Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Le sport le pouvoir et le politique

Intervention d'Edwige Avice

Extrait de la table ronde

Edwige Avice

Texte intégral

Intervention d'Edwige AVICE,
Ancien Ministre de la Jeunesse et des Sports

1Mon expérience n'est pas seulement fondée par ce que j'ai vécu en tant que Ministre de la Jeunesse et des Sports mais par une approche plus large car aujourd'hui j'appartiens au milieu économique. Ma relation avec le pouvoir est aussi nuancée par une expérience personnelle qui fait que je me suis déplacée sur un échiquier à la fois politique et économique. C'est peut-être ça qui va donner à ma façon de penser de la distanciation par rapport à la période où j'ai été Ministre de la Jeunesse et des Sports soit de 1981 à 1984 (et demi !) avant de devenir Secrétaire d'Etat à la Défense et, ayant eu, sur le parcours, à préparer de grandes manifestations, les Jeux olympiques de Los Angeles, entre autres.

2J'ai évidemment vécu au jour le jour le tout venant des problèmes sportifs, ainsi qu'une loi sur le sport à mettre sur les rails, définissant notamment, la relation entre le sport professionnel et le problème de l'argent et des financements. Dans ce genre de responsabilité et surtout quand on a affaire à un monde culturel aussi vaste que le monde sportif, riche de millions de pratiquants, d'athlètes de haut niveau, de clubs sur toute la France, etc, on sent très bien qu'il y a tout d'abord un appel aux pouvoirs publics quels qu'ils soient (Etat ou collectivités territoriales) pour apporter au sport un certain nombre de moyens et de garde-fous. Ces moyens peuvent être financiers mais également réglementaires (pour la rédaction de statuts par exemple).

3En fait, tout ce que l'on demande aux pouvoirs publics c'est d'appuyer le mouvement sportif (qui a son propre pouvoir délégué de l'Etat) pour mettre un terme à certains abus et endiguer les problèmes que le sport peut générer. Je pense à la lutte anti-dopage, à la violence dans le sport, à la relation complexe entre le sport et l'argent. Le mouvement sportif attend donc de l'État qu'il apporte son soutien à la défense de la culture et à l'humanisme sportif.

4À d'autres égards, le sport peut également s'apparenter à la diplomatie. Il a toujours été un langage de relations internationales. Le sport a d'ailleurs souvent été utilisé comme moyen de relance de relations diplomatiques. Ou, à l'inverse, il peut devenir un moyen de sanctionner les attitudes de certains pays sur lesquelles on peut difficilement fermer les yeux. Là, il se rapproche de la politique.

5Puis, il y a cet enjeu très lourd que sont les Jeux olympiques. Un pouvoir multinational s'exerce au-dessus des États avec des moyens financiers considérables qui dépassent les cadres nationaux. On touche ici du doigt une réalité : le sport s'est développé comme une activité culturelle et économique internationale. Les pouvoirs sont tels que les Etats eux-mêmes ont bien du mal quelquefois à gérer ce phénomène et se sentent démunis.

6Enfin, l'autre pouvoir que l'on rencontre, c'est celui des médias. Le sport est un domaine éminemment médiatique car emblématique. À partir du moment où vous avez un champion, il devient un héros que l’on montre à tout le pays. Il représente une image de la jeunesse. Tout ministre des Sports souhaite évidemment avoir le plus de champions possibles, non pas pour la "gloire", mais pour l'image qu'il va donner, symbolique d'avenir, de dynamisme, d'exemple, de volonté, de réussite. Sans les médias, cette image n'existerait pas.

7A contrario, dès qu'un problème se pose dans le sport, automatiquement toute l'image du sport se trouve dévalorisée. Autant on porte au pinacle certains événements sportifs, autant ils peuvent se retrouver du jour au lendemain cloués au pilori.

8J'ai lancé tous ces sujets sur la table mais c'est cela que l'on vit au quotidien quand on a la responsabilité importante de gérer la relation courante avec le mouvement sportif, de représenter la France à l'étranger et d'être en même temps Ministre de la Jeunesse ET des Sports.

9De même, on peut mieux saisir, par exemple, la possibilité d'utiliser aussi ce type de culture dans des pédagogies lourdes comme la politique des quartiers. Le sport a une dimension sociale non négligeable et c'est sur cette image plus ouverte, plus sociale, plus quotidienne, que je terminerai.

Auteur

Ancien Ministre de la Jeunesse et des Sports

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search