Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Allocution de bienvenue

Yves Loubatières

Texte intégral

M. Yves LOUBATIERES

Président de l'Université de Montpellier 1

1Monsieur le Député Maire, Monsieur le Président, chers collègues, et en particulier, chers amis, membres de la Conférence des Présidents d'Universités, Mesdames, Messieurs,

2Il est difficile de prendre la parole devant des spécialistes, sur le problème des clubs sportifs. Je limiterai mon propos à ce que j'essaie de connaître, le sport universitaire. Quel est le rôle des clubs dans ce domaine et réciproquement, quel rôle joue l'Université ?

3Une vision très simple de l'histoire permet de constater que le sport se situe entre deux positions, le panem et circenses d'une part, et le mens sana in corpore sano d'autre part.

4Hélas, chacun sait que lorsque les peuples s'appauvrissent le panem et circenses devient le point important et lorsque les peuples s'enrichissent, c'est le mens sana in corpore sano qui prend toute sa dimension.

5Je fais partie de cette immense majorité d'universitaires qui ne regardent pas l'avenir dans le rétroviseur, parce qu'il faut que ce soit vers cette voie que nous nous dirigions.

6Or, je vous indiquerai tout simplement l’expérience, celle de l'Université de Montpellier 1, qui peut représenter non pas un exemple, ce serait trop prétentieux, mais une opération pilote qui mérite à mon sens d'être menée à terme.

7Vous n'êtes pas sans savoir qu'un problème général s'est posé, il y a deux ans maintenant, dans le cadre d'un enseignement de ce que l'on appelait encore les STAPS.

8Les Facultés des sports ont vu une croissance d’effectifs extrêmement forte. Pendant longtemps on s’était caché le problème. Ce qui arrive souvent d'ailleurs, même à l'université ! Il n'y a pas que les politiques qui se cachent devant les réalités. La politique consistait à dire : nous allons simplement établir un pseudo numerus clausus, mais comme la loi ne le permettait pas on trichait un peu. Cela entraînait, et mes collègues le savent aussi bien que moi, une tricherie incroyable qui faisait croire aux étudiants qu'il y avait un numerus clausus comme en médecine. On peut pendant un certain temps abuser d’une population mais cela ne dure pas. Il faut des structures suffisamment précises pour indiquer une voie à la population.

9C'est ce qui s'est passé à Montpellier, et ailleurs. De nombreux étudiants se sont dit " mais pour quelle raison établirait-on un numerus clausus ? Y a-t-il un texte qui le motive ? Et s'il y a un texte, y a-t-il des raisons objectives ?". Hélas non, il n'y avait pas de texte ni de raison...

10Pas de texte bien sûr, puisque tout bachelier a le droit de se diriger vers la filière universitaire de son choix, à quelques exceptions près. Il n'y avait pas de raison, sauf si on partait du principe que l'enseignement du sport était une pratique de clônage qui permettait à des enseignants d'une discipline de former des jeunes de la même discipline en leur demandant, au moins, de ne pas regarder ce qui se passe à côté. Ce serait trop dangereux. C'est le prototype de l'enseignement totalitaire.

11Il a fallu effectivement un certain courage de la part de l'immense majorité des collègues et de la quasi-totalité des étudiants pour se dire, maintenant, c'est fini, on ne s'amusera plus à ce jeu-là. On ne va pas dire que l'on limitera le nombre d'étudiants au motif que les seuls débouchés du sport sont pour les universitaires le CAPES et l'agrégation, et pour les autres la magouille, le grenouillage. Bref tout ce qui a fait du bruit dans la presse.

12Mais la presse ne connaît qu'une mince partie de la réalité. Le sport fait rêver les gens devant la télévision, mais largement plus ceux qui, à la nuit tombée, vont porter un chèque ici, un chèque là pour que, d'une façon ou d'une autre, l'on puisse placer quelqu'un en position de hors jeu, alors que visiblement il n'avait pas envie, sauf s’il était délégué pour le faire. On arrive à faire chuter quelqu'un sur un point dans la zone de penalty parce que, bien sûr, il a été payé pour. Si l'on appelle cela du sport, c'est bien ! Cela a déjà été le cas pour un sport connu que je ne citerai pas pour ne pas vexer ses adeptes, mais l'on sait parfaitement que le bon va gagner, que le mauvais va perdre pour faire croire que dans la société ce sont les bons qui gagnent et les mauvais qui perdent. Ce qui est complètement faux. Il suffit de regarder la vie publique et que tel n'est pas le cas, mais c’est encore le cirque...

13L'Université se trouve face à un dilemne : être capable de regarder à l'extérieur et constater qu'elle doit pouvoir répondre aux aspirations d'une population. Elle doit également répondre aux problèmes les plus cruciaux qui se posent actuellement : le chômage et, plus généralement, la détresse elle-même.

14C'est pour cela qu'il a été décidé à Montpellier, et cela a porté ses fruits, de donner d'autres formations, en plus des formations classiques tels le CAPES ou l'agrégation, qui ne verront pas des créations apportant des débouchés. Nous avons prévu de nouvelles filières, l'une axée sur la santé et le sport, l'autre sur la gestion et le sport.

15À partir de là, on revient effectivement aux clubs eux-mêmes. Dans la société telle qu'elle va évoluer ou telle qu'elle évolue déjà, que constate-t-on ? Que les personnes vivent de plus en plus longtemps, mais hélas, dans une situation physique et matérielle extrêmement difficile, pour la raison bien simple qu'étant toutes seules, elles ne font aucun exercice, aucune pratique, ce qui entraîne toute une cascade de maladies qui conduit à une vieillesse très désagréable.

16Il faut donc qu'il y ait des personnes qui s'occupent des individus atteints par la fatigue, l'âge. Il y a aussi les handicapés à la suite d'un accident de véhicule ou autre, qui après la phase de soins, ont besoin d'autre chose, parce que l'on ne peut pas les faire partir de l'hôpital pour les amener chez eux, sans les encadrer d'une façon ou d'une autre.

17Il est donc nécessaire de créer de nouveaux emplois dans ce cadre aussi. Plus généralement, c'est le cas des handicapés de la vie, c'est-à-dire ceux qui, à la suite d'un choc psychologique, la perte d'emploi par exemple. Malgré ce qu'affirment les gouvernements successifs, il s'agit d'un problème non plus conjoncturel mais structurel, donc pas inéluctable.

18Il y a incompétence visible de ceux qui ont tenté ou pourraient tenter de régler ce problème...

19Il y a de nouveaux débouchés, de nouveaux emplois qui sont utiles. Ce ne sont pas des emplois pour créer des emplois, parce que cela ne sert à rien. L'économie change, et si l'on veut créer des emplois qui n'aboutissent pas à une utilité pour la population, au bout d'un certain temps ces emplois se perdent d'eux-mêmes. C'est un premier axe qui a été choisi : santé et sport pour parler simplement.

20Vous voyez donc la distinction entre une formation médicale plus liée au soin, par rapport à une formation "sportive" plus liée à la santé. La différence est assez forte, même si souvent on fait la confusion entre l'une et l'autre.

21Gestion et sport, ou management du sport, est un autre aspect qui peut induire des conséquences pour les clubs. Les mots ne sont pas importants mais le contenu l'est.

22La raison est simple. Des clubs se créent partout. Dans la quasi-totalité des cas, ceux qui les dirigent ont à la fois, la compétence et l'honnêteté pour le faire. Mais la complexité des textes actuels et la difficulté de gérer un club financièrement conduisent naturellement à des dérives. Je ne citerai pas le nom d’idoles qui à un certain moment sont tombées dans les oubliettes. Alors que n'importe quel individu lambda se serait retrouvé derrière de vrais barreaux. Chacun les connaît, ils sont tapis ici ou là...

23Il faut donc qu'il y ait une formation dans les universités qui permette d'accéder non pas à la présidence des clubs mais à la direction administrative, comptable de ces mêmes clubs.

24À partir de là, cette dichotomie extrêmement violente risque de poser des problèmes pour les collectivités. Il est donc nécessaire d'avoir, et des spécialistes et des généralistes. C'est vers cette voie qu'il faut tendre si l'on veut développer de façon harmonieuse et cohérente les activités sportives en France, Mais également, si l'on veut que les clubs sportifs ne fassent pas les unes des journaux pour ce qui ne marche pas, mais fassent les unes des journaux parce que ces clubs auront réussi à réintégrer des personnes qui étaient rejetées de la société. Il faut que ces clubs soient connus non pas pour leurs dérives, mais parce qu'ils sont capables d'assurer une gestion transparente et cohérente.

25Le club doit aussi permettre aux individus de retrouver une autre convivialité. Chacun d'entre nous reçoit de l'information, de la télévision surtout, information mâchée, volontairement trafiquée. Dans un club les gens discutent, de temps en temps refont le monde... mais vous savez que tous les progrès sont nés d'utopies, engendrées par des groupes qui ont toujours essayé de refaire le monde.

26Voilà la voie de l'Université de Montpellier I, voie sur laquelle on travaille durement, même si certains potentats ne souhaitent pas qu’un tel développement ait lieu. Les potentats, tristes descendants des Médicis, la culture en moins, partent du principe que ce qu'ils n'ont pas imaginé n'est pas bon ; et ce qui ne rapporte pas de bénéfices, ne leur plaît pas.

27C'est un message que je veux faire passer. Les ennuis, vous en aurez en tant que dirigeant de club, parce que tôt ou tard, sachez-le, tout doit être récupéré, c'est un principe, et la tâche des dirigeants, des membres, c'est d'éviter la récupération.

28Si l'on regarde le panorama fédéral en France, on s'aperçoit que "qui dit club, dit récupération". Et on récupère. Il faut savoir que la tâche d'un certain nombre d'élus n'est pas d'essayer de faire évoluer la société, mais leur carrière. Pour faire évoluer la carrière, que faut-il ? Des électeurs, des moyens de pression, etc.

29Il y a une réflexion à porter sur les clubs eux-mêmes pour leur permettre d'essayer d'être libres et indépendants. C'est ce que nous avons fait collectivement à l'Université de Montpellier qui, jusqu'alors, était constamment secouée par quelques potentats incompétents. Nous avons réussi à avoir notre indépendance et notre autonomie. Si j’ai un message à apporter aux clubs : cherchez à avoir votre indépendance et votre autonomie. Vous êtes là pour permettre à la population de se développer de la façon la plus harmonieuse possible. Votre tâche n'est pas celle de colleur d’affiches. Si tel était le cas, mettons cette discipline aux Jeux olympiques.

30Je vous remercie de votre attention.

Auteur

Président de l'Université de Montpellier 1

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.