Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. Le sport et ses effets d'images. Enjeux économiques et pouvoir médiatique

Le débat, par Sylvie Hamez

Sylvie Hamez

Texte intégral

1Le sport et ses effets d'image — Les enjeux économiques de la réussite sportive — Le sport et le pouvoir de l'image et des mots. Pour cette quatrième journée, l'USE n'avait pas choisi une de ces questions faciles qui donnent lieu à plébiscite.

2Le mouvement sportif et les journalistes sont souvent co-responsables des dérives qu'ils sont les premiers à dénoncer. Mais quand interviennent d'autres acteurs issus des mondes politique et économique, ces dérives deviennent de plus en plus difficiles à gérer. La complexité de la situation rend plus exigeants leurs demandes d'explication, leurs besoins de repères.

3À l'heure où l'on parle des autoroutes de l'information, on peut affirmer que le sport tire profit de ces nouvelles révolutions technologiques : faisceaux, satellites, multimedia... Tous ces nouveaux systèmes contribuent à son développement.

4Le système EPSIS, procédé de substitution des panneaux publicitaires dans les stades, au centre du débat de cette journée, n'a pourtant pas vocation d'information puisqu'on rentre dans un champ de manipulation d'images sur les panneaux publicitaires. Si les annonceurs, les organisateurs d'événements et les diffuseurs pourront sans conteste tirer profit de ce nouveau système, qu'en est-il du sport ?

5Pour mieux comprendre, une démonstration du système fut proposée par Pierre Pleven, directeur général de Symah Vision. EPSIS permet en effet de modifier électroniquement le contenu des inscriptions publicitaires figurant dans l'environnement des compétitions sportives. Quels que soient la position dans les stades et les mouvements de caméras, le procédé permet de substituer en temps réel un panneau publicitaire à un autre.

6Devant une telle révolution, les questions sont plus nombreuses que les réponses. La première : qui contrôlera le système ? L'organisateur, le diffuseur ou l'annonceur ? Comment espérer que les composants du sport d’aujourd'hui s'entendront pour gérer ce procédé ?

7Une ébauche de réponse fut apportée par Pierre Pleven. "Le pivot de la mise en oeuvre d'EPSIS, c'est le détenteur des droits : la fédération, l'organisateur de l'événement en question. Certaines fédérations gardent leurs droits. D'autres délèguent à l’organisation. Le principe de base pour nous est de mettre à disposition la valeur ajoutée du procédé au détenteur des droits".

8Autre inquiétude : les dérives morales et déontologiques que ce nouveau système peut entraîner. Il est probable que les progrès permettront un jour d'aller plus loin encore. Il faut espérer alors que les limites éthiques seront fixées par les autorités, qu'elles soient sportives ou qu'elles relèvent du CSA.

9Charles Suaud s'interrogea ensuite sur les effets que cette technique pouvait induire au niveau du monde social : "ce système peut développer toute une philosophie du monde social qui intègre l'idée que l'on peut ruser (je ne dis pas tricher). Un tel principe, une telle vision du monde peut se diffuser d'une manière extrêmement forte sans qu'elle soit verbalisée".

10Autre dérive possible : l'influence des sponsors pèsera encore plus lourdement sur la gestion du sport. En effet, le sportif pourra être l'objet de nouvelles convoitises financières. Mais, comme le souligna Bernard Grison, le sport, le business, l'argent, sont des mondes en inter-action permanente. "Il faut une logique d'interfaces pour que chacun y trouve son compte. Pourquoi le sport échapperait-il à cette logique ? Nous sommes dans une logique du vivant qui, si elle entraîne la perte d'un certain nombre de repères historiques, a ceci de positif qu'elle pousse à créer constamment".

11Le débat s'est poursuivi sur les deux concepts de communication et d'information.

12Selon Christian Bénézis, adjoint aux sports de la mairie de Montpellier, à partir du moment où il y a communication, il peut y avoir détournement de l'information.

13Jean-Paul Schneider s'interrogea ensuite : "On a beaucoup parlé des valeurs dont serait dépositaire le sport. Mais qui a défini ces valeurs ? Qui a dit ce qu'exactement il voulait transmettre par son message ? Je vais reprendre le schéma éculé et souvent contesté de Jacobson sur la communication en posant simplement une question : quelle émotion veut transmettre celui qui émet le message ?

14Deuxièmement, un message vise à faire faire quelque chose à celui qui le reçoit. Qu'essaie-t-on de faire faire à celui à qui on transmet le message du sport ?

15Enfin, ce message serait, dit-on, la représentation ou la communication des valeurs dont serait dépositaire le sport. Mais le sport n'est dépositaire, exclusif j'entends, d'aucune valeur.

16Ma dernière interrogation sera celle-ci : on a parlé de professionnalisation de cette communication. Spécialiste de littérature du xviiie siècle, dans la logique d'affrontement qu'était le duel, c'était l'offensé qui choisissait les armes. Ici, on nous propose un choix des armes qui est, au départ, déjà inéquitable. Et du coup ce choix des armes ressemble fort ou à un piège, ou à un leurre".

17Dans la continuité de cette réflexion, le juriste Gérald Simon demanda ce que voulait dire communication : "on a perdu le complément d'objet direct, on communique, certes, mais quoi ?".

18À cette interrogation, Jacques Ardoino réagit : "Ce n'est pas seulement le complément d'objet direct qui est important pour "communication", mais dans la construction même de ce mot, il y a "avec". Ce qui différencie la communication de l'information c'est que l'information est une logique qui ne suppose même pas la mise en relation, c'est une transmission.

19La communication fait entrer irrémédiablement, ipso facto, dans la logique du vivant. Il n'y a pas des partenaires et des adversaires mais des partenaires-adversaires.

20Pour revenir aux propos de Jean-Paul Schneider, je ne suis pas tout à fait d'accord. L'homme ne sait pas fonctionner autrement que par le sens. Ce sens, ce sont les valeurs. On ne peut pas faire autrement que de considérer que le sport est exempt de valeurs.

21Des tas de choses intéressantes ont été dites ce matin. J'aimerais revenir sur deux d'entre elles.

22D'abord, le politique dans sa gestion est obligé de faire des compromis alors que peut-être le sport, dans sa fonction imaginaire, de songe voire de mensonge, dans sa capacité de retentissement, sait véhiculer de façon exaltée.

23Le sport est un hymne à la vie qui s'affirme à travers une conjuration de la mort. Ce jeu de la vie et de la mort est profondément transmis par le sport mais aussi par une capacité de résonance émotionnelle et d'exaltation beaucoup plus fortes que dans d'autres jeux ou dans d'autres arts".

24Une certaine vision des problèmes avec, néanmoins, quelques clarifications et précisions a pu être abordée. Mais ne perdons pas de vue que, en ce qui concerne EPSIS, ce qui est inquiétant n'est peut-être pas l’invention elle-même, mais ses applications et l’usage qui en seront faits.

25Dans une époque qui se prétend plus rationnelle — malgré bien des démentis —, on se demande si les recours d'autrefois ne trouvent pas leurs substituts dans les diverses exigences du culte de la communication : le souci de l'image, les stratégies médiatiques, la mise en scène de la spontanéité... Hélas, ou tant mieux, ces nouveaux dieux sont aussi aléatoires que les précédents. Leurs pouvoirs ont grandi au prorata de leurs credo mais le pouvoir ne leur appartient pas encore ! Dieu merci, serait-on tenté de dire.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search