Version classiqueVersion mobile

Le sport

 | 
Jean-Paul Callède

Thème 1. L'athlète et son environnement humain au quotidien - entre logique du devoir et logique du pouvoir

Le débat par Sylvie Hamez

Sylvie Hamez

Texte intégral

Entre devoir et pouvoir...

1L'expérience et l'investigation allaient apporter les meilleurs éléments de réponse aux problèmes posés par le thème de cette deuxième matinée de travail : "L'athlète et son environnement humain au quotidien - Entre logique du devoir et logique du pouvoir".

2Fort de l'idée que la doctrine divise et l'action unifie, on est en droit de penser que l'athlète et tout ce qui constitue son environnement humain au quotidien ne rentrent pas dans une logique de conquête du pouvoir.

3La présence de Pierre Villepreux à la tribune ne manqua pas de provoquer dans la salle un grand nombre de questions. Son témoignage, fruit de son passé de joueur, d'entraîneur, d'enseignant et de dirigeant suscita la curiosité.

4Entraîneur du Stade Toulousain dix ans durant, il exposa comment le projet sportif fut mis en place en intégrant tous les pouvoirs au sein des diverses structures. La question basique à poser était : comment un entraîneur peut-il faire passer un message qui donne un sens à l'action de tous et le jeu du pouvoir à tous les niveaux pour, qu'aussi, ce message ait une répercussion intéressante sur la production de terrain ?

5En intégrant l'action individuelle à la logique collective, la notion de pouvoir fut alors comprise comme un moyen et non comme un but.

6La force du Stade Toulousain, précisa Pierre Villepreux, est de ne s'être jamais ingéré dans le sportif. De même le Président n'intervint jamais auprès des joueurs. Son rôle est de définir le cadre général du club, ensuite, il délègue, exception faite en cas de gros problème.

7Mais si la réussite sur le plan interne fut totale, il n'en fut pas de même de l'externe. Cette remarque émana de plusieurs participants. Pourquoi le pouvoir externe influa-t-il aussi fortement sur l'interne ? Le Stade Toulousain a en effet été marginalisé en dépit de ses excellents résultats. "Avant tout, il y a eu un problème d'hommes. Autant nous avons su bien gérer le cadre régional médiatique au niveau du club, autant nous n'avons pas su le faire avec les médias nationaux. L'échec, comme à Brive, n'est pas dû à la dimension et au projet sportif, il est lié au pouvoir extérieur, externe", répondit Pierre Villepreux.

8Encore une fois, un souci des intérêts de fiefs de l'autorité fédérale, conjugué au grand vide des connaissances médiatiques, a conduit la plupart des décideurs à se ranger derrière la bannière du pouvoir.

9L'intervention de Martine Reneaud souleva ensuite une question majeure du sociologue Charles Suaud : n'est-ce-pas stigmatisant pour un jeune, d'être appelé, d'entrée de jeu, sportif de haut niveau ? En effet, ces jeunes sont placés dans des conditions de travail, d'entraînement qui les fabriquent. Le réseau qui les entoure (avec un sur-encadrement) pourrait être un facteur d'intégration certes, mais également un facteur de stigmatisation au sens où cela les mettrait dans un autre statut. Sont-ils dans un processus ou sont-ils dans un cadre qui les met "hors du commun", hors du monde profane ?

10Martine Reneaud répondit simplement en stipulant que c'était l'État qui conférait le statut d'athlète de haut niveau en l'inscrivant sur une liste. Il est pré-déterminé. L'intitulé est imposé par le dispositif institutionnel et étatique. Malheureusement, l'enquête n'allait pas jusqu'à l'individualisation et la vérification de la façon dont chaque jeune percevait le dispositif. "Le cadre technique responsable est le guide principal qui peut éviter tout dérapage et toute aliénation. Son rôle est fondamental car il fera basculer le jeune, soit dans l'épanouissement et la prise de responsabilité, soit vers l'aliénation totale", souligna Martine Reneaud.

11S'il est indiscutable que ce système scolaire typiquement français bénéficie à bon nombre d'enfants, il n'en est pas moins vrai qu'il peut être facteur de destruction pour des centaines d'adolescents qui le quittent à seize ans sans avoir acquis le moindre diplôme et sans avoir accédé à l'élite sportive. Le système qui a tué en eux l'estime de soi et l'esprit d'initiative porte ainsi une très grande part de responsabilité dans la multiplication des exclus.

12Un participant remarqua très justement que si le champion a été encadré, "dé-responsabilisé" toute sa vie, il peut y avoir une contradiction quand il se retrouve seul sur le stade. Il est en effet seul à produire sa performance. Ce système de production de champion pourrait être inadapté à la production de la performance.

13De même, une fois sa carrière d'athlète de haut niveau terminée, qu'advient-il de lui ? L'inscription sur la liste de reconversion de l’Etat n’est pas directe, elle se fait sur demande de la fédération. Les conditions pour y figurer sont : avoir été sur la liste nationale au moins quatre ans ou un an en élite et avoir un projet de reconversion.

14Un responsable du service des sports du Conseil Régional de Bourgogne put d’ailleurs constater que à partir du moment où un athlète avait su mobiliser des capacités d'énergie, de rigueur, d'enthousiasme dans la préparation et la planification de sa carrière sportive, il est capable de transférer ses potentialités dans sa formation et dans son projet de reconversion.

15Il n'est pas aisé de conserver le chemin des cîmes au travers des vicissitudes, des déceptions et des aléas qui parsèment la vie de l'athlète de haut niveau qui reste avant tout un homme. Une logique du devoir s'impose car il ne peut abdiquer ses responsabilités. S'il est performant, l’homme de pouvoir, qu'est le sportif seul auteur de son exploit, s'expose ensuite à être cloué au pilori. Tant il est vrai aussi que toute réussite parait suspecte, mais là, c'est encore un autre débat !

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search