Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Le sport le pouvoir et le politique

Intervention de Roger Bambuck

Roger Bambuck

Texte intégral

Intervention de Roger BAMBUCK,
Ancien Ministre de la Jeunesse et des Sports

1En ce qui concerne le pouvoir politique et le sport, force est de constater que dans notre pays, nous nous heurtons à un certain nombre d'ambiguïtés.

2La première à laquelle j'ai été confronté dans mon Ministère : qu'y-a-t-il derrière les mots "le monde du sport" ?

3Pour Nelson Paillou le monde du sport était composé par le C.N.O.S.F. : associations, compétitions, fédérations. Mais le monde du sport c'est aussi ceux qui ne font pas partie d'un club, qui font du sport pour leur plaisir, pour leur santé...

4Un élu local a besoin également de les prendre en compte.

5Nous avons un paradoxe qui veut que le sport fédéral mondial soit une organisation essentiellement d'ordre privé. Le Comité Olympique est une organisation privée. Pierre de Coubertin a veillé à ce que le sport soit indépendant de tout pouvoir politique dans les statuts, dans la charte. Et dans l'attitude même des dirigeants olympiques, il y a toujours eu cette volonté d'être indépendant du pouvoir politique et de rester totalement privé.

6Or, on se retrouve dans une situation où, des gens élus par leurs pairs font la loi, donnent une direction, décident du contenu donné à des mots comme démocratie, humanisme, épanouissement. Des mots importants quand on a une responsabilité politique car elle ne s'arrête pas à un groupe d'individus qui adhèrent à un mode de vie mais s'adresse à la totalité des individus du pays auquel on appartient.

7Alors le sport devient réellement un moyen éducatif, pédagogique car le sport est totalement dans la cité. C'est ainsi que j'ai voulu aborder le problème du sport et de la politique, en pensant que le sport avait un rôle éducatif. Mais quelle définition donne-t-on à éducation ? Ne confond-on pas avec instruction ? Le sport est un bon véhicule pour faire passer des instructions. Ce n'est pas un hasard si le sport fédéral retrouve toute sa souche dans les organisations militaires. La filiation militariste dans le sport fédéral est claire.

8Y-a-t-il une pratique sportive qui aboutira à l'épanouissement, à la libération, à la responsabilisation de l’individu ? Ou bien une pratique qui met les hommes sur des rails, dans une situation académique.

9Le sport doit également participer à la résolution des grands problèmes qui agitent notre pays, comme l'emploi. Nous avons un énorme déficit dans l'encadrement sportif et technique en France. Beaucoup d’outils ont pourtant été mis en place, mais on se heurte à des murs incarnés par des responsables sportifs qui ne veulent pas voir l'autonomie du sport leur échapper. Ils mettent des obstacles volontaires, ou non, alors que le sport peut réellement participer à la lutte contre le chômage.

10Quand j'ai mis en place "Profession Sport", j'ai connu les pires difficultés avec certains dirigeants. Pourtant, "Profession Sport" est à la fois une solution aux problèmes de l'encadrement sportif dans les clubs et aux problèmes du chômage.

11Les arguties qui m'étaient opposées n'étaient pas d'ordre économique et social. La plus grande crainte était : "Qui va détenir le pouvoir ? Qui va commander tous ces professionnels du sport ?" Un autre argument que l'on m'avançait était : "il faut mettre membres de droit les représentants du C.N.O.S.F.". Moi, je veux bien mais pour quoi faire ?

12Le résultat de cet espèce d'incompréhension fut que "Profession Sport" n'a pas connu cet élan qu'il aurait mérité.

13Ensuite, je parlais du public et du privé : les fédérations sportives sont des organisations privées. La loi Avice est une loi excellente dont le cadre a eu comme conséquence de figer le sport de haut niveau. Les fédérations ont eu alors l'impression que leur finalité se résumait au sport de haut niveau. Erreur ! Et un problème d'incompréhension supplémentaire.

14Autre remarque. Cette loi prévoit un article sur la création du Conseil National des Activités Physiques et Sportives (CNAPS). Vous ne pouvez pas vous imaginer le lobby qu'ont créé les fédérations et le C.N.O.S.F. pour que ce CNAPS ne voit jamais le jour ! "On veut enlever le pouvoir de ceux qui sont à la base !", entendait-on. Alors que le CNAPS est le ferment qui fera que le sport passera de sport fédéral privé à un sport qui concernera l'ensemble de la nation dans toutes les dimensions politique, économique, sociale et culturelle.

15De par la diversité des membres qui le composent, de par la nécessité de faire des propositions concrètes et inscrites dans l'actualité... tout ça c'est le CNAPS. Il n’existe toujours pas, même si je suis allé le plus loin possible.

16Le mouvement sportif par rapport au politique ne pose pas le problème dans la globalité de l'intérêt de la nation mais dans l'intérêt de ses adhérents et de quelques pratiquants.

17L'opacité sied bien au monde du sport fédéral.

18Le débat est ouvert.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search