Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Clôture des travaux

Note de synthèse

Le regard du journaliste par Jacques Marchand

Jacques Marchand

Texte intégral

Note de synthèse. Le regard du journaliste
Jacques MARCHAND

Président honoraire de l'U.S.J.S.F.

1Ce qui m'est apparu comme essentiel dans les débats auxquels j'ai été mêlé, ou auxquels j'ai simplement assisté en auditeur, c'est la diversité des pouvoirs. S'il fallait recenser tous ceux qui ont été évoqués, on serait déjà surpris de leur nombre.

2Et chaque pouvoir, selon l'expression de Charles Suaud, dans son exposé introductif, qui nous avait bien mis sur la voie, chaque pouvoir disais-je, dispose de son espace, et de sa propre logique. Seulement les espaces ne sont pas toujours bien délimités et, de ce fait, empiètent les uns sur les autres et parfois se confondent. Et les logiques, qui sous-tendent et justifient les pouvoirs ne se développent pas sur des lignes parallèles, donc elles se rencontrent, se recoupent sans doute, mais aussi se heurtent et parfois se combattent.

3Je suis un peu surpris, justement que la notion de "contre-pouvoir" n'ait pas été plus souvent avancée dans les explications.

4Ma conviction est, par exemple, que la presse exerce seulement un contre-pouvoir et, si elle été présentée dans nos débats comme un "pouvoir", c'est qu'elle s'est détournée de sa vocation en se soumettant aux pouvoirs économiques, à l'exploitation du spectacle et à la mise en scène de l'actualité.

5Autre exemple fourni par le colloque de lundi avec les ministres et qui est encore plus apparent dans les deux interviews du journal Dijon le ! d'hier.

6À la question des étudiants-journalistes : "Avez-vous pu exercer un pouvoir comme Ministre ?", Roger Bambuck reconnaît qu'il s'est heurté à un contre-pouvoir, celui du mouvement sportif où, encore aujourd'hui, il règle ses vieux comptes avec lui.

7Mais Nelson Paillou, comme Président du CNOSF, a toujours préconisé, et même conseillé au Président de la République, de supprimer le Ministère des Sports qu'il voyait comme un contre-pouvoir constituant une entrave à son action. Donc deux pouvoirs qui devraient se compléter, s'affrontent pour une suprématie du Pouvoir avec un "P", celui qui fait perdre la tête aux uns et aux autres.

8Edwige Avice, elle, accèda à la fonction de Ministre des Sports avec une formation politique pour découvrir le sport, alors que Bambuck a fait le parcours inverse : il avait une formation sportive et a découvert la politique sans être lui-même politique, handicap pour un ministre.

9Donc réaction différente d'Edwige Avice, qui évoque comme pouvoir essentiel de sa fonction le "pouvoir de l'argent" (le Ministère accorde les subventions) et surtout le "pouvoir de l'intelligence", qui permet d'écouter, de comprendre les autres et de les aider à réaliser leurs objectifs.

10Autrement dit, Edwige Avice contourne l'obstacle, le contre-pouvoir qu'elle rencontre, et au besoin elle use, parce qu'elle est une femme, de son pouvoir de conviction, qui confine au pouvoir de séduction, ce qui fut aussi le cas pour Michèle Alliot-Marie, un peu moins pour Frédérique Bredin qui n'a pas laissé un sourire à nos souvenirs, c'est tout au moins un jugement personnel.

11Pour conclure un article relatant l'ensemble de nos travaux, j'utiliserai une formule de ce genre :

12"Le sport dépend sans doute de la maîtrise des pouvoirs qui sont les siens et qu'il génère, mais il dépend aussi du pouvoir des autres ; de ses partenaires : medias, sponsors, politiques."

13Or, ou ces pouvoirs sont associés, complices, et se renforcent au profit ou au détriment du sport et des sportifs, ou les pouvoirs, et souvent les mêmes pouvoirs, s'affrontent, se combattent, et dans ce cas se détruisent et s'annulent.

14Et, en sport comme ailleurs, il y aura toujours compétition entre les pouvoirs d'intérêts et les pouvoirs de l'intelligence pour reprendre l'expression d'Edwige Avice, pouvoir aussi de la cordialité, ou plus simplement, pouvoir du cœur, qui semble avoir été une note dominante de cette Université.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search