Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. Le club sportif à la croisée des chemins face aux changements, continuité ou mutation ?

Intervention de Gérard Ruiz

Gérard Ruiz

Texte intégral

Gérard RUIZ

Directeur Général Adjoint de l'Union des Centres de Plein Air

1Lorsque le secrétaire général, Robert Denel, m'a sollicité pour participer à cette Université d'été, je n'étais pas sûr d'être à ma place. Je ne suis pas comme Jean Bastide ou Michel Leblanc en charge de responsabilités associatives au plan national. L'UCPA est bien une association sportive, mais qui n'est pas un club, elle fonctionne différemment et je ne voyais pas trop en quoi je pouvais vous apporter des éléments nouveaux sur votre réflexion.

2Mais vous travaillez avec des jeunes. Les évolutions que vous vivez nous intéressent également. Finalement il est vrai que le problème est global, il ne s'agit pas de rester chacun dans son secteur d'intervention, et je ne crois pas que les problèmes que rencontrent les centres de plein air sont très différents de ceux des clubs, même si leur fonctionnement est différent.

3J'ai donc réfléchi : quelle pourrait être ma contribution à vos propres réflexions au cours de ces journées. Je n'ai pas la prétention de répondre à l'évolution du club de l'an 2000. En revanche, je sais cependant que les évolutions qui ont lieu aujourd'hui au sein de la société, et plus particulièrement des jeunes, puisque à l’UCPA nous avons des jeunes, et notamment des jeunes étudiants, peuvent s’enrichir par les éclaraiges apportés à l'occasion de cet échange d'idées avec les responsables des clubs universitaires.

4Je partage complètement ce que MM. Leblanc et Bastide ont dit ce matin. C'est quelque chose que nous vivons également. D'autre part, les mots qu'ils ont utilisés sont des mots que l’on emploie couramment au sein de l'UCPA, dans nos débats de politique générale aux Bureaux et Conseil d'Administration : la finalité, le projet, le rôle social d'une association, les problèmes que posent le professionnalisme, la réglementation qui sont des éléments très importants notamment dans le domaine du sport. Un mot me paraît essentiel, et nous y tenons beaucoup à l'UCPA, c'est celui de partenariat. Tous ces mots ont été utilisés et fort à propos par ceux qui m'ont précédé à la tribune, et ils montrent bien le sens des évolutions à venir.

5Permettez-moi de vous présenter très rapidement l'UCPA.

6C'est une association, beaucoup l'oublient. C'est une association originale parce qu'elle est cogérée par l'État. C'est la seule en tant que telle où, au sein du conseil d'administration et du bureau, siègent des représentants de l'État, des représentants des fédérations et des associations de jeunesse. Il n'y a pas d'adhérents privés, ce qui parfois fait oublier le rôle et la structure associatifs de l'UCPA. Elle a une mission publique qui est de développer la pratique des activités de plein air et de pleine nature auprès du plus grand nombre, et en particulier des jeunes. Autrement dit, elle est centrée non pas sur le sport de compétition ou de haut niveau, mais sur le sport de loisir, plutôt de pratique individuelle et dans des espaces naturels.

7C'était sa mission initiale en 1965 lorsqu'elle a été créée. Je crois pouvoir dire aujourd'hui que c'est encore la sienne. Entre temps, l'UCPA a fortement évolué, au contact des jeunes. Elle a vécu les évolutions sportives depuis une trentaine d'années, dont on perçoit aujourd'hui qu’elles ne seront pas sans conséquence sur l'évolution de vos propres structures, et celles des clubs d'une manière générale.

8Depuis dix ans, ce que l'on note, c'est que la pratique sportive de loisir, organisée par les jeunes ou dans le cadre d'une activité assurée pour les jeunes, s'est modifiée à plusieurs niveaux.

9Il faut se recentrer donc sur ce que veulent les jeunes. Finalement on a parlé du rôle du club, de son devenir, mais je pars de l'idée qu'un club est un regroupement de volontés, de finalités et qu'il est au service de ses adhérents. Que veulent en fait les gens qui participent à la vie d'un club ? Si on est capable de répondre à cette question, on peut voir vers quoi aller, en se posant la question : veut-on y aller ou non ? C'est un autre débat qui est politique.

10Il faut avoir en tête que le sport, et vous universitaires ou chercheurs, vous en êtes convaincus, le sport n’est pas un phénomène naturel dans la pratique, c'est un phénomène culturel. C'est un credo que je réaffirme en permanence et tous les chercheurs, qu'ils soient au CNRS, dans les Universités, l'ont rappelé : le lien entre le niveau culturel et le niveau d'éducation des individus et la pratique sportive est immédiat. C'est quelque chose dont il faut se souvenir, parce que dès lors que l'on cesse d’impulser une activité qui s'appuie sur l’éducation, sur des installations, des organisations, on risque de voir disparaître la pratique sportive parce qu'elle n'est pas naturelle. Je ne parle pas de la dépense physique, je parle de la pratique sportive.

11L'évolution technique modifie considérablement les pratiques sportives. Jusque vers les années soixante, les matériels ont peu changé. Les fournisseurs ont fait leur apprentissage, leur évolution en terme de matériels. Mais depuis bientôt trois décennies, il ne se passe pas une année sans qu'il n'y ait un nouveau produit sportif, un nouvel engin sportif, une nouvelle technicité qui permet d'aller toujours plus loin, que ce soit dans la compétition ou le domaine des loisirs.

12Exemple, le passage du parachutisme au delta, du delta au parapente dans les années quatre-vingt-cinq. Le vélo classique est devenu un VTT, en passant par le mountain bike. Les développements qui sont intervenus dans le domaine de la pratique de la voile, du surf, les technologies de pointe que l'on retrouve, dans la conception des matériels pour le grand public, font que l'on peut procurer plus vite et plus rapidement au gens, avec une plus grande sécurité, des sensations plus fortes. Il y a donc capacité d'apprendre plus vite ou de vouloir sentir plus vite les choses dans la pratique sportive.

13À l'UCPA la logique de renouvellement de matériels sportifs est quelque chose de très important. Aujourd'hui, on fournit un 420 à un jeune qui veut apprendre la voile, et il part chez le voisin, parce qu'il veut faire de la voile sur des catamarans du genre Hobby Cat. Je ne fais pas de publicité, je donne simplement quelques exemples concrets. Il veut utiliser le nouveau dériveur australien qui s'introduit dans les écoles de voile, pouvoir faire du parachutisme sur ailes et non plus utiliser des parachutes traditionnels, etc. Aujourd'hui des gens sautent en parachute alors qu'ils ne sont jamais montés dans un avion. Ce qu'ils veulent, ce n'est pas l'apprentissage du parachutisme, mais de pouvoir tout de suite sauter et connaître des sensations que l'on éprouve en chute libre.

14Une chose qui a fortement évolué, ce sont les destinations de pratique. Il y a eu deux phénomènes notables et complémentaires. L'UCPA spécialisé dans les sports de pleine nature, pour les jeunes Français, propose des activités à proximité des grandes villes mais aussi à l'étranger, non par souci de se développer, mais parce qu'il y a des attentes fortes de la part des jeunes à ce sujet.

15Les gens vivant de plus en plus dans les villes veulent pratiquer près de leurs lieux de proximité de vie. D'où le développement de toute une série de techniques qui permettent de pratiquer des activités de plein air près de chez soi. Un exemple, aujourd'hui : la pratique de l’escalade se fait prioritairement en milieu artificiel et elle ne se fait qu'accessoirement en milieu naturel. Les plus grandes compétitions se font en milieu artificiel.

16En sens inverse, les progrès liés aux transports ouvrent des champs de pratique qui sont énormes et à l'échelle mondiale. À l'époque, quand j'étais étudiant, le rêve que nous faisions tous, était de partir faire une virée dans l'Himalaya et dans ce but on économisait, on cherchait l'appui du club alpin local pour réaliser ce qui était un aboutissement sportif. Aujourd'hui, le moindre débutant dans une activité sportive veut aller sur le lieu de référence de cette activité. Un plongeur qui débute plonge sur la Côte d'Azur mais il veut aussi plonger en Mer Rouge, aux Seychelles, à Cuba.

17Un élément qui a fortement fait évoluer la pratique sportive ce sont les attentes des gens et les comportements sociaux. Robert Rochefort, directeur du CREDOC, a écrit un article récent dans la revue Espace sur les différentes périodes qu'il identifie dans les évolutions de ce qu'il nomme l'imaginaire de la consommation. Il dit que jusqu'aux alentours des années soixante-dix, il y a la dimension sociale forte, la vie associative du club où les choses étaient bien posées, on y avait une mission interne à remplir dans le club, lieu de relations, tissu social et convivial. À partir de cette époque et jusqu'aux années quatre-vingt-dix, il y a eu la période de la génération "glisse" qui a été très bien décrite par Alain Loret dans son livre Génération Glisse et dans lequel il explique les ruptures liées aux systèmes organisés, et notamment le développement de la logique individualiste.

18L'autre phénomène également apparu par la suite, que l'on connaît, est le phénomène des sports déstructurés, le basket en liberté, le roller skate dans les rues, etc., qui ne sont pas des refus d'organisation mais qui sont aussi une marque de refus des systèmes organisés traditionnels, avec toutes leurs approches contraignantes. Je ne pose pas la question de la philosophie ou du bien-fondé de cette organisation là ; je constate simplement qu'elle est aujourd'hui contestée par beaucoup de jeunes.

19Un autre élément tout aussi important est apparu dans les pratiques et comportements sociaux, c'est le fait que l’on veuille vivre tout de suite des sensations que procure une pratique sportive sans passer par des apprentissages longs, ennuyeux, coûteux. On veut vivre de suite les sensations telles qu'on les perçoit ou telles qu'on s'imagine pouvoir les percevoir, à travers ce qui est véhiculé dans les médias. Le rôle de ces derniers est important. Il a été rappelé ce matin par M. Marchand et M. Leblanc. L'imaginaire des jeunes et tout ce qu'il comporte, à travers la médiatisation des pratiques sportives, fait que ceux-ci veulent avoir des sensations immédiates dans leur approche sportive. Le temps où, dans les clubs d'équitation par exemple, on commençait à nettoyer le box, puis on allait brosser le cheval pour pouvoir avoir le droit de le monter, est révolu. Si vous ne mettez pas les gens de suite en situation, ils ne seront pas satisfaits. Cela pose une question sur la pédagogie de l'apprentissage d'une pratique sportive, et la pédagogie pose la question de la formation des cadres techniques.

20Cela amène à ce que nous appelons le phénomène du zapping sportif. Il est double. Aujourd'hui, pas un d'entre nous n'est resté sur une activité sportive unique et est resté fidèle à cette activité tout au long de sa vie sportive. Tous, nous avons pratiqué plusieurs activités, successivement. Les jeunes, eux, veulent les pratiquer toutes ensemble. Conséquence immédiate, vous ne pouvez pas mobiliser les jeunes sur une activité. Il y aura toujours les 10 % de jeunes, sportifs convaincus, qui seront l’ossature de la structure sportive, mais le plus grand nombre qui a accès aux sports tout en éprouvant une satisfaction immédiate, va passer d'un sport à l'autre, et il veut y aller vite parce qu'il n'a pas la volonté d'aller jusqu'au bout. Ensuite, peut-être se fixera-t-il sur une pratique sportive, mais au départ c'est cette soif de découverte, de changement, d'instabilité des attentes qui prédomine. C'est une caractéristique importante du comportement des jeunes aujourd'hui de vouloir tout, d'avoir tout, et tout de suite.

21L'autre facteur d'évolution c'est le problème économique. Un problème très important car le sport coûte cher et est consommateur de temps, pour pratiquer. Quelle que soit l'activité que vous voulez faire, elle prend du temps, au minimum une demi-journée, parfois une journée ; imaginez en milieu naturel ! Si vous êtes un spécialiste de l’escalade, quand vous êtes parisien, vous irez dans les Alpes ou à la limite, à Fontainebleau. Fontainebleau ce n'est pas la grande escalade, mais il faut avoir le temps de s'y déplacer et cela a un coût. Ensuite il faut instrumenter, il faut encadrer et la réglementation est très contraignante à ce sujet. Chaque fois qu'une réglementation vient à être renforcée, dans un souci de sécurité tout à fait compréhensible, on s'aperçoit en fait que l’on occasionne des surcoûts ou des limitations aux pratiques. Un cadre qui s'investit et qui investit dans l’obtention de diplômes particulièrement onéreux veut rentabiliser son investissement formation et demandera à être payé selon sa compétence mais aussi en fonction d'avantages corporatistes que la loi de 1984 permet de revendiquer. Dans certains secteurs, il faudra donc le payer.

22Je voudrais ajouter une remarque, importante également. On parle de crise économique. Je ne sais pas si elle est réelle, mais il y a un comportement économique des ménages dont il faut tenir compte, qui fait que ceux-ci mettent de moins en moins d'argent dans leur budget loisir.

  • 1 Cahier Espaces, no 49.

23Dans un article récent1, Vincent Passini montrait combien la part du budget des ménages consacrée aux activités de loisir avait considérablement baissé depuis une dizaine d'années. En moyenne, elle se situait aux alentours de 10-12 % pendant les vingt, trente dernières années de croissance. De nos jours, elle se situe aux alentours de 7-8 %, alors que cela reste toujours une attente, mais les ménages sont bien obligés de faire des choix dans leur budget. La pratique sportive n'intervient que parmi d'autres choix. Là aussi, il y a une limitation économique simple. La conséquence c'est que les gens regardent de plus près ce qu'on leur propose et ils ont tendance à être exigeants sur la qualité par rapport aux prix et ils cherchent une prestation avec des prix accessibles.

24On voit donc apparaître chez le sportif une logique de consommateur. Vous connaissez comme moi l'état des finances de l'État ou des Collectivités, quelles soient départementales ou régionales, pour aider les structures sportives. Quelles que soient leurs bonnes volontés, elles ont d'autres priorités aujourd’hui que d'aider à financer les associations sportives. La tendance s'est accrue du fait de la difficulté économique générale. Par ailleurs, sont apparus dans le secteur sportif des concurrents redoutables, parce qu'efficaces, parce qu'ils n'ont pas du tout les mêmes finalités que nous. M. Leblanc l'a rappelé précédemment, il avait raison d'insister sur ce point : c’est le secteur privé. Je n'ai rien philosophiquement contre le secteur privé qui a sa raison d'être dans un système libéral. Simplement, sa finalité n’est pas la même que celle d'un club ou d'une association comme l'UCPA. Le secteur privé ne se préoccupe pas de l'éducation du citoyen, il ne cherche qu'à faire des bénéfices. Or, il a besoin, pour garantir l'efficacité de ses investissements, d'intervenir dans tous les champs possibles de l'économique.

25Le secteur sportif est rentré dans le champ économique complet et aujourd'hui, ce que nous vivons, c'est la pratique sportive qui, dans une logique de loisir, est en train de devenir un produit de consommation de masse. Cela veut dire que, si vous n'êtes pas content de l'offre ou de la prestation chez l'un, vous allez voir l'autre. Vous serez d'autant exisgeant plus que vous avez peu d'argent. Vous serez de plus en plus attentifs. On le voit chez les jeunes. Ils achètent des prestations qui sont découpées en tranches, notamment dans les stages sportifs. On voit apparaître des logiques de promotion dans les périodes creuses de vacances, à l'exemple de certains opérateurs qui bradent leurs prestations à un moment donné à la moitié du prix de revient. Si une association fait de même, elle est perdue. Elle n'a pas les ressources financières, les fonds propres pour amortir ce genre de pratique commerciale. Pendant les périodes de haute consommation, vous ne pouvez pas, au nom de la philosophie qui vous anime, augmenter les prix concernant les adhérents et ainsi financer des promotions de basse saison pour capter une nouvelle clientèle.

26D'une manière générale, les comportements des gens deviennent des comportements de consommateurs plus que d'adhérents.

27Il y a donc toute une série de problèmes qui se posent. Déjà, le projet du club doit être fait en fonction de ses adhérents, mais clairement défini par rapport à ses finalités et ses objectifs. À l'UCPA, nous nous sommes dotés d'un projet pédagogique qui permet de rappeler aux gens qui viennent chez nous pour pratiquer un sport, qu'ils ne sont pas dans la structure commerciale du coin... qui ferait du business. Il y a chez nous de l'éducatif, de la citoyenneté, de l'autonomie, de la sécurité. C'est indispensable d'avoir cela à son "programme" lorsqu'on est une association.

28Deuxième conséquence : aujourd'hui dans le système concurrentiel qui est le nôtre, le club devra clairement se positionner par rapport à ces finalités. Je laisse de côté le problème des clubs sportifs professionnels, les grands clubs, pour lesquels c'est une histoire médiatique, de moyens, de sport spectacle. Je parle du club de base, de celui qui fait partie du tissu social et de la vie au quotidien de mes contemporains.

29Il aura à s'interroger sur la nature des prestations qu'il propose à ses adhérents. Il devra être attentif à ce que veulent les gens, en particulier les plus jeunes, sinon il risque de se voir très vite écarté comme lieu priviligé de pratique, de voir partir ceux qui constituent ses forces vives. Sans adhérents, le club n'a plus de raison d'exister.

30Il devra aussi s'ouvrir sur la réalité sociale. Le club égocentrique qui ne vit que pour ses adhérents, sous forme d'amicale, c'est très bien et c'est légitime en soi, mais ce type de structure ne peut pas espérer aller bien loin, au-delà de la durée de vie du groupe qui le compose.

31Si le club veut vraiment s'inscrire dans la pérennité, il faut qu'il soit sur un champ social le plus large possible. On ne peut pas parler dans un club de politique sportive si on ne parle pas de formation des jeunes, d'insertion des jeunes. Il n'y a rien de plus contestable que de voir des jeunes rester dans la rue lorsque des installations sportives d'un club leur sont fermées parce que le président du club ne veut pas les endommager. Lorsque je discute avec des présidents de fédérations, dans d'autres instances, je constate que souvent ils n'ont pas de réponse à toutes ces questions parce que sur le terrain on ne sait pas traiter ce problème de façon originale.

32Un autre élément intervient, c'est le professionnalisme. Face à la concurrence du secteur privé, l'amateurisme, au sens de disposer de temps, de faire les choses par conviction, n'a plus de place. Il va falloir définir très clairement les rôles : entre des bénévoles politiques qui font des choix sur les projets et des professionnels qui gèrent techniquement les choix faits par les politiques. C'est indispensable, sinon nous serons rapidement supplantés par de nouveaux venus plus efficaces dans leurs réponses.

33A quoi cela sert d'affirmer très fortement des convictions associatives, des finalités sociales si on se fait damer le pion sur le terrain par des opérateurs privés qui arrivent avec des arguments et des champs d'intervention beaucoup plus pertinents auprès des jeunes et des sportifs.

34Ce sont là des questions à se poser sur notre rôle, notre ouverture au monde qui nous entoure. Si on vit sur des schémas de pensée et d'action traditionnels, en l'an 2000 le club existera toujours, probablement, mais ce qui fait la richesse du sport, à travers le tissu social qu'il constitue, n'existera plus, le club n'aura plus lieu d'être considéré comme acteur social pour le développement des pratiques sportives.

35Aujourd'hui, l'éducation sportive, à travers l'école, l'université est quelque chose d’essentiel pour donner aux gens la culture sportive ; le rôle du club passe par son ouverture, par sa collaboration avec d'autres partenaires, soit dans les fonctions sociales, soit dans les missions de quartier, soit simplement dans les actions de formation. Un club qui a la volonté de dire : "je remplis une mission sociale et j'ai une utilité sociale" ne peut pas être absent de ces grands débats de société d'aujourd'hui.

Notes

1 Cahier Espaces, no 49.

Auteur

Directeur Général Adjoint de l'Union des Centres de Plein Air

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540