Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4. Le règne de la performance... ses despotes, ses esclaves

Intervention de Jean-Denis Rouillon

Jean-Denis Rouillon

Texte intégral

Intervention de Jean-Denis ROUILLON,
Médecin du sport, Professeur à l'Université de Besançon

1Ma contribution sera plus pragmatique car j'exerce dans le domaine de la médecine du sport.

2Dans le sport, on constate une sorte de mise en esclavage plus ou moins volontaire. La première raison de cet esclavage, et qui peut-être est nouvelle, est liée à la notion de fragilité du sujet sportif et découle d'une exploitation commerciale des médias.

3Tous les produits que les médias proposent au sportif doivent lui permettre d'être le meilleur car : "si on n'est pas le meilleur c'est que l'on manque de quelque chose”. Sans faire le procès de l'industrie qui vit de cela, on peut quand même parler d'exploitation de l'ignorance et de la crédulité de certains sportifs.

4Cette conviction de carence s'appuie souvent sur un autre principe "philosophique", cette vieille théorie des signatures qu'on appelle consubstantialité qui veut que pour sauter haut, il faut manger de la gazelle. Les réseaux commerciaux l'utilisent largement.

5Périodiquement, on voit apparaître des produits miracles dans les médias. On laisse croire au sportif que la carnitine, par exemple, est essentielle. C'est une forme d'esclavage que d'aliéner le sportif à un certain nombre de faux besoins.

6Le deuxième point que j'aimerais évoquer, sur cette notion d'esclavage, est du point de vue du biologiste. On dit souvent que le sportif est masochiste. "Il faut souffrir...". Depuis une dizaine d’années on a montré que l'activité physique génère au niveau cérébral la synthèse d'un groupe d'hormones particulières qu'on appelle endorphines (morphine endogène en quelque sorte). Effectivement, la structure et le mode d'action sont pratiquement identiques à celui de la morphine. L'athlète de haut niveau qui avale des quantités d'entraînement souffre moins que le pratiquant du dimanche. Alors que plus le volume d'entraînement augmente, plus la synthèse de cela monte. Le sportif de haut niveau n'est donc pas aussi masochiste qu'on le pense.

7Enfin, le dernier point que j'aimerais évoquer c'est d'une autre forme d'esclavage : celui de la recherche. Dans les laboratoires de biologie, le sportif va chercher une préparation biologique se situant souvent à la limite du dopage. Nous ne sommes pas ici pour développer les aspects éthiques qui nécessiteraient plusieurs journées de travail. Mais il est clair que sous l'appellation "recherche biologique" se cache un certain nombre de choses à la limite du dopage.

8Le sportif a une obligation de résultat qui rend souvent présent ce "pousse-au-crime" permanent du dopage. Là il faut proposer une démarche, et les fédérations vont vers les laboratoires, travaillent en collaboration avec ceux susceptibles de répondre de façon nette à la question : le sportif est-il carencé ?

9Pour finir sur la préparation biologique et le dopage, j'aimerais vous citer un exemple qui est un sujet sur lequel je travaille avec mon équipe depuis plusieurs années et qui a donné lieu à un dépôt d'un brevet par l'Université de Franche-Comté. C'est l'exemple du bicarbonate de soude qui est un vieux serpent de mer. Quand on fait la bibliographie le concernant, on s'aperçoit que déjà en 1931, un certain monsieur s'était rendu compte que l'on pouvait améliorer sa performance en mangeant du bicarbonate à la petite cuillère.

10Mais le bicarbonate a des effets laxatifs. Yannick Noah, et ce n'est plus un secret pour personne, en a vécu l'expérience douloureuse lors d'un de ses derniers tournois. Il existe des formes pharmaceutiques qui permettent d'avoir les effets bénéfiques au niveau musculaire puisque le bicarbonate agit comme protecteur.

11C'est un produit tout à fait physiologique, nous en avons dans notre corps une quantité environ de 30 à 40 grammes, nous ne faisons que compléter le stock en en prenant. Le problème se pose quand même car le bicarbonate augmente la performance sans être pour autant inscrit sur la liste des produits dopants.

12Un produit qui améliore la performance, comme le bicarbonate de soude, peut-il être considéré comme un produit dopant ? Où placer la limite entre la préparation biologique et le dopage ?

Auteur

Médecin du sport, Professeur à l'Université de Besançon

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search