Version classiqueVersion mobile

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. Le club sportif à la croisée des chemins face aux changements, continuité ou mutation ?

Conférence de Michel Leblanc

Michel Leblanc

Texte intégral

Michel LEBLANC

Conseiller Technique auprès du Premier Ministre

1Mesdames, Messieurs,

2Vous avez centré les travaux de votre 14ème Université Sportive d'Été sur le thème interrogatif : "Un autre club sportif pour le 21ème siècle ?"

  • 1 Michel Leblanc, Le club de l'an 2000, Paris : Editions de l'INSEP, 1992.

3Un questionnement moins ambitieux m'avait amené à réfléchir, il y a quelques années, sur le club de l'an 2000. Publié en 1992, l'ouvrage qui rassemblait le fruit de ces réflexions ne se donnait qu'une visée prospective réduite à huit années1.

4Les organisateurs ont pensé, en m’invitant à introduire les débats d'aujourd'hui, que je pouvais contribuer à élargir cette tentative prévisionniste au-delà de cette date symbolique du changement de millénaire.

5La tâche n’est pas aisée, car, pour inventer le club du 21ème siècle, il semblerait nécessaire d'imaginer la société du 21ème siècle... ou tout du moins son début.

6Les scientifiques les plus crédibles s'accordent pour dire que les prochaines décennies verront s’accentuer la place et le rôle que jouent, dans nos sociétés occidentales les NTIC, lesquelles ignorent et ignoreront encore davantage les frontières des états. Ces technologies produiront une activité économique estimée à 2 000 milliards de dollars en l'an 2000, soit 10 % de l'économie mondiale....et le double de son importance en 1995 !

7Ces industries "culturelles" généreront des activités humaines où le virtuel prendra une place de plus en plus grande notamment chez les jeunes, ce qui constituera un défi supplémentaire, mais également un atout, pour les clubs sportifs dont l'offre de loisirs permettrait de vivre la réalité comme un contre-poids possible à l'omniprésence du monde virtuel.

8Les scientifiques nous disent aussi que l'accroissement incessant des connaissances engendre des sociétés complexes (voir E. Morin, J. de Rosnay et d’autres sur la théorie de la complexité), qui nous obligeront à penser et à agir en considérant les organisations humaines comme des systèmes complexes où interagissent de nombreux paramètres économiques, sociaux, culturels, etc. À ce titre, le club sportif peut être considéré lui-même comme un système complexe où se côtoient des identités diverses dans des tâches différentes qui devraient cependant collaborer à la réalisation d'objectifs communs.

9Nous savons aussi qu'une autre donnée importante de l'avenir de nos sociétés industrielles passera par une réduction du temps consacré au travail tout au long de la vie. Ainsi, la durée annuelle moyenne du travail des salariés est passée en France de 1 900 heures en 1973 à 1 645 heures en 1996. Et tout porte à croire que cette tendance ira en s'affirmant, ce qui aura pour conséquence un temps libéré plus important pouvant être consacré aux APS.

10N'ayant ni les compétences ni le temps pour développer ces perspectives, nous retiendrons seulement ces tendances lourdes qui ne seront pas sans conséquences sur le ou les modèles de clubs sportifs au xxie siècle.

11Ayant jeté un rapide regard sur l'avenir de notre société, il nous faut maintenant examiner l'évolution passée des clubs sportifs afin de tenter de dégager les problématiques qui se posent à leurs dirigeants aujourd'hui.

12Je rappellerai donc brièvement le contenu des travaux exposé par J.-P. Callède lors de l'Université Sportive d'Été 87 qui, avec son regard de sociologue, dénombrait trois phases dans l'histoire du club sportif de sa naissance à nos jours :

  • la période héroïque (1880-1930) imposant un modèle culturel marqué par de Coubertin ;
  • la période topique (ou d'implantation) (1930-1970), imposant un modèle démocratique ou social du club ;
  • la période stratégique (1970-fin des années 1980) imposant un modèle segmenté des clubs.

13Notre auteur s'interrogeait alors sur la naissance d'une quatrième phase qui aurait déjà débuté et qui imposerait un modèle marchand.

14L’analyse faite par J.-P. Callède en 1987 se vérifie dans bien des cas aujourd'hui : certains clubs sportifs représentent un secteur d'activités attirant les investisseurs privés selon des logiques purement commerciales génératrices de profits. On notera d'ailleurs que ces investisseurs sont fréquemment des entreprises de communication (Canal+,...) faisant fructifier le "Média-Sport-Système", si bien que la première problématique qu’il convient de poser est celle-ci :

"Pourra-t-on faire cohabiter, dans un même ensemble cohérent, des clubs dont les références aux valeurs fondatrices du sport sont aux antipodes ? "

15En d'autres termes, les clubs professionnels (pour adopter une terminologie commode, quoique trop réductrice), devront-ils demain toujours faire partie de la grande famille du mouvement associatif sportif et participer ainsi indirectement à la mission de service public que l'Etat confie aux fédérations ou constituer une organisation spécifique possédant sa propre logique commerciale et des structures conformes au droit commun des sociétés privées ?

16Les USA, le Canada, le Japon, l'Australie... ont déjà tranché ce débat. La France et ses partenaires européens ne doivent-ils pas imaginer leurs propres réponses afin de favoriser le développement d'un secteur économique porteur ?

17Il faudra aussi s'interroger de savoir si le versement de subventions publiques, par des collectivités territoriales, à des sociétés commerciales de spectacle sportif se justifierait encore.

18Si un tel repositionnement devait voir le jour, il ne manquerait pas d'avoir des répercussions quant à la place, le rôle, l'organisation du club sportif et ses relations avec les pouvoirs fédéraux d'une part et les collectivités territoriales d'autre part. Ce champ de réflexion est porteur d'une double problématique qu’il nous faut examiner simultanément :

"Peut-on gérer le club sportif du xxie siècle indépendamment des logiques sportives des collectivités locales et territoriales ainsi que des politiques fédérales ?"

19Le club du futur sera, plus encore qu'aujourd'hui, placé à un double carrefour de stratégies locales et nationales affilié à une fédération, il participe à la mise en œuvre des politiques fédérales (championnats nationaux, formation des jeunes, émergence de l'élite, plan d’équipement, contribution à la formation des équipes nationales...)

20- inséré dans le tissu social de la cité, il participe à la mise en œuvre des politiques sportives publiques locales (animation de la cité, insertion sociale, loisirs sportifs de récréation et d'hygiène, participation à l'encadrement d’activités péri et post-scolaires comme par exemple les opérations d'aménagement du temps de l'enfant, etc).

21Pour l'une comme pour l'autre de ces politiques, le club sportif est l'acteur et le partenaire incontournable. De la façon dont pourront, à l'avenir se développer ces partenariats, dépendront la place et le rôle que le club jouera dans la vie sociale.

22Entre le club et la fédération, ne serait-il pas opportun de réfléchir à un fonctionnement impliquant davantage le club dans les décisions fédérales tout comme les fédérations dans le projet du club ; cela signifierait l'élaboration d'un cadre contractuel pluri-annuel entre le club et la fédération précisant les objectifs communs, les moyens à mobiliser et l'évaluation des activités.

23Entre le club et la ville, ne conviendrait-il pas, de s'engager plus avant encore qu'actuellement dans des politiques concertées ? Le cadre contractuel paraît indispensable pour asseoir et développer le partenariat entre la collectivité publique détentrice de la légitimité politique, et le club détenteur de la légitimité sociale et culturelle.

24Cela suppose bien entendu que le club ne restreigne pas ses missions aux seules activités sportives traditionnelles (championnats...), mais qu'il s'ouvre à des missions de nature sociale, culturelle, éducative, récréative., autant de raisons pour être perçu par les pouvoirs publics locaux comme un véritable opérateur social et donc un partenaire crédible à qui l'on peut confier une mission de service public local de la même façon que l'État confie aujourd'hui une mission de service public aux fédérations sportives.

25Ces stratégies croisées sont plus que l'addition des politiques : elles permettent des synergies démultiplicatrices en termes d’activités, de satisfaction, de besoins sociaux mais également de création d'emplois de proximité.

26Depuis une quinzaine d’années, les clubs français ont, dans leur grande majorité et quelle que soit leur discipline, laissé passer des occasions de répondre à de nouveaux besoins exprimés par le public : besoins de loisirs corporels pour les adultes (souvent non compétitifs), besoin d’APPN, besoin de pratiquer des sports pendant les vacances.

27Cette demande est aujourd'hui satisfaite, non pas par les clubs et le mouvement associatif sportif, mais, en grande partie, par le secteur privé commercial, ces entrepreneurs de sport qui ont très vite compris qu’il y avait là un marché de consommation de loisirs physiques et sportifs.

28La question qui mérite d'être posée pour l'avenir (et qui constitue notre troisième problématique) est donc celle-ci :

"Le club sportif doit-il abandonner définitivement la volonté de répondre lui-même à ces demandes (et à celles de nature semblable qui se poseront dans les prochaines années) et laisser le secteur privé s’en charger, ou doit-il faire l'effort de se positionner en candidat alternatif et concurrentiel afin de répondre à ces demandes sociales ?"

29Abandonner au secteur privé ce champ de pratiques, c'est accepter que des publics en soient exclus pour des raisons de coût d'accès.

30Se positionner en structure d'accueil potentielle serait pour les clubs opérer une révolution culturelle sur le plan philosophique, structurel et communicationnel.

31Ce serait aussi tenter de reconquérir un public d'adultes aujourd'hui consommateur de pratiques physiques qu'il conviendrait de rendre davantage acteur.

32Et puisque nous venons d'évoquer le sportif acteur de ses pratiques, plutôt que le sportif consommateur, permettez-moi d'évoquer une autre forme de participation à l'action et à la vie du club et qui constitue notre quatrième problématique : "quelle citoyenneté pour le sportif dans son club ?"

33Dans un peu moins de 4 ans, nous fêterons le centenaire de la loi du 1er juillet 1901. Cette nonagénaire se porte comme un charme puisqu'on dénombre plus de 150 000 associations sportives parmi les 700 000 associations que compte notre pays.

34Le club du xxie siècle ne devra-t-il pas prendre en compte cette donnée de la vie citoyenne que constitue la participation réelle de ses membres à son organisation, à ses projets, à ses décisions. Combien de clubs aujourd'hui associent-ils réellement les jeunes à la préparation et la mise en œuvre de leurs activités ?

35Existe-t-il pourtant meilleure école de formation à la citoyenneté que l'exercice de responsabilités (partagées, adaptées aux capacités de chacun) dans le cadre associatif ?

36Peut-être faut-il faire évoluer les cadres traditionnels dans lesquelles ces dernières s'exercent. L’âge légal, les modalités d'élection, les formes de participation sont quelques uns des secteurs sur lesquels la réflexion doit porter. Le formidable espace juridique de liberté qu'offre la loi de 1901 ne doit sûrement pas être utilisé pour cadenasser les formes d'exercice du pouvoir associatif, mais au contraire favoriser le dialogue, la participation du plus grand nombre à la vie du club.

37On touche ici du doigt l'une des missions historiques du club sportif : sa mission éducative et plus précisément sa dimension non pas physique, mais morale.

38Le club du xxie siècle aura à poursuivre cette tradition qui fait que des millions de parents confient leurs enfants à des dirigeants sportifs dans l'espoir que la pratique sportive associative complétera l'éducation familiale et scolaire. Mais cette mission sera encore plus difficile à exercer en raison des conditions nouvelles de l'environnement socioéconomique des clubs. Les déviations du sport (violence, dopage, corruption, mercantilisme) constituent des cancers qui le rongent de l'intérieur et qui doivent être combattus avec toutes les armes possibles ; les politiques de prévention valant d'ailleurs mieux que les mesures de répression qui constituent autant d'aveux d'échec.

39C'est pour cette raison que la cinquième et dernière problématique que je souhaite poser devant vous aborde la question du club et des politiques sportives éducatives. Quelles relations entre les clubs dits civils et les associations sportives scolaires et universitaires ?

40En effet, la France est le seul pays européen à posséder un réseau d'A.S. de collèges et de lycées (12-18 ans) dotées d'un encadrement professionnel à la charge de l'État. Il n'est pas certain pourtant que le potentiel ainsi disponible soit utilisé au mieux des intérêts. Bien sûr, des accords existent entre fédérations civiles, scolaires et universitaires. Mais les clubs et associations affiliés bâtissent rarement des relations de coopération : plus souvent même, ils s'opposent et se disputent une "clientèle".

41La réflexion ne pourrait-elle pas conduire à imaginer des partenariats réels et profonds entre les clubs et les A.S. scolaires y compris primaires. Enseignants, animateurs, éducateurs sportifs d'une part, chefs d'établissement, présidents de clubs d'autre part, ne pourraient-ils pas coopérer sur les plans matériels, humains et même financiers et en tirer profit, non seulement pour les enfants, mais aussi pour leurs associations respectives ?

42Depuis 1950 et le décollage du sport scolaire et universitaire en France, les histoires institutionnelles, politiques et sociales entre les clubs et les A.S. ont emprunté des voies parallèles. N'est-il pas temps à l’aube du xxie siècle d'additionner les diversités et les moyens ? Des expériences pourraient être conduites et des signaux forts, lancés par les dirigeants fédéraux les encourageraient.

43Voilà les questions centrales qui se posent aux clubs pour l'avenir.

44Je souhaiterais conclure sur un aspect qui m'apparaît crucial quelles que soient les réponses apportées aux enjeux juridiques économiques, politiques, sociaux et culturels qui se posent et se poseront demain : c'est la notion de projet.

45Trois raisons justifient cette approche :

  1. Le projet est inhérent à la notion même d'association : la loi de 1901 stipule qu'une association est "la convention par laquelle deux ou plusieurs personnes mettent en commun leurs connaissances ou leurs activités dans un but autre que de partager des bénéfices". Cette définition sous-tend la notion de "projet commun "... que l'on trouvait sommairement indiquée dans les statuts à l'article "Objet" de l'A.S. ;
  2. le projet associatif donne du sens à l'action. C'est le moteur de l'activité qui évite la routine gestionnaire des dirigeants et mobilise les associés vers un ou des objectifs clairement exprimés ;
  3. le projet associatif est l'unique réponse à la complexité des structures tels que les clubs sportifs. Il facilite les interrelations entre les différentes parties prenantes du club et contraint à trouver des réponses adaptées au contexte.
    • Si bien que à votre question "Un autre club sportif pour le xxie siècle ?", je serais tenté de répondre : "dis-moi quel est ton projet, je te dirai ce que sera ton club".
    • Si le projet est de gagner la Coupe d'Europe, le plus sûr moyen d'y parvenir est de trouver des partenaires financiers pour évoluer vers une société commerciale, entreprise de spectacle sportif participant au "média-sport-système".
    • Si le projet est de participer à des missions sportives, éducatives, culturelles, sociales mais aussi économiques... le club devra évoluer vers une entreprise d'économie sociale participant au tiers secteur, c'est-à-dire prenant part à des activités économiques mais sans que le profit en constitue le moteur.
    • Si le projet est de participer à des missions sportives éducatives, sociales et culturelles visant à la formation et à l’épanouissement de l'enfant, de l'adolescent et des jeunes... le club devra alors évoluer vers une association sportive de jeunesse et d'éducation populaire, où la vie démocratique constitue le cadre de référence de la construction de la citoyenneté, sportive, prélude à la citoyenneté sociale.

46Il serait donc réducteur d'utiliser le singulier pour parler du club du xxie siècle.

47Plus qu'aujourd'hui encore, le pluriel s'imposera pour que les clubs dans la diversité de leurs projets répondent aux défis d'une société de plus en plus complexe où les dirigeants sportifs devront inventer l'avenir, sans trahir le passé.

Notes

1 Michel Leblanc, Le club de l'an 2000, Paris : Editions de l'INSEP, 1992.

Auteur

Conseiller Technique auprès du Premier Ministre

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search