Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. "Le club: objectifs affichés et moyens requis. Entre fidélité et transgression

Intervention de Pierre Lambin

Pierre Lambin

Texte intégral

Intervention de Pierre LAMBIN

Président du CROS Nord - Pas-de-Calais

1Devant les dangers que rencontre le sport associatif ou sport fédéral, il est important que le Mouvement Sportif se mobilise afin de définir une prospective énergique et efficiente.

2Le système clubs / fédérations continuera-t-il à piloter le Mouvement Sportif, alors qu'il risque le fractionnement en haut et en bas de la pyramide ?

3L'argent et la rémunération des professionnels (incontournables) feront-ils l'objet d'une transparence contrôlée ?

4L'éthique sportive saura-t-elle dominer le dopage, la violence, la tricherie ?

5L'évolution vers le ludique, le loisir, le tourisme, la nature, le sport familial, mettra-t-elle sous l'éteignoir, l'associatif ?

6La volonté de récupération associative par les municipalités, par le privé commercial, verra-t-elle la disparition du Mouvement Sportif et du système Clubs / Fédérations ?

7C'est la troisième voie associative qui est en cause !

8Il est grand temps de s'en préoccuper !...

9Seule, l'associativité du club, peut lui donner les conditions de sa liberté et de son autonomie.

1 - CONSTAT DE L’EXISTANT

Le mouvement sportif et l'État

10Il est certain que le sport français n'a pas attendu d'avoir le droit d'exister pour apparaître, qu'il a organisé spontanément des compétitions, bien avant que l'État ne lui en délègue le pouvoir et qu'il s’est associé, regroupé, fédéré en un temps où l’histoire n'avait pas encore donné le cadre de la loi de 1901 pour servir de fondement juridique à l'expression sauvage de sa vitalité et de son dynamisme.

11Avec un peu de cordiale raillerie, il est fréquemment constaté qu'aujourd'hui, il ne manque pas de pères adoptifs tout prêts à se faire reconnaître, s'il ne faut pas payer trop cher la pension alimentaire de ces grandes dames que sont les fédérations. L'État, sans scrupules, dans son humour involontaire donne généreusement la permission de créer ce qui existe déjà, s'arroge un droit de regard sous prétexte de responsabilités éducatives qu'il s'est bien gardé d'exercer depuis plus d'un siècle et estime que, versant quelques subventions aux élites, il trouve normal qu’un million trois cent mille bénévoles continuent à travailler à la base, dans la générosité et dans la joie ! (humour pas mort !).

12À la fin du deuxième millénaire, le sport n'a jamais connu un essor aussi spectaculaire et le Mouvement Sportif, parallèlement, n'a jamais été aussi puissant et paradoxalement, il n'a jamais été aussi vulnérable. Vulnérable, parce que le Ministère Jeunesse et Sports voudrait bien "s'offrir" un sport civil qu'il n'a pas créé (et grâce auquel il existe !) alors qu'il le traite parfois de façon paternaliste, sinon hostile...

13Il faut, par ailleurs, signaler la contradiction fondamentale entre la loi de 1901 sur l'associativité et la loi de 1975 sur l'habilitation. L'associativité est basée sur l'autorité montante, d'origine populaire et démocratique, alors que l'habilitation est basée sur l’autorité descendante... de l'État !

14Si le sport est un service public et si l'autorité vient d'en haut, ne faudrait-il pas payer comme fonctionnaires tous les dirigeants. Inversement, si on ne peut les payer, ne faut-il pas alors leur laisser le pouvoir de décision qui correspond à leur représentativité d'élus ?

15Il est important que les pouvoirs sportifs sachent poursuivre leurs objectifs propres, sans s'inféoder ni aux pouvoirs politiques, ni aux pouvoirs économiques.

16En vérité, les différents gouvernements, sous toutes les tendances politiques, n'ont véritablement pas pu (ou voulu ?) prendre en compte le sport français.

Le mouvement sportif et l'économique

17Le développement des associations, quelle que soit leur forme, sport de haut niveau ou de masse, est devenu aujourd’hui un véritable phénomène de société. Les media ont considérablement aidé à accroître spécialement la "consommation" sportive.

18Les conséquences de cette situation sur l'économie sont tellement importantes qu'elles ont des résonances profondes sur la conception même du sport et sur son organisation : le sport joue un rôle déterminant sur la sociabilité des enfants et sur l'équilibre des adultes.

19Son évolution foudroyante justifie une réflexion approfondie de la part de tous ceux qui, de par leurs responsabilités, préparent l’an 2000.

20Toute forme de passivité, en la circonstance, serait lâcheté. On n'a pas le droit de craindre le changement.

21Trois philosophies politiques du droit du sport peuvent être citées :

  • un droit sportif à dominante associative ;
  • un droit sportif à dominante mercantiliste ;
  • un droit sportif à dominante politicienne.

22Or :

  • un sport pur et dur serait ponctuel, spontanéiste, artisanal ;
  • un sport affairiste glisserait vers la création artificielle de l'événement et la réduction du sport à l’exhibition ;
  • un sport politisé serait tributaire de la conjoncture.

23La grande question que le Mouvement Sportif doit être amené à se poser est celle de ses marges d'autonomie. Comment peut-il rester lui-même sans pour autant fuir la réalité qui l'entoure ?

24Cette question est importante, décisive, capitale.

"Le sport civil associatif, construit dans sa grande majorité sur l'amateurisme et le bénévolat, pourra-t-il continuer à être le sport que la population se donne à elle-même ?" (Bernard Jeu)

25Tout dépendra de l'aptitude du Mouvement Sportif à comprendre son identité et à la préserver, tout en tenant compte avec réalisme des évolutions.

Le mouvement sportif et le bénévolat

26Si tous les dirigeants bénévoles abandonnaient leur mission, que deviendrait le sport français ? Qui pourrait le prendre en charge ? Que deviendraient les jeunes ? Le Ministre de la Ville aurait alors bien plus de soucis à se faire ! En fait, les associations sportives ou clubs s'occupent des jeunes depuis plus d'un siècle !

27Il faut savoir faire comprendre aux jeunes notamment, que le club, l'équipe, c'est fabuleux, avec tous les aspects de sociabilité, de fraternité, de convivialité, dont on se souvient ensuite toute la vie et qu'il faut préserver dans la société globale.

28Et c'est ici que toute la pédagogie et psychologie du dirigeant à responsabilités doit se manifester, afin de savoir motiver les uns et les autres autour de lui et de transmettre la passion du club et du sport.

29Et c'est alors, ici, qu'intervient, le mot "Formation"

30Malheureusement, et fréquemment quand ce mot est employé devant un dirigeant déjà en fonction, il a tout d'abord un réflexe de rejet : "il n'a pas le temps"

31Par contre, si vous lui dites adroitement qu'il s'agit plutôt "d'information", ce qui correspond en fait à de la "Formation indirecte", le message passera déjà mieux !

32L'objectif du Mouvement sportif doit être de persuader les dirigeants en place, de se tenir informés dans les domaines pointus que sont, par exemple, les problèmes fiscaux, de l'U.R.S.S.A.F. (qui en ce moment, effectue moult contrôles dans les associations sportives), mais aussi de l'identité du mouvement sportif, de son langage commun, de sa pérennité.

33L'objectif primordial du Mouvement Sportif doit être impérativement d'essayer de disposer de dirigeants de qualité. Il faut que les dirigeants à responsabilités, à tous les niveaux, pensent prospective et ne se contentent pas de gérer le "courant" et les aspects strictement sportifs et technico-techniques de leur sport.

34Ils doivent penser à préparer, informer et former les jeunes qui, demain, prendront les rênes de l'association.

35Le dirigeant en place ne doit pas être un homme-orchestre, il doit devenir plutôt un chef d'orchestre, en sachant déléguer, mais surtout motiver autour de lui. On ne gère pas tout à fait une association comme une entreprise, même si la dimension est quelquefois comparable.

36Il faudrait que les dirigeants apprennent à devenir des administrateurs, mais surtout des responsables capables de dialoguer d'une part, avec des bénévoles qui n'ont pas la même motivation que des collèges d'entreprise (ils n'ont pas été embauchés, ils ont été élus) et, d'autre part, avec des "pros" spécialistes de gestion, de comptabilité, d’informatique, d'animation... Et il ne faut pas oublier, non plus, les relations et contacts avec les sphères d'influences administratives, économiques et politiques, avec qui, il faudra travailler, discuter d'égal à égal, afin de ne pas se faire "récupérer" et de préserver l'autonomie indispensable du Mouvement Sportif.

2 - ÉLÉMENTS DE PROPOSITIONS

37Le bénévole n'a pas toujours le bagage des connaissances techniques, administratives et pédagogiques que réclament l'évolution des techniques, l'augmentation des temps d'entraînement, la complexité des règlements et il n'a pas forcément le temps de les acquérir ni les aptitudes nécessaires. Et puis, en général, les bénévoles sont des responsables disponibles uniquement en dehors des heures normales de travail.

38On est conduit, par conséquent, à penser que c'est le plus normalement du monde que la progression quantitative des effectifs du sport civil et qualitative des techniques et des matériaux oblige à introduire aussi un encadrement professionnel, donc recruté, nommé, stable et géré par des bénévoles élus, instables et non rétribués et ceci tant dans le domaine administratif que technique.

39Cela pose, on s'en doute, un certain nombre de problèmes à la fois théoriques et pratiques. Comment les professionnels et les bénévoles doivent-ils se situer les uns par rapport aux autres ? Qui détient quelle autorité ?

40À la limite, c'est soit un sport libre mais médiocre, soit un sport commercialisé ou fonctionnarisé et c'est seulement entre ces deux limites, si l'on veut en même temps un sport libre mais de qualité, que se pose le délicat problème que nous évoquons.

41En tout état de cause, le Mouvement Sportif doit prouver qu'il sait aussi réfléchir à sa prospective via l'an 2000. Une grande étude doit donc être lancée dans chaque région, si possible en étroit partenariat avec le Conseil Economique et Social Régional (C.E.S.R.) et les étudiants de maîtrise d'Université.

42Les grands volets de cette étude peuvent être :

  • l'implantation actuelle de tous les équipements sportifs, municipaux, du sport civil, privés, scolaires universitaires de la région,
  • l'implantation de la population sportive dans la région par niveaux et par catégories de sport ;
  • les métiers du sport, en collaboration avec la Faculté des Sciences du Sport et de l'E.P.S. et la Direction Régionale Jeunesse et Sports ;
  • l'identité du Mouvement Sportif et de ses dirigeants bénévoles : la formation, l'information, le management motivationnel, l'accès aux responsabilités des jeunes ;
  • le poids économique du sport dans la région ;
  • sport et santé, sport pour tous, sport et insertion sociale et professionnelle, etc...

43Ces résultats de l'analyse de l'existant devraient alors permettre d'élaborer des plans de développement par discipline, par secteur géographique, en étroite relation avec les plans prospectifs des fédérations françaises.

44Il s'agirait surtout de pouvoir déterminer les emplacements des équipements sportifs de l'an 2000, mais aussi, pourquoi pas, la création de grands clubs phares ambitieux (unisport ou multisports) par Communauté Urbaine ou SIVOM, jumelés par accords avec des clubs satellites, en admettant évidemment qu’il ne s'agit pas de faire disparaître les clubs chargés de l'initiation de base.

45Cette orientation du sport n'est pas forcément utopique, lorsque l'on sait que le nombre moyen de licenciés par club en France est de 80 licenciés...

46Comment pourra-t-on, demain, affirmer la crédibilité d'un club de 80 licenciés qui se veut ambitieux, qui veut progresser, auprès des instances politiques et économiques, alors qu'en d'autres pays, on rencontre déjà des entreprises-clubs de 500, 1 000, 2 000, 3 000, 5 000 adhérents.

47Ces entreprises-clubs ont d'ailleurs déjà parfaitement appréhendé la démarche vers le sport pour tous, le troisième âge, la rééducation des accidentés, comme un produit rentable d'auto-financement.

48Ils disposent déjà d'infrastructures sportives regroupées, où il est possible d'accueillir notamment le sport en famille, (dès 13h30 tous les jours de la semaine, le père pratiquant le hand-ball, la mère le tennis, le jeune garçon, le judo et la petite fille, l'initiation à la natation : tous les quatre occupés sur le même site, se retrouvent ensuite au club-house et sont libérés à 16h 30).

49La réorganisation des équipements sportifs et des infrastructures sportives sont les deux points de passage obligés dans le cadre de l'Aménagement du Territoire, afin que le sport de demain continue à vivre et à progresser.

50L'objectif est ensuite d'obliger le Mouvement Sportif à prendre conscience de la nécessité d'établir un plan de développement de ses disciplines (en relation avec les Fédérations), avec le souci de créer une pyramide dans chaque discipline et pourquoi pas, une stratégie d'implantation des équipes de haut niveau à visées nationale et européenne.

51Le sport doit participer à l'aménagement du territoire.

3 - DIFFÉRENTES PISTES À EXPLORER

52Dans le cadre de l'Etude sur l'aménagement du territoire :

  • Mise en œuvre des plans de développements fédéraux à partir de schémas régionaux.
  • Implantations et utilisations plus rationnelles des équipements.
  • Remise en cause des structures clubs.
  • Club phare et clubs satellites (avec échanges de services).
  • Structures intercommunautaires réparties et étudiées en fonction des besoins de la population, du scolaire, de l'universitaire, du sport civil.
  • Regroupements en clubs omnisports à partir d'une réflexion importante sur les équipements sportifs regroupés ou éclatés.
  • Regroupements en clubs unisport (la moyenne du nombre de licenciés par club en France est de 80. On trouve, en Allemagne, des clubs de 500, 1 000, 2 000, 5 000 et même 10 000 adhérents et licenciés !...).
  • Accueil des adhérents du sport pour tous, ou sport loisirs, ludique, hygiénique du "3ème âge" (retraités qui peuvent aussi s'investir !), comme des produits d'autofinancement du club.

53Ré-examen de la licenciation au sein des fédérations :

  • Conforter l'associativité :
    • formation et information des dirigeants bénévoles à responsabilités, élus par l'Assemblée Générale, afin d'obtenir de vrais managers administrateurs (et non plus administratifs) et employeurs de leur "entreprise-club" de demain ;
    • sensibilisation des jeunes de 16 à 25 ans à l'accès aux responsabilités dans le Mouvement Sportif (bénévolat et approche des métiers du sport) ;
    • cooptation des jeunes de 16 ans (voire élection ?) au sein des comités de direction des clubs ;
    • création d'emplois de spécialistes d'accueil, d'animation, de technique (entraîneurs à majorité bénévoles, pour le moment), mais aussi de gestionnaires, administratifs, comptables, secrétaires... ;
    • susciter et sensibiliser au bénévolat spontané (parents de jeunes, jeunes eux-mêmes).
  • Le C.N.O.S.F. et le Mouvement Sportif doivent soutenir et pousser les Ministères de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse et des Sports, dans leur volonté de mettre à l'étude et de déboucher, rapidement, sur un aménagement des horaires plus équilibré, plus efficace et favorisant aussi le sport familial, qui va devenir incontournable au 21ème siècle.
  • Implantations de crèches, bibliothèques, centres médicaux, de remise en forme, relaxation, thalasso, sauna et bien sûr le club-house, centre de vie du club absolument nécessaire à la convivialité au sein de l'associatif.
  • Ouvertures de magasins d'articles de sport gérés par le Mouvement Sportif ; associations (fédérations, ligues, clubs), afin de leur faire bénéficier des produits qu’elles ont créés et ne plus laisser la totalité de ce marché et cette autre possibilité d'autofinancement à des sociétés qui réalisent des chiffres d'affaires effarants et qui se servent du sport sans vraiment lui "renvoyer la balle" dans le domaine du sponsorisme.
  • Formation plus vaste des professeurs d'E.P.S. (il y a 88 fédérations reconnues par le C.N.O.S.F. et plus de 100 par le Ministère de la Jeunesse et des Sports), options C.A.P.E.P.S. à revoir ?
  • Etude des passerelles du sport scolaire (plus axé vers l'éducatif) du sport universitaire (plus axé sur une formation scientifique), via le sport civil.
  • Création d'un lycée sportif par région, voire d'un collège sportif par département ?
  • Evolution du sport de haut niveau (argent et transparence, formation emploi et insertion).
  • Sport féminin à mieux prendre en compte et en charge, dès le plus jeune âge et ensuite dans le cadre du sport familial.
  • Meilleur accueil du sport dans l'entreprise (actions de prospection sur le terrain) au sein du sport corporatif des Fédérations).

"Le club omnisports au seuil de l'An 2000", colloque organisé par le Comité des Clubs Omnisports de la Gironde
Dans les années 80, certains "spécialistes" avaient prédit la "fin" des clubs omnisports et des associations dans des termes et des problématiques faussement objectives, empruntant, de prime abord, à l'histoire, à la sociologie, à l'économie... Désormais, le club, avec ses règles de vie collective et sa logique de participation de d'implication des acteurs, serait remplacé par la formule de l'offre marchande de loisirs, répondant à l’individualisme et à sa logique de consommation sportive...
Les données statistiques infirment la pertinence de ce genre d'"hypothèses". D'une part, les associations, tous domaines confondus, sont en plein essor et s'imposent comme un rouage indispensable de la société contemporaine ; d'autre part, au sein du monde associatif, les taux les plus élevés de renouvellement des adhésions concernent les associations sportives et les clubs omnisports y occupent sûrement le premier rang. Enfin, c'est bien mal connaître les caractéristiques respectives du modèle associatif (avec la qualité de vie sociale qu'il suppose) et du modèle marchand (sans préjuger naturellement de la qualité des prestations offertes) que de placer le second dans le prolongement obligé du premier...
Sans méconnaître le développement des loisirs sportifs que permet cette offre "marchande", en faveur d'une clientèle diversifiée — et solvable, faut-il encore préciser —, le club omnisports, au seuil de l'an 2000, est, reste et s'affirme comme une pièce maîtresse pour l'enrichissement du cadre de vie quotidien et la pratique des sports.
Extrait de la présentation, par le président René Bex : FFCO INFOS, no 39, janvier 1997, p. 5.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540