Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 3. Le sport et ses effets d'images. Enjeux économiques et pouvoir médiatique

Intervention de Pierre Pleven

Pierre Pleven

Texte intégral

Intervention de Pierre PLEVEN
Directeur Général de Symah Vision

1Je suis Directeur Général d'une société qui s'appelle Symah Vision qui est une filiale du Groupe Lagardère. Nous développons un procédé qui s'appelle "EPSIS" destiné essentiellement (on ne va pas parler de philosophie ici) à la création et à l'optimisation de l'image publicitaire pour le sport à la télévision.

2Ce procédé a demandé quatre années de recherches. Nous avons déposé de nombreux brevets (brevets français). Ce sont des ingénieurs français qui ont travaillé sur ce procédé et qui ont réussi à obtenir un "leadership mondial" sur le sujet. Il y a d'autres groupes de haute technologie qui travaillent sur le sujet, en particulier des groupes américains et israéliens. Sans faire le "cocorico" traditionnel, on peut dire que pour une fois nous sommes un peu en avance par rapport aux grandes nations technologiques.

3Un petit mot de la technologie, ensuite nous verrons quelques images pour vous montrer ce que le procédé "EPSIS" peut apporter comme valeur ajoutée au monde du sport et de la publicité. J'insiste sur le mot "valeur ajoutée" car nous sommes vraiment dans un domaine marchand, bien sûr, mais on apporte une valeur ajoutée au sport.

4La technologie est donc du "traitement de l'image". Elle est issue de la recherche spatiale, en particulier les satellites spots qui tournent autour de la terre, qui prennent en permanence un certain nombre d'images. Ces images sont analysées, reconstituées de manière informatisée pour donner les magnifiques vues que vous avez certainement pu regarder chez vos libraires habituels.

5On met en œuvre aussi des techniques de "calcul parallèle" puisque les ordinateurs (et vous le verrez aussi dans la vidéo) qui sont utilisés pour appliquer le procédé "EPSIS" en temps réel, sont parmi les plus puissants existant en France. Bien sûr, il y a des ordinateurs très puissants pour la météo, le CEA, mais nos ordinateurs ont une puissance de l'ordre de ces ordinateurs qu'on appelle des "creils" et qui sont dédiés à une seule tâche : le traitement de l'image.

6Nous mettons donc en œuvre cette technique "EPSIS" qui est appliquée au sport et qui pourrait l'être à d'autres sujets. Ici, nous allons être très proches du sport et de la télévision, et traditionnellement dans le débat qui va suivre, le procédé repose aussi les relations naturelles qui existent entre le sport et la télévision. On peut grâce à "EPSIS" le voir sous un autre angle.

7Je vais arrêter mon discours qui est beaucoup moins brillant que celui de M. Ardoino et nous allons passer aux images. Ensuite, nous reviendrons aux questions-réponses qui certainement ne vont pas manquer.

8La première vidéo est une présentation du procédé et ensuite nous verrons les derniers résultats de notre procédé.

Présentation de la cassette vidéo

9Donc, on se place dans l'univers du sport et de la télévision. On part du principe que sur les événements sportifs, l'affichage n'est pas forcément adapté à l'audience des pays où l'image est diffusée. Ce procédé va prendre le contrôle d'une partie de l'image (les parties publicitaires) et les traiter de manières différentes en fonction des pays de destination du signal.

10Nous sommes sur le site de l'événement. Notre machine s'intercale entre la régie vidéo et le départ des signaux vers les différentes nations qui vont reprendre l'événement.

11Un des principes de notre valeur, c'est de pouvoir adapter l'image aux différents pays concernés. Pour les multinationales, comme Général Motors, nous allons pouvoir changer et adapter la marque Opel en Allemagne, Vauxhall en Angleterre.

12On peut également effectuer un temps partagé sur les différents panneaux en faisant circuler les marques différentes.

13Sur un événement de tennis, des images ont été créées totalement virtuelles, c’est-à-dire des panneaux qui n'existaient pas dans la réalité. Il est possible d'animer des panneaux créés par la technologie "EPSIS".

14"Que veut-dire "EPSIS" ?

15"Espace Publicitaire par Substitutions d'images, mais le terme a été abandonné car il ne correspond plus à la technique telle qu'on l’utilise aujourd'hui, le mot "substitution" en particulier n'est plus approprié car il peut s'agir de création d'images virtuelles comme nous l'avons vu pour le tennis à Coubertin.

16Nous avons donc mis en œuvre aujourd'hui la technologie "EPSIS" dans des opérations pré-commerciales, puisque — vous le verrez sur l'autre cassette — nous travaillons déjà dans le domaine du sport automobile. Vous verrez quelques images de Monaco, du Mans et des courses de formule 3 à Pau, qui ont été nos premiers terrains d'expériences pré-commerciales de cette année, depuis la présentation officielle de la technique, celle-ci a eu lieu l'an dernier, le 19 octobre, au moment du Sportel où nous avons fait la première expérience publique, en temps réel, et en direct, devant 300 journalistes au Palais des Congrès de Monaco.

17Nous repartons donc, sur le concept de base qui était l'adaptation des publicités aux audiences et aux zones de diffusion. La machine créée prend le contrôle d'une surface de l’image (surface de dimensions) et remplace ensuite cette publicité par une publicité adaptée en fonction du pays.

18Donc l'image originale c'est Shell et devient Kärscher en Allemagne et au Japon, nous voyons une marque de bière absolument inconnue en Europe. C'est le schéma technique. Nous avons la réalisation classique de la production télé, puis le mixer, c'est-à-dire l'endroit où le producteur va faire son programme, et "EPSIS" entre la grille et le départ du satellite afin d'obtenir un signal adapté en fonction du pays de diffusion.

19Quelle est la valeur ajoutée ?

  1. Pouvoir adapter la marque et le produit au pays où est vu l'événement sportif.
  2. La deuxième valeur ajoutée est le fait pour les multinationales comme la General Motors de pouvoir communiquer dans la marque correspondant au pays où est diffusé l'événement.
  3. La troisième possibilité est le temps partagé, c'est-à-dire sur un même panneau, pouvoir faire défiler un certain nombre de publicités en fonction des besoins de l'annonceur. Là aussi, nous allons revenir sur les panneaux virtuels (c'est-à-dire une création d'espaces publicitaires là où il n'y a rien sur le stade). Par exemple au base-ball, les joueurs ne veulent pas avoir de publicité sous les yeux. Nous pouvons créer une publicité là où il n'y en a pas sur le stade, mais qui sera vue par les téléspectateurs. Ici, par exemple le panneau Matra est totalement artificiel.

20Nous pouvons également animer les panneaux quand on le souhaitera.

21Ici nous voyons les trois techniques qui sont le suivi du panneau dans l'image, les entrées et sorties de champs (puisque l’on doit pouvoir faire, ce qu'on appelle des panoramiques), et le traitement des obstacles, le joueur étant ici détourné sur le fond du panneau.

22Quelques exemples pris dans différents sports, dont le football, le tennis, la boxe, etc.

23C’est une technique destinée essentiellement à la publicité.

La guerre est chose trop importante pour être laissée aux généraux. Le football est-il trop important pour être laissé seulement aux journalistes sportifs et aux footballeurs ? « Le football va plus loin que le football », affirme Franco Ferraroti, « ou mieux il est trop sérieux pour être considéré exclusivement en termes footballistiques... À travers le jeu de football on peut comprendre une société. » (...) En analysant le football, son univers, ses problèmes et ses défauts comme dans un jeu de miroir, on peut apercevoir la « vérité » d'un pays.
BEHA Oliviero, FERRAROTTI Franco, Le dernier stade. Une république fondée sur le football, Milan : Rusconi, 1983.

Auteur

Directeur Général de Symah Vision

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search