Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 2. L'association sportive ou le droit de cité du sport. Pouvoir et contre-pouvoir

Intervention préliminaire de Daniel Bonzoms

Daniel Bonzoms

Texte intégral

Intervention préliminaire de Daniel BONZOMS
Professeur d'EPS à l’Université de Montpellier
Union Nationale des Clubs Universitaires

1Je suis Président du Montpellier Université Club. J'ai plusieurs rôles à Montpellier. Le premier c’est d'être enseignant à l'université en éducation physique, j'ai donc un engagement associatif en temps que Président du Montpellier Université Club et Vice-Président du Comité Régional Olympique et Sportif. J'ai également un engagement d'élu puisque je suis adjoint aux finances d'une petite ville. Cela me donne quelques ouvertures et quelquefois quand je dois intervenir, je le fait à divers titres suivant les casquettes. C'était juste une mise au point pour me situer.

2Les outils d'analyse qui ont été fournis par Charles Suaud lors de la journée d'ouverture nous ont permis de repérer des espaces autonomes mais sans arrêt en interaction : espace sportif représentant un espace particulier que nous avons bien situé. Alors qu'en est-il de la sphère du droit, du droit privé, public, de la fiscalité ? C'est ce que nous allons essayer de savoir, de situer aujourd'hui. Nos deux conférenciers et nos intervenants vont essayer d'apporter un éclaircissement d'une pertinence particulière qui ne nous est pas trop familier, nous dirigeants de clubs mais auquel il faudra de plus en plus nous habituer dans la mesure où les contraintes sont de plus en plus importantes.

3Hier, nous avons essayé d'analyser les pouvoirs de l'individu face aux pouvoirs des groupes ou des institutions. Aujourd'hui, nous verrons plus particulièrement les relations entre les organismes, les associations, les personnes, les individus dans le cadre de la cité, de la ville. Lace également aux administrations, nous trouverons là certainement des contraintes, des conflits, des interactions, des antagonismes qui se font, naissent, générés par des relations entre ces organismes et ces individus.

4Entre service public de la cité (que peut représenter le cadre associatif) et prestation de service de caractère consommatoire, il y a des différences importantes qu'on peut essayer d'analyser. Le thème de cette journée est donc "L'association sportive, le droit de cité du sport au service d'une construction sociale et culturelle. Pouvoir et contre-pouvoir".

5Ce thème recouvre beaucoup de notions et de réalités. On peut par exemple essayer de jouer avec ces mots. Quelle est la réalité du sport dans la cité ? Quelles sont les structures qui l'organisent ou qui le revendiquent ? Association, Club Sportif, Ecole Municipale des Sports ou OMS, Service des Sports, Infrastructure sportive (gestionnaires, bénévoles, professionnels). Ces organismes, ces individus, ces services publics contribuent-ils à cette construction sociale et culturelle ? Sont-ils facteurs de transformation sociale ou institutionnelle ? Quels sont les problèmes que tout ceci pose dans les rapports de pouvoirs entre ces différentes structures et ces différentes personnes ? Comment les règles de fonctionnement peuvent-elles être décidées et imposées ?

6Je prendrai quelques exemples concrets pour illustrer ces questions, et ces problèmes qui occupent les dirigeants ?

7Premier exemple : dans le club omnisport, un conflit peut naître d'une façon interne. Comment s'organisent les pouvoirs entre le président du club omnisport et les présidents de chaque section ? Qui décide de la répartition des subventions ? C'est un point souvent crucial pour le bon fonctionnement d'une association. Quels sont les rapports entre les sections ? Concurrence ? Solidarité ? Il n'est pas toujours évident de les situer.

8Deuxième exemple : les rapports entre les clubs et leurs élus municipaux. Il peut arriver que les objectifs soient différents. Et lorsqu'ils sont différents, les aides données par les élus ne sont pas forcément adressées dans les secteurs qui semblent prioritaires par les élus sportifs. L'électoralisme fait souvent la différence, oriente les subventions dans un sens qui n'est pas forcément celui accordé prioritairement par les clubs. On a l'habitude de dire que c'est celui qui paye, qui dirige.

9Troisième exemple : quelle est la place de l'Office Municipal des Sports ? Quelle relation peut-il y avoir entre un président de l'Office, s'il n'est pas l'élu municipal, et l'adjoint au sport d'une ville ? La question sera posée tout à l'heure, quand M. Depierre sera là.

10Autres exemples :

  • Le simple fait de répartir des installations sportives est une marque politique, une orientation qui est donnée, prioritaire des codes, au club, à la vie associative locale ou au quartier.

  • Les rapports des clubs avec les administrations. Il est vrai, que les démarches administratives imposées, que ce soit avec l'URSSAF, les impôts, sont des choses qu'il faut rendre beaucoup plus lisibles qu'actuellement et on s'y efforce. Mais les dirigeants ont un petit peu de mal à se former à ce genre de démarches.

11La place du bénévole et son pouvoir dans le cadre du fonctionnement d'un club, d'un gros club notamment, sont quelquefois semés de petites embûches. Il y a des luttes de pouvoirs entre le bénévole et l'administratif qui est payé pour faire tourner le club ou par les entraîneurs qui sont rémunérés même par des athlètes qui peuvent être semi ou professionnels. Il y a donc quelquefois des conflits qui pourraient être réglés par des textes, des habitudes ou par l'histoire de chaque structure.

12En fait, mon dernier exemple sera pour le club Universitaire. Nous avons des clubs universitaires qui sont, comme on le dit souvent, au carrefour entre la cité et l'Université.

13Est-ce une réalité ou simplement un vœu pieux ? Nous pouvons trouver des pistes pour essayer de savoir exactement quels sont les antagonismes ? Les difficultés que rencontrent les dirigeants pour se situer entre ces pouvoirs qui sont des pouvoirs très importants.

14Pour essayer de répondre à ces questions, nous avons invité deux conférenciers. Vous avez déjà pu apprécier hier l'exposé de Martine Reneaud, professeur à l'UFR STAPS de Bordeaux qui voudra bien intervenir de temps en temps quand elle le souhaitera. Ensuite Jean-Michel Martin, qui ne s'est pas encore montré à la tribune depuis le début de cette USE et que vous connaissez. Il est du Reims Université Club, professeur à l'Université de Reims, il a créé là-bas un institut des STAPS, si je me souviens bien. M. Depierre, Adjoint au sport de la Ville de Dijon, viendra tout à l'heure. J'ai annoncé deux conférenciers. Il s'agit de Bernard Plagnet, professeur à l'Université de Toulouse, spécialiste de la fiscalité. Il est l'auteur d'ouvrages de référence sur cette spécialité. J'ai appris avec plaisir qu'il était catalan d'origine. J'en suis très fier car je suis moi-même Capitanien d'origine. Qui plus est, il a même été champion de France cadet de rugby à Perpignan. L'autre conférencier est Gérald Simon, professeur à l'Université de Dijon et spécialiste du droit public.

  • 1 BONNES Roger, "Le pouvoir sportif : les logiques d'évolution de 1940 à 1986", in Sport et changemen (...)
  • 2 Selon les termes de Claude GILBERT et Guy SAEZ : L'Etat sans qualités, Paris : PUF, 1982, p. 123,. (...)
  • 3 Talcott Parsons montre comment "le modèle d'appartenance à la société du 'sujet' fut à son tour rem (...)

LE POUVOIR SPORTIF1
En France, au moment de la Libération, on assiste à une "remise en état" du cadre administratif sportif (...)·
L'action du pouvoir est double, ambiguë et ambivalente :
- rétablir la légalité républicaine (Loi 1901) et la liberté d'association sportive, c'est donner sens à la Société civile ;
- mais l’imposer au-delà et au travers d'un changement, historiquement nécessaire, idéalement perçu et également souhaitable, est l'acte premier de l’Etat dans le domaine du sport.
Libérer et Imposer, c'est produire un réel social.
Ainsi deux logiques sont à l'œuvre pour permettre le jeu du pouvoir sportif :
- la logique de l'association volontaire qui, dans le champ de la Société civile offre au citoyen la pratique du pouvoir interne à l'institution sportive,
- la logique de l'Etat républicain qui, dans le champ du politique, manifeste sa capacité "de fixer, de maîtriser, voire d'anéantir l'énergie sociale qui, dit-on, tend toujours à s’échapper des cadres institutionnels fixés"2 et met en jeu, ce faisant, un pouvoir sportif externe.
Il convient de remarquer que ces deux logiques impliquent que soit possible l'exercice du complexe de la citoyenneté3.
La première phase du développement du complexe de citoyenneté fut la création d'un cadre juridique ou civique qui redéfinissait à la base les relations de frontières entre communautés sociétales et gouvernements ou Etats.
François Chazel, dans son ouvrage La théorie analytique de la société dans l'œuvre de Talcott Parsons (Mouton, 1974), p. 144, précise : "la différenciation est retenue comme le critère décisif de la modernité", et il fait remarquer que cette dernière tire son originalité des quatre caractéristiques suivantes :
- le système légal ;
- le marché économique et financier ;
- l'organisation bureaucratique ;
- et l'association volontaire.
Je propose d'appeler ce ensemble inter-dépendant le quadrilatère de la modernité, modélisé ainsi :

Notes

1 BONNES Roger, "Le pouvoir sportif : les logiques d'évolution de 1940 à 1986", in Sport et changement social, actes des premières journées d'études de la Société Française de Sociologie du Sport, Bordeaux, 3-4 avril 1987, Talence : MSHA, 1987, p. 131-145 (cit. p. 133, 142 et 144).

2 Selon les termes de Claude GILBERT et Guy SAEZ : L'Etat sans qualités, Paris : PUF, 1982, p. 123,. Coll. Economie en Liberté.

3 Talcott Parsons montre comment "le modèle d'appartenance à la société du 'sujet' fut à son tour remplacé par le modèle du citoyen", in Le système des sociétés modernes, Paris : Dunod 1973, p. 23.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/13581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540