Version classiqueVersion mobile

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. Le club sportif à la croisée des chemins face aux changements, continuité ou mutation ?

Sport et université

Intervention écrite de Jean Fabre

Jean Fabre

Texte intégral

Jean FABRE

Inspecteur Général de l'Éducation Nationale

1Le passage dans le troisième millénaire frappe déjà les imaginations. Dans l'histoire de l'humanité et plus modestement dans la vie des hommes, il est comme un impérieux besoin d'établir des repères qui constituent des jalons dans l'uniforme marche du temps. Si la plupart de ces repères sont créés par les aléas de l'histoire, la célébration de l'arrivée de l'an 2000 est porteuse dans l'imaginaire d'un espoir programmé de changement et de novation. Cette période unique de réflexion sur le passé et de projection dans le futur, est salutaire dans une société qui, en cette fin de siècle, a de plus en plus de mal à imaginer et à construire en dehors de structures qui se présentent trop souvent comme des champs clos patiemment façonnés par des cultures de pouvoir.

2Le sport n'échappe pas à cette règle. L'évolution de ses pratiques et de ses structures semble indiquer que son chemin est irrémédiablement tracé dans le cadre d'une société qui l'utilise comme un produit offert aux lois du marché et comme un exceptionnel vecteur de communication. Les grandes manifestations destinées à le promouvoir, la nature des compétitions régulant ses pratiques, la place de l'athlète dans la société répondent à des règles économiques de plus en plus éloignées des valeurs humanistes dont il doit être porteur. Et ces règles semblent laisser peu de marge à son évolution.

3Il est pourtant possible d'imaginer, de projeter et de promouvoir dans l'organisation du sport français d’autres approches, de nouvelles formes de pratiques. Elles lui permettraient de retrouver quelques-unes de ses valeurs perdues, tout en corrigeant certains de ses excès. Un des secteurs dans lequel beaucoup d’initiatives pourraient être prises est bien celui de l’École et de l'Université. Ainsi, le sport universitaire, appréhendé différemment dans un contexte nouveau, pourrait considérablement améliorer la situation existante du sport en général et de son élite en particulier.

4Cette nouvelle disposition pourrait s'articuler autour de quelques principes simples : modification sensible de l'organisation du sport au sein des structures universitaires, articulation étroite entre les clubs universitaires et les établissements d'enseignement supérieur, création dans de nombreuses Universités de départements du sport de haut niveau regroupant les sportifs d'élite.

Une nouvelle organisation du sport dans les Universités

5Au sein d'un même établissement universitaire il n'est pas rare de trouver plus de six structures autonomes gérant tout ce qui se rapporte au sport. Cette situation engendre des cultures de pouvoir, devenant bien souvent des pôles d'inertie dans le développement des pratiques sportives. Dans un tel contexte, il est d'une difficulté extrême de mettre en place un projet global capable de mobiliser l'ensemble des énergies.

6Il serait donc opportun de créer une seule structure dont la fonction serait d'assumer l'ensemble des activités à caractère sportif. Ces activités à l'intérieur de l'Université regrouperaient la formation des enseignants EPS, la pratique sportive des étudiants, les compétitions, les rassemblements, l'animation des campus, etc. Mais cette structure devrait également prendre en charge des actions à l'extérieur de l'Université. Elle pourrait en particulier contribuer à la formation des éducateurs et des cadres sportifs et participer à l’insertion professionnelle des sportifs de l'élite. Pour compléter l'ensemble du système, il serait souhaitable que les clubs universitaires servent à l'émergence, dans la société civile, des activités sportives de l'Université.

Émergence, dans la société civile, des activités sportives de l'Université à partir des Clubs universitaires

7La position des clubs universitaires dans l'organisation du sport national est ambiguë. Ils participent complètement aux compétitions civiles en utilisant certaines ressources humaines des Universités.

8Une réflexion pourrait être engagée pour que ces clubs, à l'origine du sport associatif en France, jouent un rôle différent dans son organisation, en étant le support d'une compétition spécifique, originale, permettant d'exprimer pleinement les valeurs humanistes qui leur sont attachées. La tradition, leur histoire, et la qualité des hommes qui les dirigent sont porteuses d'une éthique qui pourrait servir de contre poids à certaines dérives bien connues des pratiques sportives et de leur mise en œuvre.

9Il serait souhaitable, pour le rayonnement du sport en général, que les clubs universitaires soient, pour l'essentiel, l'émanation des Universités, permettant à son élite sportive de s'exprimer à l'extérieur de ses structures. Ils deviendraient alors des vecteurs capables de dynamiser des pratiques de masse au sein des établissements d'enseignement supérieur, tout en contribuant à leur rayonnement et à leur identification à l'extérieur. On pourrait ainsi imaginer une autre organisation des compétitions sportives, prenant en compte plusieurs disciplines et faisant également intervenir, dans certains cas, plusieurs niveaux de pratiques.

Des départements du sport de haut niveau

10Il est un lieu commun de dire que le sport de haute compétition, tel qu'il est appréhendé dans les temps présents, est frappé de plusieurs perversions. La recherche de la performance à tout prix, l'importance des enjeux économiques lui donnent une orientation mercantile, dans laquelle la personnalité de l'athlète se dilue dans des lois économiques laissant peu de place au désintéressement. Le dirigeant sportif, de plus en plus homme d'affaires et de moins en moins éducateur, gère les hommes dans la seule optique du résultat immédiat. Cette situation fragilise le sportif, hypothèque parfois sa santé en multipliant le nombre de ses blessures et peut conduire à des excès comme le dopage. Pour se donner bonne conscience, l'institution punit, à juste titre, ces excès et l'athlète reçoit des sommes d'argent conséquentes tant qu'il est productif dans ce type de marché. Des exemples célèbres de sportifs ayant réussi leur reconversion masquent une réalité toute différente. La carrière d'un sportif de haut niveau est brève ; dans la majorité des cas, à la fin de ce court passage à la lumière du succès, l'athlète se retrouve plongé dans la dure réalité de l'anonymat, psychologiquement fragilisé et professionnellement non préparé.

11Il est de notre devoir de changer, sur ce plan-là, le cours des choses. L'enjeu de ce changement est fondamental pour l'image du sport et la dignité de ceux qui le pratiquent au plus haut niveau. D'ailleurs diverses enquêtes et interviews indiquent que la majorité des sportifs de haute compétition ne se satisfont pas de ce que leur propose la société actuelle. Tout en s'investissant totalement dans la discipline sportive où ils excellent, ils sont désireux de préparer dans les meilleures conditions leur insertion dans le monde du travail, une fois leur carrière sportive terminée. L'Université pourrait sur ce plan-là jouer un rôle déterminant.

12Il serait nécessaire de créer, dans un certain nombre d'entre elles, des départements du sport de haut niveau ayant pour vocation d'accueillir tous les athlètes d’élite qui le désirent. Le but de ces structures serait de construire pour chacun d'eux, quel que soit son niveau de base, un parcours de formation en mettant en œuvre tous les moyens pour sa réalisation.

13Ce parcours serait adapté aux possibilités et à la disponibilité de chacun, la pratique sportive restant évidemment l'objectif prioritaire. Il pourrait s'exprimer au sein d'une structure de formation universitaire, technique ou professionnelle ; mais également à l'intérieur de certaines entreprises dans des systèmes de formation alternée. Sans hypothéquer l'investissement nécessaire à la réussite des objectifs sportifs, il donnerait à l'athlète une sécurité, un épanouissement personnel qui auraient des retombées positives sur la qualité de ses performances.

14Ce projet, par son architecture et sa cohérence apporterait au sport universitaire un nouvel élan, un autre rayonnement et certainement des moyens privés permettant sa mise en œuvre. Il contribuerait à donner à l'Université une image différente, un rayonnement à l'extérieur tout en jouant un rôle fédérateur dynamisant à l'intérieur.

15Il apporterait au sport en général une dimension nouvelle en permettant à l'athlète d'exprimer pleinement l'ensemble de ses qualités, tout en retrouvant une dignité qui a malheureusement tendance à diminuer au fur et à mesure qu'augmente la dimension des logos publicitaires dont il est porteur.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search