Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4. Le règne de la performance... ses despotes, ses esclaves

Le débat, par Sylvie Hamez

Sylvie Hamez

Texte intégral

Au royaume de la performance, ni maître ni esclave

1En terme de pouvoir, l'histoire se répète inlassablement de siècle en siècle, dans un cycle immuable parcourant indépendance, guerres, rivalités et soumission pour la conquête du pouvoir. Les moyens utilisés sont souvent les mêmes. Les despotes recourent à la politique traditionnelle : susciter des conflits, imposer. Les mots choisis pour illustrer le thème — Le règne de la performance, ses despotes, ses esclaves — ont été empruntés au vocabulaire politique. Certes le monde sportif a emprunté beaucoup au militaire dans ses rituels, dans ses règles, peut-on néanmoins parler de despotes et d'esclaves ? Certains détiendraient-ils le pouvoir absolu ? D'autres seraient-ils, au contraire, complètement soumis ? Leur corps et leur esprit ne leur appartiendrait-il plus ?

2Yves Vargas, dans son brillant exposé, se pencha tout d'abord sur la définition de la performance qui n'est rien d'autre qu'un objectif à atteindre. Elle est pourtant bien la locomotive qui tire le sport, y compris le sport convivial et le sport éducatif. Parler de despotisme suggère qu'elle "occupe" le sport comme une armée étrangère.

3Mais plutôt que de renier cette performance, ce qui serait inconcevable pour un sportif, c'est peut-être la manière dont elle s'applique au monde sportif qui est despotique. Alors que le spectacle sportif semble fait de liberté, sa "fabrication" se révèle tyrannique. Pourquoi la fabrication du sport n'est-elle pas à l'image du sport ? C'est parce que, comme le dit Yves Vargas, "le sport n'existe pas par lui-même ni pour lui-même".

4Jean-Paul Schneider abonda dans ce sens : "Quand je parle de consubstantialité entre le sport et le tragique, c'est par rapport au tragique de la condition humaine. Il me semble que le sport est simplement un espace témoin privilégié de nos contradictions ou de notre condition tragique. Et lorsque l'on isole l'espace témoin, il ne signifie plus rien en lui-même. Il n’a de sens que par rapport à ce qu'il renvoie, d'où l'importance d'ouvrir l'éventail, de ne pas se refermer sur la seule recherche de la performance qui en elle-même ne signifie rien".

5Après le despotisme de la performance, fut abordé le despotisme des personnes qui gravitent autour du sport et du sportif. La complexité du sport fut régulièrement évoquée : "le sportif doit laisser à d'autres le soin de se charger du contenu idéologique de la performance. Il serait donc condamné à être esclave même s'il assume ces contradictions", poursuivit Jean-Paul Schneider.

6À ce sujet, l'ensemble des fédérations a marqué une défiance caractérisée face au phénomène de la psychologie du sport. Elle offrirait en effet la possibilité pour l'athlète d'avoir d'autres interlocuteurs que l'entraîneur et la hiérarchie fédérale et donc, de disposer peut-être d'une plus grande liberté par rapport à eux. À cette interrogation de Jean-Michel Martin, Michel Boutard, D.T.N. adjoint de Gymnastique, répondit : "A la Fédération Française de Gymnastique, nous prenons en compte cette dimension psychologique. La préparation technique est renforcée par une préparation psychologique car nos gymnastes évoluent dans une société où ils sont assistés. Par exemple, nos équipes de France sont actuellement en préparation pour les championnats du monde. En phase finale, l'aspect technique est gommé, nous n'avons plus grand chose à apprendre aux athlètes, si ce n'est les derniers réglages, par contre on va travailler la préparation psychologique et mentale. Nous avons admis le fait que l'entraîneur n'était pas forcément le plus compétent. En fait, c'est une équipe de travail qui s'organise autour de l'athlète et l'on a introduit un psychologue".

7Pourquoi aurait-on besoin de psychologue du sport ? La question fit vivement réagir Yves Vargas. Les psychologues spécialisés s'occupent de patients en position d'infériorité humaine : accidentés, victimes d'attentats, prisonniers, névrosés... Le sportif est-il un handicapé foncièrement social ? Pourquoi veut-on faire de lui une espèce humaine à part ? D'après le philosophe, il faudrait y prendre garde car s'il y a un problème de tyrannie (et pas de despotisme), c'est une question de politique interne et pas l'affaire d'un psychologue.

8Par définition, l'esclave est celui qui n'est pas libre. Michel Boutard trouva cette notion d'esclavage hors de propos : "je me refuse à parler d'esclavage. Le sport est toujours un engagement volontaire auquel l'intéressé peut mettre fin quand il veut. Le terme le plus adéquat serait plutôt dépendance : dépendance par rapport à son entraîneur, son environnement proche mais aussi dépendance d'un système".

9Jean-Paul Schneider signifia avoir été très impressionné par le film dont les images donnaient une extraordinaire leçon de ce que peut, de ce que doit être le sport. "Ce qui m'a frappé, c'est que ces sportifs handicapés inscrivent visiblement le vouloir-gagner dans un vouloir-vivre et dans un vouloir-être libre. Un certain nombre de sportifs à la recherche de la performance oublient peut-être cette leçon-là, ce qui les rend aptes à devenir esclaves mais cette fois, involontairement".

10Enfin, dans la joute orale du jour, fut évoquée à plusieurs reprises la notion de plaisir. Yves Vargas répondit brutalement à ce concept : "Le plaisir n'a aucun sens. Dire "ça me fait plaisir", c'est strictement ne rien dire. L'homme n'est pas un animal, il n'a pas d'instinct. C'est un être qui peut prendre son plaisir n'importe où, n'importe comment et dans la situation la plus paradoxale. Il peut y avoir un plaisir de la souffrance, de l'humiliation, de l'esclavage de tout ce qu'on veut et du contraire. Autrement dit la question du plaisir dans le sport est une question que j'entends constamment, sous forme de reproches, quand on me reproche mon austérité de mœurs.

11Nous sortons de plusieurs siècles de christiannisme qui nous a expliqué que le plaisir était un péché et qu'un homme normal était un homme qui fuyait le plaisir. Et puis, à partir du XVIe Siècle, un courant humaniste a rappelé que l'homme n'était pas un ange, qu'il cherchait le plaisir et qu'un homme complet ne devait pas refuser le plaisir. Le sport est entre les deux. Un sportif s'assimile d'une part à un martyr (martyr chrétien de celui qui va dans l'arène et qui va souffrir), et d'autre part, à un humaniste qui nous rappelle qu’il n’est pas là pour souffrir".

12Au royaume de la performance, ni maître ni esclave. Seulement des relations de consentement mutuels entre différents acteurs où les uns ne seraient rien sans les autres. Peut-être le terme de dépendance y trouverait mieux sa place. On l'a vu : dépendance d'un système, dépendance d'un entraîneur, dépendance d'un produit...

13L'espace de la performance est le symbole même de la fragilité du sportif face au pouvoir. Laisser à d'autres le soin de se charger du contenu idéologique de cette performance, condamnerait le sportif à être esclave.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search