Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 4. Le règne de la performance... ses despotes, ses esclaves

Intervention de Jean-Paul Schneider

Jean-Paul Schneider

Texte intégral

Intervention de Jean-Paul SCHNEIDER,
Professeur à l'Université de Strasbourg
Vice-Président de l'UNCU

1Après le brillant exposé que nous venons d'entendre je me sens un peu dans la position du gardien auquel, à l'entraînement, ses coéquipiers envoient des ballons en rafale dans tout les coins du but qu'il est censé défendre, sans qu'il puisse espérer les arrêter tous. J'avoue avoir été impressionné par la manière dont Yves Vargas m'a pris à contre-pied. Lorsque, dans un premier temps, il a dénoncé le despotisme de la performance, je me suis dit : "Ou je rêve, ou on est en train de jouer une autre partie que celle pour laquelle je suis venu". En fait il ne s'agissait que d'une ouverture habile sur de fausses pistes, avant que ne soient abordées les questions essentielles.

2Là, en revanche, je ne puis que me reconnaître d'accord avec certaines affirmations provocatrices de mon prédécesseur à cette tribune, comme par exemple celle qui consiste à dire que le sport n'existe pas en lui-même. Il m'est arrivé naguère de proférer des sentences peu différentes, et je reste persuadé de leur légitimité. On peut d'ailleurs se demander si ce n'est pas précisément cette espèce d'inexistence, absolue et pourtant cachée, qui détermine la faiblesse congénitale du sport face au pouvoir. La question est troublante et la réponse n'est pas simple. Qui sait en effet si la recherche de la performance ne prédispose pas le sportif, à quelque niveau que ce soit, à devenir esclave ? Pas forcément esclave de la performance comme on vient de le suggérer, mais captif d'un certain nombre d'entreprises qui tournent autour de lui et qui cherchent à profiter de son éphémère popularité. Aussi l'image du colosse aux pieds d'argile me paraît-elle depuis longtemps convenir parfaitement au sportif de haut niveau. Il a tout pour donner l'impression de l'homme maître de lui et pourtant il ne cesse pas de voir ses exploits exploités, pour reprendre la formule de Jacques Ardoino. Ligure d'un héros rançonné ? Peut-être ; ou probablement figure plus dramatique encore d'un héros que la nature même de son héroïsme pousse vers l'esclavage.

3La Fontaine a intitulé l'un de ses poèmes "Le Pouvoir des Fables". Il y évoque un orateur athénien qui, voyant sa patrie en danger "courut à la tribune" pour exhorter ses concitoyens à un salutaire sursaut. Rien n'y fit ; "le vent emporta tout ; personne ne s'émut" jusqu'au moment où, changeant de ton, l'orateur se mit à raconter une fable. Comme par miracle l'assemblée "par l'apologue réveillée" prêta attention à son discours. Je vais donc à mon tour vous raconter une histoire, celle de deux performances, dont l'une tourna court et dont l'autre eut des retombées heureuses même pour nous.

4On rapporte qu'autrefois, à l'époque où la terre était peuplée de géants, certains d'entre eux, les Titans, décidèrent d'entasser les montagnes les unes sur les autres afin d'atteindre par ce moyen le sommet de l'Olympe et d'en déloger les dieux. Vous savez ce qui leur est arrivé : sur le point d'atteindre leur but, ils furent foudroyés par Zeus et moururent misérablement. Les anciens Grecs ont inventé un mot pour désigner cette forme d'ambition qui pousse l'homme à vouloir se faire l'égal des dieux : c'est "hubris" qui signifie "orgueil" et "démesure". Bien entendu la triste expérience que je viens d'évoquer n'est pas historiquement datable, mais elle est enfouie dans le cœur de l'homme depuis toujours peut-être, comme en témoigne l'histoire-sœur de la tour de Babel. Car depuis la nuit des temps l'homme est mû par ce désir d'aller voler aux dieux ce qu'ils se réservent et refusent de partager. La Genèse même, dans son premier chapitre ne dit pas autre chose. Je serais donc assez porté à croire que la priorité accordée par nos contemporains à la performance n'est peut-être rien d'autre que l'avatar moderne de ces "humeurs transcendentales" qui conduisirent à la faillite nos premiers parents dans le jardin d'Eden, les géants sur les pentes de l'Olympe et l'humanité sur les échelles de Babel.

5Si le geste sportif se développe plus d'une fois aux frontières de la démesure, il plonge aussi, pour qui le considère de sang-froid, au cœur de l'absurde. Voyez plutôt ces athlètes qui poussent un ballon de leurs pieds et qu'on punit s'ils le touchent avec leurs mains, alors que sur le terrain voisin les mêmes lancent le ballon à pleins bras, mais sont punis s'ils le touchent avec leurs pieds. Et les uns et les autres s'efforcent jusqu'à l'épuisement d'obtenir que ce ballon aille secouer un filet tendu dans le vide... du sens !

6Tentation de la démesure, persévérance dans l'absurde, la performance traîne en outre dans son sillage un redoutable potentiel de déviations périlleuses. Par nature elle est comparaison avec ce que réalise l'autre et essaie de le surpasser sur son propre terrain. Elle risque d'engendrer ainsi non seulement chez l'athlète, mais aussi par transfert chez les spectateurs de son haut fait, le sentiment mal contrôlé d'une supériorité triomphante. Partant de là, la porte est grande ouverte, on le vérifie tous les jours, pour les mépris, les exclusions, voire les "purifications" en tout genre. Le règne de la performance entretient décidément un nombre impressionnant de ferments pervers.

7Revenons pour quelques instants encore aux Titans dont je vous ai raconté tout à l'heure le sombre destin. Leur évocation ne serait pas complète, si on ne parlait pas du plus célèbre d'entre eux. Prométhée, — car c'est de lui qu'il s'agit, — réussit, lui, à gravir l'Olympe, à voler le feu aux dieux et à le rapporter aux hommes. Son châtiment fut terrible. Il n’en reste pas moins qu'il est devenu pour nous la figure archétypique du bienfaiteur de l'humanité et le symbole de l’éminente dignité que revêtent l'esprit de révolte et la revendication de notre liberté. De cette liberté la performance sportive est l’affirmation joyeuse. On l'a souvent rappelé, voire revendiqué : la pratique même de l'absurde est un acte libérateur. Bien plus, le plaisir éprouvé par le footballeur à faire avancer le ballon avec son pied, n'est pas seulement celui de se sentir complémentaire et solidaire d'une équipe, ni même, comme on l'a rappelé parfois, le plaisir retrouvé de l'enfance. Ou plutôt si : il l'est jusque dans sa signification profonde, celle d'une expérimentation jubilatoire de la place qu'occupe l'homme dans le monde et du pouvoir qu'elle lui prête.

8On oublie pourtant trop souvent que la pratique sportive, même au plus haut niveau, ne conduit pas nécessairement au record. Pour un champion consacré, combien de sans-grades de la performance sont-ils restés désespérément obscurs ? Et pour une réussite exceptionnelle, combien de fois l'athlète vainqueur n'a-t-il pas connu l’insuccès ? La quête de la performance, c’est aussi le dur apprentissage de l’échec, l’épreuve parfois douloureuse de ses limites, la reconnaissance difficile de la supériorité d'autrui, en bref une école de modestie. Une fois de plus, nous le constatons, l'activité sportive se révèle chargée de contradictions.

9On a beaucoup parlé ces derniers jours de la complexité du sport Charles Suaud a évoqué notamment le caractère à la fois ouvert et fermé de l'espace de la performance. Je voudrais reprendre son expression, mais en la prenant à la lettre, et non au sens figuré d'espace social. L’espace matériel dans lequel s'accomplit la performance est un espace artificiel et clos : cendrée d'une piste, terre battue d'un court de tennis, gazon d'un terrain de rugby par exemple. Espace clos qu'une chiquenaude de l'histoire, du Vel'dhiv" à Santiago, peut suffire à transformer en prison. Cet espace dangereusement multifonctionnel me semble être un symbole significatif de la fragilité du sportif face au pouvoir. En effet, ce qui le prédispose à devenir otage, — esclave, si l’on préfère, — c'est la tentation qui l'habite de s'enfermer dans son stade et de transformer lui-même son espace de pratique en espace carcéral. Tant qu'il considérera la performance physique comme une fin en soi, il s'exposera aux entreprises de tous ceux qui, venus de l'extérieur, voudront bien "exploiter son exploit".

10En d'autres termes, — et il convient de le répéter avec force, — ce n'est pas la seconde ou le centimètre gagnés sur le prédécesseur qui font la valeur de la performance, mais l'esprit qui a présidé à cette conquête. Tant que le sportif ne prendra pas lui-même en charge le support moral de sa performance il restera une proie facile pour tous ceux qui se chargeront d'en tirer profit... à ses dépens. Pour le sportif l'esclavage n'est pas une fatalité. Mais pour y échapper il lui faut assumer toutes les dimensions de son acte, et toutes ses contradictions. Alors, alors seulement, on pourra lui appliquer, en la modifiant à peine, la dernière strophe des "Phares" de Baudelaire :

Car c'est vraiment, Seigneur, le meilleur témoignage
Que nous puissions donner de notre dignité
Que cet ardent (effort) qui roule d'âge en âge
Et vient mourir au bord de votre éternité !

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search