentiellement, d'une modèle de société plus progressiste.

2 - Les ressorts psychologiques du bénévolat sportif

7Les ressorts psychologiques du bénévolat sportif peuvent être définis, au moins pour partie, comme la traduction de motivations personnelles, altruistes et sociales.

  • 4 Pierre Chazaud, Le bénévolat de dévouement. Une conduite de valorisation narcissique et d'innocent (...)
  • 5 Charles K. Warriner, Jone Emery Prather, "From types of voluntary associations", Sociological Inqu (...)

8Les études réalisées dans le domaine des sciences sociales rectifient nettement les idées communes véhiculées sur le bénévolat. Celui-ci est rarement désintéressé. Il s'inscrit souvent dans une logique d'accomplissement individuel, d'intéressement allant quelquefois jusqu'à l'égoïsme et à une sorte d'autosatisfaction. C'est peut-être lorsqu'il tend à se fondre dans le militantisme qu'il est moins intéressé, de ce point de vue, mu alors par le prosélytisme et la volonté de faire triompher une idée, une certaine idéologie. Mais la réalité du bénévolat ne se limite pas à ces aspects. Le statut social du bénévole — et du bénévolat — est nettement valorisé, précise Pierre Chazaud dans son excellente thèse4. Selon l'auteur, le bénévole s'impose comme un citoyen dévoué et utile, disponible et sociable, désintéressé et responsable. Dans son engagement est mise en jeu une conduite d'échanges symboliques qui, en refusant l'argent, valorise le don, le sacrifice. C'est sans doute la sociologie nord-américaine qui a livré très tôt les travaux les plus précis sur les "composantes" du bénévolat. Retenons en particulier les critères caractérisant, selon C.K. Warriner et J.E. Prather5, la conduite bénévole : le plaisir de l'action, la sociabilité et le sentiment de solidarité, la croyance en certaines valeurs, la production de services. Il apparaît clairement que le registre du bénévolat permet d'articuler logique d'accomplissement et logique d'affiliation, réussite personnalisée et dévouement vis-à-vis d'autrui, intérêt individuel et intérêt collectif...

9Rappelons également que la société moderne véhicule des valeurs contradictoires : égalité de principe — entre les personnes — et inégalités de fait, identité sociale acquise par le travail et appauvrissement culturel du travail (voire même privation de travail), conception démocratique de l'éducation et processus d'exclusion, recours à l'État-providence et refus de l'État-providence, etc. En clair, le bénévolat opère souvent dans les « espaces » où s'expriment nettement les contradictions sociales. Deux orientations, complémentaires à bien des égards, se dessinent. D'une part, la réalisation sociale des personnes passe souvent par le bénévolat, d'autre part nombreuses sont les réalisations sociales à l'initiative des bénévoles qui viennent enrichir la vie en société. Dans l’un comme dans l'autre cas, il s'agit d'opérer un réajustement, de supprimer ou de dépasser une incomplétude, une disjonction entre deux "systèmes" de référence.

10Le bénévolat est à la fois une des modalités essentielles de construction des identités individuelles et / ou collectives et la manifestation d'un altruisme constructif pouvant aller jusqu'à l'engagement militant. Il s'exprime et s'exerce dans le cadre associatif, dont il est souvent la "légitimité non lucrative". Le "désintéressement" du bénévolat confère d'ailleurs une indépendance vis-à-vis du pouvoir politique, sans quoi il perdrait la qualité majeure qui le définit intrinsèquement, tout en étant encouragé par les pouvoirs publics.

11En résumé, le bénévolat est le propre d'une société moderne, jugée comme étant largement perfectible dans de nombreux domaines, et il traduit conjointement une expérience sociale de la liberté individuelle. Évidemment, ce besoin de participation accrue, qui ne saurait être dissocié de la question du "temps libre", étudiée par le sociologue Joffre Dumazedier, gagne en intelligibilité à être rapporté aux échelles de stratification sociale. Le fait d'être dirigeant bénévole, simple bénévole, plus ou moins qualifié, dans tel ou tel club sportif, fait apparaître certaines régularités sociologiques qui s'expliquent en fonction des hiérarchisations sociales (catégorie socio-professionnelle, niveau de diplôme, revenus...). Plus globalement, n'y a-t-il pas, tout de même, une spécificité du bénévolat sportif qui tient essentiellement au principe de l'engagement personnel ? Mais c'est aussi ce "désintéressement non lucratif" qui rend difficile à admettre le gain d'efficacité qu'apporte nécessairement la professionnalisation de certaines tâches...

3 - Problèmes de conceptualisation, de méthode et d'accessibilité des sources...

12Apportons quelques éléments de réponse à la dernière interrogation formulée, qui renvoie directement à la caractérisation du bénévolat sportif. Il faut tenir compte de la spécificité sociale du sport pour mieux appréhender le bénévolat qui s'y exprime et s'y épanouit.

13Tout d'abord, le sport n'est pas une lacune sociale, pas plus qu'il ne se développe, d'un point de vue historique, sur un dysfonctionnement social. Le sport est création culturelle (contrairement à la pauvreté, par exemple, qui traduit un vide social, et aux solutions qui sont envisagées dans ce cas pour y remédier). Un club sportif et un des "restos du cœur" n'occupent pas le même espace social bien qu'animés l'un et l'autre par des bénévoles. Globalement, le bénévolat sportif n’a pas une orientation réparatrice et expiatoire. Jadis, tout un bénévolat de charité, féminisé ou non, était en partie la forme matérielle de la "mauvaise conscience". Or, même si l’évergétisme sportif — une pratique de don de l'individu à la collectivité — de certains dirigeants pouvait avoir secrètement une composante réparatrice et expiatoire, même si des militants bénévoles ont combattu et dépensent sans compter leur énergie pour contribuer à une véritable démocratisation de la culture sportive, (programme politique, revendication syndicale...), pareilles attitudes ne sont pas dominantes au sein du monde sportif. L'histoire du sport se donne d'abord à comprendre comme l'émergence, la diffusion progressive et l’affirmation d'une culture novatrice, codifiée et institutionnalisée.

14En France, le bénévolat sportif a pour particularité de s'inscrire dans un cadre d'action largement codifié. Ce cadre au sein duquel s'exerce le bénévolat sportif est relativement stable et stabilisé depuis les années cinquante-cinq - soixante-cinq. Cette situation présente, semble-t-il, à la fois des avantages et des inconvénients.

15Le bénévolat sportif est de type participatif, très rarement de type revendicatif et nullement de type caritatif. En reprenant les types définis par Pierre Chazaud, on peut tout de même nuancer le propos. Disons que la pratique sportive associative s'appuie principalement sur un bénévolat de participation et de gestion, et ponctuellement sur un bénévolat de défense et de revendication. De plus, le retrait de l'État-providence s'accompagne d'une sollicitation des associations par les pouvoirs publics en termes de bénévolat de dévouement et de pénurie.

16Le cadre d'intervention des bénévoles présente des avantages dans la mesure où rôles et statuts des bénévoles y sont clairement identifiables. La logique contribution (ou investissement) — rétribution (ou gratification) est globalement repérable. Le bénévolat apparaît comme une ressource humaine non interchangeable.

17Le cadre prédéfini au sein duquel les bénévoles s'investissent aujourd'hui présente peut-être des inconvénients dans la mesure où les associations sportives et leurs bénévoles doivent céder parfois à l'injonction des pouvoirs publics. Le champ d'action des bénévoles apparaît aussi comme un espace relativement contraint parce que très réglementé. Dans un tel contexte, le bénévole du sport peut difficilement innover...

18En revanche le bénévolat non sportif bouscule le conformisme, il sait se montrer parfois insolent, révolté (à l'image de l'action de Coluche pour la création des "restas du cœur"...) et, dans ce cas, les bénévoles sont des résistants qui prennent le maquis et/ou des novateurs imposant le cadre d'une action sociale spécifique...

19De même, si la passion du pratiquant et celle du bénévole opèrent au sein d'un "espace intermédiaire" de réajustement — psychologique et personnel, social et collectif — c'est aussi dans la tentative de désoudre un compromis existentiel si bien analysé par le philosophe Bernard Jeu lorsque ce dernier expose les caractéristiques, les fonctions et les idéaux de la "contre-société sportive".

  • 6 François Alaphilippe, Eric Bournazel (sous la direction de), Le dirigeant sportif bénévole (actes (...)

20Force est de constater la spécificité du bénévolat sportif : une spécificité qui se retrouve, stabilisée autour de quelques traits caractéristiques, au fil des décennies, et qui est ainsi une part constitutive de son identité. Il n'en reste pas moins évident que la démarche sociohistorique obéit à des exigences méthodologiques plus concrètes, voire même plus prosaïques : rassembler des données chiffrées et des données qualitatives dont la fiabilité est elle-même subordonnée à une opération de clarification du vocabulaire. Sur ce point, renvoyons à la bonne analyse de Bernard Jeu, qui ouvre le colloque : Le dirigeant sportif bénévole, tenu à Limoges en 19836. Le bénévolat recouvre un ensemble de multiples implications possibles dont l'auteur établit "une sorte de catalogue" : bénévolat de représentativité, bénévolat de spécialité, bénévolat ponctuel et spontané, chaque « type » supposant des ressources et/ou des qualités spécifiques... Donner de son argent, donner de son temps, mettre à disposition ses propres compétences ne sont pas des actes comparables même s'ils s'affirment parfois en complémentarité les uns des autres. De même, et la précision a son importance, B. Jeu considère que les termes de "bénévole" et de "dirigeant bénévole" ne sont pas interchangeables. Les dirigeants se définissent par rapport au pouvoir et à la conception de l'action, les simples bénévoles se définissent surtout par rapport à des tâches qui s'inscrivent dans l'application d'un programme d'action prédéfini, à l'échelle d'une organisation (club, section, comité, ligue...). Or, le plus souvent, envisagées du point de vue de ces exigences, les sources historiques disponibles — publiées ou manuscrites, rédigées ou iconographiques — sont muettes ou très lacunaires dans les meilleurs des cas.

21Wladimir Andreff et Jean-François Nys ont proposé une démarche intéressante en essayant de dénombrer les dirigeants sportifs en France (Le dirigeant..., op. cit., p. 18 et suiv.). Leur argumentation est claire. "Rappelons que le comité de direction d'une association régie par la loi de 1901 est souvent composé de six membres au minimum. Une évaluation minimale du nombre des dirigeants bénévoles repose donc sur celle du nombre d'associations sportives" (p. 18). Dès lors qu'on connaît le nombre d'associations et le nombre de licenciés, on peut calculer un taux d'encadrement moyen, ainsi que l'ont fait les deux universitaires pour l'année 1975. Cette méthode permet de "définir" l'univers des dirigeants sportifs. En revanche, elle n'est pas opératoire pour préciser celui des bénévoles non dirigeants, permanents ou occasionnels.

4 - Essai de périodisation (1880-1995)

22En France, les historiens s'accordent à considérer que le sport se structure de façon décisive à partir des années 1880. Autrement dit une étude diachronique portant aujourd'hui sur le bénévolat sportif s'étend sur 120 ans... Et que désigne exactement le « sport » à la fin du xixe siècle ? Ce n'est plus le sport des sportsmen entrevu avec la définition d'Eugène Chapus formulée en 1854. Plusieurs groupements — visant à assurer la promotion des exercices physiques — se sont constitués en France antérieurement à ceux fédérant les sports athlétiques. L'Union des Sociétés de Gymnastique de France (U.S.G.F.) voit le jour en 1873. L'Union Vélocipédique de France (U.V.F.) est constituée en 1880. L'escrime, le rowing (ou sport de l'aviron), parmi d'autres disciplines, possèdent une structuration "fédérale" spécifique. L'Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques (U.S.F.S.A.) est définitivement constituée en janvier 1889. Diverses unions et ligues s'emploient à développer les exercices physiques et sportifs.

23Tous ces modèles de pratiques ne sont pas similaires, y compris examinés sous la perspective du bénévolat, et ils ne recrutent pas dans les mêmes milieux sociaux. Les sports athlétiques prônent l'amateurisme et s’adressent à une jeunesse plutôt aisée. La gymnastique et le tir affichent un objectif d'éducation patriotique auquel l'armée et l'institution scolaire apportent un concours direct. L'escrime possède déjà une encadrement professionnalisé. Les sociétés de joutes et de sauvetage font du dévouement civil un véritable acte de foi... Il faudra plusieurs décennies pour que ces différents modèles marqués par des histoires — c'est-à-dire des formes d'institutionnalisation — spécifiques se fondent au sein d'un même moule, inspiré de l'organisation des sports athlétiques.

24Déjà, à la veille du xxe siècle, le développement des sports, fondé sur l'association des personnes, doit beaucoup, aussi, aux dispositions législatives qui s'assouplissent. À partir de 1901, la fameuse Loi du 1er juillet, autorisant la libre constitution des associations, administrées par des bénévoles, donne une ampleur assez considérable au phénomène sportif et à l'apprentissage — concret — de la démocratie.

Les années 1880-1914 : l'âge héroïque du sport et un bénévolat sans contrainte

25Durant cette période, qui voit la naissance du sport moderne, les modèles institutionnels restent bien individualisés. Si la gymnastique et le tir sont pratiqués au sein de sociétés qui rassemblent un effectif impressionnant de jeunes et comptent bon nombre de bénévoles, ce n'est qu'au cours des années vingt que ces deux disciplines deviendront des sports à part entière. Dans le cadre des sports athlétiques, on passe progressivement d'une pratique auto-encadrée (jusqu'à la fin du xixe siècle), à une ébauche de spécialisation dans les tâches de direction. Peu à peu, deux classes d'âge vont coexister au sein des clubs : les plus jeunes qui pratiquent la compétition, des plus âgés qui dirigent l'association, qui encadrent une section ou une équipe. Vers 1905-1907, on assiste à une première phase de démocratisation des sports. À l'homogénéité sociologique des pratiquants de la première heure vient se surajouter alors une différenciation sociale entre pratiquants et dirigeants bénévoles, cette distinction étant peu marquée pour les autres bénévoles. De même, vers 1910, l'essor des patronages catholiques et de leurs homologues laïques favorise une popularisation du bénévolat. L'Annuaire général des Sports de l’année 1905-1906 permet de dégager un effectif de 4 600 sociétés de sports et d'exercice, sans compter les sociétés de Préparation Militaire, et d'estimer à 28 000 personnes le nombre de dirigeants bénévoles.

La longue phase d'institutionnalisation de la pratique sportive (1920-1975)

26Cette deuxième période, qui ne saurait être détaillée dans les limites de notre communication, est qualifiée de phase d'institutionnalisation compte tenu des efforts conjugués des instances sportives et des pouvoirs publics pour développer la démocratisation de la pratique sportive. Dès la fin de la Première Guerre mondiale, les plus jeunes découvrent les sports et à partir de 1920 ils sont constitués en catégories distinctes. Les clubs sportifs — unisports ou multisports — se multiplient. Certains représentants des classes moyennes accèdent au statut de dirigeant sportif. La pratique des jeunes nécessite un accroissement du nombre de bénévoles tandis que de nouvelles spécialités viennent s'ajouter à la palette des sports déjà bien implantés. En 1930, 26 785 sociétés sportives sont administrées par 160 700 dirigeants bénévoles, mais la part des "bénévoles du terrain" (rôles de technicien, tâches d'encadrement des groupes ou des sections, tâches d'accompagnement...) doit croître de façon significative. La France compte alors un million, un million et demi de pratiquants sportifs. Dans les clubs omnisports de grand rayonnement, certaines sections qui évoluent au plus haut niveau des championnats sont structurées à l'image du club : dirigeants composant un bureau de section et autres bénévoles. Engagements cumulés ou multiplication des agents bénévoles ? On observe les deux phénomènes. Les compétitions disputées par classes d'âge font que les aînés occupent souvent des fonctions de bénévoles vis-à-vis des plus jeunes. La popularisation du sport-spectacle, l'élévation des niveaux de compétitions et des performances, le souci de rentabiliser un savoir faire sportif ou une expérience sportive posent déjà le problème du professionnalisme — opposé à la déontologie de l'amateurisme !

27Examinons la situation en 1950-60. Le nombre des pratiquants sportifs s'accroît nettement avec le babyboom de la Libération, rendant plus évident le sous-équipement sportif du pays. Un peu plus de 2 millions de licenciés sportifs en 1950 (soit 5 % de la population française), 2 millions et demi en 1958 (soit 5,8 % des Français), 2, 7 millions en 1961, répartis au sein de plus de 66 000 clubs animés par 400 000 dirigeants bénévoles, etc. Le suivi médical des jeunes (qui est souvent exercé de façon bénévole par "le médecin du club"...), les relations contractuelles qui se dessinent entre les dirigeants des clubs et les municipalités, la mise en place des offices municipaux du sport sont autant d'éléments parmi d'autres sans doute qui viennent enrichir le registre du bénévolat sportif.

  • 7 Le "système sportif local" constitue un ensemble dont les composantes sont à la fois indépendantes (...)

28A différents échelons, se met en place une "contractualisation sportive". Attardons-nous sur la situation au plan local, par exemple, qui tend à se généraliser au début des années soixante-dix. Pour sa part, la municipalité construit les équipements sportifs, assure leur entretien et elle attribue des subventions aux clubs locaux. En échange, les clubs (en relation avec les instances fédérales) proposent un modèle culturel (compétition, écoles de sport, sections loisirs...) dont l'apprentissage pédagogique et l'animation sont coordonnés par des responsables bénévoles. Il y a ainsi une mise en commun de — quatre — ressources spécifiques mais complémentaires7. Pareille configuration correspond à un modèle de coopération normalisée. L'action sportive locale contribue directement à l'animation sociale d'un « espace public » communal. A cet égard, le prétexte sportif — associatif — marque, à sa façon, une optimisation du politique.

29En 1975, près de 7, 4 millions de licenciés se répartissent dans 105 300 clubs animés par plus de 600 000 dirigeants sportifs (W. Andreff et J.-F. Nys, op. cit.). En 1983, le cap du million de dirigeants sportifs est franchi. C'est considérable et des études socio-économiques, à l'époque, n'hésitent pas à proposer une évaluation en millions de francs de cette dépense d'énergie sociale et culturelle.

30L'agent — le bénévole engagé — retire des satisfactions personnelles, des bénéfices symboliques et sociaux également car les valeurs bénévoles autant que les valeurs sportives ont atteint un certain degré de publicité, de généralisation et de reconnaissance sociale. Pour autant, et au risque de nous répéter, ajoutons que les données chiffrées proposées ne disent rien du bénévolat sportif ordinaire, confidentiel dès lors qu'il ne dépasse pas vraiment le cadre de la section ou de l'équipe ou qu'il prend en charge les plus petits : pupilles, poussins, benjamins, minimes, garçons et filles.

Efficacité et réglementation : les deux mots d'ordre des années quatre-vingt...

  • 8 Pascal Garrigues, "Les Français et le sport", Données sociales, Paris, I.N.S.E.E., 1990, p. 266-26 (...)

31La pratique sportive s'est considérablement massifiée : 10 millions de licenciés en 1981, 12 millions dix ans plus tard. On dispose également de diverses données sociologiques fiables portant sur le bénévolat en général et sur le bénévolat sportif en particulier. L'enquête "Emplois du temps", réalisée par l’I.N.S.E.E. en 1985-86 fournit une indication utile : "un sportif sur deux a pris une adhésion en 1986 et un adhérent sur quatre a des activités de bénévolat", souligne ainsi Pascal Garrigues8. D'autres données chiffrées stipulent que seulement un adhérent sportif sur six exerce des responsabilités associatives... L’engagement bénévole n'est pas sans relation avec les échelles de stratification sociale. Les catégories sociales occupant une position élevée sont plus souvent représentées parmi les responsables bénévoles. Recherche d'une position statutaire avantageuse ou sollicitation venant de l'extérieur, du fait d'une "surface" sociale évidente ? Disponibilité personnelle, compétences reconnues, dérivées du travail professionnel ou apparentées à celui-ci ? Tous ces arguments ont leur poids explicatif. D'une façon générale ne manquons pas de souligner aussi que les femmes sont largement sous-représentées au niveau des postes de dirigeants...

32Désormais, plusieurs logiques se télescopent, non sans dommage parfois pour le bénévolat sportif. Essayons de dégager quelques points, qu'il conviendrait de reprendre dans une étude plus systématique et approfondie.

33La recherche de formation et la reconnaissance d'une qualification sociale — cette demande exprimée par les dirigeants de clubs et les bénévoles — ne trouve pas véritablement satisfaction. Les pouvoirs publics raisonnent en termes de dispositions réglementaires — y compris pour les qualifications — à respecter et à appliquer. Le bénévole qui, jusque-là, se définissait par une "règle de conduite" inhérente à la culture sportive associative, doit se conformer à des contraintes administratives précises. Déjà, en 1960, le Haut-Commissariat à la Jeunesse et aux Sports avait imprimé au sport français un sceau dirigiste. À l'époque, l'Etat, attribuant des fonds importants, en exige de plus en plus le contrôle. Actuellement, il accorde beaucoup moins, indépendamment de la mise en place de la Décentralisation, exige beaucoup des acteurs bénévoles et entend tout contrôler. Tel est le point de vue que partagent bon nombre de bénévoles, dirigeants ou non. Dans ce contexte, la "labélisation" administrative des qualifications et des aptitudes est plutôt mal vécue par certains bénévoles. Mais il est vrai également que bien des stages et autres journées de formation, à l’initiative des C.R.O.S., ligues ou comités, n'atteignent qu'un public très restreint. Faut-il revoir les contenus, les rendre plus attractifs ? Redéfinir les stratégies ? Envisager une "capitalisation" possible des savoirs et des savoir faire, en termes de formation continue et de compétence sociale reconnue, par exemple ?

34La professionnalisation de l'animation et la montée du chômage, qui frappe les jeunes, s'accompagnent de l'émergence d'un discours ambigu remettant en cause le bénévolat, sans distinction de niveaux d'implication et de prises de responsabilité. Or on sait fort bien que les emplois professionnels "recomposés” à partir des heures consacrées à l'activité bénévole sont dans leur quasi-totalité des emplois "théoriques". Concrètement les tâches qui occupent le bénévole ne sauraient être converties en emplois et il n'est pas du tout prouvé, loin s'en faut, que des professionnels fassent mieux que des bénévoles sur certains types d'engagements. Dans ces années quatre-vingt, la critique du bénévolat s'est nourrie également du "mythe" de l'entreprise et des entrepreneurs-nés. Des prophètes, sans la moindre expérience de la vie sportive associative, ont voulu — ou ont déclaré vouloir — « crédibiliser » et « moderniser » le secteur associatif en manifestant l'intention de le traiter selon la prétendue logique de l'économie marchande. Évoquée sous cet angle, on s'en serait douté, la figure du bénévole cristallise tous les défauts : il s'agit d'un idéaliste, engagé dans une sorte de sacerdoce, anachronique dans ses façons de faire, exploité à son insu et sans la moindre capacité d'auto-évaluation, faisant obstacle au changement et à la modernisation du sport...

35Par défiance, au niveau des dirigeants sportifs de fédérations, et par manque d'envergure, au niveau ministériel, la réflexion autour de la professionnalisation de certains postes, dans les clubs, n'a jamais été véritablement posée, mise à plat et examinée dans ses incidences probables, y compris comme facteur d'épanouissement des bénévoles. À un moment précis où la réduction du temps de travail — le "débat sur les trente-cinq heures" — et le thème de l'exercice de la citoyenneté sont à l'ordre du jour, cette réflexion mériterait d'être sérieusement engagée sous la forme d'une concertation élargie. Développer certains postes de salariés dans les clubs ne signifie pas hypothéquer l'espace de médiation sociale couvert par les associations sportives. Tout au contraire. Mais la question des moyens financiers requis reste entière... Toutes ces interrogations sont à replacer dans un cadre de référence plus général et il n'est pas exclu de penser que la prochaine loi d'orientation sur le sport ne précise ces aspects et n’apporte des solutions novatrices.

36Conjointement, en idéalisant quelque peu le sport et sa "vertu" éducative, les pouvoirs publics, les collectivités territoriales ont incité les clubs — et leurs bénévoles — à prendre en charge l'animation des jeunes dans les secteurs défavorisés, dans les îlots sensibles. Ces derniers l'ont fait, le plus souvent avec des résultats positifs ; quelques-uns ont fait semblant, de manière à prétendre aux subventions...

Les années quatre-vingt-dix : un bénévolat sportif sous contrainte ?...

37En une vingtaine d'années, bien des témoignages montrent que des bénévoles ont été désenchantés. À quoi tient ce désenchantement ? Peut-on faire correctement la part de la réalité observable et celle de la dramatisation ? S’agit-il d’une complainte qui doit être interprétée, en définitive, comme un processus de réassurance psychologique ? Les propos nostalgiques sur le dépérissement du bénévolat sont chroniques et, de prime abord, ces discours sont contredits par les chiffres. Actuellement, plus de 13 millions de pratiquants licenciés se répartissent au sein de 170 000 associations sportives (soit plus d’un million de dirigeants bénévoles auxquels s'ajoutent — au minimum — deux autres millions de bénévoles non dirigeants)... Mais il y a sans doute des points sur lesquels les impressions négatives peuvent être justifiées, et le propos argumenté.

  • 9 Voir par exemple l'ouvrage coordonné par Jacques Ion et Michel Peroni, Engagement public et exposi (...)
  • 10 Emmanuelle Crenner (INSEE), "Le milieu associatif de 1983 à 1996", Juris-associations, no 170, 15 (...)

38La période d'institutionnalisation du sport, à laquelle certains bénévoles encore actifs à ce jour ont contribué, peut être considérée comme une sorte d'âge d'or du sport. La relation contractuelle engagée avec la municipalité, la convivialité et la participation au sein du club ne sont pas des illusions rétrospectives, quand bien même "il fallait souvent faire avec les moyens du bord"... Ces acteurs, ces agents se sont engagés dans le bénévolat, — ont été pris par le sport et enrôlés, en quelque sorte — en ayant la conviction qu'ils s'impliquaient dans un vaste projet à construire, à développer... Aujourd'hui, ils peuvent avoir l'impression d'être de simples agents de sous-traitance, les "bons à tout faire" du sport, placés sous surveillance tant l'exigence administrative de conformisation est quelquefois pesante... La bureaucratisation, tant administrative que fédérale, est poussée à l’extrême. La réglementation ministérielle est un fait. Elle peut être perçue comme un ensemble d’obligations contraignantes mais notons qu'elle est aussi conçue comme une garantie — publique — pour protéger l'adhérent ou l'usager, certes, mais également l'association et le bénévole dans l'exercice de leurs fonctions, car la société actuelle est devenue procédurière, avec des personnes (parents ou autres) prêtes à exploiter le moindre incident, le moindre préjudice corporel... La réalité juridique relative à l'exercice du bénévolat est incontournable. C'est trop clair. Pour autant, il devient indispensable de se pencher sur la question. Lorsque l'engagement personnel échappe au cadre prédéfini de l'action, l'individu s'« expose » et doit publiquement et civilement « répondre de sa personne »9. Pareil "dépassement", souvent caractérisé par des critères équivoques et accusateurs, n'est-il pas en train de s'imposer dans les consciences au point d'annihiler bien des intentions novatrices inhérentes à l'action bénévole ? À ce propos, ajoutons que, selon la dernière enquête réalisée par l'INSEE, la participation aux associations sportives montre une légère augmentation. Entre 1983 et 199610, elle passe de 15 à 18 % ; en revanche la proportion de personnes exerçant des resposabilités marque un certain fléchissement, passant de 17 à 16 %.

39De même, les diplômes d'État s'imposent simultanément à l'affaiblissement des mécanismes de formation interne qui avaient occupé jusque-là une place centrale dans le fonctionnement des groupements sportifs. L'école du bénévolat est-elle en train de disparaître ? Faut-il réinventer une éducation populaire et associative qui sera capable d'élaborer ses propres programmes de formation — sportive — et de les faire admettre à la collectivité sociale ?

5 - Etre bénévole sportif aujourd'hui : ou l'étape critique d'un processus ?...

40Proposons une représentation figurée et synthétique du rôle — historique — du bénévolat sportif. Il ne saurait s'agir d’esquisser une théorie générale du bénévolat dans la mesure où volontairement, par souci de concision, certaines dimensions ne sont pas évoquées (le soutien économique aux associations, en particulier). Il s'agit à proprement parler d'une matrice hypothétique.

41Le schéma ci-après peut se lire ainsi. Un premier réfèrent se rapporte à la motivation des bénévoles — positive et valorisante d’un côté (+), négative ou inopérante de l'autre (-) — et il éclaire la totalité du tableau. Les trois autres référents tendent à désigner trois étapes successives du développement sportif marquées par des tendances bien identifiables : une période qui se caractérise par la "contractualisation sportive" traitée plus haut, faible d'abord (-) et structurée efficacement par la suite (+) (années 1965-75), puis une bureaucratisation sportive, faible d'abord (-) et croissante par la suite (+) (années 1975-85), enfin la "désocialisation" de la pratique sportive, marquée par le rejet des formes les plus organisées (-) et par la progression de l'individualisme sportif (+) (années 1985-95). Pour autant, l'engagement associatif et le bénévolat sportif restent deux caractéristiques majeures pour comprendre le phénomène sportif contemporain.

Le bénévolat sportif : évolution des rôles et des statuts (matrice hypothétique)

Le bénévolat sportif : évolution des rôles et des statuts (matrice hypothétique)

Légende
(-) : tendance faible
(+) : tendance forte

42En fonction des référents, il est possible de caractériser quatre modèles de la pratique sportive en club, définis chacun par un rôle spécifique du bénévolat : m.I (engagement volontaire de type associatif), m.II (engagement volontaire institutionnalisé), m.III (professionnalisation de certains postes et bénévolat hiérarchisé), m.IV (non engagement bénévole). Du point de vue des intéressés, à l'étape actuelle du processus d’évolution du sport, la représentation psychologique du bénévolat est probablement moins nette...

43Si ces modèles se succèdent dans le temps, ceci n'exclut pas certains chevauchements. De même, les actions récentes conduites dans divers secteurs relativement défavorisés (par exemple dans les Z.E.P.), avec des engagements volontaires de type associatif — animation, expérimentation, innovation — dans des contextes marqués par une faible diffusion de la pratique, tendent-elles à définir un modèle — m.I bis — qui prendra place, un jour ou l'autre, dans le processus d'évolution présenté...

6 - Quel rapport aujourd'hui entre pratiquants et bénévoles ?

44Indiquons quelques pistes de réflexion. Désormais la culture sportive est multipolaire. On constate l'essor de l’individualisme sportif (qui n'a que faire du bénévolat), celui de l'offre marchande (qui s'appuie sur la compétence des professionnels), celui du sport-spectacle (qui ne relève plus des clubs et de leurs bénévoles), celui des dispositifs "sport-insertion des jeunes", etc. Peut-être assiste-t-on conjointement à un déclin de l'« espace public » de coopération et de concertation.

45L'essor du sport du "deuxième âge", pris entre le sport des jeunes (ou "premier âge") et les activités physiques et sportives des plus âgés (ou "troisième âge") concerne une classe d'âge grâce à laquelle se renouvelaient les engagements bénévoles. Avec l'allongement des carrières sportives personnelles, ces engagements sont probablement moins marqués et moins intenses, ou différés parfois dans le temps de vie.

46De même, le développement d'un comportement consommatoire à l'égard des activités sportives, y compris celles proposées dans les clubs, n'est pas toujours de nature à valoriser le bénévolat. Le sport est principalement caractérisé par un bénévolat de participation, exceptionnellement ou de façon ponctuelle par un bénévolat d'assistance... "Obligatoirement le sport civil associatif s'articule autour de la notion de bénévolat. Sinon il verserait dans le sport d'assistance ou de consommation", précise Bernard Jeu (Le dirigeant bénévole, op. cit., p. 1).

47Notons aussi qu'il existe un bénévolat sportif qui se développe aujourd'hui en dehors des clubs sportifs "classiques", en dehors de leur périmètre habituel de rayonnement : animation-mobilisation dans les "quartiers difficiles", auprès des jeunes en difficultés, des familles menacées par l'exclusion sociale. Ici le bénévolat se renouvelle et invente, dans bien des cas, des formes inédites de participation sportive mais il devient difficile aussi de faire la part entre un bénévolat culturel de participation et un bénévolat d'assistance.

48Ces quelques aspects, qui n'ont rien d’exhaustif, renvoient à la nécessité de procéder à des travaux de recherche approfondis et plus systématiques sur le bénévolat sportif d'aujourd’hui.

7 - Actualiser et généraliser les études portant sur le bénévolat sportif

49Cette investigation, conduite sous l'angle des sciences sociales, apparaît nécessaire dans la mesure où les études d'ensemble font cruellement défaut. Dès lors, les discours habituels s'en tiennent à un plan de généralité qui ne permet pas de proposer une analyse fiable.

  • 11 L'ouvrage publié sous la direction de Bernard Roudet fournit quelques éléments de réponse : Des je (...)

50On doit s'interroger d'abord sur les modes de renouvellement du bénévolat sportif. Le thème du "vieillissement" des bénévoles est souvent invoqué. Ce type d'engagement n'intéresserait pas les jeunes actuels... En fait on connaît fort mal ces aspects qui supposeraient de pouvoir disposer de données socio-démographique détaillées11. La généralisation d'un sport du "deuxième âge”, voire du "troisième âge", ainsi qu'en attestent les grandes enquêtes nationales, soustraient sans doute une part non négligeable de bénévoles potentiels à la prise en charge du sport du "premier âge"... Ce point a déjà été évoqué. Par ailleurs, y a-t-il dans le cadre des clubs un « fossé des générations » ? Les jeunes sont-ils plus sensibles que les aînés à la recherche de gratifications plus immédiates, et à moindre effort d'investissement ? Leur offre-t-on, au sein des clubs, des tâches valorisantes ? L'apprentissage à la vie associative, tel qu'il est encouragé désormais par l'Union Nationale du Sport Scolaire, va-t-il avoir des retombées positives au niveau des clubs civils ? L'association sportive scolaire — l’A. S. — peut-elle être un creuset du bénévolat ?

51Quels sont les rapports entre l'intérêt collectif de l'association et l'intérêt personnel des bénévoles ? Les relations entre bénévoles (dirigeants et non dirigeants) et adhérents ou usagers opèrent-elle sur fond de proximité ou de distance sociale ?

52Quels sont dans le domaine de la pratique sportive associative les niveaux et les modalités d'investissement volontaire ? Comment se définit l'efficacité appréhendée sous cet angle ? En termes de dynamique interne, sans doute y a-t-il des points sur lesquel des améliorations sont possibles : communication, information, formation, valorisation, gratification...

53Notons également que des obstacles et des contraintes opèrent de l'extérieur, ou sont tout au moins perçues comme tels. Les bénévoles se sentent placés dans la quasi-impossibilité d'atteindre des objectifs valorisants et gratifiants dès lors que les obligations administratives, réglementaires, autant de tâches jugées ingrates mais surtout "chronophages", se développent comme autant de priorités "au détriment du terrain et de l'encadrement sportif proprement dit".

54Plus les budgets — publics — du sport sont révisés à la baisse, et plus les procédures deviennent lourdes. L'instruction et le suivi des demandes de subvention prennent du temps et nécessitent des compétences accrues.

55Il y a également les bénévoles victimes d'autres bénévoles... Les exigences d'une fédération, relayées par les ligues et les comités, sont parfois jugées étouffantes. Diverses obligations comme celles de disposer d'arbitres, de former des équipes de jeunes, de s'impliquer dans diverses formations, etc., peuvent être difficiles à remplir. Le fait de ne pas réunir ces critères se traduit par des amendes, des rétrogradations d'équipes, des interdits... De telles mesures ont quelquefois un effet dissuasif et elles ne contribuent pas à mettre en valeur le travail des bénévoles.

56Bien évidemment, il ne s'agit pas de faire un mauvais procès d'intention aux institutions ministérielles de tutelle, aux collectivités territoriales ou aux instances fédérales. Mais on peut simplement comprendre concrètement ce que certains déçus désignent comme "un risque d'infantilisation du bénévolat"... En d'autres termes, au sein des clubs, à une règle culturelle inventée et réinventée "de l'intérieur", se substitue progressivement une règle d’exercice édictée "de l’extérieur" — bureaucratique et administrative — qui peut être interprétée comme un risque de dépersonnalisation du projet de développement sportif auquel contribuent activement les bénévoles.

57Autant de questions qui appelleraient des études et des analyses minutieuses, à la fois quantitatives et qualitatives.

58Décliné selon une grande variété de types et de niveaux d'implication, le bénévolat a tenu un rôle déterminant dans l'évolution du sport en France. Il y a eu des réussites incontestables. Plus récemment, quelques malentendus, des dysfonctionnement sont apparus et, à l'évidence, un certain malaise plane.

59Or la culture sportive, dans son expression française tout au moins, est largement animée (au sens étymologique : anima = l'âme, le souffle) par des bénévoles. C'est peut-être eux qui expriment le mieux, en des termes diversifiés, ce que cette culture sportive représente collectivement de convivialité, de liberté, de solidarité, d'humanisme... Il est nécessaire — et urgent — de réhabiliter le bénévolat sportif, en cette veille du xxie siècle, et de repréciser les conditions requises pour son exercice. En effet, la culture sportive est une chose trop importante pour être laissée uniquement entre les mains des professionnels du sport, des fonctionnaires et des hommes politiques !

Notes

1 Dan Ferrand-Bechmann, Bénévolat et solidarité, Paris : Syros-Alternatives, 1992.

2 Du sport et des steeple-chases à Bordeaux, Bordeaux : Imprimerie générale de Mme Crugy, 1858 (20 pages, sans nom d'auteur).

3 Cette autre conception, à la fois plus hédoniste et plus individualiste, est définie par Eugène Chapus. "Le culte brillant du sport implique la grande et aristocratique existence dans la jouissance paisible et continue de ses prérogatives", souligne l'auteur. Dans ce cas, le sport ne s'inscrit pas dans une sphère "publique" mais "privée". E. Chapus, Le sport à Paris, Paris : librairie Hachette et Cie ("Bibliothèque des chemins de fer"), 1854. Cit. p. 4.

4 Pierre Chazaud, Le bénévolat de dévouement. Une conduite de valorisation narcissique et d'innocentement, thèse de doctorat en psychologie, Université de Lyon 2, 1978.

5 Charles K. Warriner, Jone Emery Prather, "From types of voluntary associations", Sociological Inquiry, 35/2 spring, 1965, p. 138-148.

6 François Alaphilippe, Eric Bournazel (sous la direction de), Le dirigeant sportif bénévole (actes du Colloque de Limoges, mars 1983), Paris : Dalloz, 1984. "Introduction", par Bernard Jeu, p. 1-5.

7 Le "système sportif local" constitue un ensemble dont les composantes sont à la fois indépendantes et interdépendantes les unes par rapport aux autres. Aucun des partenaires en présence ne peut prétendre, à lui seul, réaliser les objectifs et buts fixés. De ce fait, le système sportif oscille, du moins en principe, autour d'une position d'équilibre.

8 Pascal Garrigues, "Les Français et le sport", Données sociales, Paris, I.N.S.E.E., 1990, p. 266-268. Cit. p. 266.

9 Voir par exemple l'ouvrage coordonné par Jacques Ion et Michel Peroni, Engagement public et exposition de la personne, La Tour d'Aigues, Ed. de l'Aube, 1997.

10 Emmanuelle Crenner (INSEE), "Le milieu associatif de 1983 à 1996", Juris-associations, no 170, 15 décembre 1997, p. 27-32. Voir p. 28.

11 L'ouvrage publié sous la direction de Bernard Roudet fournit quelques éléments de réponse : Des jeunes et des associations, Paris : L'Harmattan, 1996 (Coll. "Débats Jeunesses").

Table des illustrations

Titre Le bénévolat sportif : évolution des rôles et des statuts (matrice hypothétique)
Légende Légende(-) : tendance faible(+) : tendance forte
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/13808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 173k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.