Version classiqueVersion mobile

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. "Le club: objectifs affichés et moyens requis. Entre fidélité et transgression

Gestion politico-sportive d'un héritage religieux

Des Patronages catholiques de Bordeaux aux Maisons municipales de quartier : logiques sociales et stratégies d'acteurs

Jacques Palard

Texte intégral

Jacques PALARD

Directeur de recherche au CNRS

CERVL - Pouvoir, Action publique, Territoire

Institut d'Etudes Politiques de Bordeaux

11 - Les patronages catholiques

2À l'instar de toute organisation sociale, les associations n'apparaissent pas par génération spontanée. Forme d'expression d'intérêts et de représentations sociales spécifiques, elles matérialisent, sur un mode éventuellement conflictuel, l'état des rapports de forces sociales et des relations inter-institutionnelles dans un contexte territorial — local ou national — donné. Leur création, leur développement et leur transformation répondent à des logiques sociales qui échappent le plus souvent à la claire conscience de leurs dirigeants. Dans des conjonctures socialement et politiquement propices, ceux-ci peuvent toutefois inscrire leurs projets et leurs actions selon une stratégie qui s'avère efficiente. L'évolution des patronages catholiques, considérés tant au plan local qu'au plan national, n'échappe pas à cette considération générale.

  • 1 Pour une présentation approfondie de l'évolution des patronages catholiques, cf. Jean-Pierre Augus (...)

3Les fonctions exercées par les patronages catholiques, singulièrement les patronages paroissiaux, de la fin du xixe siècle au début des années 1960 et l'évolution qui a généralement été la leur en France depuis lors peuvent être présentées selon trois grandes périodes1 :

  • l'emprise de courants idéologiques antagoniques, longtemps marqués par le cléricalisme et l'anticléricalisme, depuis la fin du xixe siècle jusqu'à l'entre-deux guerres ; l'essor des patronages catholiques s'inscrit en effet dans le contexte de la lutte entre l'Eglise et l'Etat républicain ;
  • la crise des structures religieuses territorialisées (et donc des patronages, qui en sont une des traductions organisationnelles), crise corrélative de la nouvelle orientation pastorale de l'institution catholique qui se développe dans la double mouvance de l'Action catholique spécialisée (dont les premiers mouvements de jeunes apparaissent à la fin des années 1920 mais dont le véritable essor sera ultérieur) et du Concile de Vatican II (1962-65) ;
  • le récent réaménagement, au niveau local, des relations entre, d'une part, des acteurs ou des groupes d'acteurs religieux issus des patronages et, d'autre part, les pouvoirs publics, sur la base d'alliances permettant la mise en commun de ressources complémentaires d'ordre immobilier2, organisationnel et financier.

42 - La situation bordelaise est exemplaire de chacune des trois phases de ce processus

  • 3 Cf. Jean-Pierre Augustin, "Les patronages, la socialisation politique et le mouvement sportif. L'e (...)

5• Comme ailleurs, les patronages bordelais qui se sont créés à la fin du siècle dernier ou au début de ce siècle dans le cadre des paroisses — considérées alors comme les véritables cellules de base et la matrice de l'institution religieuse — avaient vocation à pallier les effets jugés néfastes de la laïcisation de l'enseignement public et des institutions politiques et, ce faisant, à constituer ce que l'on pourrait appeler un "appareil idéologique d'Église" ordonné à la socialisation religieuse des enfants et des jeunes dans le cadre d'activités sportives et de loisirs3.

  • 4 La brochure que publie l'Union Saint-Bruno pour son soixante-quinzième anniversaire, en 1982, soul (...)

6• La crise des patronages paroissiaux, qui s'amorce et s'accentue rapidement au cours des années 1960 et 1970, est liée à plusieurs facteurs, très largement extra-locaux : d'abord, la perte d'emprise de l'Eglise catholique, dont les sondages de pratique religieuse et le nombre des ordinations sacerdotales fournissent des indicateurs quantitatifs significatifs et lourds de conséquences durables ; en second lieu, la désaffection du jeune clergé, majoritairement formé à L'''école" de l'action catholique, à l'égard d’activités jugées traditionnelles ou dites de "suppléance" qu’il revenait "normalement" aux pouvoirs publics de prendre désormais en charge4 ; enfin, le développement de la concurrence dans ce champ d’activités en raison précisément du rôle croissant joué par des services municipaux qui se sont alors trouvés dotés de moyens humains et financiers sans commune comparaison avec ceux dont les paroisses étaient en mesure de mettre en œuvre.

7• La négociation qui s'établit à compter du milieu des années 1970 entre, d’une part, les représentants de quelques patronages encore actifs (la plupart compte des équipes de sports collectifs — principalement le basket-ball et le volley-ball — qui évoluent au niveau national) mais exsangues et, d’autre part, la municipalité dirigée par Jacques Chaban-Delmas prend à Bordeaux un tour singulier dont quelques rares villes (Grenoble, notamment) offrent une traduction analogue mais conduite sur un mode moins volontariste et moins systématique. Deux ordres de facteurs permettent de rendre compte de cette singularité :

  • 5 Mgr Maziers, également président de la Commission épiscopale du Monde ouvrier, succède alors au Ca (...)
  • 6 Jean-Pierre Augustin, Espace social et loisirs organisés des jeunes. L'exemple de la commune de Bo (...)

- En tout premier lieu, les caractéristiques de la scène politique bordelaise. Dans l’étude qu’il a consacrée, au début des années 1970, au système chabaniste, Jacques Lagroye a clairement mis en évidence les relations structurelles qui se sont nouées entre les dirigeants municipaux, à commencer par le premier magistrat, maire de Bordeaux de 1947 à 1995, et les "notables" catholiques, quand bien même le changement d’archevêque en 19685 viendra quelque peu perturber l’ordonnancement et l’harmonie des rapports initialement établis entre les responsables politiques et la hiérarchie religieuse. Ainsi, Jacques Chaban-Delmas a constamment confié les affaires sociales à un élu — une élue à compter de 1971 — connu pour son appartenance au milieu catholique. Si l’on peut logiquement estimer que les intérêts électoraux ne sont pas étrangers à la constitution d'un tel domaine ainsi confessionnellement réservé, on ne doit pas pour autant négliger les ressources de caractère organisationnel, ressources associatives en particulier, susceptibles d’être mobilisées dans la mise en œuvre de la politique sociale municipale. Au moment où va s'engager la négociation avec des responsables de patronages, un tel argument ne pouvait manquer de revêtir quelque force s’agissant d'une équipe municipale attachée à combiner, sur le plan des modes opératoires, le "faire" et le "faire faire", ainsi que le montrent par exemple les formes qu'a prises au fil des ans la gestion de l'action en faveur des personnes âgées. Or, l'évaluation critique à laquelle est soumise la politique municipale des foyers de jeunes adoptée au début des années 1960 souligne le caractère trop exclusivement municipal de cette action et, de ce fait, la trop faible connection avec l'environnement social à laquelle elle a donné lieu en matière d'équipement, équipement qui, de ce fait, ne peut faire figure d'élément d'animation de l'ensemble du territoire infracommunal : "(Le foyer de jeunes) se transforme en lieu de rencontre ou "lien d'ancrage" pour des individus ou des groupes affinitaires, et ne peut jouer ce rôle de structuration du quartier. On doit se demander s'il ne faut pas imaginer une action socio-culturelle différente dans les quartiers, en diversifiant les initiatives et en favorisant la création de structures de coordination. C’est d'ailleurs face à ces difficultés que se sont développées d'autres actions socio-culturelles6 ". On aura noté au passage l'émergence de la notion de quartier, et donc de la dimension territoriale ; cette notion s'inscrira désormais parmi les référents permettant d'évaluer les modalités et les effets de toute politique publique locale dans le champ de l'animation.

  • 7 Jacques Lagroye fait observer qu'au cours des années 1960 "l'évolution des idées disqualifie parti (...)
  • 8 Dans la plaquette publiée à l'occasion de l'inauguration des locaux de l'Union Saint-Jean, devenue (...)
  • 9 L'article paroissial publié dans le numéro du bulletin des JSA d'avril 1991 exprime implicitement (...)

- À l’inverse, au cours de la décennie précédente, le changement de stratégie de l'Eglise diocésaine et d'une large partie du clergé paroissial s'était traduite tendanciellement par le passage d’un mode d'organisation territorial (par désaffection des structures paroissiales) à un mode d'organisation sectoriel (dont l'Action catholique spécialisée a constitué, on l'a vu, le modèle et l'inspiratrice)7. Ce changement a pour effet de laisser le champ libre à des acteurs religieux qui exercent des responsabilités au sein de patronages paroissiaux sans véritable appui institutionnel et qui sont dès lors confrontés à un délicat dilemme : soit se conformer à la pratique pastorale dominante de l'Eglise mais, par voie de conséquence, considérer les instances d'animation socio-religieuse dans lesquelles ils sont engagés comme archaïques et obsolètes et, au total, trop peu efficientes en matière d'action religieuse ; soit refuser de partager un tel diagnostic mais rechercher dorénavant reconnaissance et soutien ailleurs qu'au sein de la seule institution religieuse8. C'est cette seconde tendance qui l'emportera ; elle ne sera ni formellement désavouée ni clairement appuyée par les responsables diocésains, qui y verront au mieux un mode de mobilisation de fonds publics au profit d'activités dont ils n'entendent pas brader aussi facilement le label religieux, aussi artificiel soit-il progressivement devenu9. Cette orientation sera principalement conduite par Jean-Louis David, secrétaire général du patronage des Jeunes de Saint-Augustin, par négociation directe avec Jacques Chaban-Delmas, qui le fera d'ailleurs entrer dans son équipe municipale lors du scrutin de 1989.

  • 10 Sud-Ouest, 4 février 1993.

On doit ici remarquer que cette orientation sera critiquée par les dirigeants locaux ou départementaux des patronages, qui entendent demeurer fidèles non seulement à la vocation religieuse première de leurs organisations, loin de toute inféodation à des instances politiques, quelles qu’elles soient, mais aussi à leur tradition d'indépendance associative. On trouve trace de cette critique, alors évoquée dans le simple but de souligner le caractère infondé de ses prémisses et de ses conclusions, dans l'article du quotidien régional Sud-Ouest qui présente le bilan des dix premières années du statut de maison de quartier des JSA : "Quoi ! Disaient les sceptiques, le patronage et ses valeureuses sections sportives (basket, volley, judo-arts martiaux et natation) allaient donc passer sous les fourches caudines de la municipalité ? Ceci au prétexte de nouveaux subsides qui permettraient sans doute (nul ne le contestait certes) d’accueillir quelques dizaines de jeunes de plus, peut-être même de nouvelles activités. Mais le jeu du meilleur confort valait-il la chandelle d'une moindre autonomie ? D’où cette ultime question qui s'adressait, elle, aux consciences : "Les JSA n'allaient-ils pas dans l'affaire perdre leur âme ?"10

  • 11 La Fédération sportive et culturelle de France a succédé en 1985 à la Fédération gymnastique et sp (...)
  • 12 Dans le rapport qu'elle réalise à l'intention du Conseil presbytéral du diocèse de Bordeaux en 198 (...)

Ces réserves trouvent un écho, en 1989, dans une note de l'Union départementale qui fédère les patronages catholiques de la Gironde et qui est elle-même membre de la Fédération sportive et culturelle de France (FSCF)11. Après avoir rappelé que dans l'esprit de ses statuts la FSCF "a pour objet de favoriser l'éducation dans les loisirs selon une vision chrétienne de l’homme et du monde en cohérence avec l'évangile", cette note insiste sur le contraste qui s'inscrit entre la richesse en effectifs et en valeurs humaines des patronages et la quasi-absence de l'annonce explicite de Jésus-Christ : "rares sont ceux qui proposent pèlerinage, récollection, célébration de l'Eucharistie, réflexion de foi". In fine, le texte s'interroge sur la portée et les effets de la signature de conventions qui transforment "quelques patronages bordelais" en maisons de quartier : "Cette orientation ne risque-t-elle pas d'aliéner leur liberté, de leur faire perdre leur spécificité et leur mission d'éducation chrétienne, de remplacer progressivement les animateurs bénévoles par des professionnels rétribués, de leur donner une coloration politique ?12

  • 13 Cf. Jean-Pierre Augustin, "Les patronages catholiques dans l'espace français de 1914 à 1985", in G (...)

8Considérés séparément, les éléments du système politico-religieux bordelais ne paraissent pas avoir fondamentalement changé ; en revanche, se modifie de façon profonde la configuration de leurs interrelations, consécutives aux négociations qui se sont entre temps engagées entre les responsables municipaux et une fraction sans doute marginale mais demeurée active du milieu catholique. Ces négociations s'opèrent sur le mode d'une articulation du caractère religieux d'anciens patronages paroissiaux avec l'entrée en jeu de la municipalité, au double plan des équipements et de la professionnalisation de l'encadrement d'animation. Les nouvelles structures illustrent le type d'alliance objective qui a pu s'établir entre une organisation religieuse en situation de perte d'emprise mais riche encore d'un capital immobilier et, surtout, social et humain13 et une institution municipale qui cherche à décentraliser — à déléguer ? — à l'échelle du quartier, dans des structures qui ont naguère fait leur preuve, la gestion des rapports sociaux locaux.

93 - Cette incorporation des patronages comme composante originale du système d'action politique bordelais s'opère sur la base d'une appréciation positive de quatre atouts majeurs, qui induisent une transformation du mode d'intervention de la municipalité dans la gestion du sport collectif de haut niveau et, plus largement, participent de l'élaboration d'une conception nouvelle de l'organisation territoriale des rapports entre instance politique et société locale :

  • les patronages ont depuis longtemps fait leur preuve : les Coqs rouges, seul grand patronage à refuser de s'inscrire dans le mouvement de constitution des maisons de quartiers, datent de la fin du xixe siècle tandis que la plupart des autres patronages sont apparus au cours des années qui ont précédé la Première Guerre mondiale. Cette longévité vaut en elle-même brevet d'excellence ; elle tient au maintien d'un bénévolat de haut niveau et à la mobilisation opérée, dans ce cadre associatif, non seulement auprès de ceux qui y pratiquent une activité mais aussi auprès des dirigeants, notamment des membres des conseils d'administration et des responsables de section, qui ont parfois constitué, au cours des générations, de véritables dynasties familiales14. En d'autres termes, et au seul vu de cette relative pérennisation, à la régie directe peut ici légitimement se substituer une large délégation de gestion15, modalité tout à la fois d'économie des deniers publics, d'investissement personnel des responsables et d'efficacité politique. D'une certaine façon, la morale catholique est ici mise au service de la gestion municipale ; on peut avancer l'idée selon laquelle la "modernisation" des patronages, en termes d'équipement et d'encadrement, ne présente pas de meilleure gage de réussite que le caractère " traditionnel " du système de valeurs porté par leurs dirigeants, appelés de ce fait à demeurer en place.
  • Les patronages représentent des partenaires de premier plan dans le domaine sportif, champ d'action où la municipalité bordelaise entend précisément conforter sa position. Jean-Pierre Augustin note qu'"en 1973-74, trois patronages se placent parmi les sept grands clubs de football de la ville de Bordeaux. Le plus important, celui des Coqs rouges, regroupe 449 licenciés à la Fédération française de football. Il est suivi par l'Avant-Garde-Jeanne-d'Arc (AGJA), implanté à Caudéranl16, qui compte 285 licenciés, et par Chantecler, qui en compte 171. Au total, 1 142 jeunes appartenant aux "patros" sont licenciés à la Fédération de football où ils représentent 35 % des licenciés de Bordeaux. Leur représentation est encore plus forte en basket-ball puisqu'ils regroupent 56,3 % des licenciés bordelais. Le patronage des Jeunes de Saint-Augustin, avec 206 licenciés, est le plus important dans cette discipline”17. Toutefois, faute de moyens, ces activités sont menacées d'asphyxie à court terme. L'intervention auprès de la ville de Bordeaux trouve évidemment là son fondement : grâce à quelques investissements immobiliers et à des crédits de fonctionnement, principalement ordonnés à l'animation et à la gestion administrative, la municipalité peut acquérir à bon compte une position de force et, surtout, compléter son dispositif dans le domaine des loisirs des jeunes. Il est permis de penser que le maire de Bordeaux ne répugne nullement à s'engager dans une voie qui le constitue en légataire, en soutien voire en caution d'un secteur de l'action religieuse qui a naguère représenté un véritable fleuron de l'organisation diocésaine (en tant qu'école de formation et, de ce fait, vivier de militants) et qui, revirement de l’histoire, s'était en partie constitué, à l'origine, par opposition aux dispositions laïcistes de l'administration municipale...
  • Au-delà des prestations de service proprement dites (activités sportives, formations culturelles...), et en raison même de leur savoir faire et de l'ancrage territorial de leurs dirigeants, les patronages peuvent constituer à terme des opérateurs majeurs d'une coordination interinstitutionnelle au sein de l'ensemble du quartier où ils sont implantés. Ce qui est en jeu ici, ce n'est plus seulement l'organisation d'un secteur d'activités particulier, mais bien celle d'un territoire infra-municipal. La capacité à produire du lien social dont ont fait preuve les patronages doit pouvoir se transposer sur le plan des rapports entre les organisations sociales du quartier : comités de défense, associations de commerçants, paroisse, établissements scolaires tant publics que privés, associations diverses... Le patronage catholique d'hier a ainsi vocation à devenir la plaque tournante des forces vives locales, leur instance privilégiée d'expression et d'organisation. Dès lors, expérimenté avec succès à l'échelle d'un quartier, le modèle ne pourrait-il pas se développer à celle de la ville ?... Les propos que tient ou qu'inspire Jean-Louis David en octobre 1989 à l'occasion de l'inauguration de la maison de quartier formée sur la base du patronage de l'Union Saint-Jean — implanté dans un quartier à dominante populaire proche de la gare — sont à cet égard exempts de toute ambiguïté : "Aujourd'hui, il semble bien que l'expérience démarrée en 1983 avec Saint-Augustin commence à porter ses fruits. De 1 500 adhérents, on est passé à 5 000. Rappelons l’objectif de l'opération : donner à des associations qui ont un vécu les moyens de jouer pleinement leur rôle de maison de quartier. De façon à ce que la population puisse y trouver une réponse à sa demande. Le succès de Saint-Augustin montre, en dépassant toute espérance, qu'il y avait réellement un besoin. Mais il reste un vieux rêve à réaliser : en prenant une carte de Bordeaux, on se rend compte qu'en conjuguant les efforts des maisons de quartiers et des centres d'animation, on pourrait quadriller la ville."18
  • Un dernier élément, qui a trait aux rapports entre base sociale et action municipale, peut revêtir pour la municipalité un intérêt majeur : l'implantation de la plupart des grands patronages bordelais dans des "quartiers bourgeois ou intermédiaires bourgeois", selon l'expression de Jean-Pierre Augustin19. L'équipe au pouvoir à la mairie peut y voir les conditions permettant d'imposer en douceur, au travers précisément d'une opération de quadrillage de la ville de Bordeaux par les maisons de quartier, un modèle culturel porteur de pratiques sociales politiquement plus attestatrices que contestatrices. Le bilan critique des foyers de jeunes constitue ici, à n'en pas douter, un contre-exemple riche d'expérience... Dans cette perspective, Jean-Pierre Augustin propose d'analyser la place des organisations de jeunesse catholique sur la base de l'hypothèse suivante : "Dans les milieux où dominent les valeurs bourgeoises, la vision du monde, la vision morale, les schémas idéologiques et politiques sont ceux d’une société stable. La population qui se sait dominante sur différents niveaux : économique, socio-culturel et politique, va vouloir sauvegarder ses valeurs. Dans les choix politiques, il s'agit de maintenir l'autorité qui a le pouvoir, et l'entrée des jeunes dans la vie se fait surtout par intégration à la vie sociale de son milieu. Dans les organisations de loisir, il faut maintenir pour la jeunesse des institutions qui, par leur style et le langage, reproduisent les structures de pensées. Dans ces quartiers, les patronages et les troupes scoutes peuvent en partie jouer ce rôle. Lorsque les prêtres refusent d'encadrer directement ces organisations jeunes, le milieu est assez organisé pour prolonger "l'œuvre" sans la légitimation religieuse et la présence effective d'un prêtre"20. C'est peut-être précisément, et a contrario, la "présence effective d'un prêtre" à la tête des Coqs-Rouges qui, pour une large part, explique le refus délibéré de ce patronage, le premier en date, on l'a vu, de la ville de Bordeaux, de s'inscrire dans le projet municipal de quadrillage territorial par les maisons de quartier.
  • 21 En mars 1987, à l'occasion d'un colloque organisé à Paris par un Groupement de recherches coordonn (...)
  • 22 L"'étude sur une maison de quartier à Saint-Bruno", réalisée par les dirigeants du patronage en 19 (...)
  • 23 La délibération du Conseil municipal de Bordeaux du 12 octobre 1987 permet de constater, à l'excep (...)

10Il convient d'indiquer à ce stade de l'analyse que dans plusieurs des patronages concernés la transformation en maison de quartier ne fait somme toute qu'amplifier et conforter un effort de développement — et parfois une véritable mutation — déjà largement amorcé par les responsables locaux des associations para-paroissiales concernées. L'Union Saint-Bruno illustre parfaitement les effets de la mobilisation des dirigeants, qui, avec le soutien du curé de la paroisse, directeur en titre du patronage, entreprennent au cours des années 1970 une action de modernisation immobilière et organisationnelle de grande ampleur ; cette action, qui s'opère déjà, il est vrai, avec l'aide de la municipalité bordelaise, prend la forme notamment du lancement de nouvelles activités : le patronage passe de 3 sections et de 120 adhérents en 1973 à 25 sections et à 2 000 adhérents en 1981. L'analyse de cette transformation qu'Yves Bime présente quelques années plus tard21, à l'appui d'une demande de reconnaissance par la ville de Bordeaux de l'Union Saint-Bruno comme maison de quartier, est intéressante à considérer en raison de la double fonction de l'auteur : secrétaire général de l'Union Saint-Bruno (dont il est membre depuis 1945) et... directeur du Service municipal de la Jeunesse et des Sports, fonction dont il n'est d'ailleurs nulle part fait mention dans l'article. Rendant compte de la démarche de "renouveau" engagée par son patronage au cours de la décennie précédente, Y. Bime en développe les diverses composantes : la rénovation des locaux (aidée par la municipalité, qui assure notamment le remboursement d'annuités d'emprunt auquel elle avait simplement, à l'origine, apporté sa garantie), l'ouverture sur le quartier par l'accueil bienveillant des initiatives et le net élargissement du Conseil d'administration, la création d'un poste de directeur administratif (financé par la ville de Bordeaux) et d'un secrétariat permanent, l'information externe et, condition d'une véritable coordination, le renforcement de la vie associative interne et le lancement d'actions inter-sections : "C'est à notre sens, écrit Y. Bime, le désir de maintenir les traditions — même si c'est beaucoup plus difficile avec 31 sections qu'avec 3 ou 4 — qui permet aux patronages de conserver leur identité et leur pouvoir d'attraction par rapport à des clubs qui ne disposent pas de locaux adaptés et qui ne sont en fait qu'une juxtaposition de sections hétéroclites". Demeure cependant la difficulté de se plier à une double contrainte : le nécessaire équilibre de la gestion financière et le maintien d'un niveau de cotisations qui ne soit pas dissuasif à l'égard des moins favorisés. Y. Bime voit finalement dans la "volonté municipale de créer des maisons de quartier" la solution permettant d'apporter satisfaction à l'ensemble des parties en présence : "Il s'agit, pour la mairie, de passer une convention avec des associations dynamiques possédant des locaux qu'elles entretiennent avec difficultés, ayant pour but de les aider à maintenir leur patrimoine immobilier, à le conforter le cas échéant et à prendre en charge des frais de personnel. Ainsi, chaque contractant fait une bonne opération : les Pouvoirs publics, en aidant à maintenir et développer ce qui existe, les associations en recevant une aide non négligeable. En contrepartie, ces dernières s'engagent à ouvrir davantage locaux et activités sur l'extérieur. (...) La ville de Bordeaux connaît le rôle social des patronages, qui sont souvent les seuls à posséder un patrimoine immobilier. Notre plus grand espoir d'étendre notre action vers la masse est de recevoir une aide supplémentaire pour baisser nos coûts de revient. Nous avons d'ailleurs souvent démontré que le coût d'une animation sportive, culturelle ou de loisir par l'intermédiaire d'une association était deux fois plus faible que lorsqu’elle dépendait directement des Pouvoirs publics22. (...) Alors, l'alternative est simple. Ou nous maintenons à grand-peine ce que nous sommes devenus et sous peu, avec la raréfaction du bénévolat et la dégradation de nos biens, nous reprendrons la courbe descendante, ou bien nous négocions avec la ville notre capital et notre dynamique afin qu'elle reconnaisse et officialise notre identité et qu'en contrepartie elle puisse en tirer bénéfice en l’admettant dans le cercle encore très fermé de ses maisons de quartier. "De fait, la convention tripartite qui lie la Ville de Bordeaux, l'association de la rue Brizard (propriétaire des locaux mis ainsi à disposition) et l'Union Saint-Bruno et qui reconnaît la fonction de Maison de quartier de celle-ci est adoptée seulement quelques mois plus tard23.

  • 24 "Sont apparues successivement, à partir de 1989, les maisons de quartier de : Saint-Bruno, l'Union (...)

114 - Premier en date des patronages catholiques à gérer une maison de quartier, par convention signée avec la ville de Bordeaux en février 1983, et suivi de six autres créations sur un modèle analogue24, les Jeunes de Saint-Augustin se présentent volontiers en position non seulement de pionnier mais aussi et surtout d'infatigable innovateur tout en sauvegardant son système de valeurs traditionnel. L'éditorial du numéro d'octobre 1989 du bulletin des JSA — Jaune & Noir, titre aux couleurs du club — donne le ton de cette ambition : "Quelle appellation pourrions-nous donner à une association qui n'a gardé de "patro" que l'essentiel : son esprit ? (....) Etonnante poussée en avant que celle des JSA en ce début d'année scolaire. Pour tout un quartier en pleine explosion démographique, pour toute une ville, les JSA deviennent un lieu d'activités recherché. L'ouverture récente de l'Espace Loisirs St-Augustin en est le témoignage vivant ! Plus que jamais, les JSA ont besoin de toutes les forces vives disponibles. Alors, si vous avez cinq minutes à consacrer aux autres, n'hésitez pas, nous vous trouverons de quoi vous occuper..."

  • 25 Il est à noter que des enseignants de l'école publique Flornoy seront parmi les partenaires les pl (...)
  • 26 Sud-Ouest, 26 octobre 1994.

12Au début des années 1990, le bulletin, qui a disparu depuis pour raison financière, entend exprimer dans ses colonnes la "vocation" de la maison de quartier à exercer la fonction de coordination des principales organisations sociales locales. Ses colonnes sont ouvertes à l'école publique, à l'école catholique, au collège, au comité de quartier, à l'association des commerçants et à la paroisse. Celle-ci, d’une certaine façon, se trouve ainsi reléguée au rang d’un acteur collectif parmi d'autres ; il s'est opéré à cet égard un processus de sécularisation et une inversion relative des rapports d'allégeance entre l'ex-patronage et la matrice paroissiale qui, naguère encore, l'incorporait25. Plus largement, doit être soulignée une volonté de consensus au sein de ce qui est couramment présenté comme le "Village Saint-Augustin". Sous le titre "Les recettes d'un village", le quotidien régional Sud-Ouest note que "cette ville dans la ville pratique depuis toujours dialogue, concertation et sens de l'intérêt général ; le but, c'est de continuer à bien vivre dans un quartier qui a une histoire, une tradition de solidarité, qui offre des repères sécurisants à des jeunes, depuis l'école jusqu'à l'université en passant par les JSA dont le rôle s'étend bien au delà des loisirs extra-scolaires pour devenir une école de vie en collectivité"26.

  • 27 Cette première construction est réalisée sur un terrain de la paroisse.
  • 28 Le journal Sud-Ouest, qui couvre régulièrement les activités des JSA et la vie du quartier, a cons (...)
  • 29 Désormais, Alain Juppé.
  • 30 Elu sénateur en 1989 et alors contraint par la règle du cumul de mandats à abandonner l'un de ses (...)
  • 31 Cf. Les substantiels articles de Sud-Ouest : "Les dix bougies des JSA : Saint-Augustin soufflera v (...)

13Les rapports avec les élus sont évidemment l'un des déterminants fondamentaux qui permettent de rendre compte de la constitution des JSA en vitrine d'importantes réalisations municipales : les locaux du patronage, construits en deux tranches successives (198027 et 1983), l'Espace Loisirs Sportifs (locaux, courts de tennis, mur d'escalade et piscine), la salle de sports (d'un coût de 12 millions de francs) conçue selon les normes qu'impose l'organisation de matchs officiels de basket et de volley, et jusqu'à la réfection de la place centrale du quartier28... L'"investissement" des élus n'est pas sans rapport avec le lieu d'exercice du mandat des principaux d'entre eux : le quartier Saint-Augustin est longuement représenté par le maire de Bordeaux29 à l'Assemblée nationale et par son premier-adjoint, Jacques Valade, au Conseil général de la Gironde30. Le dixième anniversaire de la signature de la convention qui lie l'association des JSA et la Ville de Bordeaux est l'occasion, en 1993, d'une célébration officielle à laquelle participent les responsables de l'association et ceux de la municipalité, l'occasion aussi d'un rappel du rôle de la Ville, à commencer par celui de Jacques Chaban-Delmas, dans le développement des activités31.

  • 32 Sud-Ouest, avril (?) 1993 ; l'article précise qu"'avec la création l'année dernière d'une halte-ga (...)

14Au terme de cette première décennie, s'amorce un nouveau virage, qui entend entériner, selon la directrice des JSA, la reconnaissance des JSA comme le véritable moteur du quartier et comme une organisation au service de la population, organisation qui développe alors une trentaine d'animations socio-culturelles et sportives et qui emploie une vingtaine de salariés à temps complet ou partiel ainsi qu'une centaine de bénévoles : "Nous vivons le quartier comme un village avec son église, ses commerces. Dès qu'une association, une école ou un particulier souhaite organiser une animation quelconque, c'est à nous qu'ils font appel. Nous souhaitions cette ouverture depuis 1985. Aujourd'hui c'est chose faite et nous comptons poursuivre cette démarche avec la participation des habitants, des diverses associations et de la ville de Bordeaux. (...) Notre challenge est de faire reconnaître l'utilité sociale des JSA. Pour cela, nous avons besoin de l'aide de tous les partenaires sociaux"32.

15Les JSA mettent également volontiers en avant l'excellence de leurs résultats sportifs, en particulier au terme de la saison 1990-1991, qui demeure comme l'un des points de référence, ou à celui de la saison 1996-1997, qui, en volley-ball, voit l’équipe juniors garçons gagner le titre de champion de France et l'équipe première réintégrer le championnat Pro A. Dans son éditorial du bulletin des JSA d'avril 1991, Jean-Louis David, ex-directeur des JSA et président de la section volley-ball — il a aussi assumé à cette époque les fonctions de président de la ligue nationale de cette discipline de 1989 à 1993 —, exprime sa pleine satisfaction mais souligne également les conditions de la poursuite dans la voie de la réussite : "Les volleyeurs sont vice-champions de France et qualifiés pour une nouvelle coupe d’Europe... Les basketteurs font mieux que l'an passé en finissant second derrière la grosse cylindrée d'Hyères-Toulon. L'équipe Espoir de volley se sera tenue en tête du championnat de 3ème division toute la saison. Les juniors sont qualifiés pour la phase finale du championnat de France qui aura lieu à Saint-Augustin du 29 avril au 3 mai 1991. Les finales départementales et régionales de Gironde et d'Aquitaine en basket confiées aux JSA. (...) Voilà une fin de saison bien remplie. Mais aujourd'hui, il faut aller plus loin, trouver des solutions pour l'an prochain, les trois mois qui viennent seront décisifs pour notre avenir sportif. Ceux qui entrent en compétition aujourd'hui sont les dirigeants de nos deux activités phares. A eux de trouver argent, partenaires... A eux d'élaborer plans de communication, de trésorerie, à eux de nous concocter pour 91/92 les meilleurs spectacles sportifs... 2 000 adhérents, 2 000 participants et 2 000 spectateurs, c'est à peu près la fréquentation des JSA ! C'est à vrai dire impressionnant !".

165 - Lorsque le dirigeant associatif devient un homme politique, qu'en est-il de sa marge d'autonomie et/ou de ses rapports de dépendance ? La question concerne au premier chef Jean-Louis David, secrétaire général des JSA, principal initiateur et promoteur de la transformation des principaux patronages catholiques en maisons de quartier, directeur de la Maison de quartier Saint-Augustin de 1983 à 1989 et conseiller municipal de Bordeaux depuis cette date. À la lumière de l'analyse qui précède, la question en fait se dédouble.

  • Elle se rapporte d’abord, de façon "classique", aux effets du changement de fonctions sur le statut de l'acteur ainsi qu'aux incidences de la contractualisation entre association et instance politique sur la place de l'organisation associative concernée au sein du système politique local.
  • Elle concerne également les rapports, déjà évoqués en introduction, entre logiques sociales et stratégies, entre évolutions macro-sociales et orientations décisionnelles définies par les acteurs sociaux. Plusieurs des indications apportées sur le contexte politico-religieux dans lequel s'est opéré le quasi-transfert de patronages paroissiaux de l'Eglise catholique vers l'institution municipale donnent à penser que les acteurs qui ont prôné une telle transformation ont été en quelque sorte "portés" par une conjoncture politico-religieuse particulièrement favorable. Il n'en demeure pas moins que l'amorce d'un changement institutionnel ne peut s'opérer et se traduire sur le terrain que si des initiatives sont prises en ce sens, des projets élaborés, des négociations engagées et les relations inter-organisationnelles fixées par voie conventionnelle.

Du militantisme associatif à l'engagement politique

  • 33 Cf. Jacques Palard, "Mandat professionnel et engagement politique. La représentation agricole au C (...)

17Ce qui constitue la spécificité de Jean-Louis David dans le champ socio-politique bordelais, c’est probablement avant tout une conception de l'engagement politique qui privilégie la notion de co-gestion, à la manière dont plusieurs des responsables agricoles aquitains de premier plan se sont eux-mêmes portés candidats — dans le cadre toutefois de formations politiques traditionnelles — à l'occasion des scrutins régionaux de 1986 et de 199233 : dans cette perspective, les intéressés rendent compte de leur démarche non par le désir de se lancer pour elle-même dans une carrière politique mais par la quête d'une position leur permettant, au sein de l'assemblée délibérative régionale, de faire valoir avec plus de poids les intérêts sectoriels dont ils sont porteurs. Sans doute la frontière est-elle floue entre l’une et l'autre motivation ; en tout état de cause, les élus agricoles régionaux se définissent moins comme des hommes politiques que comme des représentants socioprofessionnels qui continuent à exercer, par des voies estimées complémentaires, leur mandat de défense et de promotion des intérêts qu'ils ont en charge. De façon analogue, lorsqu'il entre dans l'équipe municipale de J. Chaban-Delmas en 1989 (après avoir décliné une première fois la proposition du maire de Bordeaux en 1983), J.-L. David se veut d'abord l'homme d'un dossier, celui du devenir des patronages catholiques et de leur processus de modernisation, de transformation en maisons de quartier et donc, indirectement, de laïcisation et de quasi-municipalisation. Ce qui est présenté comme premier, c'est à l’évidence le militantisme associatif ; d'une certaine façon, l'exercice d'un mandat municipal est le "prix à payer" pour créer les conditions, au sein de la sphère décisionnelle, de l'avancée du dossier. L'itinéraire personnel du militant associatif devenu élu municipal détermine dans une large mesure cette conception des rapports entre associations et représentants du pouvoir local : coopération fonctionnelle sans confusion organique. Dans le cas de Jean-Louis David, s'y ajoutent une forte hésitation première à "tomber" à droite plutôt qu'à gauche ainsi qu'une profonde méfiance à l'égard des appareils partisans et des bureaucracies locales, hésitation et méfiance que seul permettra de surmonter l'établissement de relations personnelles directes, sinon affectueuses, avec Jacques Chaban-Delmas :

"Mon engagement dans le milieu associatif, c’est un résultat d'un parcours social et personnel. J'ai eu une enfance particulièrement difficile, dans un milieu économiquement faible. Quand j'ai eu 6-7 ans, ma mère a eu l'intelligence de me mettre entre les mains de la paroisse et du patro des JSA. Mon engagement associatif a découlé de cette prise en charge par la paroisse : quand, plus tard, le prêtre de la paroisse m'a fait comprendre que ce serait bien que je m'occupe des autres, j'ai décollé vers la vie associative des JSA. De 17 à 25 ans, j'ai mis mon énergie au service de l'association de façon à lui donner la vitalité qui semblait ne plus être la sienne parce qu'elle était un peu en déperdition pour des raisons économiques, sociales, d’infrastructures, d'absence de soutien des pouvoirs publics. La maison était en grande désuétude : 300 à 400 personnes vivotaient autour du basket, de la lutte et de la gym".

  • 34 Cette démarche est le résultat d'une réflexion préalable sur les objectifs fondamentaux à poursuiv (...)

Aux alentours de 1980, alors que j'étais installé depuis une dizaine d'années comme jeune secrétaire général de l’association, j'entraîne avec moi des copains du quartier, type Michel Coulanges (actuel président de l'association) et on prend rendez-vous avec Jacques Chaban-Delmas34 pour lui dire : "On se retrouve sans prêtre directeur (c'était l'époque où l'archevêché commençait à n'avoir plus les moyens de mettre des prêtres à disposition des patros) ; il y a dans cette ville un besoin évident de structures de proximité ; nous, on a de l'énergie mais pas de moyens et on estime qu'il peut y avoir convergence d'intérêts entre vous et nous". Ceux qui connaissent le "père Chaban" savent qu'immédiatement il y a vu l'intérêt de sa ville et l'intérêt des habitants du quartier ; il a donné des instructions à ses services pour qu'on puisse commencer à réfléchir à la forme qu'on donnerait à tout cela, et le 6 février 1983 on aboutit à la première convention avec le label de Maison de quartier.

En fait, on arrive à cela après moult difficultés ; les gens du conseil d'administration disaient : "On perd toute notre liberté d'action et de pensée". D'où une élaboration de convention très prudente dans laquelle il est stipulé que l'association conservera toujours son identité, que le directeur de l'association sera toujours proposé par le conseil d'administration au maire de Bordeaux.

  • 35 À propos du tutoiement, J.-L. David précise alors : "Le maire m'a toujours tutoyé, ce qui, je croi (...)
  • 36 Allusion à l'article 2 des statuts de l’association : "L'association a pour but de favoriser l'édu (...)

Le conseil d'administration de l'époque propose que je prenne la direction de la Maison de quartier, fonction que j'ai occupée jusqu'en 1989. En 1983, le maire me sollicite en disant : "J'aime bien la manière que tu as de fonctionner..."35. Il m'a expliqué qu'il avait besoin de jeunes au Conseil municipal et que, notamment, il pensait que j'y avais ma place pour essayer de faire évoluer tout l'aspect "foyers des jeunes" de la ville de Bordeaux. J’ai demandé un temps réflexion et j'ai refusé pour des raisons à la fois politiques et familiales. Raisons politiques en particulier parce qu'en 1983 (...) la notion de campagne électorale, de combat politique, ce n'était pas quelque chose que j'avais vraiment appréhendée. (...) On a cependant continué à travailler ensemble et on a fait décoller le concept de maison de quartier, qui, pour moi, n'était autre qu'une adaptation aux temps modernes de ce qu'étaient nos patros d'antan. Le seul objectif, par rapport auquel je demande toujours aux gens de la maison de se recaler36, c'est de se dire que le patro des années soixante ou soixante-dix c'était un outil social absolument fantastique qui était tenu à bout de bras par les prêtres de la paroisse et qu'on devait simplement le moderniser, l'adapter, le relayer d'une façon différente, sachant qu'il fallait que ce soit les laïcs qui s’investissent et que les pouvoirs publics prennent le relais de la paroisse en ce domaine. (...)

En novembre 1988, Chaban vient chez moi un soir, sans s'être annoncé, (...), reste dîner à la maison et me dit que je ne lui referai pas le coup de 1983 et que, en 1989, dans la liste municipale, il était impératif que j’intègre l'équipe de travail avec cette fois-ci pour mission les foyers de jeunes et centres d'animation de la ville et le développement des maisons de quartier. (...) Je suis donc rentré au Conseil municipal en mars 1989, avec comme délégation les maisons de quartier de Bordeaux : pendant le mandat, on est passé de une à sept. Voilà comment j'ai atterri sur le plan public, en n'ayant aucune volonté d'y aller.

  • 37 Entretien, 6 juin 1997.

En 1995, se repose la question de ma participation à l'équipe municipale suivante. Je fais le point sur mon engagement associatif et la grande question qui se pose est la suivante : "A quel endroit suis-je le plus influent, en toute modestie, pour l'association qui est la nôtre et pour le quartier ? Il est clair qu'il vaut mieux être dans le 'système' que dehors pour essayer de faire avancer un certain nombre de dossiers, d'idées, de formes de pensée". La forme de pensée à laquelle je suis attaché est celle de la dynamique de la forme associative ; si on est "dedans", ce n'est facile de la faire avancer, parce que ce n'est jamais à l'ordre du jour ; si on est " dehors ", c'est quasiment impossible. Dans le monde des décideurs publics, la vie associative a en effet cela de particulier qu'elle est une référence permanente de discours sans être jamais l’objet d'une application concrète en termes de mesures. On ne parle de la vie associative que lorsqu'on en a besoin. (...) De 1989 à 1995, dans l'exercice de ma délégation, j'ai cherché à protéger les maisons de quartier du pouvoir politique pour qu’elles ne constituent pas l'instrument politique qu'elles pouvaient éventuellement représenter dans l'esprit de certains"37.

18L'atypisme de la position adoptée par l'ancien directeur des JSA, qui demeure secrétaire général de l'association, s'inscrit dans une distinction entre "activité publique" et "activité politique" et dans une conception particulière de la représentation des rapports entre gouvernants et gouvernés et entre ordre social et ordre politique, conception où l'engagement personnel et les relations sociales directes, de type face-à-face, l'emportent à l'évidence sur le traitement technocratique des dossiers :

  • 38 Ibidem.

''Quel est le moment le plus sympathique de ma semaine ? C'est incontestablement le vendredi soir à ma permanence. Les gens vous ramènent personnellement à la dure réalité des choses et vous montrent, si besoin est, le peu de pouvoir dont vous disposez. Moi, je me suis senti victorieux, comme quand on gagne un match, quatre ou cinq fois depuis le mois de septembre parce que j'ai réussi à faire entrer une maman en difficulté comme femme de service dans les écoles, évité la deuxième venue des huissiers à une mère avec ses cinq gosses (...) ou la coupure de l'électricité à tel endroit. Moi, c'est ça qui m'intéresse. Mais il y a un moment à partir duquel on ne peut plus faire ça ; je fais la différence entre l'activité publique et l'activité politique. Je considère que ce que je fais ce n'est pas vraiment de la politique ; c’est plutôt du service public. A partir du moment où on fait de la politique, avec des responsabilités politiques, on a probablement des difficultés à faire l'exercice du vendredi soir pendant deux heures et à repartir chez soi en se disant : "Qui peut résoudre le problème de la jeune dame qui habite rue du 11 Novembre, qui a une gamine de quinze mois, qui paraît être normale mais qui vit avec deux sidaïques qui se sont drogués et qui sont en désintox ?" C'est le genre de problèmes auxquels je suis confronté régulièrement et sur lesquels je me trouve en plein dans mon activité. Pour moi ce n'est pas de la politique ; c'est du service public ; c’est être à la disposition des gens qui sont autour de soi. C'est ma formation patro, catho qui ressort par rapport à ça"38.

19Cette attitude implicitement critique et structurellement marginale au sein du système politique local, son appartenance au groupe des proches de Jacques Valade — un temps candidat contre Alain Juppé —, son refus d'adhérer à l'une des formations politiques de la majorité municipale représenteront autant de handicaps qui vaudront à Jean-Louis David d'être écarté du premier projet de liste d'A. Juppé en 1995. Sa réintégration, y compris en position d'éligibilité — au 47ème rang pour 48 élus de la liste — se fera à l'encontre des dirigeants locaux du RPR. Au lendemain des élections, il conservera la délégation à la vie associative mais perdra celle des maisons de quartiers et des centres d'animation.

Le système et l'acteur

20Sur un mode délibérément analytique, cette présentation a tenté de dégager les conditions institutionnelles et culturelles dans lesquelles se sont amorcées puis développées les relations entre instance religieuse et instance politique dans le cadre du processus de transformation de patronages paroissiaux bordelais en maisons municipales de quartiers. Elle a également procédé par examen successif des différents niveaux, du plus général au plus particulier, des institutions aux organisations et aux acteurs — associatifs et / ou politiques —, des logiques sociales aux stratégies intentionnelles, des conjonctures socio-politiques à leurs manifestations concrètes. Enfin, elle s'est attachée à souligner la complexité relative des relations qui se nouent entre ordre social et ordre politique dans une période marquée par le changement en matière de gestion territorialisée des rapports sociaux locaux. L'analyse de ce processus permet de mieux saisir les tenants et les aboutissants de l'évolution des associations — sportives entre autres —, de leurs fonctions comme de leurs relations contractuelles, des contraintes culturelles dans lesquelles elles s'inscrivent et qui pèsent sur leur devenir comme des marges de manœuvre que peuvent se donner leurs dirigeants et des opportunités qu'ils peuvent saisir. Cette analyse permet également de prendre en compte, au travers du rapport associations-pouvoir local, quelques unes des modalités de l'adaptation du système politique local aux demandes exprimés par des représentants de la société locale organisée, et donc du processus d'institutionnalisation et, in fine, de régulation des rapports sociaux territorialisés.

Notes

1 Pour une présentation approfondie de l'évolution des patronages catholiques, cf. Jean-Pierre Augustin, "Les patronages catholiques dans l'espace français de 1914 à 1985 ", in Gérard Cholvy (dir.), Le patronage : ghetto ou vivier ?, Paris : Ed. Nouvelle Cité, 1988. Selon fauteur, "la signification des patronages catholiques est indissociable des restructurations accélérées du champ politico-religieux. En simplifiant, on peut considérer que deux modèles se sont succédé. Le premier correspond à une volonté de moralisation catholique et de socialisation politique de la fin du xixe siècle ; le second ne s'explique que par l’émergence, à partir de 1950, d'une société de consommation de masse, qui désacralise les valeurs culturelles et provoque une consommation individuelle des signes culturels". Cette dichotomie s'inspire explicitement de l'article de R. Labourie, "De la moralisation à l'expression du moi", Revue d'Education permanente, no 62-63, 1982.

2 C'est en particulier le cas pour la Maison de quartier Saint-Augustin, dont la convention de création souligne le fort degré d'imbrication patrimoniale, encore accentué si l'on tient compte des titres de propriété de la paroisse sur une partie du terrain : "Les Jeunes de Saint-Augustin sont propriétaires d’un établissement où les habitants du quartier notamment pratiquent diverses activités culturelles, sportives et récréatives, cet immeuble étant situé 9, allée des Peupliers à Bordeaux ; la Ville de Bordeaux, quant à elle, est propriétaire d'un bâtiment mitoyen, 11, allée des Peupliers, qui appartenait à l'Institution sainte-Monique, et dont le prêt est consenti aux Jeunes de Saint-Augustin."

3 Cf. Jean-Pierre Augustin, "Les patronages, la socialisation politique et le mouvement sportif. L'exemple du Sud-Ouest de la France, 1880-1914", in La naissance du Mouvement sportif associatif en France. Sociabilités et formes de pratiques sportives, Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 1986 ; l’auteur observe que la "montée des patronages bordelais ne se comprend qu’en tenant compte du contexte politique, et en particulier du triomphe des idées laïques du Conseil municipal de Bordeaux dès le 18 août 1879. Alfred Daney, maire de 1884 à 1908, sera un fervent défenseur du développement des écoles publiques dans la ville" (note 2).

4 La brochure que publie l'Union Saint-Bruno pour son soixante-quinzième anniversaire, en 1982, souligne l'importance de cette ligne de rupture : "La fin des années soixante et le début des années soixante-dix marquent le déclin du patro ; il s'inscrit dans la crise du catholicisme français : après Vatican II, l'épiscopat français détache les patros de sa pastorale, le processus de laïcisation des patros est entamé, certains ne s'en relèveront pas. Et l'Union Saint-Bruno, malgré l'action de dirigeants dévoués (...) se sclérose, d'autant plus que la dépopulation du quartier Mériadeck en démolition limite son recrutement."

5 Mgr Maziers, également président de la Commission épiscopale du Monde ouvrier, succède alors au Cardinal Richaud, qui avait été nommé archevêque de Bordeaux en 1950.

6 Jean-Pierre Augustin, Espace social et loisirs organisés des jeunes. L'exemple de la commune de Bordeaux, Paris : Pédone, 1978, p. 234-235.

7 Jacques Lagroye fait observer qu'au cours des années 1960 "l'évolution des idées disqualifie partiellement les structures ecclésiales sur lesquelles s'appuyait le pouvoir social [des] notabilités. C'est le cas des œuvres paroissiales, doublement affectées par une mise en cause du cadre traditionnel des paroisses et par l'importance accordée désormais à d'autres formes de rassemblement des fidèles. L'heure est maintenant aux mouvements d'action catholique et à des associations du même type, qui privilégient les solidarités socio-professionnelles ; souvent les dirigeants de ces mouvements ne sont pas des notabilités ou, s'ils appartiennent à ce groupe, ont un comportement et des préoccupations nouveaux." (Société et politique. J. Chaban-Delmas à Bordeaux, Paris : Pédone 1973, p. 192).

8 Dans la plaquette publiée à l'occasion de l'inauguration des locaux de l'Union Saint-Jean, devenue maison de quartier en octobre 1989, l'origine religieuse du patronage, en 1906, n'est nulle part évoquée : son président ne retient que le caractère d'"association culturelle et sportive", avant de rendre hommage à l'action de la municipalité : "C'est une chance pour ce quartier, pour ce canton, pour les habitants, pour l'Union Saint-Jean de pouvoir utiliser le capital compréhension, confiance et soutien que lui accorde la mairie de Bordeaux.

9 L'article paroissial publié dans le numéro du bulletin des JSA d'avril 1991 exprime implicitement cette forme d'attachement. Il note que, dans le cadre du déroulement du synode, "la journée paroissiale du 10 février a réuni un groupe très motivé de paroissiens dans les locaux si accueillants des JSA. (...) Pour terminer cette journée, la messe fut célébrée dans la toute nouvelle salle des sports des JSA. La bénédiction toute spéciale de cette salle de sports par l'Archevêque a constitué le point d'orgue de ce jour, avec le souhait que les jeunes qui s'affrontent sur ce plancher se livrent avec franchise et énergie pour vivre ainsi de grands moments de formation individuelle et collective." (Jaune & Noir, no 18, avril 1991, p. 5).

10 Sud-Ouest, 4 février 1993.

11 La Fédération sportive et culturelle de France a succédé en 1985 à la Fédération gymnastique et sportive des Patronages de France créée en 1898 par le Dr Paul Michaux.

12 Dans le rapport qu'elle réalise à l'intention du Conseil presbytéral du diocèse de Bordeaux en 1984, la même Union départementale de la Gironde établit un état des lieux des principaux patronages girondins. Elle souligne, sur le ton de la doléance, les grandes tendances auxquelles ceux-ci se trouvent soumis : laïcisation, déchristianisation progressive et désintéressement d'un grande partie du clergé : "Les patronages, émanation jadis des églises paroissiales et dépendant d'elles au point de vue matériel et soutien spirituel, se sont vus rejetés et livrés totalement à eux-mêmes. Le clergé, en plus petit nombre par suite de la crise des vocations et très absorbé par d'autres tâches, a préféré s'orienter vers d’autres formes d'apostolat auxquelles il a donné priorité. Ces priorités ont souvent été ressenties comme des exclusives. (...) Quelques présidents de patronage bordelais ont même connu avec les autorités paroissiales des situations conflictuelles (par exemple, pour une nouvelle affectation de locaux occupés par des patros et offerts autrefois par les paroisses). Ces conflits n’ont évidemment pas favorisé les rapprochements mutuels."

13 Cf. Jean-Pierre Augustin, "Les patronages catholiques dans l'espace français de 1914 à 1985", in Gérard Cholvy (dir.), Le patronage : ghetto ou vivier ?, art. cit. : "Dans cette perspective, les patros peuvent négocier leur capital foncier et humain avec les nouveaux usagers et les municipalités, mais ces négociations se font sur des bases qui n'ont rien à voir avec celles du début du siècle."

14 De cette mobilisation sur plusieurs décennies, on trouve une illustration suggestive et colorée dans l'ouvrage de B. E. Chiama, Le Jaune et le Noir. Roman vrai d'un patro : les JSA de Bordeaux. (Préface du Président Jacques Chaban-Delmas), Paris : Ed. Decrozes, 1989.

15 Le préambule de la convention instituant la Maison de quartier Saint-Augustin stipule qu’"afin de répondre aux besoins exprimés par les différentes associations du secteur et ses habitants, il est décidé (...) de doter les Jeunes de Saint-Augustin (...) de nouveaux moyens leur permettant d’exercer pleinement leur fonction de maison de Quartier. La gestion de cet établissement, pour présenter toute la souplesse nécessaire, est confiée à cette Association, dont la mission consistera à proposer à ses adhérents une gamme d'activités tant sportives que culturelles suffisamment variée pour que chacun puisse s'y épanouir."

16 La commune de Caudéran a été rattachée à celle de Bordeaux en 1965.

17 Jean-Pierre Augustin, Espace social et loisirs organisés des jeunes..., op cit., p. 140.

18 Sud-Ouest, 26 octobre 1989.

19 Jean-Pierre Augustin, Espace social et loisirs organisés des jeunes..., op. cit., p. 144. L'auteur ajoute que "les institutions, mouvements et œuvres catholiques qui se maintiennent le mieux, même si elles ont évolué dans leur fonctionnement, sont liés à Bordeaux aux quartiers de tendance bourgeoise. Elles fonctionnent grâce à l'appui des notables et à l'aide de la bourgeoisie bordelaise", p. 152. Il appuie son propos sur les observations de Jacques Lagroye, qui souligne de son côté que "les animateurs des patronages et des associations éducatives catholiques appartiennent tous à la bourgeoisie de la ville. L'union régionale des patronages du Sud-Ouest est présidée par M. Ratabou, commerçant en gros, président et vice-président de nombreuses associations professionnelles et patronales. Le comité de direction comprend notamment des professeurs de faculté (droit et médecine), des négociants (et leurs femmes), des cadres appartenant à de vielles familles bourgeoises." (J. Lagroye, op. cit., p. 149)

20 Jean-Pierre Augustin, Espace social et loisirs organisés des jeunes..., op cit., p. 153-154.

21 En mars 1987, à l'occasion d'un colloque organisé à Paris par un Groupement de recherches coordonnées du CNRS : Yves Bime, "L'Union Saint-Bruno de Bordeaux : du patro traditionnel au club omnisports (1905-1986", in Gérard Cholvy (dir.), Le patronage : ghetto ou vivier ?, Paris : Ed. Nouvelle Cité, 1988, p. 263-273.

22 L"'étude sur une maison de quartier à Saint-Bruno", réalisée par les dirigeants du patronage en 1987, entend également montrer que le coût du projet pour la municipalité est nettement moins élevé que celui des JSA ou que celui, escompté, de l'Union Saint-Jean, "en raison de l'apport immobilier très important de l'association et du réalisme de ses ambitions. "L'extension du parc immobilier s'est opéré au milieu des années 1980 par souscription d'un emprunt auprès des adhérents et sympathisants".

23 La délibération du Conseil municipal de Bordeaux du 12 octobre 1987 permet de constater, à l'exception du groupe communiste, une communauté de vue entre la majorité municipale et l'opposition socialiste, conduite par F.-X. Bordeaux, lui-même militant catholique, qui indique d'emblée qu'il votera "pour" : "Non seulement c'est une nouvelle étape pour des animateurs qui ont effectué un travail considérable depuis des années, ont fait preuve d'un dévouement très important qu'il faut saluer aujourd'hui, mais également c'est un moyen pour le quartier d'avoir un point de repère important pour les jeunes à une époque où il vaut mieux qu'ils participent à des activités sportives plutôt que de tramer dans la rue. Donc je crois que cette étape est très importante et il faut s'en réjouir".

24 "Sont apparues successivement, à partir de 1989, les maisons de quartier de : Saint-Bruno, l'Union Saint-Jean, l'Avant-Garde-Jeanne-d'Arc de Caudéran, Chantecler et Le Tauzin qui, au total (avec les JSA), dénombrent à ce jour 12 000 adhérents et 6 350 participants (fréquentation sans adhésion). Au service de ces adhérents et participants : 36 permanents, 30 personnes en contrat emploi-solidarité et 200 éducateurs ou intervenants réguliers dans l'encadrement des activités” (Sud-Ouest, 4 février 1993). La septième maison de quartier sera constituée par le patronage des Chartrons. Dans cet ensemble, seul Le Tauzin ne prend pas appui sur un patronage.

25 Il est à noter que des enseignants de l'école publique Flornoy seront parmi les partenaires les plus actifs dans la mise en œuvre de la convention instituant les JSA en maison de quartier alors que les relations avec la paroisse, "deviennent des relations d'affaires (pour des raisons qui tiennent à l'imbroglio immobilier) et non plus de cœur et de filiation. (...) La municipalité s'est substituée à la paroisse, qui est complètement retirée de toute l'association." (J.-L. David, entretien, 6 juin 1989).

26 Sud-Ouest, 26 octobre 1994.

27 Cette première construction est réalisée sur un terrain de la paroisse.

28 Le journal Sud-Ouest, qui couvre régulièrement les activités des JSA et la vie du quartier, a consacré une pleine page à l'expression de la "grosse colère" et aux protestations qui ont accompagné les travaux de transformation de cet espace public mais également aux explications fournies par la directrice des JSA et le secrétaire général du Conseil d'administration, Jean-Louis David, qui a mis fin à ses fonctions de direction au moment où il est devenu, quelques mois plus tôt, membre de l'équipe municipale de Jacques Chaban-Delmas et délégué des Maisons de quartier (Sud-Ouest, 7 juin 1990).

29 Désormais, Alain Juppé.

30 Elu sénateur en 1989 et alors contraint par la règle du cumul de mandats à abandonner l'un de ses postes électifs, Jacques Valade choisira de quitter l'assemblée départementale. Il y sera remplacé par Stéphan Delaux. investi par les partis de droite et dont la plaquette électorale, photo de l'ancien café familial à l’appui, vante son attachement au quartier : "Originaire de Saint-Augustin où sa famille est enracinée depuis 1860, Stéphan Delaux a porté pendant plus de 20 ans les couleurs des JSA".

31 Cf. Les substantiels articles de Sud-Ouest : "Les dix bougies des JSA : Saint-Augustin soufflera vendredi les dix bougies de sa maison de quartier dont l'idée a fait florès ces dernières années. Histoire d'une conquête par et pour... le citoyen bordelais" (4 février 1993) ; "Le souffle de la Maison de quartier" (6 février 1993).

32 Sud-Ouest, avril (?) 1993 ; l'article précise qu"'avec la création l'année dernière d'une halte-garderie, la mise en place d'un partenariat avec les écoles du quartier, (...) les JSA s'orientent vers une diversification accrue de ses activités. (...) Aujourd'hui, pour répondre aux attentes de la population, plusieurs commissions chargées du suivi des projets sont prévues. Au programme, l'évolution de la halte-garderie vers une maison de la petite enfance pour recevoir les tout-petits. La création d'un lieu d'accueil convenable pour les adolescents, afin de prévenir la délinquance dans un quartier pourtant favorisé. Ou encore, une commission du temps libre pour intégrer les inactifs, notamment les retraités, à la vie du quartier".

33 Cf. Jacques Palard, "Mandat professionnel et engagement politique. La représentation agricole au Conseil régional d'Aquitaine. L'après-cogestion ?", Politix, 1991, no 15, p. 73-78.

34 Cette démarche est le résultat d'une réflexion préalable sur les objectifs fondamentaux à poursuivre ; cette réflexion a été conduite avec l'un des anciens prêtres de la paroisse, "nommé par l'archevêché en 1952 à la tête du patronage avec ordre de le fermer" ; ce prêtre, qui a, depuis, abandonné ses activités sacerdotales, a alors, au contraire, contribué à redynamiser les JSA ; J.-L. David a retrouvé ses traces en Bretagne. De son entretien, il en ramène le "message" suivant : "Il faut qu'il y ait un lieu où les ouvriers, les cadres... puissent se retrouver et nourrir des projets communs de façon à pouvoir vivre ensemble ; vous pouvez tout faire jusqu'au moment où l'aspect matériel des choses dépassera leur dimension humaine".

35 À propos du tutoiement, J.-L. David précise alors : "Le maire m'a toujours tutoyé, ce qui, je crois, est assez exceptionnel : on a eu tout un parcours affectif assez fort tous les deux, parce qu'on s'est découvert au bout d'un certain temps des relations de résistance avec mon grand-père qui ont mis un certain nombre de choses au clair entre nous".

36 Allusion à l'article 2 des statuts de l’association : "L'association a pour but de favoriser l'éducation et la culture de la personne humaine à travers les sports, la culture et les loisirs selon une conception de la personne avec l'infini respect qui lui est dû dans sa liberté, son originalité, son esprit et sa croissance, et la conception d’une société où tout le monde est au service de l’homme dans sa dignité".

37 Entretien, 6 juin 1997.

38 Ibidem.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search