Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. Le sport et ses effets d'images. Enjeux économiques et pouvoir médiatique

Intervention de Jacques Ardoino

Jacques Ardoino

Texte intégral

Intervention de Jacques ARDOINO
Professeur en Sciences de l'Education à l'Université de Paris VIII
Président de l'Association Francophone Internationale de Recherche Scientifique en Education

L'imaginaire de la performance dans le sport

  • 1 Alors que la signification traditionnelle de la notion était enchevêtrée, embrouillée.
  • 2 Ainsi, on ne saurait jamais séparer et classer les objets ou les situations en les qualifiant de s (...)
  • 3 Cf. AFIRSE (J. Ardoino et J.M. Brohm eds.), Anthropologie du sport, perspectives critiques, MATRIC (...)

1Après avoir succinctement rappellé que le terme "complexité"1 ne désigne plus jamais dans ses acceptions modernes (Morin, systémiciens) une propriété située au niveau des objets eux-mêmes, mais doit être plutôt supposée dans le regard porté par le praticien ou le chercheur sur ses objets2, Jacques Ardoino se propose de camper quelques figures de l'imaginaire du sport, avec une esquisse d'analyse des notions de record, d'exploit, de prouesse ou de performance. Il convient déjà liminairement de souligner la parenté entre cette Université d'Eté (l'image, l'imaginaire...) et celle de l'an dernier (la fête). Dans nos sociétés, le sport apparaît autant comme un phénomène anthropologique de première importance3, que comme un terrain ethnologique. S'y retrouveront constamment conjugués de façon dialectique des caractères universels (l'olympisme) et particuliers (l'aspect éphémère de tous exploits, records ou performances). On ne peut pas parler du sport simplement du point de vue du sociologue, si bienvenu qu'ait pu être l'exposé introductif de Charles Suaud. Il faut aussitôt, simultanément le questionner en tant que psychologue, que psychosociologue, ou qu'économiste... Le débat est intéressant. Le statut fiscal et le statut juridique du sport en constituait une illustration parmi beaucoup d'autres. À partir du moment où le sport s'accepte comme spectacle et comme objet de consommation, il devient légitimement taxable, n'en déplaise à ses intégristes. En revanche, les regards scientifiques portés sur les pratiques sportives restent intimement mêlés à des interrogations éthiques, axiologiques. Le sport se réfère toujours plus ou moins explicitement aux valeurs de l'éducation. Il est effort de dépassement de soi et, par conséquent présente la dimension spirituelle liée à toute ascèse en amont de toute démarche religieuse. Ce qui intéresse principalement Jacques Ardoino, ici, c'est la réalité multiple, plurielle, contradictoire, paradoxale, du sport. Cette réalité, il va falloir bon gré mal gré la regarder sous des angles hétérogènes, ou accepter de n'y plus rien comprendre. Ce sera donc l'affaire d'une démarche multiréférentielle qui se retrouvera en filigrane du propos qui va maintenant suivre.

2L'intentionnalité complexe du sport peut être effectivement caractérisée à juste titre par l'intentionnalité de production de performances, obéissant elle-même à des finalités, à des visées, qui peuvent différer considérablement et doivent par conséquent être soigneusement précisées. Ceci conduit à un examen plus rigoureux de la notion de performance qui introduit peut-être à un culte plus encore qu'à une culture. On y célèbre la vertu de l'effort, l'aspiration à un constant recul des limites, à travers une production, voire un accomplissement, qui placerait ainsi l'homme au principe même de sa transcendance. Si la compétition est bien l'occasion de "se mesurer" à autrui, avant d'avoir compris qu'on ne se mesure jamais qu'à soi-même, la performance va devenir tout naturellement l'indice permettant de mesurer efforts et progrès caractérisant ces démarches ordonnées à l'aventure perpétuellement renouvelée à laquelle elles prétendent conduire. Ce point de vue n'est certes pas dénué de valeur, ni de pertinence. Le sport ne jouit aucunement d'un monopole en la matière. Il convient toutefois de se demander à quels coûts humains ces résultats peuvent être escomptés, si on ne veut pas que les visées affichées de libération et d'épanouissement ne s'abîment en fait en autant de formes d’emprise ?

3L'analyse de la notion montre encore qu'elle n'est pas sans ambiguïté. Le terme performance vient aujourd'hui de la langue anglaise (qui l’avait emprunté quelques siècles plus tôt à partir du français ancien "parformance" voulant dire : accomplir) et plus particulièrement du turf (Le Journal des Haras en fait mention vers 1839). Ce mot présente donc, avec le mot handicap, la particularité de conférer aux chevaux un caractère tout à fait symbolique quand il s'agit de parler des hommes dans l'espace sportif. Il est également amusant de noter qu'un autre terme anglo-saxon, cette fois à partir de la langue italienne, puisque mannegiare, signifiant : manéger, évoque le manège à partir duquel on commence à dresser les chevaux en les faisant en quelque sorte "tourner en rond", sans doute pour qu'ainsi une telle organisation-manipulation permette que cela "tourne plus rond". C'est aussi, notons-le bien ici, une forme très classique d'entraînement. Dans ses usages les plus fréquents, le mot anglais performance va donc comporter deux sens principaux : celui de produire, d'accomplir quelque chose, un acte, et celui de représenter, donner, produire, un spectacle. On voit, ici, avec ce sens de "représentation", le caractère d'entrée de jeu imaginaire de la notion, prédisposant donc à une pensée magique et à un univers mythique. On commencera par parler de performances de chevaux, puis de performances humaines, pour finir par parler de plus en plus usuellement, sans très bien différencier ces nouvelles acceptions des précédentes, des performances d'une machine. Des "indices de performance" seront ainsi construits à l'occasion de cette dernière application. Ce caractère "machinique" de la performance nous semble essentiel à travers tous les emplois du terme. Ajoutons que le langage familier parlera encore, de façon seulement en apparence plus confidentielle et intimiste, de performances amoureuses, sexuelles avec les mêmes connotations "machiniques" en même temps associées à la magnification imaginaire de personnages surhumains, héros ou champions. La langue française retiendra plus volontiers les notions d'accomplissement et d'exploit, mais tous les sens précédents y restent inévitablement associés au moins implicitement et de façon assez confuse.

4Dans nos formes de sociétés, la notion de performance va être principalement accaparée par le monde du spectacle, par celui du sport, par celui de l'entreprise ainsi que par les milieux politiques. Le star system, le vedettariat, coexistent naturellement avec l'exagération quasi onirique de l'exploit. On parlera aussi à la rigueur, de performances scolaires ou universitaires. En reprenant le titre de Lewis Mumford, Le Mythe de la machine, on peut dire que le sens profond, spécifique, de la performance réside toujours dans la combinaison de ces deux termes : mythe et machine. Avec la professionnalisation sportive et ses formes de salariat, d'une part, et, d'autre part, le business, le métier du spectacle qui s’y associent inévitablement, l'organisation même du sport moderne prend forme d’entreprise et requiert des styles de plus en plus managériaux (on retrouve, ici, la liaison avec ce dernier terme). Culture, et culte, de la performance entraînent dans un mouvement général de notre civilisation, l'idéologisation. Performance et excellence sont devenues maintenant des notions parfaitement idéologiques. Le sport n’est plus alors qu'une des variantes, un des avatars d'une société du spectacle largement annoncée en leur temps par G. Debord ou par J. Baudrillard. Plus encore, on se retrouve dans l'espace du virtuel bien décrit par P. Virilio. Le développement des media et des nouvelles technologies de la communication, avec les exemples fameux de massacres en Roumanie, ou de la guerre du Golfe, avec "l'archer" de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques espagnols, que l'artificiel faux peut être plus riche et plus parlant que le naturel vrai. Cet ordre du virtuel a depuis longtemps envahi le domaine politique ou géopolitique, ainsi les coups d'État abstraits (Portugal, Grèce, Argentine...), ainsi la récente manifestation laïque en faveur de l'enseignement public, dans lequel on a voulu trouver le signe d'une retour de la gauche.

  • 4 Cf. ARDOINO J., "La performance et sa mise en spectacle" in Quel Corps ?, Critique de la modernité (...)
  • 5 Cf. GABEL J., La Fausse Conscience, Paris : éditions de Minuit, 1963.

5De même, dans le monde des affaires, le financier l'emporte aujourd'hui de plus en plus sur l'industriel. Des entreprises se vendent, s'échangent, sont rachetées, sont fermées, sur "papier" en fonction de stratégies lointaines, sans prendre en considération, autrement qu'en termes de "dossiers", les personnes physiques concernées. A la suite de Jean-Christophe Averty, on peut penser que de plus en plus unatural is beautiful4. Dans le domaine du sport, avec l'attente du record, c'est "l'indice de performance", impliquant la mesure, qui va constituer l'abstraction, la condition de l'homogénéisation permettant le retour au machinique. On peut en effet y retrouver, tout à la fois, paradoxalement, l'exaltation de la singularisation, de la personnalisation et l'indifférenciation d'un continuum, d'une progression, d'une échelle. La signature du virtuel, son caractère abstrait tient surtout à sa réification. Comme le pensait Joseph Gabel, sociologue spécialiste de l'idéologie, c'est une "fausse conscience"5. La déchéance de la temporalité, de l’histoire, dans l'analyse des processus physiologiques, psychologiques et sociaux, à partir de laquelle un objet va se déréaliser en s'autonomisant, y tient une place éminente. Le virtuel tend en effet à se substituer au réel, à partir d'une survalorisation de l'actuel. Cette problématique prend d'autant plus d'importance, ici, que la performance, l’exploit, le record, sont toujours essentiellement marqués du sceau de l'éphémère. De son côté, l'exploit est à l'origine réservé aux faits d'armes militaires (le "sabre" rejoint alors, comme à l'accoutumée, le "goupillon", celui-ci largement évoqué par la référence constante aux "pratiquants") mais, à travers l'exemplarité qui s'en dégage, il confine aussi à la légende quand ce n'est au mythe. N'oublions tout de même pas dans la constellation sémantique où vient s'inscrire l'exploit d'huissier qui constate et saisit comme pour éterniser juridiquement quelque chose. La notion d'exploit aujourd'hui prend des connotations plus médiatiques en fonction du sensationnel auquel elle se réfère. Elle retrouve en outre le sens marchand et naturellement lié, chez Marx, à l'aliénation, à la domination et à l'emprise, d'aliénation.

6Le journaliste fait en quelque sorte métier d'exploiter ainsi l’exploit au bénéfice ou au détriment de ses lecteurs. Le record accentue, pour sa part, les idées de notoriété et d'enregistrement rejoignant ainsi la dimension de mesure présente dans la notion de performance. Quant aux prouesses, elles constituent en quelque sorte autant d'exploits "au petit pied", moins magnifiés et plus individualisés. Mais les aspects imaginaires qui viennent d'être soulignés et qui se retrouvent communs avec la performance, le record et l'exploit montrent l'étonnant paradoxe d'une telle association de la mesure et de la démesure (se retrouvant justement dans les formes de "l'extrême") quand les valeurs liées aux finalités proprement éducatives ne jouent plus leur rôle médiateur.

7Les approches traditionnelles, voire canoniques du phénomène sportif, plus naturellement orientées vers le positivisme ne préparent guère à savoir quoi faire de cet imaginaire qui intéresse tout autant l'art, la politique, l'ensemble de la vie. Il n'a effectivement jamais été très valorisé dans notre culture rationaliste, héritière d'une tradition pour laquelle l'imagination reste très longtemps, notamment avec Pascal, la "maîtresse d'erreur et de fausseté" et la "folle du logis". C'est notamment la lecture des peintures de Goya suggérant que le sommeil de la raison enfante des monstres. Il a fallu attendre Gilbert Durand et les années 1980 pour que le C.N.R.S. français reconnaisse un statut scientifique à l'imaginaire, après Sartre, Lacan et Castoriadis. Mais dans la mesure où le sport, et certaines formes de violence qui s'y retrouvent fréquemment associées s'y enracinent aussi, il est préférable d'en tenir compte. Les "passages à l’acte" les plus dangereux sont ceux qui échappent à toute analyse. C'est sans doute ici que l'articulation du sport et de l'éducation, avec ses finalités propres, apparaît la plus nécessaire. Quand cette dernière n'est pas effective, la manipulation des athlètes sert, souvent avec leur plein consentement, d'autres desseins que leur propre développement ou épanouissement. L'entraînement est trop souvent encore compris comme une mise en trajectoire, en oubliant qu'une telle modélisation se réfère, à l'origine, à la course programmée (astronomie, physique balistique) d'un mobile inerte par lui-même mais propulsé à partir d'une source d’énergie. C’est d'un cheminement, qui s'effectue à son rythme propre, qui peut s'arrêter, repartir, au gré de son caprice ou de sa "fantaisie" qu'il est tout autant question.

Notes

1 Alors que la signification traditionnelle de la notion était enchevêtrée, embrouillée.

2 Ainsi, on ne saurait jamais séparer et classer les objets ou les situations en les qualifiant de simples ou de complexes mais on parlera plutôt à meilleur escient de complexité prêtée à ces objets et situations, dans la mesure où l'analyse traditionnelle cartésienne, c'est à dire la décomposition en éléments plus simples, reste inopérante pour en rendre compte. C’est cette hypothèse de complexité qui permettra de faire appel à des méthodologies et à des formes alternatives d'analyse. Dans cette perspective, il faudra donc constamment distinguer entre ce qui est compliqué (ce qui relève toujours d’une analyse-décomposition — la grande majorité des gestes sportifs est encore analysée de la sorte, qu'il s'agisse d'apprentissage ou d'entraînement) et ce qui est complexe (non décomposable à propos duquel la représentation du tout l'emporte sur celle des parties).

3 Cf. AFIRSE (J. Ardoino et J.M. Brohm eds.), Anthropologie du sport, perspectives critiques, MATRICE - Quel Corps ? - ANDSHA, Paris, 1991.

4 Cf. ARDOINO J., "La performance et sa mise en spectacle" in Quel Corps ?, Critique de la modernité sportive, Paris : éditions de la passion, 1995.

5 Cf. GABEL J., La Fausse Conscience, Paris : éditions de Minuit, 1963.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search