Versione classicaVersione mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Le sport le pouvoir et le politique

Le débat par Sylive Hamez

Sylvie Hamez

Testo integrale

1Les gens qui détiennent le pouvoir ne resteront jamais que des locataires provisoires du succès : qu'ils soient élus politiques ou sportifs.

2Pour débattre du délicat thème du sport, du pouvoir et du politique, la 12e Université Sportive d'Eté avait réuni autour de sa table ronde — au Conseil Régional de Bourgogne —, deux anciens ministres de la Jeunesse et des Sports : Edwige Avice et Roger Bambuck. Il semblait également nécessaire, autour d'un tel thème, qu'une libre confrontation de points de vue par des "détenteurs" de pouvoir (médiatique, politique, sportif) enrichisse le débat.

3Ainsi, Alain Géles, Directeur de Cabinet du Président Henri Sérandour, Jacques Grospeillet, ancien Directeur des Sports au ministère de la Jeunesse et des Sports, Vincent Fuster, Président du Conseil National des C.R.O.S., Xavier Allouis, rédacteur en chef de La Lettre de l'Economie du Sport, Jacques Marchand, Président Honoraire de l'U.S.J.S.F., et des journalistes nationaux et régionaux participèrent à cet échange.

4Après l'intervention des deux ministres, le débat s'orienta sur le problème de la décentralisation et de ses conséquences positives et négatives. Tout d'abord, fut évoquée la difficulté qu'ont eu les politiques à faire passer dans le monde associatif cette idée de décentralisation.

5D'autre part, la confusion des responsabilités aux différents niveaux des compétences publiques a entraîné des champs de compétence difficiles à délimiter. Ce qui peut privilégier le lobby le plus puissant. 11 faudrait réussir réellement à répartir clairement les responsabilités entre région, département et ville. L'avenir du développement du sport en dépend, avança Roger Bambuck.

6Aujourd'hui, le mouvement sportif ne sait jamais comment traiter le problème de la liaison entre les différents acteurs que sont les collectivités territoriales, l'État et le mouvement sportif.

7Ce dernier a d'ailleurs, tout à fait légitimement, eu peur d'un démantèlement quand furent votées ces lois sur la décentralisation. Il y a des niveaux de prise de conscience de responsabilité qui n'incombent pas à l'État mais qui incombent aux collectivités, ce qu'elles revendiquent !

8Alain Géles revint ensuite sur une des idées avancées par Roger Bambuck : "En tant qu'ancien directeur des sports, je vous ai servi. Mais j'interviendrai au titre du Comité Olympique. Vous avez parlé du sport fédéral en en faisant l'entité réservée du Comité Olympique. C'est vrai, car sa vocation est d'être le représentant d'un sport fédéral. Mais qu'en est-il de cette apparente opposition sport fédéral et non fédéral ? Je ne sais pas si l’on peut concevoir une opposition de la sorte. Sans nous battre sur les aspects sémantiques de la définition du sport, on peut reprendre les quatre paramètres que donnait Bernard Jeu pour tenter une approche plus précise à savoir : le sport est une activité physique, de compétition, avec des règles internationales et nationales et dans le cadre associatif.

9Qui est habilité à parler au nom du sport ? Il représente 13,5 millions de licenciés, 175 000 clubs et 1,5 million de bénévoles. C'est à partir de là qu’il faut parler même s'il ne faut pas rester enfermés dans un carcan par lequel il dit "voilà notre famille et c'est notre seule famille !"

10Certes les pratiques sportives évoluent aujourd'hui et beaucoup se tournent vers elles parce qu'elles sont en dehors des formes réglementaires. Le mouvement sportif ne s’est peut-être pas assez interrogé sur cette évolution. Ces nouvelles formes de pratiques sont des contre-cultures à la vie associative. Alors, je crois, que les pouvoirs politique et économique vont s'interroger pour savoir s'ils vont les aider ou non.

11Le sport fédéral n'est-il pas une garantie face à l'envahissement du privé qui va essayer de prendre à son profit ces nouveaux marchés, ces nouvelles pratiques ? Oui, le monde associatif, organisé, sera le principal garant des dérives que pourraient amener, à titre économique, les privés".

12Ces nouvelles pratiques donnent libre cours à l'improvisation et sont une manière de rechercher un besoin d'évasion, hors des règles et recréent, à leur façon, le monde associatif de départ.

13Jacques Grospeillet revint ensuite sur l'équilibre des différents pouvoirs, nécessaire à tous. "Quand on parle de pouvoir dans le sport, il faut essayer de bien sérier où se trouve le pouvoir réel et s’il s'applique bien tel qu'il devrait l'être.

14Le mouvement sportif international agit bien quand il le fait au nom de l'éthique. Par contre, il y a un vrai problème quand l’éthique sert de prétexte ou d'excuse à des intérêts commerciaux. Est-ce-que pendant des siècles encore, on va se laisser imposer des lois par des gens qui, au nom de l'éthique, se servent des intérêts commerciaux ?

15Il faudrait arriver à un équilibre entre le pouvoir politique (naturel et légitime) et le pouvoir économique (ni bon, ni mauvais, il ne poursuit que ses propres intérêts), les médias et le mouvement sportif. Ce dernier ne peut trouver sa véritable indépendance que s'il y a équilibre entre les différents pouvoirs. Chacun doit rester dans son domaine".

16Xavier Allouis orienta ensuite le débat vers une autre direction. Certains voudraient que le sport ne soit pas politique, alors qu'il est au centre de ses enjeux. Porteur de son propre pouvoir (en cela il est aussi démagogique), le sport a obligatoirement une influence sur les politiques. En même temps, il appartient à tous.

17En effet, le sport est un objet de pouvoirs diffus avec une multiplicité de responsables : les collectivités, l’État, les fédérations, les entreprises, les médias... N'est-ce-pas une chance pour le sport ? Car finalement personne ne peut se l'approprier puisqu'il appartient un peu à tous, à commencer par les sportifs. "Qui dispose d'un pouvoir réel sur le sport ? Certainement beaucoup de gens. Qui dispose du pouvoir réel sur le sport ? Probablement personne".

18Enfin, Jean-Jacques Bozonnet, responsable des sports au journal Le Monde, s'est arrêté quant à lui sur le rôle et la nature du ministère de la Jeunesse et des Sports. Tous les pays ne disposent pas d'un tel ministère. À ce propos, le journaliste estima que l'on demandait beaucoup à ce ministère dont le budget modeste était le même depuis des lustres. Il doit en effet faire face à un spectre de problèmes très larges : éteindre le feu dans les banlieues, ramener des médailles, aménager les rythmes scolaires...

19Par rapport à tous ces secteurs, Jean-Jacques Bozonnet a le sentiment que le ministère de la Jeunesse et des Sports n'a jamais la maîtrise totale de son action. Les partenaires sont différents selon les problèmes. Mais que ce soit avec le ministère de la Ville, des Affaires sociales, de l'Éducation nationale, le C.I.O., la télévision, ce ministère est souvent en position d'infériorité. Ce tableau est sûrement caricatural. Le ministère de la Jeunesse et des Sports peut-il être efficace tel qu’il est, alors qu'il n'a pas changé pendant les alternances, pour réduire toutes les ambiguïtés dont on a parlé, toutes les difficultés des relations dans un monde flou ?

20Le mouvement sportif n'est certainement pas exempt de responsabilités dans les revers qu'il peut essuyer. À trop s'être raidi dans une ombrageuse inflexibilité, alors qu'il lui fallait œuvrer à une authentique "réconciliation" avec l'État, il n’a fait qu'accélérer le processus d'empiétement de son espace par le monde économique.

21Dans son espace autonome, le, pouvoir sportif reste certes indépendant du pouvoir politique. Car l'État, s'il n'agit pas complètement comme un contre-pouvoir, agit par contre comme un modérateur du pouvoir sportif. Le garant de bonnes relations ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search