Version classiqueVersion mobile

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. Le club sportif à la croisée des chemins face aux changements, continuité ou mutation ?

Sans projet point de salut

Sylvie Hamez

Texte intégral

1Vendredi matin, lors de l'inauguration officielle de la 14ème Université Sportive d'Été, le ton était plutôt à l’interrogation. Celle-ci est réunie au moment même où va se fêter le centenaire de la fondation du premier club universitaire : le Bordeaux Etudiants Club et cet événement peut, en quelque sorte, justifier le thème choisi cette année par les organisateurs. Comme le fit très justement remarquer Eric Firoud, Président du club universitaire nîmois, le choix du SUN, dernier né des clubs universitaires, pour accueillir l'USE a également valeur évidente de symbole.

2Le club sportif à la croisée des chemins. Face aux changements, continuité ou mutation ? Empruntera-t-il les sentiers battus ? S'engagera-t-il sur des voies nouvelles ? Ou risque-t-il de s'engouffrer dans quelque impasse ?

3Cette première journée fut tout d'abord l'occasion de dresser un état des lieux. Michel Leblanc, tout nouvellement nommé Conseiller Technique auprès du Premier Ministre, fut chargé de définir le cadre. L'auteur du livre Le club de l'an 2000, posa cinq problématiques.

4Les clubs feront-ils toujours partie de la grande famille du sport associatif ou devront-ils constituer leur propre organisation économique ? Pourra-t-on gérer le club sportif du xxie siècle indépendamment des politiques sportives des collectivités locales d'une part et des stratégies fédérales d'autre part ? Le club doit-il abandonner les demandes sociales ou se placer en concurrence face aux entreprises privées ? Quelle citoyenneté pour le sportif dans son club ? Enfin, comment le club doit-il se comporter face à la politique sportive éducative ?

5Avant que d'apporter les réponses quant au devenir du club sportif du futur, il était important de resituer le sport dans son cadre d'action. Le sport agit-il par nature ou par culture ? Les défenseurs de la vision coubertinienne tendent à estimer que le sport agit par lui-même, par ses valeurs propres : respect des règles, de l'adversaire... Quant aux défenseurs de l'action par la culture, ils insistent sur le rôle décisif de la compétence de celui qui encadre. Compétence à la fois technique et pédagogique. Le sport est "agi".

6Pour Michel Leblanc, la détermination de projets serait l'unique réponse. L'idée fut reprise par Jean Bastide, Président du CNVA : inscrire le sport dans un projet pour l'homme de manière ne pas se faire récupérer et à ne pas assister à l'éclatement du sport. À cette proposition, Jean-Paul Schneider objecta : "Cette question de projet me semble réclamer des formations aux dirigeants en matière de méthodologie de projets. On pourrait demander aux clubs d'essayer, en assemblée générale, de relire la partie : mission ou objet de leurs statuts. Je suis sûr que sur les 1 000 membres de l'association, il n'y en a pas 10 qui pourraient résumer cet article. Tous sauront vous dire comment doit fonctionner le bureau, combien il y a de vice-présidents, mais peu sauront définir les objectifs. Ce pourrait être une démarche pédagogique intéressante.

7Néanmoins, ce qui me parait évident, c'est que ce projet du club sportif ne sera un projet viable que s'il est capable d'inscrire le sport dans un projet plus général pour l'homme. Sinon, en effet, nous continuerons à rester extraordinairement fragiles parce que récupérables par les uns et les autres".

8Certes, le club sportif vit une perpétuelle évolution. Sa professionnalisation devient impérative. Selon Jacques Marchand, Président Honoraire de l'USJSF, la communication sera un des éléments de survie du club sportif. Pour cela, aussi, il faudra faire appel à des professionnels. "Une fédération incapable de communiquer, condamne sa discipline" renchérit-il également.

9"Les dirigeants sportifs devront inventer l'avenir sans trahir le passé".

10Si certains s'interrogent, d'autres considèrent la question tranchée. Pendant quatre jours, chercheurs, universitaires, journalistes, dirigeants animeront encore toute une série de débats consacrés au club du xxie siècle.

11Esquisses de questions et ébauches de solution ont émergé dès cette première matinée de travail. Un premier constat s'imposa : les pressions économiques, sociales, marchandes, se font de plus en plus fortes et déterminent de plus en plus la demande.

12Deuxième constat : les marges de liberté se restreignent de plus en plus.

13Quelques éléments d'espoir sont néanmoins apparus. Les revendications des uns et des autres le prouvent. Particulièrement lorsqu'ils définissent leurs objectifs, de nombreux espaces d'engagement se dessinent tandis que d'autres se trouvent reprécisés. Espaces dans lesquels devra s'exercer une liberté responsable et collective. C'est d'ailleurs la fonction du club. Seulement, il est bien évident que cet exercice responsable d'une liberté collective ne peut se faire qu'à condition que l'on s'en donne les moyens.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search