Version classiqueVersion mobile

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. "Le club: objectifs affichés et moyens requis. Entre fidélité et transgression

Un long fleuve pas du tout tranquille !

Sylvie Hamez

Texte intégral

Un long fleuve pas du tout tranquille !

Sylvie HAMEZ

1Aujourd'hui, le poids pris à l'échelle sportive par certaines entreprises privées et le poids de l'État "qui, sous prétexte de responsabilité éducative, s'arroge un droit de regard sur les clubs", conduisent à s'interroger sur les garanties dont disposera le club sportif du xxie siècle en matière d'autonomie.

2De plus, ce club du xxie siècle survivra-t-il, tout simplement ? S'il survit, pourra-t-il rester fidèle à ses valeurs et préserver ses structures ? S'il entend rester fidèle à ses valeurs et préserver ses structures, son avenir est-il compromis ? Dans quelle mesure sa remise en cause devient-elle nécessaire ?

3Une telle réflexion s'impose à l’aube d'un nouveau millénaire dont les perspectives sont synonymes de communication et d'élargissement européen.

4Avant d'entrer dans le débat, Jacques Palard, Directeur du Centre de Recherche sur la Vie Locale à l'Université de Bordeaux IV, rendit compte d'une étude réalisée sur les logiques sociales et les stratégies d'acteurs : "Du patronage catholique de Bordeaux aux maisons municipales de quartier". Cet exemple donna du relief au thème de la matinée. Ce qui fut essentiellement retenu c'est le danger d'une "municipalisation" qui pourrait guetter le club sportif.

5L'intervention de Pierre Lambin, Président du CROS Nord/Pas-de-Calais, mit ensuite en exergue deux principes essentiels. D'une part, "les bénévoles sont les gardiens de l’associativité qu'il faut préserver par rapport au sport de consommation.

6D'autre part, les dirigeants sportifs se doivent désormais de raisonner en termes de stratégie."

7En farouche défenseur de l'associativité, Pierre Lambin pense que tout le sport civil doit s'articuler autour de sa notion centrale de bénévolat. Ce dernier ne manqua pas aussi de rappeler que la valorisation de ce bénévolat se situe à 26 milliards de francs environ.

8Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. "L'analyse que défend le mouvement sportif est fondée sur des idées fausses ou des idées reçues. On conçoit la réalité de demain avec les dysfonctionnements du passé ", rétorqua Ernest Gibert, co-Président de l'U.N.C.U. Se voulant provocateur, il enchaîna : "le mouvement sportif a l'impression de diriger alors qu'il subit".

9Le club sportif, "pôle public", constitue plus que jamais une référence dans un système économique où "l'individu ne peut plus développer son capital humain", avança Walfried Konig (Ministerium für Stadtenwicklung und Kultur à Düsseldorf). Ce n'est certes pas un club à vocation mercantile qui peut le lui apporter, encore moins son travail.

10Le club du xxie siècle doit pour cette raison garder ses structures actuelles. Il faudra donc s'attacher à mieux les organiser. Pour y arriver, diminuer le bénévolat devient impératif.

11L'idée de faire appel à d'autres compétences ou au savoir-faire de professionnels commence à faire son chemin. Cette conviction devra guider les dirigeants de demain. Le mouvement ne peut être inversé. Tout au moins limité.

12Pour terminer, ne nous privons pas de cette jolie métaphore utilisée par Michel Lenguin, Président du Bordeaux Etudiants Club, où le club sportif se fait fleuve, et reprise par Jean-Paul Schneider dans une ultime conclusion : "Le fleuve est fidèle à la source et fidèle à la mer. Cela n'a jamais empêché son cours de changer !".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search