Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Clôture des travaux

Note de synthèse, par Jean-Paul Schneider

Jean-Paul Schneider

Texte intégral

Note de synthèse, par Jean-Paul SCHNEIDER,
Professeur à l'Université de Strasbourg
Vice-Président de l'UNCU

1Puisque me voici enfermé dans la fonction de frère prêcheur, je me sens investi d'une tâche redoutable : essayer d'être frère prêcheur sans faire de prêchi-prêcha. Il vous appartiendra de juger sur pièces si la formule de Michel Lenguin aura été simple boutade, ironique antiphrase, ou fâcheux pressentiment d'une fatalité.

2Charles Suaud a attiré notre attention sur le fait que l'espace sportif est à la fois un espace clos dans lequel une société d'initiés exerce ses pouvoirs de façon autocratique, sinon toujours autonome, et d'autre part un espace ouvert où se produisent des échanges qui sont essentiels à sa survie. Le problème du pouvoir dans le sport, du même coup, se pose dans deux contextes différents : un contexte interne et un contexte externe. À l'intérieur du mouvement sportif s'élaborent des rapports d'autorité d'une manière finalement peu originale puisqu'ils reproduisent les schémas que nous retrouvons dans toutes les institutions qui ont en charge la formation. Ces rapports d'autorité mettent en jeu trois termes que nous connaissons bien : le "formé", c'est-à-dire le destinataire de la formation, le "formateur", c'est-à-dire l'instructeur qui dispense un savoir, et enfin l'organisme chargé de gérer cette formation et qui peut être aussi bien le club que la fédération ou le ministère de tutelle. L'exemple qui précède le prouve : ces termes sont eux-mêmes composites et susceptibles à leur tour de développer en leur sein une multitude de conflits. La vie des universités offre des illustrations quotidiennes de telles tensions ; elle montre aussi les compromis auxquels conduit l'expérience pour essayer de gérer ces rapports de force et les affrontements réels ou potentiels qui en découlent. Quoi qu'on puisse en penser à l'intérieur du mouvement sportif, les formes qu'y prennent ces conflits et les solutions qui, le cas échéant, leur sont apportées là n'ont aucune spécificité remarquable. Elles ne font que reproduire un schéma tout compte fait très ordinaire.

3Si en revanche on considère le problème du pouvoir du sport dans le contexte de son environnement et de ses partenaires extérieurs, si l'on essaie d'observer la façon dont se nouent et se dénouent les rapports de pouvoir entre le mouvement sportif et ses différents satellites, il a semblé que les problèmes devaient se poser de manière plus originale et plus intéressante. Pour vivre, en effet, le sport a besoin d'argent, — et de plus en plus d'argent —, parce que la performance repose chaque jour davantage sur des techniques de pointe particulièrement coûteuses. Nous venons d'en voir une démonstration spectaculaire à propos des activités sportives des handicapés. Mais le fait se vérifie pareillement pour le skieur, ou pour le perchiste, ou pour le cycliste valides.

4Il est évident d’autre part que le sport de haut niveau a en règle générale besoin de beaucoup plus d'argent qu’il n'en produit lui-même. Il va donc être contraint de se vendre et par voie de conséquence il entretient avec le monde extérieur une relation commerciale qui rend patents les conflits d'intérêt, mais aussi les tensions d'un marché des changes que nourrissent les malentendus d'une estimation croisée des valeurs respectives. D'où les nombreuses interrogations qui ont fusé ces jours derniers en des termes souvent très différents sur les pouvoirs du sport. À propos de politique, on a évoqué le pouvoir des pratiquants sportifs comme électeurs, ou le rayonnement du champion représentant son pays à l'étranger. A-t-il été question d'économie, on a défini le sport comme une valeur marchande, comme un créateur d'emplois, ou encore comme un générateur de recettes directes ou indirectes. Parlait-on de morale, on a rappelé que le sport était "dépositaire de valeurs", "espace de liberté", voire "espace de plaisir".

5Ainsi menées, nos réflexions ont conduit à trois constats. On a souligné tout d'abord que l'un des caractères de la mentalité du sportif à la recherche de la performance était le constat de carence. L'athlète de haut niveau a toujours le sentiment que s'il n'atteint pas la perfection, il lui manquera quelque chose. Et comme la perfection dans le domaine de la performance se situe nécessairement dans l'au-delà de ce que l'on vient d’accomplir, on pressent à quel point l'impression de manque peut devenir consubstantielle à l'activité sportive. Ce même constat de carence semble bien marquer aussi le comportement du sportif face au pouvoir. Dans la recherche du pouvoir, comme dans celle de la performance, il est exposé en permanence à éprouver le sentiment qu'il est privé de quelque chose.

6Aussi voudrais-je remercier Michel Lenguin d'avoir composé sous nos yeux, l'autre soir, ces brillantes figures chorégraphiques où se mêlaient séduction et provocation, agressivité et complicité, estocades et esquives. Ce faisant il nous a offert une belle image de ce que sont les jeux ambigus du sport et du pouvoir. Lorsque le mouvement sportif se met à faire le matador, il se fait applaudir et ce n'est que justice rendue à son talent. Mais quelque indéniable que soit son brio, il fait rire aussi, car tout le monde sait bien que le vrai taureau n'est pas dans l'arène. Admirable, mais trop souvent à la façon de don Quichotte, le sportif dans la société n'a pas le pouvoir dont il rêve. Ses victoires même resteront en effet illusoires tant qu'il n'aura pas une idée claire ni de ce qu'il prétend défendre ni de ceux qu'il prétend combattre. Telle est sans doute la seconde constatation à laquelle ont conduit nos débats et nos réflexions.

7Le troisième fait qui fut souligné à diverses reprises et toujours avec force, c'est que le sport est une activité "complexe", "paradoxale", non réductible à quelques éléments constitutifs. Il tend à être en même temps démesure et équilibre, affirmation prioritaire de soi et respect de l'autre, exaltation du corps et revendication de la dignité de l'esprit. Le sportif est ainsi tout à la fois fort et faible. On pourrait penser qu'il lui suffirait, pour rendre cohérente son identité, de choisir l’une ou l'autre de ses tendances contradictoires et de l'assumer jusqu'à l'extrême. Mais on se rend compte bien vite qu'il ne saurait le faire sans se trahir lui-même. Que serait en effet un sport qui ne se voudrait qu'apologie du muscle, culte du corps, panégyriste des plaisirs des sens ? À l'inverse, que serait un sport qui ne se poserait qu'en humble auxiliaire de l'esprit, simple exercice d'hygiène au service de la pensée ? Que serait un sport qui se ferait le chantre de la démesure ? Ou qui s'enfermerait dans la frileuse protection d'un équilibre instable ? En fait le sport est tout cela à la fois. Il est, comme s'est plu à le rappeler Jacques Ardoino, un ensemble complexe non susceptible de simplification. Et c'est pourquoi il sera toujours perdant dans la course au pouvoir.

8Quelque surprenant que cela puisse paraître, ce constat d'échec prête à l'optimisme. On peut certes considérer que sa nature paradoxale condamne le sport à être un éternel vaincu dans la partie économico-politique dont il voudrait être un protagoniste. Mais on peut penser également que sa grandeur viendra précisément de ce qu'il saura le comprendre et l'accepter. Cela ne veut d'ailleurs nullement dire qu'il doit se résigner à n'avoir aucun pouvoir. Bien au contraire, ce pouvoir il l'acquerra s'il sait inscrire ses performances dans un ensemble d'objectifs qu'il met au service de l'homme, s'il l'aide à se connaître, à s'épanouir, à vivre libre enfin, et s'il ne se contente pas de lui apprendre seulement à courir plus vite, à sauter plus haut, à lancer plus loin le disque, le poids ou le marteau.

9La réponse aux problèmes que soulèvent les rapports entre sport et pouvoirs semble donc bien résider dans la formation, une formation qui ne soit pas seulement professionnelle, même si celle-ci est loin d'être négligeable (tant d'athlètes de haut niveau aujourd'hui encore n'y ont pas véritablement accès), mais une formation qui soit aussi sociale, voire philosophique. Le terme peut paraître pompeux. Dans mon esprit il désigne en fait tout simplement une sagesse fondée en conscience et en raison. Nos Universités Sportives d'Eté ont toujours souhaité voir leurs réflexions déboucher sur des propositions d'action. Si l'on veut tirer les conséquences pratiques des principales idées avancées ces derniers jours, et si l'on se range à l’analyse qui vient d’en être faite, il semblerait logique d'en conclure qu'il est urgent de donner aux clubs sportifs une dimension nouvelle. Certains se souviennent peut-être des journées de Lille au cours desquelles une athlète de haut niveau a évoqué la terrible solitude qui attendait le champion après la performance, célébrité d'un jour vite oubliée par son club et par le mouvement sportif tout entier, dès lors que l'homme ou la femme n'est plus capable de créer l'événement qui marque dans les annales des records battus. Un objectif prioritaire pourrait être pour nous de rendre désormais impossibles de tels drames en créant dans nos clubs des structures d'accompagnement de l'athlète avant, pendant et après la performance. En formant également dirigeants et entraîneurs à prendre conscience que le sport n'est rien s'il n'apprend pas à vivre. En aidant enfin le mouvement sportif à conjurer la tentation de la monomanie de la performance.

10En résumé on peut donc dire que le pouvoir du sport passe par l'acceptation de sa complexité, voire de ses contradictions, par le refus de la course à un pouvoir qui de toute façon lui échappe et par l'acceptation de cette leçon de Montaigne dans laquelle on peut déceler tout à la fois le fondement d'un art de vivre et la base d'un réalisme épris d'efficacité "(...) de faire la poignée plus grande que le poing, la brassée plus grande que le bras, et d'espérer enjamber plus que de l'étendue de nos jambes, cela est impossible et monstrueux". Au sport donc d'apprendre à "ne voir que de ses yeux" et à ne "saisir que de ses prises". Les renonciations auxquelles dans ces conditions il pourrait être conduit ne seront rien d'autre à mon sens, que l'affirmation de sa liberté, c'est-à-dire de sa force.

11Est-il utile de le rappeler ? Toute liberté implique des responsabilités. Au mouvement sportif de dire s'il entend les prendre. Ce qui est sûr en tout cas, c'est que s'il les assume avec fermeté, il en tirera une puissance nouvelle et cela même sur ce marché à l'écart duquel il semble qu'il ne puisse plus demeurer aujourd’hui. Crédit n'est pas mort pour ceux qui savent se rendre crédibles. Et sont crédibles ceux qui savent se connaître et s'assumer. Gnôthi seauton, "connais-toi toi-même" : la formule est prêtée par Platon à Socrate. Montaigne, Socrate : vous le voyez, lorsque nous nous penchons sur les doutes que nourrit le sport à l'égard de lui-même, tout décidément toujours nous ramène aux principes de l'humanisme.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search