Version classiqueVersion mobile

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. "Le club: objectifs affichés et moyens requis. Entre fidélité et transgression

Introduction par Michel Lenguin

Michel Lenguin

Texte intégral

Michel LENGUIN

Président du Bordeaux Étudiants Club

Ingénieur de Recherche en géologie à l'Université Michel de Montaigne-Bordeaux III

1Eric Firoud disait hier que cette USE était symbolique puisqu'elle se situait dans le cadre d'une organisation réalisée par le SUN, le plus jeune club universitaire français, et pendant l'année qui célébrera aussi le centenaire du plus ancien club universitaire, le Bordeaux Etudiants Club.

2Eric Firoud a été "gentil" : il n'a pas prononcé le mot de centenaire, il a préféré celui de sagesse, ce qui satisfait l'éternelle jeunesse du club universitaire.

3Nous avons à déplorer l'absence de Pierre Villepreux qui regrette sincèrement de ne pas être parmi nous, participant aujourd'hui à une réunion importante des entraîneurs des différentes équipes de France de la Fédération Française. Il n'a pu se libérer. Il m'a redit combien il avait apprécié notre Université d'été de Dijon à laquelle il avait largement participé.

4En ce qui concerne le thème de cette journée : le club, entre fidélité et transgression, permettez-moi de faire un bref rappel. Lors de la 4ème Université Sportive, intitulée "Mythes, réalités, projet", Ernest Gibert dans la séance inaugurale s'interrogeait : fallait-il comprendre la formule de la façon suivante : "mythes" pour le passé, "réalités" pour aujourd'hui, "projets" pour demain ? Ernest Gibert mettait fortement en doute cette appréciation des temps successifs pour revenir au temps circulaire de Roger Caillois, et concluait : "il n'est pas dit que l'on ne se baigne pas deux fois dans un même fleuve".

5Reprenons la métaphore du fleuve. L'objectif du fleuve est immuable. Partant de la source, il coule vers la mer selon un archaïsme naturel qui est conjointement projet. L'arkhe grecque, est le premier mot de l'Evangile de Saint Jean : "au commencement était le verbe". C'est à la fois le point de départ et le vecteur d'un passé jamais dépassé parce que nécessairement contenu dans le présent en action.

6Renoncer au commencement, le réfuter serait accepter d'être imbécile au sens latin du terme : bacillium — désignant ce qui n'a pas de béton, de point d'appui, de référence.

7L'objectif du fleuve, c'est la mer, son projet, c'est de l'atteindre. Partir de la source donne un sens à son cours. Il s'y tient. En ce sens, il est fidèle : à lui-même et à l'environnement qu'il enrichit et féconde...

8La transgression n'a pas pour seule définition le contournement d'une loi, d'un commandement ou d'une obligation. La transgression ne peut être que le simple dépassement d’un état antérieur, en fait, une évolution. Conséquence de la variation du niveau de la mer que les spécialistes appellent eustatisme, cette transgression de la mer déplace le niveau de référence aval du fleuve, son niveau de base, c'est son objectif final. Pour répondre à cette variation, à ce changement, s’il veut survivre, il inventera une stratégie, il empruntera un itinéraire adapté à la situation nouvelle, à un environnement déstabilisant. Le fleuve recherchera une gravité nouvelle en recreusant plus amont la source, lui donnant plus de hauteur, acquérant ainsi plus de compétence. Il retrouvera le sens d'un projet répondant à des objectifs nouveaux : image de la modernité.

9S'il ne s'adapte pas au défi imposé par la loi physique de la gravité, il ne répondra pas à l'appel du niveau de base, j'allais dire de la BASE. Le fleuve devenu "étique" méandriforme s'écoulera dans un lit institutionnel désormais trop important pour lui, mais dans lequel il pourrait béatement installer une conscience tranquille, satisfaite. Il n’aura pas su réaliser l'osmose entre l'ancestral et le vivant et se fera capter par la satisfaction mortelle d’un pouvoir apparent. Illusion d'un certain conservatisme !

10Le pic extrême de la transgression de cette variation de niveau marin, nous pouvons l'appeler "haut niveau". C'est lui qui va inonder, noyer l'environnement. C'est l'envahissement démesuré d'un système aux dépens de l'autre. Ce dernier, trop longtemps installé, insouciant, verra ses berges jusqu'ici cultivées, peu à peu transformées en plages bananières, aux rivages artificiels, irisées de pollution. Au loin, pointent encore quelques îlots d'un système en voie de fossilisation.

11Modernisme insensé, qui selon le mot de Paul Valéry, "veut arriver au bout, sans en avoir fait le chemin".

12Fallait-il oser cette fable naturaliste, en un temps ou justement l'Homme, dit-on, se dénaturalise, se virtualise. La morale de cette histoire, c'est qu’il est recommandé d'être attentifs au commencement et d'avoir le courage d'être taxés d'un conservatisme qui n'a rien à voir avec celui, illusoire, je le répète, d'un pouvoir définitivement acquis. En effet, "c'est pour préserver ce qui est neuf et révolutionnaire dans chaque enfant, que l'éducation doit être conservatrice", disait Hannah Arendt. Dès lors, fidèle au commencement, définir un projet par rapport à des objectifs parfois proposés, souvent imposées devient moins aventureux. A cette double condition, notre histoire et notre tradition resteront vivantes et leur relecture sera une source d'enseignement.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search