Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. Le sport et ses effets d'images. Enjeux économiques et pouvoir médiatique

Intervention de Bernard Grison

Bernard Grison

Texte intégral

Intervention de Bernard GRISON,
Directeur associé Euro RSCG Nord

1Je suis un professionnel de la communication. Nous sommes dans une logique de vivant, pour reprendre ce qu'a dit Jacques Ardoino. Ceux qui travaillent dans la communication ou le marketing se rendent bien compte que le monde change de plus en plus vite et que l'on perd un certain nombre de repères historiques qu'ils soient moraux ou éthiques. Mais cette logique a en cela de positif qu'elle nous oblige à créer constamment. Aucune recette répétitive n'est éternellement bonne. Les consommateurs et le public sont de plus en plus sagaces et vigilants. Autant de choses qui militent sans doute en faveur d'un comportement à avoir d'une relative modestie. Néanmoins, il faut être extrêmement vigilant car les équilibres sont par définition instables, le seul équilibre stable serait la mort.

2Ceci pour donner une version positive, car que ce soit pour les sportifs, les clubs ou les entreprises, il n’y a pas de fatalité. Nous vivons dans un monde formidable où les opportunités sont multiples parce que précisément le monde est changeant.

3A partir de là, j'aurai deux remarques et une question en forme de provocation. La première serait que le sport, le business et l'argent sont des mondes en inter-action et qu'il faut l’accepter parce que cette inter-action fait partie de la logique de vivant.

4Mais en même temps, il faut faire contre-poids à la logique d'argent car ce serait accepter implicitement d'en être l’otage. D'où cette recherche à toute force de créer une logique d'interfaces pour trouver un équilibre où chacun a sa place.

5Nous sommes dans une logique d'affrontement et de négociation dans tous les mondes où nous vivons. Pourquoi le sport échapperait-il à cette logique ?

6Alors peut-être peut-on dire que la logique du sport n'est pas celle de l'argent parce qu'elle est porteuse de tout l'être. Elle mobilise la personne, toute son identité. Cela suggère un infini respect et touche à des valeurs universelles de l'homme. Il est donc logique que le sport soit spontanément porteur de valeurs dont tout le monde regretterait qu'il les abandonne car c'est une part d'humanité qui s'en irait.

7On attend implicitement qu'il professionnalise la défense de ces valeurs face à un monde d'argent qui, lui, est très professionnel. Le regret de l'amateurisme comme d'un paradis perdu doit peut-être laisser la place à la professionnalisation de la démarche pour être le défenseur des valeurs dont on est le détenteur.

8L'affrontement entre des logiques antagonistes font partie des choses qui doivent être acceptées.

9La deuxième remarque est que les initiatives de communication, de publicité, ont besoin d'avoir un sens car peut-être le paquetage de valeurs morales héritées des religions ou des traditions deviennent moins fiables ou moins reconnues.

10Aujourd'hui, dans tout ce que l’on fait, il y a un surcroît de demande sur le sens : le sens de la vie, le sens de l'action, le sens d'une prestation proposée... Il faut s'interroger sur ce besoin de sens car il correspond à une demande.

Auteur

Directeur associé Euro RSCG Nord

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search