Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Clôture des travaux

"Note spirituelle", par Michel Lenguin

Michel Lenguin

Texte intégral

"Note spirituelle", par Michel LENGUIN
Président du Bordeaux Etudiants Club
Union Nationale des Clubs Universitaires

1Mes frères sportifs,

2Sommes-nous détenteurs d'un pouvoir qui passe par une croyance collective, "dans l'autonomie de ses propres valeurs et de ses fins ?"

  • 1 Charles Suaud : sociologue.

3Ce pouvoir est-il absolu ? On a parlé de l'amour du sport, comme on parle de l'amour de Dieu, comme un absolu1, avec des valeurs essentielles n'appartenant qu'à lui. Or, le sport est sécrété par des "idéaux" para-militaires et n'existe qu'à travers une organisation. Peut-il se prévaloir de cette quête quasi religieuse même si sabre et goupillon ont toujours vécu en bonne intelligence ?

4En effet, quand on parle de culte de la performance, ne parle-t-on pas de quelque chose touché par la grâce ? Mais, n'a-t-on pas entendu que la performance était un progrès, et le progrès fils de la raison ?

  • 2 Intervention d'Yves Vargas.

5"La raison du sport serait le sport, la performance sa grâce"2. Parlant de sport et de son espace d'évolution, nous avons évoqué le système clos-circulaire. C'est la définition même de l'obscurantisme. Le sport-raison serait obscur.

6La performance touchée par la "grâce" serait par contre progrès puisque inscrite dans un temps linéaire qui défriche les terres et les temps inconnus. Voyez le paradoxe : l'irrationnel (la grâce) est associé au progrès, la raison à l'obscurantisme. N'est-ce-pas là, la preuve la plus évidente de la complexité du sport ?

7Existe-t-il deux sortes de pratiques ? : celle enracinée dans une anthropologie optimiste... — Sport éducatif — et celle du "fou de Dieu" capable de flagellations. Un athlète de haut niveau n'a-t-il pas parlé de la joie de retrouver les sensations de faim, de froid, de chaleur, de tyrannies et d’illuminations ! ! !

8"Grâce et raison", pouvoir et devoir sont de cohabitation difficile.

  • 3 Jean-Paul Schneider.

9Le sport n’est-il pas une énorme tentation de se parer des vertus les plus essentielles, celle comme le disait ce grand "officiant"3, de s'octroyer les "pouvoirs de Dieu", de jouer avec le feu, tel Prométhée, et d'en espérer quelques lueurs.

10Le pouvoir n'est-il pas alors qu’une apparence qui explique la fragilité propice à son exploitation ? Dans une expression équivoque, lourde d'ambiguïté ce même "grand prêcheur" nous affirmait.... Je cite : "Mettre le ballon au panier est dénué de sens" certes, mais pas de sensualité.

11À ce propos, la gestuelle corporelle transmet-elle un message, même si ce dernier est dépourvu de signe ou de sens ? Charles Suaud qui nous a ouvert le chemin redoutable des interrogations, ce premier jour des Universités, ne le croit pas.

12Le sport ne s'inscrit pas dans un système symbolique mais dans la logique d'un espace, puisqu'il est tout simplement "du social". Cet espace des sports, fondement d'une adhésion collective puissante, répond à une organisation "universelle" qui se "consacre" — c'est le terme employé — entièrement aux intérêts et aux valeurs du sport.

  • 4 En France.
  • 5 En Allemagne, en Angleterre.

13Cette universalité s'arrête à l'organisation de cet espace, car ici créature d'État4, le sportif participe ailleurs au nationalisme culturel5...

14Le pouvoir du sport a donc des racines différentes. À cet effet il sera plus ou moins apte à résister aux agressions, aux ambitions de ses adversaires et/ou également partenaires.

15En France, "objet d'Etat", le sport, paradoxalement déroge aux règles communes, décrète la spécificité de ses valeurs et sa propre juridiction. Ce pouvoir est accepté et reconnu. Le "Politique" soucieux de se donner une légitimité et de se fabriquer une image populaire en mime le langage et les manières, et lorsque le mime est talentueux la confusion des pouvoirs s'installe.

16Pour préserver le projet humaniste auquel prétend le sport, on nous incite à la "professionnalisation", cela veut dire entrer dans le "jeu" du monde des affaires, utiliser ses règles et ses moyens, et exporter nos valeurs dans un monde qui en est dépourvu.

17En fait, il nous faudrait refuser la prostitution tout en acceptant le strip-tease dont on sait qu'il conserve toujours une "peau de rechange".

  • 6 Personnage mythique animant les soirées de l'UNCU.
  • 7 Folklore international dijonnais.

18À la fin de ce discours, je me sens un peu comme cet Amérindien6, descendu des cieux qui interprète des signes selon ses fantasmes, fantasmes parfois orientaux.... vers lesquels amis, vous m'avez perfidement orienté un soir d'Université d'Eté.7

19N'ayant pas été touché par la grace et ma raison n'étant pas toujours source de progrès, j'ai certes retenu la complexité du sport, sans pour autant expliquer sa finalité. Sa pratique, nous dit Charles Suaud, est une fin en soi.

20Ecoutant ces grands prêtres philosophes, sociologues, littéraires, dans tous leurs pouvoirs et tentant aujourd'hui une maladroite et partielle synthèse.

Je me sens convers
face à ces moines enlumineurs !
Soyons sportifs, mes frères !

Notes

1 Charles Suaud : sociologue.

2 Intervention d'Yves Vargas.

3 Jean-Paul Schneider.

4 En France.

5 En Allemagne, en Angleterre.

6 Personnage mythique animant les soirées de l'UNCU.

7 Folklore international dijonnais.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search