Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Un autre club sportif pour le xxie siècle ?

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d'ouverture

Allocution de M. Alain Clary

Alain Clary

Testo integrale

M. Alain CLARY

Maire de Nîmes, Député du Gard

1Mesdames, Messieurs,

2Chers Amis,

3C'est avec beaucoup de plaisir et d'intérêt qu'au nom de la municipalité de Nîmes et de nos concitoyens, j'adresse des souhaits sincères et chaleureux de bienvenue à Nîmes, aux organisateurs et participants de la 14ème Université Sportive d'Été.

4Au nom de la municipalité, mais aussi, permettez-moi de l'ajouter, en mon nom personnel, car ayant eu charge d'animer, voici quelques années, sous la municipalité que dirigeait alors mon ami Emile Jourdan, la délégation au sport, j'ai conservé, bien sûr, un intérêt particulier pour l'ensemble de ces activités.

5C’était au début des années quatre-vingt et force est de constater que notamment sous l'effet du rôle prépondérant dévolu à l'argent, les enjeux se sont, depuis, considérablement modifiés.

6Dans le même temps, les pratiques sportives se sont, pour une large part, transformées dans leur contenu. La relation au monde sportif organisé, au tissu associatif a été travaillée en profondeur par des évolutions traversant la société toute entière et qui ont pu être analysées comme expressions d'un repli sur soi, d'une individualisation des choix et des comportements.

7Je n'adhère personnellement que d'assez loin à de tels constats. Car ils font, à tort me semble-t-il, peu de cas des valeurs de fraternité, de solidarité, d'esprit de corps et d'équipe, constitutives et fondamentalement identitaires de la pratique et du mouvement sportif.

8Le paysage sportif qu'il nous est aujourd'hui donné à considérer est marqué par ces quelques caractéristiques, mais aussi, et pour ne faire référence qu'à la dernière Loi de Finances, par une insuffisance criante des crédits de l'État consacrés au sport.

9Une insuffisance qui s'ajoute à l'absence de définition et plus encore à l’absence de mise en œuvre d'une mission de service public du sport.

10Ainsi apparaît-il comme une urgence que puissent être examinées sur le fond avec l’ensemble des parties intéressées, quelques-unes des questions qui ont d'ailleurs été récemment soulevées par Madame le Ministre des Sports.

11Je pense à la modernisation de la loi de juillet 1984 sur l'organisation et la promotion des activités physiques et sportives. Je pense aux rapports entre le sport et l’économie, au rôle dévolu à l'argent et sur lequel des athlètes de premier plan expriment publiquement des interrogations.

12Ainsi de Stéphane Diagana, récent champion du Monde, déplorant que les Jeux olympiques d'Atlanta aient été, je le cite "vendus à tout prix, quitte à les transformer en un parc d'attraction".

13Je pense enfin — car cela concerne directement le maire de Nîmes — aux rôles respectifs qu'il appartient à l’État, aux collectivités territoriales ou au mouvement sportif de jouer.

14Je souhaite que la perspective ouverte par les dernières échéances électorales et la mise en chantier de la Loi de Finances pour 1998, soient l'occasion d’avancer dans un sens conforme aux besoins issus du terrain.

15Les clubs, leurs adhérents et responsables, l'ensemble des pratiquants sportifs, comme tels et comme citoyens, auront un rôle décisif dans ce nécessaire processus de transformation et d'amélioration progressive du paysage sportif français.

16J'ai noté, avec beaucoup d'attention que les ateliers, les communications, les débats ouverts par cette 14ème Université Sportive d'été qui vous rassemble à Nîmes, aborderont quelques-uns de ces problèmes.

17Celui des conditions du bénévolat, celui de la stratégie et de la vie des clubs sportifs, celui, fondamental, des idéaux et de l'éducation sportive des jeunes.

18La ville de Nîmes qui s’apprête à tenir son 2ème Forum des Sports, se félicite donc que par votre présence, par le retentissement des journées qui vous réunissent, par la qualité du programme que vous avez rendu public et par l'importance des thèmes qui seront traités, l'Université Sportive d'Été lance en grand un débat que nous souhaitons, avec mon ami Bernard Finiel, des plus ouverts, des plus approfondis et des plus productifs possibles.

19Ainsi cette perspective ancre-t-elle fermement au sein des réalités nîmoises et pas seulement dans nos murs, vos propres travaux.

20Permettez-moi de souhaiter, pour conclure, qu'ils soient des plus fructueux et répondent aux attentes de leurs organisateurs et de leurs participants.

21VIVE LE SPORT !

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).