Version classiqueVersion mobile

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Présentation de la 14e université sportive d'été. Séance d'ouverture

Intervention de Jean-Paul Schneider

Jean-Paul Schneider

Texte intégral

Jean-Paul Schneider

Vice-Président de l'UNCU

1"Où allaient-ils ? — Est-ce que l'on sait où l’on va ?" : cette question, empruntée à Jacques le Fataliste de Diderot, avait ouvert l'an dernier, la 13ème Université Sportive d'Été consacrée à "l'autre sport". Elle aurait d'ailleurs tout aussi bien pu servir d'exergue à la première d'entre elles qui se tint à Poitiers, en 1984, tellement incertain paraissait alors l'avenir de l'entreprise.

2À vrai dire, lorsqu'il ouvre ainsi son roman sur une interrogation provocatrice, Diderot se moque un peu de son lecteur. N'affirme-t-il pas avec un égal sang-froid, moins d'une page plus loin, que les choses "se tiennent ni plus ni moins que les chaînons d'une gourmette ?" Aussi pourrait-on lui emboîter le pas et dire, pour en revenir à l'Université Sportive d'Été, que si les organisateurs ne savent pas toujours où ils vont, ils ont toujours su en revanche où ils voulaient aller, et on pourrait ajouter que leurs intentions depuis l'origine, "se tiennent ni plus ni moins que les chaînons d'une gourmette". Voici donc, en guise d'avant-propos, présentés rapidement quatre de ces "chaînons", ou, si vous préférez, quatre de nos objectifs constants.

3Le pari de 1984 était simple et téméraire. Les concepteurs de l'Université Sportive d'Été souhaitaient en effet réunir pendant quelques jours, dans une atmosphère tout à la fois de travail, de fête et d'échanges, de pratique sportive et de réflexion sur le sport, les acteurs les plus divers du monde sportif : athlètes de haut niveau et pratiquants de base, élus locaux et dirigeants bénévoles, entraîneurs, éducateurs et administrateurs, théoriciens et techniciens, journalistes et médecins, et j'en passe. À tous, fervents thuriféraires, observateurs impartiaux ou sévères détracteurs, à tous nous désirions faire partager une expérience à la fois intellectuelle, culturelle et sportive, de manière à aider au développement d'un dialogue qui, dans ces conditions, nous paraissait susceptible de revêtir des formes non seulement inhabituelles mais aussi, vraisemblablement, fécondes.

4Il est vrai qu'avec un attelage aussi composite on ne pouvait pas bien savoir où l'on allait. Le risque était grand de voir s'affronter les clans, se juxtaposer les prises de positions verrouillées, ressurgir les figures connues des vieux démons de l'incompréhension. Tout aussi sérieux était le péril inverse, celui d'entretenir des débats animés certes, mais autour de ces éphémères utopies ou de ces lancinantes frustrations dont tout homme peuple son arrière-boutique. Les deux dangers n'étaient d'ailleurs pas exclusifs l'un de l'autre : on peut très bien s'attabler au Café du Commerce et s'y passionner pour le jeu des familles.

5Or c'était ce qu'il fallait éviter à tout prix. Afin d'essayer de se prémunir contre ces dérives, les organisateurs ont d'abord décidé, à partir de 1985, de publier systématiquement les Cahiers de ces Universités Sportives d'Été : ils s'imposaient ainsi à eux-mêmes, dans la pire les hypothèses, une exigence minimale de qualité et de cohérence. D'autre part, à partir de 1988, l'Université Sportive d'Été s'est faite nomade. Alors que les premières manifestations s’étaient toutes tenues en un même lieu — d'ailleurs idéal à beaucoup d'égards — le CREPS de Poitiers, les suivantes vont progressivement prendre l'habitude de changer d'implantation tous les ans. Les organisateurs comptaient limiter ainsi les dangers d'une ritualisation, d'une pernicieuse fermeture dans la bonne conscience, clôture qui aurait risqué à terme de ne plus entretenir le dialogue que dans le cercle réduit de quelques habitués et de le condamner par voie de conséquence à une marginalisation teintée d'exotisme et à une stérilisation assurée.

6En fait le souci de l'Université Sportive d'Été a toujours été de lutter contre la double tentation de la dilution d'une part, de la castification de l’autre. Le fait que, aussi nombreux et aussi divers, nous soyons aujourd'hui réunis à Nîmes, pour cette quatorzième année de l'Université Sportive d'Été, ne prouve pas que nous ne soyons jamais tombés dans les pièges que nous craignions. Cela montre en tout cas que, d'une manière générale, nous n'avons pas non plus perdu tout à fait notre premier pari d'ouverture et d'efficacité.

7À vrai dire les fondements de cette réussite sont à chercher dans une heureuse conjonction : celle qui a vu l'Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France et l'Union Nationale des Clubs Universitaires se reconnaître une commune vocation d'intermédiaire, de trait d'union ou de carrefour. Sportifs, journalistes, universitaires ont ensemble mis en œuvre leur expérience de la communication, de l'information et de la formation dans un constant souci de la performance. C'est là, indéniablement, l'une des originalités de l’Université Sportive d'Eté, qui fait cohabiter une section de réflexion générale et une section dite de communication. Cette originalité répond aussi au second des quatre objectifs que j'évoquais tout à l'heure. Jacques Marchand, vous a présenté, il y a quelques instants, la section "Communication". Je me contenterai donc pour ma part de souligner que cette cohabitation n’est pas le fait d’une simple coïncidence, qui pour de vagues raisons de commodité ferait se tenir deux manifestations dans un même lieu au même moment. Elle est le résultat d'une volonté délibérée qui a développé en deux volets une même entreprise, celle qui consiste non seulement à réfléchir aux problèmes rencontrés par le sport dans la société d'aujourd'hui, mais à lui préparer aussi une place digne dans celle de demain.

8Or il est des faits auxquels on ne peut rien : l’ultramédiatisation du monde contemporain est de ceux-là. Nous pouvons nous en féliciter ou le regretter : nous ne changerons rien au fait lui-même. Dans l'univers que nous nous sommes créé, il n'est plus d'efficacité possible à long terme sans communication. Inversement, il n'est plus de médiatisation imaginable sans responsabilité formatrice... ou déformatrice. Au moment où toute activité un tant soit peu importante devient la proie de marchands d'images et de mirages, il nous a semblé que la défense des valeurs fondamentales du sport passait inévitablement par une meilleure maîtrise de l'image qui en était offerte au public. La section "Communication" permet tous les ans à des jeunes qui rêvent de journalisme sportif de suivre les débats de leurs aînés et de s'initier en même temps, encadrés par de véritables professionnels, aux contraintes, aux ressources et aux responsabilités du métier qui les tente. Plaider pour un sport au service de l'homme, le faire accepter en tant que tel par le plus grand nombre et aider à préparer les jeunes qui demain peut-être auront à en façonner et à en défendre l'image, tel a été dès le départ l'un des objectifs majeurs de l'Université Sportive d'Eté.

9Le troisième objectif que je voudrais évoquer ici nous a toujours tenu particulièrement à cœur. Le "journal", on le sait, est ce qui s'écrit au jour le jour, et nos amis journalistes ont souvent été présentés, de manière un peu péjorative, comme les chantres de l'éphémère. Grâce à eux, disait Voltaire, le monde est informé d'événements "qui font partout un grand bruit pendant quelques heures". En contrepartie le journaliste est plongé, par son métier, dans ce que le quotidien a de plus immédiat et de plus concret. Quant aux universitaires, ils ont fréquemment eu la réputation de passer leur vie, comme le philosophe d'Aristophane, dans une nacelle accrochée aux nuages. En revanche on les croit assez généralement capables de dégager des constantes — principes ou lois — par delà les apparences du contingent ou de l'accidentel.

10L'association, au sein de l'Université Sportive d’Été, des journalistes sportifs et des sportifs universitaires, parfois si différents par leur approche du réel, a eu pour conséquence de les obliger à s'enrichir les uns par les autres et à se définir, en matière de sport, trois exigences communes : avoir comme visée permanente l'action sur le terrain, prendre conscience des implications complexes induites par toute pratique et garder toujours présents à l'esprit les principes qu'on prétend mettre en œuvre par son intermédiaire. Une Université Sportive d'Eté qui ne déboucherait pas sur des propositions concrètes serait à nos yeux une Université Sportive manquée. Mais serait ressentie tout autant comme un échec une Université Sportive d'Eté dont les Cahiers ne seraient qu'un livre de recettes.

11Que, dans cette perspective de réflexion agissante et d'action réfléchie sur le sport, le club sportif soit devenu un sujet incontournable n’étonnera personne. Il avait déjà retenu l'attention de précédentes Universités Sportives d'Été. Il sera, les jours prochains, au cœur de nos préoccupations. Soumises aux mutations de la société moderne, la pratique du sport comme la vie associative connaissent aujourd'hui des changements profonds. De nouvelles structures sociales, de nouvelles habitudes de vie, de nouveaux publics, contribuent à faire émerger de nouvelles exigences, de nouveaux modes d'appropriation, voire une nouvelle éthique du sport. Les clubs sportifs, et tout particulièrement sans doute les clubs omnisports, se trouvent placés au point de rencontre de différentes tensions qui d'ailleurs ne sont pas sans rappeler celles que j'évoquais tout à l'heure à propos de l'histoire de l'Université Sportive d’Été.

12Pris entre deux tentations contraires, le club peut être séduit par l'idée d'une fermeture soit orgueilleuse sur les seules élites, soit désenchantée sur les seuls fidèles. Le syndrome d'Astérix, hélas, peut à la rigueur nourrir quelques satisfactions intellectuelles ; il n'a jamais réussi pour autant à modifier le cours de l'histoire. Ou alors, choisissant l'ouverture, le club sportif peut être tenté par le chant des sirènes extérieures. Bien plus, il peut se faire sirène à son tour pour essayer d'attirer par des activités diversifiées à l'extrême les publics les plus variés... et les crédits de toute nature et de toute origine. Dans un cas comme dans l'autre, pour des raisons très différentes d'ailleurs, lorsque ces mutations rêvées se réalisent, elles font peser des menaces graves aussi bien sur les valeurs fondamentales du sport dont le club est le dépositaire que sur l'esprit même qui a fait sa force depuis plus d'un siècle désormais.

13À cette épreuve, l'ouverture de l'espace européen vient en ajouter une autre. Les expériences nationales sont aujourd'hui confrontées à celles des pays voisins, les cadres juridiques qui permettaient aux clubs de définir leurs contours et parfois leur politique se transforment. Les vieux points d'appui, les uns après les autres, se fragilisent. Le club est sans aucun doute la cellule de base où se construisent la vie et l'esprit sportifs. Il est aussi l'un des lieux stratégiques où se joue leur avenir. Dans l’évanouissement général des repères traditionnels il est donc urgent que le club sportif se redéfinisse des objectifs mobilisateurs durables, adaptés à la fois à un monde nouveau toujours en gestation et aux visées humanistes sans lesquelles la pratique sportive n'est que "ruine de l'âme".

14Voici pourquoi ce sujet a été retenu cette année pour la 14ème Université Sportive d'Été. Voici également esquissés quelques contours du champ qu'il va nous falloir explorer pour essayer de définir les actions à y entreprendre. Nous n'avons pas pour autant la témérité de prétendre vouloir changer la face du monde : nos ambitions sont plus modestes, et j'en viens en conclusion au quatrième "chaînon" que j'annonçais en présentant nos objectifs. L'Université Sportive d'Été ne se propose pas comme ligne de mire de mythiques révolutions. Elle souhaite simplement apporter un tribut actif, aussi humble soit-il, à la réflexion nécessaire pour que l'histoire du mouvement sportif dans un univers de tous les risques ne se construise ni sans les sportifs ni contre le sport.

15Et puisque nous avons commencé en compagnie de Diderot c'est encore en sa compagnie que je vous propose de terminer. L'Université Sportive d'Été, avons-nous rappelé, s'est faite nomade par vocation. Par vocation aussi elle conçoit son action sur le mode provocateur de ces bohèmes originaux rencontrés par l'auteur du Neveu de Rameau :

"Ils m'arrêtent une fois l'an quand je les rencontre, parce que leur caractère tranche avec celui des autres, et qu’ils rompent cette fastidieuse uniformité que notre éducation, nos conventions de société, nos bienséances d'usage ont introduite. S'il en paraît un dans une compagnie, c'est un grain de levain qui fermente [...]."

16Voici donc revenu le moment de la rencontre annuelle avec ceux que Diderot appelait "ces originaux-là". Puisse le levain se mettre effectivement à fermenter ! Puisse-t-il aider la pâte à lever ! C'est mû par cette espérance que je déclare ouverte à présent la 14ème Université Sportive d'Été.

Ce n'est pas tout. Car ce livre pourrait être le dernier à décrire un mode de relation très particulier et être le premier, dans le même temps, à décrypter un monde neuf. Le monde tel qu'il va est un monde qui bouge. Chacun en est conscient et l'amateur d'abord, anxieux de toute atteint à l'objet qu’il révère ou qu'il aime et qui offre de lui un reflet qui lui sied. Mais comment change-t-il, ce monde, dans quel sens, quel ordre ? Quelle cosmogenèse aurait donc cours et se pourrait lire à travers sport, à travers jeu, que chacun pourrait suivre à la trace à partir d'éléments recueillis jusqu'ici ? Ne nous y trompons pas : à la différence de quelques autres il est vrai, les spécialistes du jeu qui interviennent dans ce débat, de quelque prestige qu'ils soient auréolés dans le circuit du jeu, ne sont aucunement des fous de rugby. Leur terrain de jeu ne se limite pas à la surface d'herbe. Et tous sont d'avides découvreurs. Sous les pelouses, la Terre ! Il y a longtemps que la formule est leur.
Extrait de Rugby, parabole du monde, ouvrage coordonné par Pierre Duboscq, Paris : L'Harmattan, 1998, voir conclusion p. 318. Coll. Conjonctures politiques.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search